•   
  •   

Culture Les Canadiens proches de la mort ont accès à l'aide à mourir lorsque le Sénat adopte le projet de loi C-7

02:07  18 mars  2021
02:07  18 mars  2021 Source:   pressfrom.com

Feds demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide à mourir

 Feds demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide à mourir OTTAWA - Le gouvernement Trudeau demande une quatrième prolongation de la date limite imposée par le tribunal pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. © Fourni par La Presse canadienne Le ministre de la Justice, David Lametti, demande à la cour de donner au gouvernement un mois de plus - jusqu'au 26 mars - pour adopter le projet de loi C-7.

OTTAWA - Le Sénat a adopté un projet de loi pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir, y compris éventuellement aux personnes souffrant uniquement de maladies mentales.

  Canadians not near death gain access to assisted dying as Senate passes Bill C-7 © Fourni par La Presse canadienne

Par un vote de 60-25, avec cinq abstentions, les sénateurs ont accepté mercredi une version révisée du projet de loi C-7, même si le gouvernement a rejeté ou modifié les amendements du Sénat.

Il devait recevoir la sanction royale plus tard mercredi soir - un peu plus d'une semaine avant la date limite ordonnée par le tribunal.

Le gouvernement avait demandé et reçu quatre prorogations de la date limite. La dernière - et très probablement la dernière prolongation, a averti la cour - devait expirer le 26 mars.

Le gouvernement fédéral demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide médicale à mourir

 Le gouvernement fédéral demande une quatrième prolongation pour mettre à jour la loi sur l'aide médicale à mourir OTTAWA - Le gouvernement Trudeau demande une quatrième prolongation du délai imposé par le tribunal pour élargir l'accès à l'aide médicale à mourir. © Fourni par La Presse canadienne Le ministre de la Justice, David Lametti, demande à la cour de donner au gouvernement un mois de plus - jusqu'au 26 mars - pour adopter le projet de loi C-7.

Une fois la sanction royale accordée, les Canadiens souffrant de façon intolérable et qui ne sont pas près de la fin naturelle de leur vie auront immédiatement le droit de demander de l'aide médicale en mourant - conformément à une décision de la Cour supérieure du Québec de 2019.

Les personnes souffrant uniquement de maladies mentales graves et irrémédiables devront attendre deux ans pour obtenir le même droit.

Le gouvernement avait initialement l'intention d'imposer une interdiction générale de l'aide à mourir pour les personnes souffrant uniquement de maladies mentales. Mais, sous la pression des sénateurs qui croyaient que l'exclusion était inconstitutionnelle, il a par la suite mis un délai de deux ans.

Entre-temps, le gouvernement s'est engagé à mettre sur pied un groupe d'experts pour conseiller sur les garanties et les protocoles qui devraient s'appliquer aux personnes atteintes de maladie mentale.

Canadiens aux Jets de Winnipeg: cinq choses à savoir

 Canadiens aux Jets de Winnipeg: cinq choses à savoir © Fourni par The Gazette Tyler Toffoli des Canadiens de Montréal marque contre le gardien des Sénateurs d'Ottawa Matt Murray en troisième période au Centre Canadian Tire à Ottawa le 23 février 2021.

Le gouvernement a rejeté un amendement du Sénat visant à permettre aux personnes qui craignent de perdre leurs compétences mentales de faire une demande préalable d'aide à la mort.

Mais il s'est engagé à lancer dans les 30 jours une commission parlementaire mixte pour examiner cette question et d'autres questions non résolues, notamment si les mineurs matures devraient avoir accès à la procédure.

Le projet de loi a été déclenché par deux Québécois gravement handicapés qui sont allés devant les tribunaux pour lutter avec succès pour leur droit de choisir l'aide à mourir même si leur décès naturel n'était pas «raisonnablement prévisible».

Mais les groupes de défense des droits des personnes handicapées se sont vigoureusement opposés au projet de loi, arguant qu'il dévalorise la vie des personnes handicapées qui craignent de subir des pressions - directement ou indirectement en raison des attitudes sociales et du manque de services de soutien - pour mettre fin prématurément à leur vie.

Schumer dit que "nous aurons les votes" pour adopter le projet de loi de secours COVID

 Schumer dit que Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a exprimé sa confiance mardi que le projet de loi de secours contre le coronavirus du président Biden de 1,9 billion de dollars sera adopté au Sénat cette semaine, affirmant que le Sénat prendra le législation dès mercredi. Le Sénat utilise le processus de réconciliation budgétaire pour adopter le projet de loi, ce qui limite le temps de débat et permet l'adoption de la législation à la majorité simple.

De nombreux défenseurs de la santé mentale ont également pesé contre l'inclusion éventuelle de personnes souffrant uniquement de maladies mentales.

Pour les personnes qui approchent de la fin naturelle de leur vie, le projet de loi assouplit certaines des règles pour obtenir une aide à mourir.

Il supprime l'exigence selon laquelle une personne doit être en mesure de donner son consentement final immédiatement avant que la procédure ne soit effectuée. Cela vise à garantir qu'une personne qui a été approuvée pour la procédure ne sera pas refusée si elle perd sa capacité mentale avant qu'elle ne puisse être effectuée.

Il supprime également l'exigence selon laquelle une personne doit attendre 10 jours après avoir été approuvée pour une mort assistée avant de recevoir la procédure. Et cela réduit le nombre de témoins requis à un sur deux.

Les personnes qui ne sont pas proches de la mort devront faire face à des obstacles plus élevés.

Entre autres, ils devront faire face à une période minimale de 90 jours pour évaluer leurs demandes d'aide à mourir. Ils devront être informés de toutes les alternatives, y compris le conseil, et ils devront être en mesure de donner leur consentement final immédiatement avant de recevoir la procédure.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 17 mars 2021.

Joan Bryden, La Presse canadienne

Les Canadiens envisagent de pratiquer lundi soir à Brossard .
© fournis par la Gazette Après une semaine de congé, les Canadiens devraient pratiquer environ 6 heures. Lundi au complexe sportif de Bell à Brossard. Votre navigateur ne prend pas en charge cette vidéo après une semaine de congé, les Canadiens devraient pratiquer environ 6 heures. Lundi au complexe sportif de Bell à Brossard.

usr: 0
C'est intéressant!