Culture: Sélection cinéma du « Monde » : vaudou, Delon et courts-métrages - PressFrom - France
  •   
  •   

CultureSélection cinéma du « Monde » : vaudou, Delon et courts-métrages

10:40  12 juin  2019
10:40  12 juin  2019 Source:   lemonde.fr

Comment Alain Delon s’est trouvé enfermé dans son propre personnage

Comment Alain Delon s’est trouvé enfermé dans son propre personnage Comment Alain Delon s’est trouvé enfermé dans son propre personnage Alain Delon fait partie de de ceux que l’on peut appeler les « monuments sacrés du cinéma français ». Plus de soixante ans passés à l’écran, 135 millions de spectateurs et 90 films lui valent aujourd’hui, dans le cadre du Festival de Cannes 2019, de recevoir une Palme d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Découvert dans les années 1960, c’est la décennie suivante qu’il devient une véritable star. Film après film, il se construit un personnage bien à lui.

La sélection littéraire du « Monde » : la mer, des espions, le bagne et le Mississippi. Avec Alain Delon , Sonia Petrova, Giancarlo Giannini (2 h 12). Festival Côté court : hommage au court - métrage . La jeunesse qui remplit les terrasses du Ciné 104 à Pantin (Seine-Saint-Denis), lors de chaque édition

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. La sélection littéraire du « Monde » : la mer, des espions, le bagne et le Mississippi. Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les

Chaque mercredi, dans « La Matinale », les critiques du « Monde » présentent les meilleurs films à découvrir sur grand écran.

LA LISTE DE LA MATINALE

A voir dans les salles, à partir de mercredi 12 juin : un film de « zombi » par Bertrand Bonello, entre Paris et Haïti, la version intégrale du Professeur, réalisé en 1972 par Valerio Zurlini et coproduit par son acteur principal, Alain Delon. Ou encore un festival de courts-métrages à Pantin en Seine-Saint-Denis.

« Zombi Child » : un film vaudou, entre esclavage et amour

En 1962, à Haïti, un homme ordinaire nommé Clairvius Narcisse (Bijou Mackenson) fut intoxiqué par une poudre glissée dans sa chaussure, et transformé en « zombi », pauvre créature humaine privée de volonté et exploitée sans merci dans les plantations de canne à sucre. En parallèle, on suit en France et de nos jours le parcours de Fanny (Louise Labèque), lycéenne pensionnaire de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, à Saint-Denis, qui se languit d’amour pour un garçon éloigné.

Alain Delon à Cannes : "C'est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant"

Alain Delon à Cannes : Très ému, Alain Delon a reçu ce dimanche, à Cannes, une Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. C'est avec les larmes aux yeux que l'acteur mythique du Guépard Alain Delon a reçu des mains de sa fille Anouchka, ce dimanche à Cannes, une Palme d'or d'honneur. Malgré une pétition et des protestations d'associations féministes, Alain Delon s'est dit "content, heureux et satisfait". Sept fois en compétition mais jamais récompensé, le monstre sacré du cinéma est revenu sur sa longue carrière. Je suis heureux de cette palme d'or.

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. La sélection littéraire du « Monde » : la mer, des espions, le bagne et le Mississippi. Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. La sélection littéraire du « Monde » : la mer, des espions, le bagne et le Mississippi. Pour Le Monde , plusieurs hauts responsables et ex-salariés français du groupe ont accepté de partager, de manière

Fanny propose d’intégrer à sa sororité littéraire une camarade de classe d’origine haïtienne, Melissa (Wislanda Louimat), dont la solitude et l’étrange réserve semblent recouvrir un inquiétant secret, ayant partie liée avec la pratique du vaudou.

En entremêlant ainsi deux réalités distantes dans l’espace et dans le temps, le film ouvre entre elles toute une chambre d’échos réels ou imaginaires, qui définissent le champ d’une certaine hantise historique ou, en d’autres termes, la survivance d’une époque dans une autre. Sous les volutes de magie noire, l’amour remonte le cours du temps, réactive le labyrinthe de la mémoire et se porte garant d’une histoire démantelée, dont la seule continuité réside sur le terrain des affects. Mathieu Macheret

Une suite de "Wallace et Gromit" en cours d'après son réalisateur Nick Park

Une suite de Plus de dix ans après le film "Wallace et Gromit : Le Mystère du lapin-garou", Nick Park travaillerait sur le retour de son duo improbable. Selon The Hollywood Reporter, le Britannique plancherait sur plusieurs nouvelles aventures qui prendraient la forme de courts métrages de trente minutes, sans pour autant fermer la porte à une deuxième long-métrage. A défaut de revenir, dans l'immédiat en tout cas, au cinéma, Wallace et Gromit, les deux inséparables, pourraient être de retour au petit écran. Leur créateur Nick Park a confié au Hollywood Reporter travailler sur de nouvelles idées concernant ce couple calamiteux.

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. La sélection littéraire du « Monde » : la mer, des espions, le bagne et le Mississippi. Le monde a changé et les règles resteraient les mêmes ? Le moment était venu de renverser la table, en faveur

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées.

« Zombi Child », film français de Bertrand Bonello. Avec Louise Labèque, Wislanda Louimat, Adilé David, Ninon François, Mathilde Riu (1 h 43).

« Le Professeur » : Alain Delon au sommet de sa beauté

La ressortie en salle du Professeur, de Valerio Zurlini, est un événement pour bien des raisons. Il sera donné enfin au spectateur de découvrir la version intégrale d’un film qui fut en son temps distribué avec des coupes conséquentes (plus de vingt minutes) imposées par son coproducteur et acteur principal, Alain Delon. Mais aussi de revoir et reconsidérer cette œuvre qui laissa la critique française perplexe à sa sortie en 1972 – à quelques exceptions près, dont Jean de Baroncelli dans Le Monde. Pas vraiment hostile, mais peu emballée par ce qu’elle ne parvenait pas catégoriser avec précision.

C’est, dit-on, Luchino Visconti qui présenta Alain Delon à Valerio Zurlini. Celui-ci lui fit lire un scénario qu’il avait déjà proposé à Marcello Mastroianni. L’acteur accepta immédiatement, voyant dans le rôle qu’on lui proposait une manière d’échapper à ses habitudes.

Capucine Anav et Alain-Fabien Delon, duo tendre à Roland-Garros

Capucine Anav et Alain-Fabien Delon, duo tendre à Roland-Garros Mardi, Capucine Anav et Alain-Fabien Delon ont été aperçus très complices dans les tribunes de Roland-Garros.

Cinéma [modifier | modifier le code]. Le vaudou a inspiré un grand nombre de films. Par exemple Shadowman est un jeu ou l’on incarne le légendaire guerrier vaudou gardien du masque des ombres capable de se déplacer du monde des vivants au monde des morts en quête des âmes noires.

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées.

Il y interprète Daniele Dominici, un professeur de lettres remplaçant qui arrive à Rimini (Emilie-Romagne), en plein hiver, pour enseigner dans un lycée. Peu inspiré par ce qui ne semble pas être vraiment une vocation, il fréquente le soir des parties de poker au cours desquelles il perd sans émoi son argent et se fait quelques amis douteux.

Une certaine abjection se mêlant à la passion font la singularité du film. Mal rasé, d’une pâleur d’insomniaque, défait, constamment vêtu d’un pardessus beige, Alain Delon est ici au sommet de sa beauté, une beauté dont il livre une face sombre et bouleversante. Jean-François Rauger

« Le Professeur », film italien de Valerio Zurlini (1972). Avec Alain Delon, Sonia Petrova, Giancarlo Giannini (2 h 12).

Festival Côté court : hommage au court-métrage

La jeunesse qui remplit les terrasses du Ciné 104 à Pantin (Seine-Saint-Denis), lors de chaque édition du festival Côté court, est un indice ou plutôt une promesse : le cinéma est un art bien vivant et la salle n’a pas dit son dernier mot.

A l’excitation d’une nouvelle génération invitée à montrer ses premières œuvres répond la curiosité d’un public qui peut facilement approcher les équipes de films et découvrir la programmation foisonnante pour un « pass » à 25 euros.

Le pape du jazz vaudou, Dr. John, est mort

Le pape du jazz vaudou, Dr. John, est mort Le claviériste Dr. John, qui a fait vibrer la scène jazz depuis les années 70 avec des réminiscences vaudou issues de sa Nouvelle-Orléans natale, est mort jeudi, a annoncé sa famille. © Fournis par France Télévisions Dr. John, pianiste, guitariste et chanteur de blues légendaire qui a marqué la scène jazz internationale en lui apportant une tonalité vaudou, a succombé à une crise cardiaque le 6 juin à l'âge de 77 ans, selon une notice publiée sur son compte Twitter. Funk-rock vaudou Né Malcolm John McRebennack en 1941, Dr.

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. « Cette infection bactérienne, rare et gravissime, est fatale dans 10 % des cas », explique au Monde un médecin. S’agissant de la victime, cette infection a atteint les poumons, provoquant un œdème

Vaudou , Delon , courts - métrages : les films de la semaine à ne pas rater cette semaine. Le Monde utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées.

La 28e édition de Côté court confirme son identité de tête chercheuse, croisant les regards, les disciplines et les générations, avec deux compétitions (fiction et essai-art vidéo), des sections hybrides (Ecran libre et Panorama), un focus sur le Portugal, faisant se côtoyer la « nouvelle vague » (Miguel Gomes, Joao Pedro Rodrigues, Salome Lamas) et les « maîtres » (Joao Cesar Monteiro, Manoel de Oliveira). Clarisse Fabre

Festival Côté Court, Ciné 104, 104, avenue Jean-Lolive, Pantin (Seine-Saint-Denis). Jusqu’au 15 juin.

« Journal d’un maître d’école » : une expérience ciné-pédagogique

Certaines œuvres émergeant d’une longue nuit d’oubli sont restituées avec d’autant plus d’urgence que leurs questionnements sont restés sans réponse. C’est le cas de Journal d’un maître d’école, film en quatre épisodes réalisé pour la télévision publique italienne (RAI) par Vittorio De Seta, disponible dans un très beau livre-DVD (éd. L’Arachnéen) retraçant précisément le contexte et l’histoire atypique de sa production.

Méconnu et très rarement montré en France, alors qu’il rencontra un grand succès (20 millions de spectateurs) en Italie, lors de sa diffusion en 1973, c’est une merveille d’audace et d’intelligence.

Inspiré des théories de pédagogues réformateurs comme Célestin Freinet ou Mario Lodi, mené comme une expérience pédagogique in vivo, dans un partage des pouvoirs respectifs de la fiction et du documentaire, Journal d’un maître d’école explore les conditions possibles d’une nouvelle façon d’enseigner, en opposition à une institution scolaire sclérosée et désinvestie.

La sidérante beauté du film tient précisément à cela : que l’apprentissage et la transmission prennent forme sous nos yeux, arrachés à la misère et à l’inaction des pouvoirs publics. Les visages expressifs des élèves, leur rage explosive, la confiance qu’ils finissent par reconquérir constituent la trame d’un des plus beaux poèmes de l’enfance du cinéma italien. M. M.

« Journal d’un maître d’école », film en quatre épisodes de Vittorio De Seta (1973). « Le film, un livre », sur une idée de Federico Rossin. L’Arachnéen, 30 €.

«Zombi Child» : une atmosphère mystérieuse et envoûtante.
«Zombi Child», montré en sélection parallèle au Festival de Cannes, raconte l’histoire d’une adolescente haïtienne qui confie à ses nouvelles amies le secret -entre zombie et rites vaudou- qui hante sa famille.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!