•   
  •   

Culture Victime de violences conjugales, la judokate Margaux Pinot révèle son visage tuméfié sur Instagram

03:47  03 décembre  2021
03:47  03 décembre  2021 Source:   vanityfair.fr

Une enquête en Nouvelle-Aquitaine révèle qu'une femme handicapée sur deux a subi des violences sexuelles

  Une enquête en Nouvelle-Aquitaine révèle qu'une femme handicapée sur deux a subi des violences sexuelles Johanna Dagorn résume en avant-première son enquête sur les violences sexuelles visant les femmes handicapées, réalisée pour l'Observatoire régional des violences sexistes et sexuelles de Nouvelle-Aquitaine. Le constat est alarmant. En 2020, en France, 1 personne sur 6 souffre d'un handicap, soit environ 12 millions de personnes. Notre recherche, à paraître le 24 novembre, sur les femmes victimes de violences en situation de handicap montre que ces dernières sont particulièrement vulnérables aux violences sexuelles.

  Victime de violences conjugales, la judokate Margaux Pinot révèle son visage tuméfié sur Instagram © SERGEI GAPON/Getty Images

C'est un témoignage qui a provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. Ce mercredi 1er décembre, Margaux Pinot, championne olympique de judo en 2020, a révélé sur son compte Instagram une photo de son visage tuméfié. La veille, son compagnon et entraîneur Alain Schmitt avait été jugé en comparution immédiate après une plainte déposée pour « violences sur conjoint avec circonstances aggravantes ». Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 27 au 28 novembre. « Dans la nuit de samedi à dimanche, j’ai été victime d’une agression à mon domicile par mon compagnon et entraîneur. J’ai été insultée, rouée de coups de poings, ma tête a été frappée au sol à plusieurs reprises. Et finalement étranglée. J’ai cru mourir, j’ai réussi à m’enfuir pour me réfugier chez mes voisins qui ont immédiatement appelé la police. », raconte-t-elle en légende de cette photo choquante.

Violences conjugales : « Avec la plainte "hors les murs", un agent de police se déplace pour venir la recueillir », explique Marlène Schiappa

  Violences conjugales : « Avec la plainte La ministre déléguée présente le dispositif « plainte hors les murs » qui doit permettre aux victimes de violences conjugales de porter plainte chez un tiers. Une expérimentation est lancée dans les 13e et 14e arrondissements et à Saint-Denis © Olivier Juszczak / 20 Minutes Marlène Schiappa présente le dispositif INTERVIEW - La ministre déléguée présente le dispositif « plainte hors les murs » qui doit permettre aux victimes de violences conjugales de porter plainte chez un tiers.

À la surprise générale, l'homme de 38 ans, qui conteste les faits, a été relaxé face au manque de « preuves de culpabilité ». Margaux Pinot souffre d'une fracture du nez, d'ecchymoses et s'est vue prescrire dix jours d'ITT (Interruption temporaire de travail). « Aujourd'hui la justice a décidé de le relaxer. Que vaut leur défense calomnieuse face à mes blessures, et le sang jonchant le sol de mon appartement ? Que manquait-il ? La mort au bout, peut-être ? C'est probablement le judo qui m'a sauvé. », conclut-elle dans son message. Pour prouver son innocence, Alain Schmitt a à son tour posté une photo de ses blessures au visage, notamment au niveau de l'œil, pour montrer qu'il avait également reçu des coups de la part de sa compagne. Interrogé par le service Checknews de Libération, son avocat Maître Malik Behloul a expliqué que « face à des propos contradictoires, le doute doit profiter à l’accusé ». Une justification rejetée en bloc par l'avocat de Margaux Pinot, Maître Stéphane Maugendre.

Darmanin encourage à régulariser les femmes sans-papiers victimes de violences conjugales

  Darmanin encourage à régulariser les femmes sans-papiers victimes de violences conjugales Le ministre de l'Intérieur va demander aux préfets de recourir plus régulièrement à l'octroi d'un titre de séjour spécifique, destiné aux femmes arrivées en France illégalement ou au nom du regroupement familial et victimes de violences. » LIRE AUSSI - Violences conjugales : un nouveau dispositif expérimenté dans 4 départements


Vidéo: FEMME ACTUELLE - Margaux Pinot : qui est la championne de judo qui accuse son compagnon de violences conjugales ? (Femme Actuelle)

Sur les réseaux sociaux, de nombreux sportifs et camarades de Margaux Pinot ont fait part de leur vive émotion. Clarisse Agbégnénou, partenaire en Équipe de France de la judokate de 27 ans, s'est dite scandalisée par cette décision de justice. « Je n’ai pas les mots pour exprimer tout ce qui se passe dans ma tête et mon corps en tant que femme face à ce que ma coéquipière Margaux Pinot a subi. D’autant plus choquée de la décision de la justice. Que faut-il pour que les sanctions tombent, la mort ? », a-t-elle déclaré. Teddy Riner a lui aussi pris la parole. « Nous sommes tous profondément touchés par ce que vient de subir notre coéquipière Margaux Pinot et nous lui apportons tout notre soutien. Que faut-il faire pour que les victimes soient entendues ? Que les agresseurs soient reconnus coupables ? ». Le parquet de Bobigny a d'ores et déjà annoncé sa décision de faire appel de la relaxe d'Alain Schmitt.

Les violences conjugales contre les femmes "presque sataniques", dit le pape .
Les violences conjugales contre les femmes "presque sataniques", dit le papeROME (Reuters) - Le pape François a déclaré que les agissements des hommes qui commettent des violences contre les femmes étaient "presque sataniques", sa condamnation la plus forte à date alors que les violences conjugales ont augmenté dans plusieurs pays à la suite des confinements décrétés pour lutter contre le Covid-19.

usr: 1
C'est intéressant!