•   
  •   

Culture Une insolite pétition presse Jeff Bezos d'acheter La Joconde et de la manger

20:45  16 juin  2021
20:45  16 juin  2021 Source:   lefigaro.fr

derrière Jeff Bezos a échoué à créer le «jeu de trônes» de Amazon | Vidéo

 derrière Jeff Bezos a échoué à créer le «jeu de trônes» de Amazon | Vidéo Étant l'une des entreprises les plus puissantes de la planète n'était pas suffisante pour l'Amazon PDG Jeff Bezos: il souhaitait également avoir une série de téléviseurs à succès de bonne foi à appeler le sien. Le problème de Bezos, cependant, était cependant que les spectacles d'Amazon ne le coupent pas. © TheWrap En tant que "Amazon Néound", Author Brad Stone, a déclaré au TheWrap lors d'une interview récente, Bezos a décidé de prendre la matière entre ses propres mains.

Homme le plus riche du monde, Jeff Bezos pourrait, en théorie du moins, aisément s'offrir la Mona Lisa de Léonard de Vinci. © AFP / MANDEL NGAN / Electa/Leemage / Homme le plus riche du monde, Jeff Bezos pourrait, en théorie du moins, aisément s'offrir la Mona Lisa de Léonard de Vinci.

Qu'est-ce que l'extrême richesse ? À l’époque romaine, Pétrone dépeint dans son Satyricon les agapes orgiaques fictives de Trimalcion, richissime esclave affranchi qui se goberge avec ses invités, dans un festin d'apparat, d'une succession de plats extraordinaires, de viandes d'exception, de hors-d’œuvre raffinés, de montagnes de volaille, de cochonnaille, de charcuteries en tout genre ainsi que de pâtisseries en cascade. Quelque deux millénaires plus tard, voici qu'une pétition circule en ligne frappée d'un vœu pour le moins singulier : que l'homme le plus riche du monde entre en possession du tableau le plus célèbre du monde. Et le mange. Une agape de la démesure, aussi somptuaire qu'incongrue, qui n'aurait pas dénoté dans l'antique roman latin.

Jeff Bezos chevauchant sa propre fusée en juillet, rejoignant le 1er Crew

 Jeff Bezos chevauchant sa propre fusée en juillet, rejoignant le 1er Crew Jeff Bezos fera monter sa propre fusée dans l'espace le mois prochain, rejoignant le premier équipage pour voler dans une capsule d'origine bleue. © Fourni par le fichier associé Press - Dans le 19 septembre 2019, photo de fichier, le PDG Amazon Jeff Bezos parle lors de sa conférence de presse au National Press Club à Washington. Bezos sera parmi les habitants du premier vol de l'espace humain d'origine bleu le mois prochain.

» LIRE AUSSI - Le Louvre-Lens raconte les agapes des puissants

Le texte désigne le milliardaire américain Jeff Bezos, fondateur et président d'Amazon. Quant à l'œuvre, il s'agit ni plus ni moins de l'inestimable Joconde dont, rappelons-le, le Louvre n'a pas l'intention de se séparer. Qu'importe. La pétition déjà signée par près de 7000 personnes sur la plateforme change.org ne s'épanche pas sur les raisons profondes qui ont pu motiver cette demande saugrenue. À défaut d'un manifeste sur le caractère éphémère de l'art, d'un essai politico-financier sur l'accumulation obscène de la richesse, d'un poème mystique sur les mystères de l'eucharistie ou, encore, d'une réflexion sur ce qu'un tel geste pourrait dire en matière de consommation culturelle, seul un laconique message permet d'apercevoir le fond de l'idée défendue par la pétition. «Personne n'a mangé Mona Lisa et nous pensons que Jeff Bezos doit prendre position sur ce sujet et faire en sorte que cela arrive», avance-t-elle en toute sobriété.

Quille spatiale pour Jeff Bezos

  Quille spatiale pour Jeff Bezos Pas de retraite en camping-car pour le fondateur d’Amazon qui ne sera plus PDG le mois prochain. Pour fêter ça, Jeff Bezos s’offre l’espace avec un départ prévu le jour où, il y a 52 ans, Neil Armstrong foulait le sol lunaire.Le fondateur d’Amazon Jeff Bezos quittera son poste de PDG début juillet. Mais pour le presque retraité de 57 ans – il restera président du conseil d’administration du mastodonte de la distribution en ligne –, point de week-ends de pêche à la mouche ou de voyages en camping-car à travers les parcs nationaux américains cet été.

L'acheter, mais pour quoi faire ?


Vidéo: Un homme s'offre l'espace avec Jeff Bezos pour 28 millions de dollars (Dailymotion)

Mise en ligne dès l'année dernière par un internaute identifié sous le nom de Kane Powell, ce n'est qu'au cours de ces derniers jours que la pétition, intitulée «We want Jeff Bezos to buy and eat the Mona Lisa» («Nous voulons que Jeff Bezos achète et mange la Mona Lisa») a gagné en popularité. Le décollage soudain de cette obscure revendication pourrait être lié aux récentes annonces sur le vol spatial de Jeff Bezos à bord d'une capsule de sa compagnie Blue Origin, ainsi qu'aux révélations de l'enquête de Pro Publica sur les déclarations fiscales de plusieurs milliardaires américains, dont le patron d'Amazon. Deux actualités bien différentes mais qui touchent intimement à la fortune même de cet entrepreneur américain, aussi fondu d'espace que d'optimisation fiscale.

Bachelor Nation, d'autres réagit à l'annonce choquante de Chris Harrison

 Bachelor Nation, d'autres réagit à l'annonce choquante de Chris Harrison La plupart des gens connaissent que les ultra-riches paient beaucoup moins en impôts comme un pourcentage de leur richesse que le travail de travail moyen, mais un nouveau rapport de propublica suggère la disparité peut être plus grand que imaginé. © fourni par CNET Jeff Bezos n'a payé aucun impôt sur le revenu fédéral en 2007 et à nouveau en 2011, selon un rapport de Propublica.

» LIRE AUSSI - Jeff Bezos, un libraire en ligne charismatique devenu un ogre du commerce, de la tech et des médias

À la tête d'une richesse estimée à 193,5 milliards de dollars, selon Forbes, grâce à ses parts d'Amazon, il est en effet bien peu de chose que Jeff Bezos ne pourrait s'offrir. Alors pourquoi pas la Mona Lisa, après tout ? Le portrait achevé en 1518 par le maître italien de la Renaissance avait été évalué à 100 millions de dollars dans les années 1960, soit près de 880 millions de dollars actuels, en prenant en compte l'inflation. Un montant deux fois plus élevé que l'œuvre d'art la plus chère passée sous le marteau, le Salvator Mundi - lui aussi attribué à Léonard - vendu 450 millions de dollars en 2019. Son statut iconique toujours plus grand depuis plus de 50 ans pourrait avoir encore multiplié sa valeur, comme l'avait soutenu l'an passé Stéphane Distinguin, dans une tribune publiée chez Usbek & Rica. Selon l'entrepreneur français, La Joconde vaudrait au bas mot 50 milliards de dollars aujourd'hui. «Pour l'homme le plus riche au monde, Jeff Bezos, 50 milliards, ce n'est qu'un petit tiers de sa fortune, à peine plus que le montant payé à sa femme dans le cadre son divorce récent», écrivait-il alors, en mars 2020, dans l'idée de vendre le tableau pour éponger une partie de la dette française. «Pourquoi ne pas renommer notre œuvre Mona Lisa del Giocondo-Bezos ?».

Aux États-Unis, Jeff Bezos et Elon Musk auraient échappé à l'impôt sur le revenu

  Aux États-Unis, Jeff Bezos et Elon Musk auraient échappé à l'impôt sur le revenu En plein débat international sur la hausse des impôts pour les entreprises multinationales, une enquête de l'organisation indépendante ProPublica affirme que plusieurs milliardaires américains ont réussi à échapper complètement à l'impôt sur le revenu durant plusieurs années. Alors qu'une grande réforme fiscale est mise en chantier par les puissances du G7, une enquête de l'organisation indépendante ProPublica publiée mardi 8 juin met en cause plusieurs milliardaires américains, affirmant qu'ils ont réussi à échapper complètement à l'impôt sur le revenu pendant plusieurs années.

Si acheter la Joconde paraît ainsi être à portée du milliardaire et futur astronaute, la question de son ingestion - cuisinée ou à sec, c'est-à-dire à l'huile - présente à tour des questions vertigineuses. Jeff Bezos, cédant à la pétition, pourrait-il mettre en scène cette consommation de luxe, tel un Sardanapale des temps modernes ? Si le Louvre et le milliardaire restent pour l'heure muets sur cette affaire de bon ou de mauvais goût, la pétition suscite de nouveaux soutiens enthousiastes ces derniers jours sur la plateforme change.org, sur laquelle où se multiplient les commentaires pleins d'anticipation : «C'est la pétition la plus importante des temps modernes», «Si ce n'est pas maintenant, quand ? Si ce n'est pas lui, qui ?», «Fini de manger les riches. Il est temps pour les riches de manger !». Gageons que le souhait partagé par les plus de 7000 signataires menace de faire chou blanc et que le géant d'Amazon mangera plus vite son chapeau au sujet de son voyage spatial plutôt que d'avaler une pareille couleuvre, dut-elle s'appeler Mona Lisa.

Jeff Bezos quitte Amazon ce lundi et se tourne vers d'autres projets .
A 57 ans, l'homme d'affaires va laisser lundi sa place de directeur général mais conservera le poste de président exécutif du son conseil d'administration.S'il a été salué pour les nombreuses innovations qui ont parfois bousculé des secteurs économiques entiers, il a aussi été vilipendé pour certaines pratiques commerciales ayant tendance à écraser la concurrence ou pour le traitement de ses salariés. Qu'il s'agisse de la vente de livres, de l'informatique dématérialisée ou de la livraison à domicile, "Bezos est un dirigeant qui encourage le changement", affirme Darrell West, du Centre sur l'innovation technologique du Brookings Institution.

usr: 10
C'est intéressant!