•   
  •   

Culture Les dirigeants thaïlandais pro-démocratie convoqués pour diffamation royale

06:46  25 novembre  2020
06:46  25 novembre  2020 Source:   bbc.com

Le parlement thaïlandais s'ouvre pour discuter des manifestations en faveur de la démocratie

 Le parlement thaïlandais s'ouvre pour discuter des manifestations en faveur de la démocratie Le parlement thaïlandais s'est ouvert lundi pour une session spéciale pour discuter du mouvement pro-démocratie dirigé par les jeunes, qui exige la démission du Premier ministre Prayut Chan-O-Cha et des réformes pour les ultra-puissants la monarchie.

Des manifestants pro - démocratie se sont réunis pour demander le départ du Premier ministre Prayuth Chan-ocha et une réforme de la monarchie, à Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés à Bangkok, samedi, pour réclamer le départ du Premier ministre thaïlandais et davantage de

Une militante pro - démocratie a été forcée de fuir la Thaïlande pour échapper à des poursuites pour diffamation royale . La jeune femme est poursuivie pour avoir partagé sur internet un article sur le…

Douze dirigeants thaïlandais pro-démocratie ont été convoqués par la police pour répondre des accusations de diffamation royale, la première utilisation de la loi draconienne en près de trois ans, alors que Bangkok se prépare se rallier.

a group of people standing in front of a crowd: Student-led pro-democracy protests are testing Thailand's royal defamation law, one of the harshest in the world © Lillian SUWANRUMPHA Des manifestations pro-démocratie menées par des étudiants mettent à l'épreuve la loi royale thaïlandaise sur la diffamation, l'une des plus sévères au monde

Le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha a donné la semaine dernière le feu vert aux autorités pour porter des accusations de lèse-majesté à l'exception de toute critique de la famille royale, contre des manifestants qui pourraient désormais encourir jusqu'à 15 ans de prison.

dit que les «manifestations illégales» doivent être contrôlées à l'ouverture du parlement

 dit que les «manifestations illégales» doivent être contrôlées à l'ouverture du parlement Le Premier ministre thaïlandais Le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha a déclaré que la Thaïlande devait maîtriser les «manifestations illégales» lundi lors d'une session parlementaire spéciale appelée à aborder des mois de pro-démocratie rallyes.

Le document en question faisait référence à un scandale de corruption qui a éclaboussé l'armée, initiatrice d'un projet de construction de sept statues géantes de rois thaïlandais . Plusieurs de ses membres auraient exigé auprès des entrepreneurs de verser des pots de vin pour en décrocher la

Des dizaines de Thaïlandais se sont rassemblés samedi dans le centre de Bangkok pour exiger un retour à la démocratie et la tenue d'élections, en dépit «Arrêtez de confisquer le pouvoir, arrêtez de reporter les élections», disait une des banderoles déployées par les militants pro - démocratie devant

Thaïlande a été secoué pendant des mois par des manifestations de jeunes exigeant une nouvelle constitution, une réforme de la monarchie intouchable et la démission de Prayut.

Les tensions dans la capitale thaïlandaise augmentent - des officiers ont déployé des canons à eau et des gaz lacrymogènes lors d'un rassemblement devant le Parlement la semaine dernière, avec 55 personnes blessées et six abattues lors de bagarres avec des royalistes. La source des coups de feu fait l'objet d'une enquête.

a group of people standing in front of a crowd: A man was sentenced to 35 years in jail in 2017 for a series of Facebook posts and comments about the royal family © Madaree TOHLALA Un homme a été condamné à 35 ans de prison en 2017 pour une série de publications et de commentaires sur Facebook sur la famille royale

Des graffitis anti-royaux ont également été barbouillés autour du siège de la police dans le centre de Bangkok, et des manifestants ont jeté de la peinture sur l'enceinte .

Thaïlande: trois leaders pro-démocratie hospitalisés

  Thaïlande: trois leaders pro-démocratie hospitalisés Trois leaders du mouvement pro-démocratie thaïlandais ont dû être hospitalisés ce samedi 31 octobre, après des scènes de chaos devant un commissariat de Bangkok dans la nuit de vendredi à samedi. Un tribunal de Bangkok a ordonné vendredi la libération de Panupong « Mike » Jadnok, Panusaya « Rung » Sithijirawattanakul et Parit « Penguin » Chiwarak. Ces trois militants thaïlandais étaient en détention depuis la mi-octobre pour des accusations de sédition, mais la police a voulu les interroger bien que leurs mandats d'arrêt soient en suspens.

Sur la vingtaine de journalistes ayant déjà été convoqués par les militaires, dix ont vu leur demande de visa rejetée. Après deux années d'un recul inquiétant, la démocratie doit maintenant reprendre ses droits pour que le royaume du sourire renoue avec la croissance économique et l'apaisement social.

Le décret royal évoque, entre autres, les risques que cette situation faisait courir à la jeune démocratie thaïlandaise . Mais les tensions au sein de la coalition qu'il dirigeait n'avaient fait que s'exacerber au fil des mois. Pour protester contre les irrégularités dans l'application de la réforme agraire, le Palang

Thaïlande possède l'une des lois sur la diffamation royale les plus dures au monde. Il est régulièrement interprété comme incluant toute critique de la monarchie - y compris le contenu publié ou partagé sur les réseaux sociaux.

En vertu de l'article 112 du code pénal thaïlandais - que les autorités n'ont pas invoqué depuis début 2018 - toute personne reconnue coupable d'avoir diffamé, insulté ou menacé le roi, la reine ou l'héritier encourt entre trois et 15 ans de prison pour chaque chef d'accusation.

- Rassemblement majeur -

Thai Lawyers for Human Rights déclare que 12 leaders de la contestation ont reçu une convocation - parmi lesquels l'avocat des droits humains Anon Numpha, Panupong "Mike" Jaadnok et les éminents leaders étudiants Panusaya "Rung" Sithijirawattanakul et Parit "Penguin" Chiwarak.

"Je n'ai pas peur du tout et je crois qu'en recevant les 112 convocations, cela attirera plus de monde au rassemblement (de mercredi)", a déclaré Parit à l'AFP.

Des étudiants thaïlandais et des dinosaures dansants se rassemblent à Bangkok

 Des étudiants thaïlandais et des dinosaures dansants se rassemblent à Bangkok Des milliers de lycéens bouleversés par le système éducatif terne de la Thaïlande se sont rassemblés aux côtés de manifestants déguisés en dinosaures dansants à Bangkok samedi.

Au Cambodge, un militant pro - démocratie thaïlandais en exil aurait été enlevé le 4 juin dans la capitale Phnom Penh, selon plusieurs sources citées par des défenseurs des droits humains. Si l’enlèvement est avéré, il ne s’agirait pas de la première disparition d’opposant politique ou d’activiste

Les manifestants thaïlandais , prenant pour modèle les jeunes Hongkongais, n'ont pas de réel dirigeant et s'appuient essentiellement sur les réseaux Des millions de Thaïlandais ont perdu leur emploi et la crise a mis en lumière les inégalités dans l'économie du pays, perçue comme bénéficiant

"Cela signifie-t-il que la monarchie a déclaré une guerre totale avec le peuple, n'est-ce pas?" Les manifestants

ont annoncé la semaine dernière qu'ils se rassembleraient devant le siège du Crown Property Bureau mercredi.

Mais du jour au lendemain, ils ont signalé qu'ils allaient transférer la manifestation au bureau principal de la Siam Commercial Bank - dans laquelle le roi est un actionnaire majeur - pour éviter des affrontements potentiels avec un rassemblement ultra royaliste rival.

Peu de temps après son arrivée au pouvoir après la mort de son père en 2016, le nouveau roi a pris le contrôle du Crown Property Bureau, qui possède des actifs dans des banques, des entreprises et des biens immobiliers de premier ordre.

Le conseil d'administration du bureau était auparavant dirigé par le ministre des Finances dans le cadre d'un arrangement qui donnait un éclat de surveillance publique à une fiducie, selon certains experts, d'une valeur de 30 à 60 milliards de dollars.

La totalité des actifs est privée et reste un secret bien gardé.

bur-lpm / jfx / hg

TRIBUNE. "Il faut organiser une convention citoyenne sur le renouveau démocratique" .
Des associations et collectifs engagés pour la démocratie participative, des chercheurs en sciences politiques, des intellectuels, des personnalités publiques, des élus et des citoyens, dont Cyril Dion et Priscillia Ludosky, appellent dans le JDD à la création d'une convention citoyenne pour le renouveau démocratique. Voici la tribune : "Depuis une décennie, la défiance des citoyens envers les institutions grandit, tandis que s’installe durablement une “fatigue démocratique”. La succession de crises et de mouvements sociaux depuis cinq ans et l’abstentionnisme croissant en sont indéniablement des témoins.

usr: 1
C'est intéressant!