•   
  •   

Culture Dictionnaire, modernisation du lexique… Comment l’Académie française fait évoluer notre langue

14:15  04 mai  2021
14:15  04 mai  2021 Source:   ouest-france.fr

Poussiéreuse, l’Académie française ? Voici l’histoire mouvementée de l’institution

  Poussiéreuse, l’Académie française ? Voici l’histoire mouvementée de l’institution Institution sans âge ? Déconnectée ou poussiéreuse ? Derrière ces idées reçues, que savez-vous vraiment de l’Académie française ? Retour sur l’histoire mouvementée d’un monument national, depuis sa naissance en 1635 jusqu’à aujourd’hui ! Deuxième épisode de notre série sur l’Académie française. Parler de tradition à propos de l’Académie française semble s’imposer par le nom même qui la désigne : en renvoyant aux jardins athéniens d’Akadêmos, où Platon enseignait la philosophie à ses disciples, ce nom inscrit l’exigence académique sous le signe de l’idéal et de la pérennité.

La commission du dictionnaire de l’Académie française se réunit chaque jeudi matin pour présider au destin de notre langue. © Lionel Bonaventure La commission du dictionnaire de l’Académie française se réunit chaque jeudi matin pour présider au destin de notre langue.

C’est une longue entreprise et un perpétuel recommencement : la commission du dictionnaire se réunit chaque jeudi matin pour présider au destin du français… Un lieu de consécration des usages, mais aussi de passions et de discussions parfois houleuses ! Premier épisode de notre série sur l’Académie française.

Le rôle du Quai Conti ? Conjuguer l’Histoire au présent. Cette mission porte un nom : le Dictionnaire de l’Académie française, dont la première édition fut publiée en 1694. Les immortels travaillent actuellement à la neuvième, après celles de 1694, 1718, 1740, 1762, 1798, 1835, 1878 et 1935. Cette grande œuvre suit l’évolution des mots et de leur usage, prend en compte les sens populaires ou argotiques, et n’élimine aucun mot même s’il a vieilli ou ne s’emploie plus​, selon Danièle Sallenave, académicienne depuis 2011 et membre de la Commission du Dictionnaire. Il répertorie et définit tous les termes de la langue française entre ses origines (en gros, quand elle s’émancipa du latin) et nos jours.

Comment l’Académie française a fini par faire une (petite) place aux femmes

  Comment l’Académie française a fini par faire une (petite) place aux femmes Il aura fallu plus de trois siècles pour qu’une première femme franchisse le pas de l’Académie française : Marguerite Yourcenar s’est introduite en 1980 dans un milieu exclusivement masculin. Parfois jugée rétrograde et sexiste, l’institution adopte néanmoins l’air du temps et réfléchit notamment à la féminisation des noms de métiers et de fonctions… Les immortelles n’ont pas dit leur dernier mot ! Quatrième épisode de notre série sur l’Académie française.Selon Danièle Sallenave, élue en 2011 au fauteuil 30, être une femme à l’Académie française va de soi​. Depuis la création de l’institution, seules dix femmes ont rejoint les immortels.

Danièle Sallenave a participé à la rédaction d’un rapport sur la féminisation des métiers, publié en 2019. © REUTERS/Charles Platiau Danièle Sallenave a participé à la rédaction d’un rapport sur la féminisation des métiers, publié en 2019.

Il a toujours fallu beaucoup de temps à l’Académie pour accoucher de sa bible. D’où les railleries incessantes. Mais au vrai, ces travaux ne s’arrêtent jamais totalement. Avant sa version finale, en un seul volume, le Dictionnaire est édité en plusieurs fois (coédition Imprimerie nationale/ Fayard) : entre 1992 et 2011, quatre tomes de la fameuse neuvième édition en cours sont ainsi parus, qui vont de l’entrée A ​à Quotité​. En février 2021, les académiciens planchaient sur les entrées de la lettre V. Au fur et à mesure de l’avancement, des fascicules sont publiés au Journal officiel et, en même temps, mis en ligne sur le site.

Pour son édition 2022, le dictionnaire Le Robert met une minuscule à « covid »

  Pour son édition 2022, le dictionnaire Le Robert met une minuscule à « covid » Le dictionnaire Le Robert a ajouté le mot « covid » en minuscule dans son édition 2022. Selon le dictionnaire, le mot est « masculin ou féminin ».Le Robert, l’un des deux grands dictionnaires commerciaux en France, estime dans son édition 2022 que le mot « covid » s’écrit avec une minuscule et qu’il est plutôt masculin.

Des discussions parfois houleuses

Instituée en 1805, la Commission du Dictionnaire compte aujourd’hui douze membres, à la tête desquels trône Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie, qui les choisit. La composition est variée, notamment en termes de nationalités (neuf Français et Françaises côtoient le Libanais Amin Maalouf, l’Haïtien Dany Laferrière, l’Anglais Sir Michael Edwards). Cette commission se réunit chaque jeudi matin, durant trois heures, avant que tous les académiciens ne se retrouvent l’après-midi, pour une séance plénière qui avance sur une autre partie du Dictionnaire (ces travaux-là seront repris et achevés par la Commission la semaine suivante).

Le matin, donc, les douze reprennent mot après mot la dernière édition définitive (celle de 1935), relisent chaque entrée sous le prisme de notre époque, étudient ses diverses acceptions, en dépoussièrent la définition comme la formulation. Ils travaillent sur un document préparé par un Service du Dictionnaire, qui effectue les recherches documentaires, et propose même des projets d’article.

Paris : la fronde contre la nouvelle gare d’Austerlitz s’amplifie

  Paris : la fronde contre la nouvelle gare d’Austerlitz s’amplifie Paris : la fronde contre la nouvelle gare d’Austerlitz s’amplifieLes écologistes et élus de droite en première ligne

Les discussions sont parfois houleuses​, témoigne Dominique Fernandez, qui se souvient de ce jour où ses collègues de la Commission et lui-même durent trouver un exemple pour le mot République : On nous avait proposé : “La laïcité est le fondement de la République.” Tous ceux qui étaient croyants ont voulu ôter cette mention, mais les athées dont je suis, ont tout fait pour la maintenir.

Depuis toujours, en effet, l’Académie a interdiction d’illustrer les mots par une citation (comme le font le Robert ou le Larousse). Elle doit trouver un exemple concret.

Le règne de l’usage

C’est ainsi, selon Dominique Bona que le Dictionnaire de l’Académie est un dictionnaire d’usage. Il n’enregistre pas forcément les termes savants ou académiques, comme on pourrait le croire, mais ceux qui servent à tout le monde​. Ce règne de l’usage ​(dixit Danièle Sallenave) valide, selon Frédéric Vitoux, que la question de la modernité ne se pose pas. Car la langue ne cesse de bouger, de se moderniser, et tout lexicologue doit rester modeste : observer ces mouvements, en tenir compte, s’adapter​.

Tables québécois Révamp de la loi de langue française, renforce les règles des entreprises, écoles

 Tables québécois Révamp de la loi de langue française, renforce les règles des entreprises, écoles Montréal - Le gouvernement du Québec a réaffirmé le droit des Québécois de vivre et de travailler en français, car il a déposé une réforme majeure jeudi de la langue de la langue de la province Législation, connue sous le nom de projet de loi 101.

Mais comment s’adapter ​alors que plus de trente ans auront passé entre le début de cette neuvième édition et la fin de sa rédaction ? Danièle Sallenave le sait bien, qui voudrait qu’on aille beaucoup plus vite​. Sa solution : profiter de la version du Dictionnaire mise en ligne, avec une application pour tablettes et smartphones. L’idéal, selon elle, pour l’édition qui suivra, la dixième, ce serait de procéder uniquement à des actualisations et des ajustements​.

Autre outil : la partie Dire/ Ne pas dire ​sur la même application. On la doit à Yves Pouliquen, essayiste et ophtalmologue, élu en 2001 et décédé en février 2020. Depuis sept ans, les internautes y interrogent directement les immortels, sur des questions purement grammaticales ou d’usage. Un succès tel que cette rubrique a été reprise en ouvrages, plusieurs tomes étant parus chez Philippe Rey.

Féminisation et anglicisme

Les deux grandes questions que pose la modernisation, ce sont la féminisation et les anglicismes​, admet Dominique Fernandez. Pour la première, une (nouvelle !) commission, composée à parité de quatre membres (Gabriel de Broglie, Danièle Sallenave, Dominique Bona et Sir Michael Edwards), a mis en ligne son rapport il y a deux ans pile. Elle y tranchait sans ambiguïté un sujet longtemps tabou dans ses rangs, estimant qu’il n’existait aucun obstacle de principe à la féminisation des métiers​.

Selon Michael Edwards, le poète anglais élu sous la Coupole en 2013, la nécessité de créer des formes féminines vient du fait que les femmes accèdent maintenant à tous les postes. Elle nous permet de créer des termes qui n’existaient pas. C’est une aubaine pour la langue française​.

Ils et elles sont plusieurs à souligner le nombre d’aubaines ​dont leur institution se saisit pour créer, illustrer, diversifier et adapter la langue à notre temps : Voilà comment on passera de 20 000 mots pour la huitième édition à 60 000 pour la neuvième​, se réjouit Frédéric Vitoux.

Michael Edwards souligne lui aussi que l’Académie admet beaucoup de nouveaux termes​. Il y a, bien sûr, ceux issus des nouvelles technologies et des réseaux sociaux : Nous avons validé “infox” pour adapter “fake news”. Curieusement, ce sont toujours les Américains qui ont le premier mot, et la langue française doit trouver l’équivalent. Je rêve du jour où ce sera l’inverse​, soupire Michael Edwards. Qui conclut, comme plusieurs de nos académiciens, que pour l’infox comme pour la langue actuelle et à venir, c’est l’usage qui fera le tri​.

Dictionnaire : des nouveaux mots du Larousse très liés au Covid .
170 mots font cette année leur entrée dans le Petit Larousse édition 2022. 170 mots, dont beaucoup sont en lien avec le Covid. Et la pandémie a aussi entraîné une modification du sens à donner à certains autres mots. La pandémie bouleverse l'existence des Français... mais aussi leur langue. 170 mots font cette année leur entrée dans le Petit Larousse édition 2022. Et beaucoup sont en lien avec le Covid ! Cette année, nous avons ainsi tous employé des mots comme quatorzaine, click and collect, nasopharyngé ou même coronapiste, pour les cyclistes. Ils font désormais officiellement partie de la langue française.

usr: 1
C'est intéressant!