•   
  •   

Culture Avant de découvrir "1917" de Sam Mendes, petite histoire du plan-séquence au cinéma

18:50  14 janvier  2020
18:50  14 janvier  2020 Source:   francetvinfo.fr

"1917" : Une plongée immersive dans les tranchées de la Première Guerre mondiale

  Après un premier aperçu dévoilé en août dernier, Universal reparle de "1917", premier film de Sam Mendes depuis son départ de la saga "James Bond", à travers un trailer plus long qui plonge davantage les spectateurs dans le vif du sujet : la Première Guerre mondiale. Attendu le 15 janvier 2020 en France, "1917" a reçu trois nominations à la prochaine cérémonie des Golden Globes, dont celles du meilleur film dramatique et du meilleur réalisateur, un prix déjà décroché par Sam Mendes en 2000 pour "American Beauty".Pour regarder la nouvelle bande-annonce (en anglais) de "1917" : Youtu.

Le front anglais en 1917 dans l’est de la France comme jamais vu au cinéma . Le réalisateur de Skyfall et d’American Beauty, Sam Mendes , raconte Sam Mendes suit ses deux personnages de leur réveil à l’aube suivante. Réalisé en un plan séquence (sans coupes), une telle prouesse n’est possible que

Le front anglais en 1917 dans l’est de la France comme jamais vu au cinéma . Le réalisateur de Skyfall et d’American Beauty, Sam Mendes , raconte Un superbe récit monté en un plan séquence (sans coupes) de deux heures. 1917 est sans doute le meilleur film sur la Première Guerre mondiale depuis

Le film, qui sort mercredi au cinéma, est tourné en un seul plan-séquence de deux heures sans coupe. Retour sur l'histoire de cette technique pleine de défis, qui révèle souvent le talent des réalisateurs.

  Avant de découvrir © Fournis par Franceinfo

The Player (1992), scène 1. Une secrétaire répond au téléphone, se fait réprimander par sa supérieure, recul de la caméra, et c'est parti pour 8 minutes, sans raccords, de découverte du décor et des personnages. Passant d'un dialogue à l'autre, on est tout de suite imprégné par l'ambiance des bureaux de ce studio hollywoodien. Comme une illusion de liberté de se mouvoir, de découvrir la scène par soi-même, d'être un personnage parmi les autres...

"1917" vainqueur surprise, Brad Pitt et Joaquin Phoenix récompensés : découvrez le palmarès des Golden Globes

  Le film de guerre du Britannique Sam Mendes a été sacré meilleur film dramatique, dimanche, lors des Golden Globes, et également remporté le prix du meilleur réalisateur. Le dernier film de Quentin Tarantino est l'autre grand vainqueur de la soirée, avec le prix de la meilleure comédie et une récompense pour la performance de Brad Pitt dans un second rôle. Le Britannique Sam Mendes a créé la surprise dimanche soir lors des Golden Globes, en étant sacré meilleur réalisateur, mais surtout en remportant le prix du meilleur film dramatique pour son film de guerre 1917.

Derrière l'intrigue en forme de course contre la montre, il y a surtout une formidable performance de cinéma . Le réalisateur a tourné en plan - séquence , sans coupe Une prouesse technique au service de l' histoire . "Je voulais que l'on ressente chaque seconde de ce que vivent les personnages, être

Derrière l'intrigue en forme de course contre la montre, il y a surtout une formidable performance de cinéma . Le réalisateur a tourné en plan - séquence , sans La prouesse technique aurait pu n'être que pur artifice, au contraire, elle sert parfaitement l' histoire et fait passer le spectateur par tous les états.

Pas étonnant que Sam Mendes, qui voulait offrir avec 1917 une expérience immersive dans l'enfer des tranchées, ait appliqué cette technique. Et ce à l'intégralité de son film. Même si, naturellement, le film n'est pas vraiment filmé en une fois, l'action se déroule sans coupe, changement d'angle ou contrechamp.

Cette illusion est amenée par des transitions très subtiles entre des plans qui peuvent tout de même atteindre six minutes. Pendant deux heures, c'est comme si nous incarnions un soldat britannique aux côtés de George MacKay et Dean-Charles Chapman.

"Temps réél", "temps humain"

Qu'est-ce qu'un plan-séquence ? Un plan est tout simplement un bout de film qui se situe entre deux coupes ou raccords, et une séquence est une scène qui se déroule dans un seul lieu et qui comprend une action ou un dialogue par exemple. Logiquement, un plan-séquence est une séquence filmée en un seul plan, sans raccords.

Golden Globes du cinéma: Sam Mendes et Quentin Tarantino couronnés

  Golden Globes du cinéma: Sam Mendes et Quentin Tarantino couronnés Comme chaque année, en prélude à la cérémonie des Oscars en février, Los Angeles a accueilli la première fête de l'année du cinéma américain, les Golden Globes. On attendait un triomphe des productions Netflix, ce ne pas vraiment le cas. Oui, même avec trois longs-métrages sur cinq dans la prestigieuse catégorie du meilleur film dramatique, dont le très ambitieux, The Irishman de Martin Scorsese, Netflix repart bredouille de ces 77èmes Golden Globes, rapporte notre correspondant à Los Angeles, Loïc Pialat. C’est 1917, film de guerre tourné intégralement en plans séquences, qui a séduit la presse étrangère de Hollywood.

Pour " 1917 ", Sam Mendes s'est inspiré d'une histoire familiale, celle de son grand-père, choisi pour délivrer des messages sur le front pendant la Première Avec " 1917 ", drame historique à la réalisation virtuose, tourné comme un unique plan - séquence , le réalisateur Sam Mendes fait le pari de

Pour ce drame historique, Sam Mendes a fait le choix de tourner l'intégralité du long-métrage en plan séquence . L'objectif : ne jamais lâcher les deux jeunes Ci-dessous, découvrez la vidéo making-of qui nous permet de découvrir comment les équipes de 1917 ont relevé ce pari cinématographique

Pour Giusy Pisano, professeure de cinéma à l'ENS-Louis Lumière, l'intérêt de cette technique vient "de la continuité, du temps réél. Le plan-séquence nous permet de sentir le temps humain". "Dans la vrai vie, on ne coupe pas" ajoute-t-elle en riant, "voilà pourquoi le plan-séquence est très utilisé dans le cinéma réaliste".

Cette professeure, spécialiste du cinéma néoréaliste italien (très adepte de cette technique) estime que le plan-séquence est l'une des techniques fondamentales du cinéma. "C'est une des premières choses que j'enseigne à mes élèves" explique-t-elle, "et le principal conseil que je leur donne, c'est d'étudier les lieux bien avant, de penser l'action et la trajectoire des acteurs bien en amont". Le plan-séquence est un défi technique majeur pour les réalisateurs, et souvent une manière de démontrer leur talent.

Le XXe siècle, La Corde et le défi de la pellicule

Révélé par sa victoire aux Golden Globes, le film "1917" en route vers les Oscars?

  Révélé par sa victoire aux Golden Globes, le film "1917", film très personnel et novateur de Sam Mendes sur la Première Guerre mondiale, est à peine sorti sur les écrans qu'il a déjà été propulsé vers la gloire par sa victoire surprise dimanche aux Golden Globes. Ils sont chargés d'une mission quasiment impossible destinée à stopper un ordre d'attaque contre les lignes allemandes. "1917" a remporté le prix du "meilleur film dramatique", récompense phare des Golden Globes, qui ont également distingué Sam Mendes en tant que réalisateur, face à des pointures comme Martin Scorsese ("The Irishman") et Quentin Tarantino ("Once Upon a Time... in Hollywood").

Sam Mendes était déterminé à ce que son film de guerre, 1917 , ne soit pas une leçon d' histoire . Comme il l'a expliqué lors d'une conférence de Le cinéaste a également découvert que la raison pour laquelle cette guerre n'est pas aussi souvent montrée au cinéma que la Seconde Guerre mondiale

Pour " 1917 ", Sam Mendes s'est inspiré d'une histoire familiale, celle de son grand-père, choisi pour délivrer des messages sur le front pendant la Première Avec " 1917 ", drame historique à la réalisation virtuose, tourné comme un unique plan - séquence , le réalisateur Sam Mendes fait le pari de

Si les origines de cette technique remontent à l'aube du cinéma (les premiers films des frères Lumière sont des plans-séquences), c'est Alfred Hitchcock qui est considéré comme le premier à en avoir fait vraiment usage. Tout particulièrement, son film La Corde (1948) est le premier à avoir été intégralement tournée en plan séquence. Le film, dont l'action se déroule en huis-clos avec peu de personnages, s'y prêtait à merveille.

Bien sûr, à l'époque, la contrainte de la pellicule (dix minutes de tournage continu maximum) a obligé le "maître du suspens" à innover. Des passages de personnages devant la caméra et autres subterfuges lui ont permis de raccorder huit plans séquence de dix minutes tout en donnant l'illusion d'un seul et même plan de quatre-vingt minutes. Au cours du dernier siècle, à part Hitchcock, pratiquement aucun réalisateur reconnu ne s'est engagé dans le défi de réaliser un long-métrage en un seul plan-séquence.

Mais la technique en soi a été utilisée en long et en large dans le cinéma analogique, avec quelques exemples mythiques comme la scène d'ouverture de Soy Cuba (1964) de Mikhaïl Kalatozov ou la présentation des personnages dans Les Affranchis (1990) de Martin Scorsese, en passant par l'inquiétante déambulation dans les couloirs de Shining (1980) de Stanley Kubrick. Sans oublier l'un des plus célèbres, la scène d'ouverture de La soif du mal (1958) d'Orson Welles.

"1917" : Sam Mendes réalise un des meilleurs films sur la Première Guerre mondiale

  Sam Mendes, réalisateur de "Skyfall", rassemble en un film des récits qui témoignent du front anglais en 1917 : sublime. © Fournis par Franceinfo Le front anglais en 1917 dans l’est de la France comme jamais vu au cinéma. Le réalisateur de Skyfall et d’American Beauty, Sam Mendes, raconte les souvenirs de ceux qui y étaient. Un superbe récit monté en un plan séquence (sans coupes) de deux heures. 1917 est sans doute le meilleur film sur la Première Guerre mondiale depuis Les Sentiers de la gloire de Kubrick (1957) et Johnny Got his Gun (Dalton Trumbo, 1971), en salle mercredi 15 janvier.

C’est une immersion au cœur de la Première Guerre mondiale. Deux soldats britanniques doivent traverser les lignes ennemies pour porter un message crucial qui pourrait sauver des centaines de vies. Le réalisateur a tourné en plan - séquence , sans coupe ou presque. […]

réalisateur), le film de guerre de Sam Mendes frappe fort pour sa sortie étendue au plan national avec 36,5 millions de 1917 . De Sam Mendes . Avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Mark Strong, Andrew Scott, Richard Box Office US : La Reine des Neiges 2, plus gros succès de l' Histoire pour un film d'animation. Sorties cinéma : L'Adieu de Lulu Wang en tête des premières séances.

Le passage au XXIe siècle et la magie du numérique

L'arrivée des caméras numériques offre une nouvelle liberté aux réalisateurs souhaitant s'adonner au "one take" (une prise). Alexandre Sokourov est le premier à relever le défi en 2002, avec L'Arche Russe, grâce à une caméra numérique reliée à un disque dur. Tourné en une seule prise au musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, le film raconte l'histoire de la Russie (rien que ça) et a requis des mois de répétition. Plus de 850 acteurs et 1.000 figurants ont du refaire quatre fois les 96 minutes de film avant de réussir la prise.

Mais le film en "one take" par excellence est Victoria (2015) de l'Allemand Sebastian Schipper. 2h14 sans interruption pendant laquelle l'équipe de tournage suit l'actrice Laia Costa à travers la vie nocturne berlinoise. Trois prises ont été nécessaires pour réussir ce pari technique salué par l'ensemble de la communauté cinéphile.

Mais même avec l'arrivée du numérique, certains grands réalisarteurs continuent à "tricher" comme Alfred Hitchcock, en utilisant la post-production et des techniques de tournage pour créer l'illusion d'un film en "one take". Birdman (2015) d'Alejandro Iñárritu, et aujourd'hui 1917 de Sam Mendes sont de bons exemples de "faux" films en plan-séquence, qui permettent d'utiliser les avantages de cette technique (temps réél, continuité) sans les inconvénients qu'elle apporte.

Oscars 2020 : "1917", "Joker", "Parasite"... Retour sur les bandes annonces des meilleurs films en lice .
Qu'ils soient déjà sortis tels que "Joker" de Todd Phillips, "The Irishman" de Martin Scorsese, "Le Mans 66" de James Mangold, "Parasite" de Bong Joon-ho, "Once Upon a Time in Hollywood" de Quentin Tarantino, "Marriage Story" de Noah Baumbach, "Les Filles du Docteur March" de Greta Gerwig, ou qu'ils soient bientôt disponibles au cinéma tels que "1917" de Sam Mendes" et "Jojo Rabbit" de Taika Waititi, retour sur les bandes annonces de ces films sélectionnés pour peut-être remporter l'Oscar du meilleur film 2020, le 9 février prochain à Los Angeles.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!