•   
  •   

Culture Killings en France déclenche des manifestations au Bangladesh contre Macron

13:10  30 octobre  2020
13:10  30 octobre  2020 Source:   reuters.com

Réfugiés rohingyas au Bangladesh : les damnés de l'Asie

  Réfugiés rohingyas au Bangladesh : les damnés de l'Asie Amassés comme du bétail à l’intérieur du camp de Kutupalong, dans le sud-est du Bangladesh, ils sont 630 000 réfugiés musulmans, chassés par les massacres de l’armée birmane. Affamés, désœuvrés, dépressifs, malades, négligés, ils tentent de fuir à grands frais via des passeurs véreux ou sombrent dans les trafics de drogue. Quand ils ne sont pas exploités clandestinement par des employeurs sans scrupules. Beaucoup de Bangladais les haïssent et veulent les renvoyer au plus vite en Birmanie. Une situation désespérée qui semble sans issue. Notre reporter est allé à leur rencontre. © Hugo Ribes Le mariage était arrangé.

Une manifestation organisée par l'un des principaux partis islamistes bangladais a rassemblé plus de 40 000 personnes à Dacca. Une effigie du président français Emmanuel Macron est vue en train de brûler au sol lors d'une marche de protestation Islami Andolan Bangladesh à Dhaka le 27 octobre

En France , Emmanuel Macron a annoncé hier soir que les crèches, écoles, collèges et lycées resteraient ouverts malgré Si les contours précis de ce nouveau confinement ne seront connus qu'à 18 h 30 avec les annonces de Jean Castex, Emmanuel Macron a précisé hier soir souhaiter que "les

SINGAPOUR (Reuters) - Des dizaines de milliers de musulmans ont manifesté vendredi au Bangladesh après les meurtres d'un migrant tunisien dans une église française qui ont incité le président Emmanuel Macron à se défendre contre les attaques contre les valeurs de son pays et sa liberté de croyance.

a group of people standing in front of a building: Supporters and activists of the Islami Oikya Jote take part in a protest in Dhaka © Reuters / MOHAMMAD PONIR HOSSAIN Des partisans et militants de l'Islami Oikya Jote participent à une manifestation à Dhaka

France, qui abrite la plus grande communauté musulmane d'Europe, était engagé dans une guerre contre l'idéologie islamiste et des attaques plus militantes étaient probables, ministre de l'Intérieur Avertit Gerald Damarnin.

Bangladesh: l'armée dans les camps Rohingyas après des heurts entre gangs de la drogue

  Bangladesh: l'armée dans les camps Rohingyas après des heurts entre gangs de la drogue L'armée bangladaise a intensifié ses opérations dans le tentaculaire complexe de camps qui abrite environ un million de Rohingyas réfugiés au Bangladesh, après des heurts entre gangs de la drogue qui ont fait sept morts en six jours, a-t-on appris mercredi auprès de la police.Deux groupes armés de Rohingyas s'affrontent dans le camp de Lambasia pour contrôler le marché lucratif de la méthamphétamine à la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh.Une femme figure parmi les sept morts des six derniers jours et il y a eu plusieurs blessés, selon la police locale.

Macron qu’à tu fais. Zephy. MP. le bangladesh aucun poid dans le monde ils ont jamais vu la France mise a part sur une carte du monde. Zephy. MP. 27 octobre 2020 à 09:37:24.

Emmanuel Macron y martelait que la France ne renoncerait pas aux caricatures et aux dessins, alors que l’enseignant avait été assassiné pour avoir Avant la manifestation de Dacca, des mobilisations avaient déjà eu lieu dans plusieurs villes du pays. «Stop à l’islamophobie», «insulter le prophète, les

Des manifestants défilant dans les rues de Dhaka, la capitale du Bangladesh à majorité musulmane, scandaient "Boycottez les produits français" et arboraient des banderoles qualifiant Macron de "plus grand terroriste du monde".

"Macron mène l'islamophobie", a déclaré le manifestant Akramul Haq. "Il ne connaît pas la puissance de l'Islam. Le monde musulman ne laissera pas cela aller en vain. Nous nous lèverons et nous solidariserons contre lui."

France a porté son alerte sécuritaire au plus haut niveau jeudi après qu'un homme armé d'un couteau criant "Allahu akbar" (Dieu est le plus grand) ait décapité une femme dans une église et tué deux autres personnes avant d'être abattu et emmené par la police.

"Nous ne céderons aucun terrain", a déclaré Macron devant l'église de la ville de Nice, jurant de déployer des milliers de soldats supplémentaires pour garder des sites tels que les lieux de culte et les écoles.

PHOTOS - Brigitte Macron souriante : après l'annonce de la mort de son ex-mari, elle fait front

  PHOTOS - Brigitte Macron souriante : après l'annonce de la mort de son ex-mari, elle fait front Au lendemain de l'annonce du décès de son ex-époux, Brigitte Macron a reçu la visite de la Première dame mexicaine, Beatriz Gutiérrez Müller. Une venue qui s'inscrivait dans le cadre de l'inauguration de l'exposition "Les Olmèques et les cultures du golfe du Mexique", au Quai Branly à Paris.Ce 8 octobre, au lendemain de la révélation, la Première dame n'a pas fait étalage de ses émotions. Stoïque, Brigitte Macron a accueilli Beatriz Gutiérrez Müller, l'épouse du président mexicain, Andrés Manuel López Obrador.

Emmanuel Macron est devenu la cible de manifestations dans plusieurs pays, après avoir promis que la France continuerait à défendre ce genre de caricatures le La manifestation , organisée par l'Islami Andolan Bangladesh (IAB), l'un des principaux partis islamistes bangladais, avait démarré devant la

"( Macron ) doit se faire soigner. Il n'est pas seulement devenu l'ennemi de l'islam mais aussi de tous les défenseurs de la paix", a-t-il ajouté avant d'appeler à boycotter les produits français. Plusieurs autres pays musulmans, dont l'Arabie saoudite et la Turquie, ont critiqué les propos tenus par Emmanuel

France avait été attaqué "pour nos valeurs, pour notre goût de la liberté, pour la capacité sur notre sol d'avoir la liberté de croyance", a-t-il ajouté.

Une source judiciaire en France a déclaré qu'un homme de 47 ans avait été placé en garde à vue jeudi soir, soupçonné d'avoir été en contact avec l'auteur de l'attaque.

La violence est survenue à un moment de colère croissante des musulmans face à la défense par la France du droit de publier des caricatures représentant le prophète Mahomet, et les manifestants ont dénoncé la France lors de rassemblements de rue dans plusieurs pays à majorité musulmane.

Plusieurs dirigeants d'Asie ont exprimé leur soutien à la France après les attentats de jeudi, jour de l'anniversaire du prophète.

"Il s'agit simplement de l'acte de barbarie le plus dur, le plus lâche et le plus vicieux des terroristes et devrait être condamné de la manière la plus forte possible", a déclaré le Premier ministre australien Scott Morrison.

Le Bangladesh envisage la peine de mort pour les violeurs alors que les manifestations font rage

 Le Bangladesh envisage la peine de mort pour les violeurs alors que les manifestations font rage Dhaka, Bangladesh - Alors que les manifestations éclatent à travers le Bangladesh à cause d'une série de viols et d'agressions sexuelles, son gouvernement dit qu'il envisage la peine de mort pour les délinquants. © Des manifestations ont éclaté après qu'une vidéo montrant le viol collectif d'une femme est devenue virale au Bangladesh [Mahmud Hos ...

Emmanuel Macron est devenu la cible de manifestations dans plusieurs pays après avoir promis que la France continuerait à défendre ce genre de caricatures La manifestation , organisée par l'Islami Andolan Bangladesh (IAB), l'un des principaux partis islamistes bangladais, avait démarré devant la

Si Emmanuel Macron a bénéficié de nombreux soutiens en Europe pour sa défense du droit à la caricature après la décapitation de Samuel Paty par un terroriste islamiste, certains ne décolèrent pas, tel le mufti de Tchétchénie ou encore Ramzan Kadyrov.

Morrison avait exprimé son soutien à Macron, a-t-il déclaré aux médias vendredi.

"Nous partageons des valeurs. Nous défendons les mêmes choses", a-t-il déclaré.

Morrison a également dénoncé comme des propos absurdes de l'ancien Premier ministre malais Mahathir Mohamad que les musulmans avaient le droit de se mettre en colère et de tuer «des millions de Français pour les massacres du passé».

"La liberté d'expression est un droit, l'appel à la violence ne l'est pas", a déclaré l'ambassadeur américain en Malaisie, Kamala Shirin Lakhdhir, sur Twitter en réponse aux commentaires de Mahathir.

Mahathir a déclaré que ses commentaires avaient été sortis de leur contexte, tandis qu'un haut responsable du gouvernement malaisien, Abdul Hadi Awang, a déclaré que les commentaires de Macron ne pouvaient être justifiés.

"La déclaration du président français expose son hostilité contre l’islam et ses partisans", a déclaré Abdul Hadi, un dirigeant du parti islamiste malais PAS. Le Premier ministre indien du

Narendra Modi a également exprimé son soutien à la position de Macron et a condamné la violence.

"Je condamne fermement les récents attentats terroristes en France", a déclaré Modi sur Twitter jeudi. "L'Inde est aux côtés de la France dans la lutte contre le terrorisme." L'attaque de

jeudi est survenue moins de deux semaines après qu'un enseignant du collège d'une banlieue parisienne ait été décapité par un agresseur de 18 ans qui était apparemment irrité que l'enseignant ait montré une caricature du prophète Mahomet en classe.

France a subi une série d'attaques de militants islamistes, des attentats à la bombe et des fusillades en 2015 à Paris qui ont tué 130 personnes à une attaque de 2016 à Nice qui en a tué 86 lorsqu'un militant a conduit un camion à travers une foule en bord de mer pour célébrer le 14 juillet.

(Reportage de Ruma Paul à Dhaka, Sanjeev Miglani à New Delhi, Rozanna Latiff à Kuala Lumpur et John Mair à Sydney; Écrit par Clarence Fernandez; Édité par Robert Birsel)

Caricatures. Manifestations à travers le monde musulman contre la France .
Des dizaines de milliers de personnes manifestent à travers le monde musulman, après la défense par Emmanuel Macron de la liberté de caricaturer lors de l’hommage à un enseignant tué pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi au Bangladesh, appelant au boycott des produits français après la défense par Emmanuel Macron de la liberté de caricaturer lors de l’hommage à un enseignant tué pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet, brûlant l’effigie du président français et l’accusant « d’adorer Satan ».

usr: 0
C'est intéressant!