Culture: Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire - - PressFrom - France
  •   
  •   

CultureChernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire

21:45  09 mai  2019
21:45  09 mai  2019 Source:   allocine.fr

«Chernobyl», au cœur du réacteur

«Chernobyl», au cœur du réacteur Tout le monde se souvient que le réacteur 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986 à 1h23 du matin et 44 secondes dans ce qui était autrefois l’Union soviétique (et désormai s l’Ukraine). Jamais l’Europe n’aura été aussi près de l’apocalypse atomique. Pourtant qui se souvient de la succession d’événements qui ont entraîné ce cataclysme? La réponse à cette question est contenue dans les cinq épisodes de la puissante et perturbante nouvelle minisérie HBO, Chernobyl (sur OCS City).

Une reconstitution méticuleuse qui n'épargne rien ni personne de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Pas sûr, quand on sait que le pays qui abrite le plus de centrales nucléaires est sujette à des tremblements de terre. Peut-être que cette mini-série peut, une nouvelle fois, attirer l'attention

Une reconstitution méticuleuse qui n'épargne rien ni personne de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Chernobyl sur OCS : l'équipe raconte son obsession pour l'authenticité et le réalisme. Pour offrir un résultat aussi impressionnant et immersif, la production de Chernobyl a dû poser ses

Une reconstitution méticuleuse qui n'épargne rien ni personne de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. Ingérence gouvernementale, erreurs humaines, la fiction se dresse comme un miroir de notre époque.

Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire © HBO Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire

Certains noms sont porteurs d’un imaginaire singulier. Mentionnez David Lynch et on voit immédiatement d’étranges paysages mentaux et oniriques teintés de bizarrerie. Énoncer David Simon et c’est au contraire une vision plus pragmatique, politique et social qui vient à l’esprit. Avec Ryan Murphy, on sait que ce serait excès et mauvais goût. Avec Shonda Rhimes, du soap ascensionnel sur-vitaminé. A priori Craig Mazin (créateur et scénariste de Chernobyl) n'évoque rien de particulier. Un coup d’oeil à sa filmographie nous met sur la voie : Scary Movie 3 et 4 ; Very Bad Trip 2 et 3 ; Le Chasseur et la Reine des Glaces. Soit des gros machins parodiques pas très fins ou du divertissement sans âme. Et c’est le même qui fait aujourd’hui Chernobyl, fiction âpre, minimaliste, anxiogène et sobre ? Étonnement, oui. On ne l’aurait pas parié et le résultat est à la hauteur de la surprise.

Chernobyl (OSC City) - Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle mini-série ?

Chernobyl (OSC City) - Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle mini-série ? OCS City lance ce soir la saison 1 de Chernobyl. Une mini-série glaçante qui revient sur l'une des pires catastrophes nucléaires du XXe siècle. © HBO OCS City lance ce soir la saison 1 de Chernobyl. Une mini-série glaçante qui revient sur l'une des pires catastro Le 26 avril 1986, à 1h23 du matin, dans la centrale nucléaire de Tchernobyl, située en Ukraine près de la ville de Pripyat, une explosion se fait entendre dans le réacteur numéro 4. 1200 tonnes de béton, sont projetées dans les airs. Très vite, cette catastrophe s'annonce comme dévastatrice.

Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire . Il met sur un plan similaire la gestion par le gouvernement de Mikhaïl Gorbatchev de la catastrophe de Tchernobyl et les campagnes mensongères d’un Donald Trump qui instrumentalise l’information pour palier la faiblesse

Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire . Des choix stratégiques qui s'avèrent payants tant le résultat à l'écran impressionne. On notera également le choix pertinent de laisser un seul réalisateur s'occuper des cinq épisodes.

Une plongée immédiate dans le coeur de l'incident

Dans la nuit du 26 avril 1986, un incident a lieu dans le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl. Ce n’est pas un exercice de sécurité. Une augmentation de la puissance a entraîné la fusion du coeur conduisant à une explosion. La suite appartient à l’Histoire : plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle ; premier accident classé au niveau 7 sur l'échelle internationale des événements nucléaires (le second sera Fukushima). Mais sait-on vraiment ce qui s’est passé ? La série n’entend pas percer un grand mystère mais de représenter l’histoire sous un angle plus révélateur.

Passé un prologue qui donne assurément le ton (glacial et implacable), l’incident a déjà eu lieu quand démarre le premier épisode. Pas d’exposition, de présentation des personnages, de (faux) suspense mais une urgence immédiate et une réactivité nécessaire face à ce qui semble encore un peu nébuleux. Cela donne à la série un côté immédiatement austère et froid, voire dépassionnée. Et place le spectateur dans une position similaire à ceux découvrant au fil des minutes l’ampleur et les conséquences de la catastrophe.

« Chernobyl », la série qui revisite l’accident nucléaire

« Chernobyl », la série qui revisite l’accident nucléaire Une mini-série diffusée sur OCS à partir de ce soir revient brillamment sur l’explosion de la centrale ukrainienne. OCS City, mardi 7 mai, à 20 h 40, mini-série Un homme seul, la nuit, le 26 avril 1988, à Moscou, enregistre sur un magnétophone à cassette ce qui se révèle bientôt un testament sans pitié à propos de ce qui s’est passé la nuit du 25 au 26 avril 1986 à la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, dont le cœur d’un réacteur entrait en fusion. Avec les conséquences qu’on sait, qui marqueront d’une pierre noire l’histoire de l’énergie nucléaire.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl [ t͡ʃɛʁnɔbil] est un accident nucléaire majeur qui a commencé le 26 avril 1986 dans la centrale nucléaire V.I. Lénine, située à l'époque en République socialiste soviétique d'Ukraine en URSS.

Le Tocsin de Tchernobyl de Rollan Serguienko tente de retracer les conditions de l 'accident par ceux qui l'ont vécu. En donnant ainsi la parole à des chercheurs, membres du personnels ou pompiers, le documentaire Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire .

Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire © HBO

Un traitement froid et implacable

A ceux qui imaginaient qu’une série anglo-saxonne allait forcément privilégier l’émotion, ce premier épisode leur donne tort et prend l’exact contre-pied. Principale illustration de cette tendance : la musique. Ou plutôt l’ambiance sonore. Quasi omniprésente, elle impose une nappe constante, électronique qui souligne le sentiment anxiogène qui accompagne les abords de la catastrophe. Elle plonge le spectateur dans un effet de sidération malade et inconfortable. Ajoutée à une image qui entend ne rien épargner, jusqu’aux effets les plus gores de la radiation et on se retrouve avec une oeuvre dure, froide et austère (un peu à l’image de ce que dégage le bloc soviétique).

Enfin il y a l’aspect plus politique de la gestion de la catastrophe et de l’ingérence gouvernementale plus (pré)occupée à maintenir la grandeur supposée qu’admettre un échec. S’il existe toujours le dilemme de révéler au public les motifs d’une catastrophe au risque de créer la panique, ici, il est seulement question de garder la face et minimiser l’impact de l’incident, même quand tout autour, la nuit brille étrangement et que les hommes tombent comme des mouches. Il faut dire que la question nucléaire, à l’époque, est encore obscure pour le plus grand nombre et rares sont ceux qui comprennent les dangers d’un tel cataclysme. Après tout, n’a-t-on pas dit que le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière et que les français ne risquaient rien (même s’il a fallu temporairement s’abriter) ?

Chernobyl sur OCS : l'équipe raconte son obsession pour l'authenticité et le réalisme

Chernobyl sur OCS : l'équipe raconte son obsession pour l'authenticité et le réalisme Pour offrir un résultat aussi impressionnant et immersif, la production de Chernobyl a dû poser ses valises en Lituanie où elle a pu tourner dans une ancienne centrale nucléaire afin de coller au plus près de la réalité. © HBO Chernobyl sur OCS : l'équipe raconte son obsession pour l'authenticité et le réalisme Quand on s’attaque à un projet aussi ambitieux que la reconstitution de la catastrophe de Tchernobyle, il faut savoir faire preuve d’ambition et d’un certains sens pratique pour offrir une reconstitution authentique sans dépenser des millions.

Il n’y a donc pas de physicienne nucléaire du nom d’Ulana Khomyuk qui a enquêté sur la catastrophe de Tchernobyl. Le Récap' Séries du 9 mai 2019 avec Game of Thrones, Lucifer et Chernobyl [REPLAY]. Chernobyl sur OCS : une reconstitution choc de la catastrophe nucléaire .

La minisérie de la chaîne américaine HBO Chernobyl (diffusée sur OCS en France) retrace les événements qui ont conduit à cette catastrophe nucléaire , et ceux qui ont suivi, mettant en lumière le sacrifice d’hommes et femmes pour sauver ce qui pouvait l’être et éviter un désastre plus grand encore.

Un danger invisible

Une autre image forte de ce premier épisode est justement un nuage, aux abords d’un groupe d’immeubles. La ville de Pripyat a été construite pour servir de dortoir aux employés de la centrale. Ce nuage qui quitte la centrale pour s’éloigner paraît totalement inoffensif et pourtant il abrite la plus grande des menaces. En dessous, des hommes, femmes et enfants vaquent à leurs occupations. On pense alors à Phénomène de M. Night Shyamalan qui avait fait du vent la source de toutes les peurs. Car la radioactivité, comme les spores du film, se propage de façon invisible, condamnant ainsi des milliers de personnes à une terrible fin. Aujourd’hui, cette région d’Ukraine est encore interdite d’accès en raison de son taux de radioactivité. Si la faune et la flore ont en parti récupéré les lieux, ce paysage fantôme est toujours ce stigmate de la folie des hommes et un vestige de ce qui pourrait attendre notre civilisation si on ne fait pas attention.

La catastrophe de Tchernobyl a-t-elle servi d’exemple ? Pas sûr, quand on sait que le pays qui abrite le plus de centrales nucléaires est sujette à des tremblements de terre. Peut-être que cette mini-série peut, une nouvelle fois, attirer l'attention sur les dangers du nucléaire et le besoins, de plus en plus urgent, d'en sortir progressivement. Après tout, c'est l'une des forces de la fiction que d'être plus efficace que n'importe quelle politique...

Chernobyl est diffusée sur OCS, un épisode par semaine.

Lire plus

"Chernobyl" devient la série la plus mieux notée sur IMDb.
La dernière mini-série de HBO, "Chernobyl", monte sur la première marche du podium des séries plébiscitées par le public, selon le site de référence IMDb. Lancée le 6 mai 2019, la mini-série historique qui revient sur la catastrophe de Tchernobyl, survenue le 26 avril 1986 en Ukraine, décroche une note moyenne de 9,6 points (sur 10) d'après les votes de plus de 150.000 internautes. A peine sa diffusion terminée, la mini-série "Chernobyl" s'est hissée à la première place des séries les mieux notées sur IMDb. A ce jour, la mini-série co-produite entre la chaîne américaine HBO et la chaîne de télévision britannique Sky affiche un score de 9,6 points basés d'après plus de 150.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!