Culture: Madagascar: la société civile fait l'audit des promesses présidentielles - PressFrom - France
  •   
  •   

Culture Madagascar: la société civile fait l'audit des promesses présidentielles

22:25  10 octobre  2019
22:25  10 octobre  2019 Source:   rfi.fr

Madagascar: les renseignements financiers expliquent leur fonctionnement

Madagascar: les renseignements financiers expliquent leur fonctionnement Le directeur général du Samifin, le service de renseignements financiers, a souhaité s’exprimer vendredi 13 septembre devant la presse pour communiquer sur le fonctionnement de son institution. La raison : plusieurs cas de personnes mal intentionnées prétendant agir au nom du Samifin et prétendant posséder un dossier à charge ont récemment fait chanter des victimes pour leur extorquer de l’argent. Des agissements qui ternissent l’image du service en charge d’enquêter sur les flux financiers illicites et particulièrement sur le blanchiment de capitaux.

Vue d'Antananarivo, le 4 mai 2016. © Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images Vue d'Antananarivo, le 4 mai 2016.

À Madagascar, la plateforme de la société civile ROHY rappelle à l'ordre le régime sur sa façon de gouverner le pays. Manque de transparence dans ses décisions, omniprésence du chef de l'État, non-respect de la loi par les dirigeants... Jeudi, lors d'une conférence de presse dans la capitale Antananarivo, la plateforme a dressé une longue liste de griefs concernant les actions et les prises de décisions des dirigeants.

Neuf mois après l'arrivée au pouvoir d'Andry Rajoelina, le bilan de la société civile est sévère. Elle admet qu'il travaille « inlassablement » mais « sans nécessairement produire des résultats palpables. »

Algérie: partis et société civile méfiants après l'annonce de la présidentielle

Algérie: partis et société civile méfiants après l'annonce de la présidentielle Après l’annonce de l’organisation de l’organisation de l’élection présidentielle, les réactions sont très mitigées. Au sein de la société civile et des partis politiques qui s’étaient organisés ces derniers mois, personne ne semble convaincu que l’élection est la bonne solution. Il était favorable au dialogue, voire même à une présidentielle. Mais Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, y mettait certaines conditions. Des conditions qui selon lui ne sont pas remplies aujourd’hui.

Une omniprésence du président qui nuit à la bonne gouvernance, explique Hony Radert, responsable de la sous-commission Finances publiques au sein du mouvement ROHY : « Nous avons l'impression que c'est vraiment la présidence qui prend toutes les décisions et n'impliquent pas ses ministres dans ces prises de décisions. Ce sont les retours que nous avons au niveau des ministères. Le problème, c'est que dans ce cas-là à quoi servent alors les ministères ? Il y a des responsabilités que ces personnes doivent prendre, et ce d'autant plus qu'elles sont chèrement payées. Si l'on veut que la machine fonctionne, il faut que chaque acteur puisse prendre ses responsabilités. »

Plusieurs actions du régime suscitent l'incompréhension chez les citoyens d'après ROHY comme la construction d'une nouvelle ville en périphérie d'Antananarivo « dans l'opacité et dans un contexte de contestation des populations impactées » ou « l'élaboration d'un plan d'émergence pour Madagascar sans concertations régionales. »

Madagascar: la société STAR réagit aux critiques sur ses pratiques

Madagascar: la société STAR réagit aux critiques sur ses pratiques L'entreprise STAR, propriété du groupe français Castel, est au cœur d’une controverse. Dans un reportage de France 24, la population locale affirme que la société utilise du maïs cultivé illégalement dans une forêt protégée pour fabriquer ses bières. Face aux nombreuses réactions qui reprochent à l'entreprise de contribuer à la déforestation, celle-ci s'est défendue mardi 17 septembre lors d'une conférence de presse. C'est le directeur général de la société STAR en personne qui s'est déplacé devant la presse. Les médias internationaux, eux, n'ont pas été conviés.

Une incompréhension qui vient notamment d'un manque de transparence et de volonté d'impliquer la population dans les décisions explique le mouvement.  Parmi celles qui ont fait polémique ces derniers jours, la nomination de gouverneurs de régions par décret par le président, explique Benjamin Andriatsimarofy, membre de la commission juridique de la plateforme : « Ce processus de nomination ne respecte guère la Constitution. Les instances dirigeantes de ces régions devraient être élues au suffrage universel. Le terme de "gouverneur" n'est même pas prévu par la Constitution ni par la loi sur les collectivités territoriales décentralisées et c'est pour cela qu'on interpelle toujours : la loi n'est pas seulement faite pour les gouvernés, mais pour les gouvernants aussi. » Un décret pris il y a 15 jours et qui n'a pas encore été rendu public.

Madagascar: des arrestations après la fuite de sujets du bac .
À Madagascar, huit élèves sont derrière les barreaux après des fuites de sujets au baccalauréat. L’examen qui s’est terminé vendredi dernier a été émaillé de nombreuses perturbations liées à des fuites de sujets. La gendarmerie et la police ont été chargées de mener les enquêtes. Avant-hier, huit étudiants et trois enseignants ont été placés en détention provisoire après leur défèrement au parquet. « Il faut que les auteurs de ces fuites soient punis » disaient de nombreux lycéens à la sortie des épreuves la semaine dernière mais la mise en détention provisoire de plusieurs candidats a été vue comme une décision excessive.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!