•   
  •   

Finance Selon l’Insee, le bio est plus rentable

17:57  07 décembre  2017
17:57  07 décembre  2017 Source:   liberation.fr

Les prix immobiliers n'ont jamais augmenté aussi rapidement depuis 2011

  Les prix immobiliers n'ont jamais augmenté aussi rapidement depuis 2011 Les prix immobiliers s'envolent en France de près de 4%Les prix des logements anciens en France ont continué à augmenter au troisième trimestre 2017 par rapport au trimestre précédent, et ont même progressé de 3,9% sur un an, selon l'indice Notaires-Insee publié jeudi. Cette hausse enregistrée de juillet à septembre, comparée à la même période de l'an dernier, s'amplifie et se révèle plus forte pour les prix des appartements (+5,1%) que pour ceux des maisons (+3,1%), selon ces données provisoires corrigées des variations saisonnières. Une telle progression des prix n'avait plus été observée depuis 2011.

L’institut a étudié en 2013 les activités de viticulture, de maraîchage et de production de lait de vache dans 1 800 exploitations bio et 28 000 conventionnelles.

L'agriculture biologique, un processus difficile à réformer pour l'UE. © MYCHELE DANIAU L'agriculture biologique, un processus difficile à réformer pour l'UE.

L’agriculture bio est moins productive mais davantage rémunératrice pour ses paysans que son homologue dite «conventionnelle». C’est ce qui ressort de l’étude «Les acteurs économiques et l’environnement» publiée mardi par l’Insee, dans laquelle l’institut s’est intéressée sur l’année 2013 à trois pans d’activité agricoles : la viticulture, le maraîchage et le lait de vache. Pour ce faire, l’Insee a choisi un échantillon de 1 800 exploitations bio et 28 000 conventionnelles.

Les 7 chiffres à connaître sur les relations économiques franco-chinoises

  Les 7 chiffres à connaître sur les relations économiques franco-chinoises Bruno Le Maire entame ce jeudi un déplacement en Chine. L'Empire du milieu est un partenaire incontournable pour la France : l'Hexagone est devenu la deuxième terre d'investissements des Chinois en Europe, ce qui alourdit la balance commerciale française déjà très déficitaire vis-à-vis du partenaire asiatique. © Paul DELORT/Le Figaro La cristallerie Baccarat a été rachetée par des milliardaires chinois cette année. Alors que le ministre de l'Économie part à Pékin et Shanghai pour trois jours.

Outre l’aspect financier, l’Insee pointe tout d’abord que, dans ces trois secteurs de production, la taille des exploitations pratiquant une agriculture bio est «généralement plus réduite» que celle de ses homologues non bio. Ce qui n’est pas, à proprement parler, une révélation... En revanche, la moyenne des surfaces cultivées et rapportées par l’étude est source d’intérêt. Ainsi, les exploitations viticoles bio «utilisent en moyenne 20% de surface en moins» et la surface moyenne d’une exploitation maraîchère bio est de «10 hectares contre 30 en conventionnel». Quant à l’élevage laitier, une ferme bio compte «en moyenne 52 vaches, contre près de 60 en conventionnel». Voilà pour les périmètres étudiés et analysés par l’Insee. Intéressons-nous maintenant à la question économique et, partant, à la rémunération des producteurs.

Le palmarès des régions où l'emploi a le plus progressé en 2016

  Le palmarès des régions où l'emploi a le plus progressé en 2016 INFOGRAPHIES - Selon l'Insee, toutes les régions ont créé des emplois l'an dernier, une première depuis 2006. Ce sont les régions Occitanie et Pays de la Loire qui en profitent le plus. © REMY GABALDA/AFP L'industrie reste l'un des secteurs en souffrance. C'est une première depuis 2006. L'emploi, salarié ou non, a augmenté en 2016 dans toutes les régions de France, affirme l'Insee dans une étude publiée ce lundi. Au total, 27,6 millions de personnes occupaient un emploi en fin d'année dernière, soit 252.000 personnes de plus par rapport à 2015 (+0,9%).

Des différence entre les exploitations bio

Selon l’institut de la statistique, un viticulteur bio génère en moyenne un chiffre d’affaires de 17 000 euros par hectare exploité. Soit 46% de plus qu’en conventionnel. Explication : les prix de vente des vins bio sont de 10% à 40% supérieurs à leurs homologues. Pour autant, les bassins viticoles recouvrent des réalités de prix diverses : quand le vin bio bordelais ne dégage que 2% de valorisation en plus, cette dernière atteint 60% dans le Sud-Est, le Val-de-Loire ou encore l’Alsace. Enfin, si la viticulture bio demande davantage de travail et donc de main d’oeuvre, la «valorisation» des produits réalisés permet d’obtenir en moyenne un excédent brut d’exploitation (EBE) de «6 400 euros à l’hectare contre 3 700 euros pour les viticulteurs conventionnels».

La palme de l'emploi en 2016 pour l'Occitanie où "un nouveau palier" est attendu cette année

  La palme de l'emploi en 2016 pour l'Occitanie où Selon l’Insee, toutes les régions françaises ont créé des emplois l’an dernier. La tendance se confirme en particulier en Occitanie où des entreprises ont même des difficultés à recruter. © Fournis par Francetv info C'est une première depuis 2006 : toutes les régions françaises ont créé des emplois l'an passé, d'après une étude de l'Insee publiée lundi 4 décembre. En Occitanie, l'embellie s'est poursuivie en 2017, à tel point que des entreprises ne parviennent pas toujours à concrétiser leur volonté d'embauches.

Pour le secteur maraîcher, l’Insee indique que les exploitations bio aux cultures de plein air affichaient en 2013 un chiffre d’affaires de 10 900 euros à l’hectare pour leurs légumes contre 12 500 euros pour les exploitations conventionnelles. Mais les maraîchers bio utilisent moins d’intrants (engrais, amendements...) avec 6 300 euros à l’hectare, contre 8 100 euros pour le conventionnel. De quoi compenser la production moindre. Et, à la différence de la viticulture bio, en maraîchage, les besoins de main-d’œuvre sont aussi importants dans les deux modes de production. Résultat, un hectare en maraîchage de plein air génère 3 300 euros d’EBE, contre 2 500 euros en production conventionnelle.

La France compte 8,4% de logements vacants

  La France compte 8,4% de logements vacants Depuis 2009, la proportion de biens non occupés a progressé de 1,5 point. Elle de surcroît bien plus élevée en province qu’à Paris.De 6,9% à 8,4% en huit ans

Attention, toutefois, prévient l’Insee : «La grande diversité des légumes produits et de la localisation des productions conduit toutefois à une dispersion importante des résultats entre exploitations.» Ainsi, alors qu’un quart des fermes légumières bio dégagent «moins de 1 800 euros d’EBE par hectare», un quart en retire «plus de 7 900 euros». Et, selon l’institut, cette différence entre les exploitations bio est encore plus importante en agriculture conventionnelle.

Le circuit court, modèle pour le bio

Troisième et dernier secteur étudié : la production de lait de vache. Là aussi, en dépit d’une productivité moindre (de -20% à -25% par rapport aux élevages conventionnels), le bio est plus rémunérateur pour l’éleveur, «principalement en raison d’un recours moins important aux aliments concentrés et au maïs ensilage dans l’alimentation des animaux et du choix de races plus rustiques». Ainsi, en 2013, le prix du lait bio était en moyenne supérieur de 18% à celui du lait conventionnel. Insuffisant toutefois pour compenser le différentiel de productivité : les élevages bio ont réalisé en moyenne un chiffre d’affaires par vache inférieur de 10% à celui des élevages conventionnels. Mais grâce aux aides à l’agriculture bio, l’EBE par vache des producteurs de ce lait était en moyenne «supérieur de près de 20% à celui des éleveurs conventionnels».

Enfin, note l’Insee, le modèle économique des exploitations bio est essentiellement basé sur la vente en circuit court. Ainsi, «plus de 90% des maraîchers bio commercialisent tout ou partie de leur production en circuit court. Et dans 80% des cas, plus de 50% du chiffre d’affaires est réalisé via ce mode de commercialisation». De quoi inciter les agriculteurs conventionnels en difficulté à réfléchir plus encore à leur conversion au bio.

Impôts : les réformes de Macron vont plomber le pouvoir d’achat des ménages en 2018 .
e94aa119-95c2-4ebb-896b-34bbafad4e04Surprise ! Si Emmanuel Macron a promis de faire baisser la pression fiscale pesant sur les ménages durant son quinquennat, les réformes engagées par la majorité vont pénaliser le pouvoir d’achat des Français l’année prochaine, selon l’Insee. En cause, le décalage temporel entre l’entrée en vigueur de plusieurs hausses de taxes (CSG, tabac, carburant) et la mise en place des baisses d’impôts (cotisations sociales, taxe d’habitation, ISF…).

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!