•   
  •   

Culture BD. Agrippine, l’attachiante ado de Bretécher

14:05  27 juillet  2020
14:05  27 juillet  2020 Source:   ouest-france.fr

"Une farouche liberté" : les derniers mots de Gisèle Halimi

  Moins d'un mois après le décès de Gisèle Halimi, le 28 juillet, son ultime ouvrage sort mercredi en librairies. Une dernière fois, faire entendre sa voix libre, avant de passer le flambeau. Moins d'un mois après le décès de Gisèle Halimi, le 28 juillet, son ultime ouvrag Dans Une farouche liberté (éd. Grasset), l'avocate icône de la cause des femmes revient, sous la forme d'un entretien fleuve avec la journaliste du Monde Annick Cojean, sur quelques chapitres majeurs de sa vie. A 93 ans, l'indignation est intacte.

Pour les articles homonymes, voir Agrippine . Agrippine est une série de bande dessinée réalisée par la Française Claire Bretécher dont les neuf albums ont été publiés entre 1988 et 2009. Elle présente les dilemmes existentiels et les préoccupations futiles d'une adolescente gâtée

BD : Claire Bretécher , maman d' Agrippine et copine des "Frustrés" est décédée "Je passe mon temps à regarder les gens. Leur tronche, leur allure". Claire Bretécher aime croquer ses contemporains, avec un crayon parfois assassin, une plume féroce. Les copines quadra, les ado rebelles, les épouses

Claire Bretécher a réuni les aventures d’Agrippine dans huit albums. © DARGAUD Claire Bretécher a réuni les aventures d’Agrippine dans huit albums.

Ces héros de fiction sont entrés dans nos vies. Aujourd’hui : l’adolescente de Claire Bretécher, sortie de sa case de BD pour râler dans un dessin animé et un podcast.

Cinq coups de crayon pour sa frange en pétard, cinq autres, pour sa queue-de-cheval haut perchée. Des yeux écarquillés, soulignés de trois cernes noirs, des sourcils fâchés, un gros nez, une bouche en cul-de-poule. Et puis des pauses alanguies, jambes croisées, culotte à l’air, dans des canapés, devant la télé…

Débuts dans le Nouvel Observateur

Voici Agrippine, prototype de l’adolescente ingrate, jamais contente, égoïste, inculte mais possédant un avis sur tout et s’exprimant dans un sabir inimitable. Cette créature insupportable mais si craquante « prend vapeur » pour tout pour rien. « Travailler, ça l’esclave »…

Quel âge a-t-elle ? Difficile à dire, 14 ans peut-être à sa naissance en 1988, dans les pages du Nouvel Observateur. Sûrement pas plus de 18, à la fin de ses aventures, publiées dans huit albums jusqu’en 2009.

En guerre contre le monde des adultes

L’immense Claire Bretécher, génie absolu du dessin, proclamée sociologue par Barthes et Bourdieu, a donné à son personnage le prénom de l’empoisonneuse romaine  Agrippine la jeune , fille de Germanicus, sœur de Caligula, épouse de l’empereur Claude et mère de Néron.

Agrippine, ça claque comme une entrée en guerre contre le monde des adultes. La famille élargie de l’empoisonnante ado se compose de ses Bioman (ses parents), ex-soixante-huitards conformistes, de son frère Biron, d’une bande de potes croquignolesques : Bergère Leprince, Modern Mesclun, Morose le Hachis et Persil Wagonnet… Et puis il y a Zonzon, son AGM (arrière-grand-mère) de 95 ans et demi, qui prend un malin plaisir à l’appeler Joséphine ou Proserpine.

Aïeule rebelle

« Elle respirait dans le Maine profond, maintenant elle zone dans un abattoir près de chez moi », explique Agrippine à ses copains, à l’arrivée de « l’ancêtre » dans sa vie. Zonzon est du genre à tagger les murs de sa maison de retraite. Les deux rebelles vont s’entendre à la perfection.

Le très grand âge et l’adolescence se rejoignent sous le regard lucide et tendre de Bretécher, disparue en février, à 79 ans. Agrippine est désormais orpheline, mais elle a des cousines. À commencer par la pétillante Esther, de Riad Sattouf, qui lui a succédé en 2014 dans les pages de L’Obs .

Agrippine en BD. Les huit albums des délires existentiels d’Agrippine sont parus chez Dargaud.

Agrippine en dessin animé . Les vingt-six épisodes de vingt minutes d’une série animée de Frank Vibert sont disponibles sur YouTube. Ça fait toujours drôle d’entendre parler un héros de BD avec une autre voix que celle qu’on s’était imaginée, mais cette adaptation est assez réussie.

Agrippine en podcasts. France Culture propose toujours un feuilleton en cinq épisodes de 2012 qui tente de  faire entendre  le dessin de Bretécher. Avec Anne-Lise Heimburger dans le rôle d’Agrippine, Guillaume de Tonquédec (le père) et Marie-Pierre Casey (Zonzon). Plus inégal.

"Une farouche liberté" : les derniers mots de Gisèle Halimi .
Moins d'un mois après le décès de Gisèle Halimi, le 28 juillet, son ultime ouvrage sort mercredi en librairies. Une dernière fois, faire entendre sa voix libre, avant de passer le flambeau. Moins d'un mois après le décès de Gisèle Halimi, le 28 juillet, son ultime ouvrag Dans Une farouche liberté (éd. Grasset), l'avocate icône de la cause des femmes revient, sous la forme d'un entretien fleuve avec la journaliste du Monde Annick Cojean, sur quelques chapitres majeurs de sa vie. A 93 ans, l'indignation est intacte.

usr: 0
C'est intéressant!