Culture: Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme) - PressFrom - France
  •   
  •   

CulturePourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme)

16:50  06 décembre  2018
16:50  06 décembre  2018 Source:   slate.fr

Monica Bellucci : "Mon coeur n'est pas à prendre"

Monica Bellucci : Dans la nouvelle saison de « Dix pour cent », elle joue une diva en quête d’un homme normal. Dans la vie, elle l’a trouvé. Premiers extraits de l'interview.

« C ’ est parce que les hommes sont pris dans cette énigme des femmes , qui est une énigme, qu’ils vont tout interpréter, ajoute Ludivine Baillard-Robert. De la même sorte qu’ un homme qui se gratte l’entrejambe, c ’ est fréquent et considéré comme grossier, tandis qu’ une femme qui porte la main à.

Chaque jour, nous sommes nombreux à nous interroger, de manière plus ou moins sérieuse, sur Le quotidien est fait de ces petites questions, qui nous aident à mieux comprendre le monde, à mieux le C ' est ce qui fait la singularité de pourquois.com : donner des réponses claires souvent placées sous

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme) © Fournis par SLATE Rachel Brosnahan est Midge Maisel, pionnière du stand-up féminin. | Capture d'écran via YouTube

De retour pour une nouvelle saison le 5 décembre, «The Marvelous Mrs. Maisel» raconte comment une mère au foyer du New York des fifties se lance dans le monde du stand-up, offrant un coup de projecteur aux réelles pionnières du genre.

Attention, cet article contient des spoilers.

Perles autour du cou et robe de soirée noire, Midge Maisel agrippe dans ses longs gants le micro argenté du Gaslight, un club de Greenwich Village. Après cinq minutes à faire rire une salle comble, un client, assis devant une tasse à espresso vide, balance: «Hey, rentre à la maison nettoyer la cuisine. Les femmes ne sont pas drôles!».

Etoile espoir humour 2018 : Djimo, drôle de tortue

Etoile espoir humour 2018 : Djimo, drôle de tortue L’humoriste, actuellement à l’affiche à Paris du Point Virgule (IVe), fait partie des huit candidats au titre d’Etoile espoir humour 2018 que « Le Parisien » remettra lundi 26 novembre.

L'excitation féminine n' est pas aussi notoire que la masculine, puisque chez les hommes la principale réponse face à l'excitation : l'érection est plus qu'évidente. Malgré le fait d ' être plus subtile, lorsqu'une fille est excitée, elle éprouve également des changements et sensations de son corps qui se

Est -ce que ça se limite à des préliminaires réussis et à un peu d’endurance ? C ’ est ce que nous allons voir juste en-dessous… Bien souvent, on se limite à une seule partie de la relation sexuelle : la pénétration. On pense que c ’ est le seul moment qui importe. Pour les hommes , c ’ est peut- être

Deux réparties plus tard, l’homme et ses potes détalent. Si la référence à la gent féminine censée se cantonner à la cuisine est un peu facile, la deuxième phrase du benêt au crâne dégarni a le mérite de permettre à la série d’attaquer un vieux cliché: les femmes ne sont pas drôles.

Pourquoi les femmes ne sont pas drôles?

Si le corps du stéréotype bouge encore en 2018, c’est sûrement parce que cette idée est défendue et théorisée depuis des générations. Par des nigauds mais aussi par des auteurs respectés, comme l’Américain Christopher Hitchens. En 2007, il se fendait pour Vanity Fair d’un papier intitulé «Why Women Aren’t Funny». Seulement vieux de onze ans, l’article est aujourd’hui aussi daté qu’un paquet de clopes fumé dans un avion et joue sur un paradigme selon lequel le rôle de la femme est d’être belle et que c’est celui de l’homme d’être drôle. Pour pouvoir séduire la femme.

George W. Bush et Michelle Obama entretiennent un drôle de rituel

George W. Bush et Michelle Obama entretiennent un drôle de rituel Début septembre dernier, George W. Bush et Michelle Obama s'étaient croisés lors des funérailles de John McCain. L'ex-président des États-Unis en avait alors profité pour offrir un bonbon à l'ancienne Première dame. Un geste qui n'était alors pas passé inaperçu, et qu'il a réitéré lors de l'enterrement de son père, George H.W. Bush, le 5 décembre 2018. En témoignent ces images capturées et partagées par NBC. En octobre dernier, Michelle Obama avait expliqué cette drôle de tradition. « Le protocole veut que nous soyons toujours assis l’un à côté de l’autre. C’est mon complice lors de chaque évènement important où sont rassemblés tous les anciens présidents. Je l’adore.

Si ses messages sont devenus froids et distants, c ' est un signal d'alarme. Si la réponse est oui, demande-toi pourquoi ta compagnie ne lui semble plus aussi intéressante. Parle-lui, peut- être que cette attitude est due à une de tes précédentes réactions face à une de ses demandes ou bien elle

Elles sont vraiment, VRAIMENT plus petites que celles des hommes –quand elles existent! Et c ' est bien dommage. Ce n' est pas un problème pour toutes les femmes qui aiment avoir un sac à main, mais perso je trouve que ça prend de la place et ça fait mal à l'épaule, qu' on est moins libre de ses

Selon Linda Mizejewski, professeure à l’université d’Ohio State, la diatribe d’Hitchens constitue un exemple parfait de ce système de pensée qui interdit à la femme d’être drôle: «Il estime que les femmes doivent être des objets de décoration silencieux. Que c’est notre destinée biologique». La journaliste Leslie Bennetts décrypte elle aussi avec irritation les arguments d’Hitchens: «Pour des hommes comme lui, tout ce qui importe, c’est leurs propres opinions. Ils ne pensent jamais que les femmes peuvent avoir un point de vue différent sur le sujet. Depuis le début de la civilisation occidentale, c’est le patriarcat qui définit ce qui est drôle. Le monde de la comédie dans l’Amérique du XXe siècle était encore un club réservé aux hommes, qui résistait à l’idée de laisser des femmes parmi eux».

Grand seigneur, Christopher Hitchens reconnaît néanmoins  qu’il existe bien des comédiennes de talent. «Mais la plupart d’entre elles sont soit grosses, soit gouines, soit juives, ou une combinaison des trois.»

Jean-Louis Trintignant : «Jouer en public me gonfle de bonheur»

Jean-Louis Trintignant : «Jouer en public me gonfle de bonheur» «J’aurais adoré être Coluche», nous confie le comédien d’«Un Homme et une femme», qui célèbre mardi soir ses 88 ans au théâtre de la Porte-Saint-Martin où il lit des poèmes de Prévert, Leprest ou Vian, accompagné de cinq

Ce serait une grave erreur. Apprenez plutôt à observer le comportement des femmes afin de mieux les Contrairement à la gent féminine, les signes d’intérêt des hommes sont différents et moins Cependant, ils peuvent aussi être tout à fait volontaires. C ’ est pourquoi , si vous voulez séduire

Un classique est un écrit dont, qu’on le lise ou non, on a forcément entendu parler. Dans ce même article, Viala expliquait que le processus de classicisation des œuvres littéraires comportait quatre étapes majeures : La légitimation : c ' est l'accès à une première reconnaissance, par les pairs, après

Petite bourgeoise juive, Mrs. Maisel remplit au moins un de ces critères un peu cons. «C’est intéressant de penser à quel point le fait qu’elle soit juive est un élément central de son personnage, reprend Mizejewski. Elle est le stéréotype de la juive new-yorkaise impudente et avec une certaine forme d’agressivité, une qualité qui est intrinsèque au stand-up. Freud pensait que l’agressivité était à la base de toutes les blagues.»

Ce que Christopher Hitchens voulait exprimer en choisissant ces trois caractéristiques, c’est qu’une femme munie d’une d’entre elles ne serait –suivant son cahier des charges– pas féminine. Ainsi, si une femme veut être drôle, elle ne peut pas être attirante. Née treize ans avant l’auteur, en 1933, Joan Rivers, grande star du comique américain rentrait dans la case juive et, selon elle-même, dans celle du physique disgracieux.

Des perles et un cintre

Décédée en 2014, Rivers a largement inspiré l’interprétation de Rachel Brosnahan, qui a étudié sa vie pour préparer le rôle de Mrs. Maisel. Leslie Bennetts se trouve être l’une de ses biographes: «Pendant un gros morceau du XXe siècle, la comédie américaine était principalement l’apanage des juifs, assure-t-elle. Que ce soit les artistes, les scénaristes, les impresarios... Joan Rivers était confrontée à des barrières dues à son sexe, mais son éducation juive, ses sensibilités juives lui ont permis de s’adapter culturellement à un monde d’hommes, celui de la comédie.»

Laetitia Casta, à l'affiche de "L'Homme fidèle" : "J'avais très peur que Louis Garrel me demande de jouer dans le film"

Laetitia Casta, à l'affiche de Dans L'Homme fidèle, Laetitia Casta campe une femme séparée du personnage joué par Louis Garrel, le réalisateur du film et son compagnon à la ville. Avant la sortie du film en salles, mercredi, elle s'est confiée à Europe 1. "Marianne, ce n'est pas moi. Mais y mettre quelque chose de personnel, c'est ce ce que voulait Louis, choper quelque chose de ce qu'il connaît" : avant la sortie mercredi de L'Homme fidèle, réalisé par son compagnon Louis Garrel, Laetitia Casta s'est confiée à Europe 1 sur son rôle et la fabrication un peu particulière d'un film personnel, quasi-intime.

C ’ est ce caractère biologique qui est à l’origine de l’attirance de la gente masculine pour les fesses des femmes . De grandes jambes sont inconsciemment un signal non-verbal puissant qui dit aux hommes que celle-ci n’ est plus une jeune fille mais une femme et est sexuellement mature et

L’idée est simple, personne ne respecte les choses gratuites et faciles à obtenir. Pour cette raison, les filles apprécient les mecs difficiles avec qui elles sont obligées de produire des efforts constamment pour gagner leurs attentions. Elles préfèrent les mecs qui ont trop du succès avec les femmes

Le père de Midge Maisel, joué par un Tony Shalloub triomphal, est un mathématicien respecté. Celui de Joan Alexandra Molinsky, de son nom de naissance, était lui un médecin, qui éleva ses enfants de manière distinguée à Larchmont, une banlieue chic de New York. «Enfin, c’est ce qu’elle disait, nuance Bennetts. En réalité, elle a passé la majeure partie de son enfance dans un quartier bien moins prestigieux, Crown Heights, à Brooklyn. Elle présentait toujours ses parents sous un jour plus aisé. Son père était bien médecin mais c’était aussi un très mauvais businessman et sa mère était très insatisfaite de son incapacité à pouvoir offrir à sa famille le niveau de vie qu’elle méritait.»

Chez les Molinsky, l’argent est toujours une source d’engueulade, ce qui rappelle les tensions de la famille Maisel. Pour le moment, Midge a réussi à cacher à sa famille sa nouvelle carrière, par peur des réactions d’un père conservateur et d’une mère élevée à une époque où la femme ne peut se penser autrement qu’en épouse et en mère. Mais pas besoin d’être scénariste pour sentir que la tempête arrive, ce qui dressera un nouveau parallèle avec le début de carrière de Joan Rivers. «Sa famille était horrifiée, révèle Bennetts. Ses parents pensaient qu’elle n’avait aucun talent et ils étaient mortifiés par sa détermination, le fait qu’elle continue malgré tout.»

« Un beau voyou » : un drôle de flic sur la fin

« Un beau voyou » : un drôle de flic sur la fin L’acteur Charles Berling incarne un commissaire à la retraite dans le premier long-métrage de Lucas Bernard. © CLAIRE NICOL / PYRAMIDE DISTRIBUTION Charles Berling dans « Un beau voyou », de Lucas Bernard. L’avis du « Monde » – pourquoi pas Le temps passe et voilà que Charles Berling, 60 ans, a le physique pour jouer un policier qui prend sa retraite. Parisien, veuf et célibataire, le commissaire Beffrois n’attend rien d’autre qu’un peu de temps libre. Ses deux fils « de gauche » ont souvent moqué ce père membre des forces de l’ordre.

Pourquoi est -ce devenu si dur de communiquer dans le couple ? Découvrez l'étude à propos du Il ne suffit pas toujours de dire, d’écrire, il faut savoir ce que l’autre comprend, au moins se le Il est grand temps de parler d’aujourd’hui et de demain, de mener des projets ensemble, en nous servant

Mais une chose est sûre : arrêtez de toujours être trop gentil et mou, laissez la guimauve dans les films hollywoodiens, dans la réalité c ’ est niais et navrant Sois gentil, les femmes cherchent des hommes gentils et galants ». Pourtant, la dernière femme avec qui Paul a été le parfait gentleman est partie au

Pourquoi c’est dur d’être drôle quand on est une femme (et beaucoup moins si on est un homme) © Fournis par SLATE

Joan Rivers dans les années 1960 | Fredana Management/Ashley-Steiner Famous Artists; photographer-James Kriegsmann, New York via Wikimedia Commons License by

Aussi blessée que furieuse face au manque de soutien familial, Joan Rivers n’a jamais baissé les bras. Pendant une grosse décennie, elle enchaîne les bides dans les pires rades et strip-clubs. «Les clubs dédiés à la comédie étaient encore largement masculins, affirme Bennetts. C’était un humour profane et obscène, Joan était vue comme une intruse dans un club qui ne voulait pas d’elle. Elle a appris à gérer un public au mieux indiscipliné, au pire insultant et blessant. Elle comparait son rôle sur scène à celui d’un dompteur de lions.»

Une métaphore qui rappelle la scène susnommée, dans laquelle Mrs. Maisel copie par ailleurs une partie du look de Joan Rivers. «Au début de sa carrière, elle portait une petite robe noire et des perles, s’amuse Leslie Bennetts. Elle se présentait comme une lady, malgré l’aspect transgressif de ses sketchs.» La comédienne fictive et la réelle se veulent des produits de la bourgeoisie qui renversent la table du monde dans lequel elles ont grandi.

Dans la série, Mrs. Maisel compare ses prouesses sexuelles à celles de prostituées françaises, égratigne le patriarcat et montre ses seins. «Ce n’était pas le cas à ses débuts, mais au bout de quelques années, Joan a utilisé des aspects de l’expérience féminine, continue la biographe. Elle devait se battre pour aborder certains sujets: un jour, elle s’est engueulée avec Ed Sullivan qui refusait qu’elle emploie le mot “enceinte” à l’écran. Alors qu’elle était à quelques jours d’accoucher et que sa condition était évidente.» Plutôt que de courber l’échine, Joan Rivers va bien plus loin et attaque des thèmes sensibles, comme l’avortement, au sujet duquel elle blagua: «Je suis née avec un cintre à manteau dans mon oreille.»

Pretty/Funny

Dans une interview à metro.co.uk, Rachel Brosnahan revient sur l’influence de Rivers: «Avant mes recherches, je savais qu’elle était fantastique, mais je ne savais pas à quel point elle avait été une pionnière. Très tôt, elle parlait de choses très taboues, de ce que ça signifiait d’être une femme, d’avortement, des deux poids deux mesures entre les hommes et les femmes». S'il existe une différence majeure entre Midge et Joan, c’est la relation à leur propre image. Comme Brosnahan l’explique, Rivers «se voyait comme un petit canard qui n’arrivait pas à s’intégrer, l’inverse de Midge».

Dans la série, Mrs. Maisel est perçue comme une «belle femme», et mesure chaque partie de ses jambes pour vérifier qu’elle est bien proportionnée, dans les périodes où elle ne croit pas ou plus au stand-up. Les mesures sont toujours satisfaisantes. Bennetts: «Alors qu’au début de sa carrière, le personnage comique de Joan venait du fait que les hommes ne faisaient pas attention à elle et ne la désiraient pas. Plus que tout, elle voulait être belle. Elle était furieuse de ne pas être née avec cet avantage».

Alors, pourquoi ne pas faire de même et utiliser un personnage féminin qui ne se trouve pas belle au sens auquel la société l’entend? Peut-être parce que le physique de Mrs. Maisel contribue à la faire percer plus vite, ce qui accélère la narration. Peut-être, aussi, pour tacler le courant de pensée d’Hitchens, qui oppose féminité et potentiel comique. «Un état de fait que les femmes, surtout à l’époque, ont été conditionnées à suivre, commente Bennetts. Si une femme n’aimait pas les blagues des hommes, ou que leurs sujets de conversation l’ennuyaient, ou qu’elle voulait que ses expériences soient reflétées dans le monde de la comédie, elle devait se taire.»

En 2015, Linda Mizejewski sortait Pretty/Funny: Women Comedians and Body Politics (Jolie/Drôle: Les femmes comédiennes et la politique du corps), ouvrage qui étudie le phénomène. L’autrice résume: «Il existe toujours une distinction entre les célébrités qui sont jolies et celles qui sont drôles. Les traits associés à la comédie, être scandaleux, spirituel et transgressif, sont des qualités qu’on admire chez les hommes, pas vraiment chez les femmes. Pour certains hommes, l’idée qu’une femme ait le pouvoir de faire perdre son contrôle à un public par le rire est encore gênant».

Comique raté, le mari de Midge, Joel Maisel, quitte le club en même temps que les hommes qui ont insulté son ex-épouse. D’abord jaloux, titubant pitoyablement dans la rue, il finit sa scène en balbutiant que sa femme est excellente. La saison 2 devrait donc être celle de la réconciliation, avec un mari désolé de ne pas avoir compris que la femme modèle –et donc toutes les femmes– pouvait être drôle.

« Un beau voyou » : un drôle de flic sur la fin.
L’acteur Charles Berling incarne un commissaire à la retraite dans le premier long-métrage de Lucas Bernard. © CLAIRE NICOL / PYRAMIDE DISTRIBUTION Charles Berling dans « Un beau voyou », de Lucas Bernard. L’avis du « Monde » – pourquoi pas Le temps passe et voilà que Charles Berling, 60 ans, a le physique pour jouer un policier qui prend sa retraite. Parisien, veuf et célibataire, le commissaire Beffrois n’attend rien d’autre qu’un peu de temps libre. Ses deux fils « de gauche » ont souvent moqué ce père membre des forces de l’ordre.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!