•   
  •   

Finance Rafale, blindés VBCI : le Qatar, nouveau paradis des vendeurs d’armes français

05:50  09 décembre  2017
05:50  09 décembre  2017 Source:   challenges.fr

Florence Parly confirme l'intérêt du Qatar pour 12 Rafale supplémentaires

  Florence Parly confirme l'intérêt du Qatar pour 12 Rafale supplémentaires "C'est un sujet qui est en négociations depuis de longs mois", a confirmé Florence Parly à propos d'une possible transaction portant sur les avions de combat de Dassault Aviation. Comme La Tribune l'avait annoncé la semaine dernière, le Qatar se montre très intéressé par une nouvelle commande portant sur douze Rafale supplémentaires.

Doha a annoncé lors de la visite d’Emmanuel Macron l’achat de 12 Rafale supplémentaires, en plus des 24 commandés en 2015, et un accord pour 490 blindés VBCI de Nexter. Le Qatar devance l'Arabie Saoudite en commandes d ' armes français .

↑ « Rafale , blindés VBCI : le Qatar , nouveau paradis des vendeurs d ’ armes français », Challenges,‎ 7 décembre 2017 (lire en ligne). ↑ « Les Russes s'intéressent au VBCI », sur www.marianne.net, 13 septembre 2012 (consulté le 21 janvier 2013).

Doha a annoncé lors de la visite d’Emmanuel Macron l’achat de 12 Rafale supplémentaires, en plus des 24 commandés en 2015, et un accord pour 490 blindés VBCI de Nexter. Avec ces méga-contrats, le Qatar devance désormais largement l’Arabie Saoudite en achats d’armement français.

Le Rafale de Dassault Aviation © Fournis par www.challenges.fr Le Rafale de Dassault Aviation

C’est ce qu’on appelle un joli cadeau de bienvenue. En ouverture de la visite d’Emmanuel Macron au Qatar, Doha a annoncé jeudi 7 septembre une impressionnante flopée d’accords commerciaux, estimés à 11 milliards d’euros, dont un contrat pour le métro de Ryad, l’achat de 50 A321 à Airbus, mais aussi deux contrats d’armement majeurs. L’émirat a ainsi confirmé l’achat de 12 Rafale supplémentaires, en plus des 24 commandés en mai 2015, ce qui porte la commande ferme totale à 36 appareils. S’y ajoute une option de 36 Rafale supplémentaires, selon l’Élysée. Doha a également signé un engagement d’achat pour 490 blindés de type VBCI, conçus par le français Nexter, un chiffre bien supérieur aux 300 engins attendus. Le contrat est estimé à plus de 2 milliards d’euros.

Ce que le Qatar compte offrir comme mégacontrats à la France de Macron

  Ce que le Qatar compte offrir comme mégacontrats à la France de Macron Le président français Emmanuel Macron effectuera jeudi une visite éclair au Qatar, avec au menu plusieurs gros contrats, la crise dans le Golfe et la lutte antiterroriste. © Fournis par La Tribune A Doha, Emmanuel Macron devrait assister avec l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, à la signature de plusieurs très gros contrats accordés aux industriels français, dont de nombreuses commandes militaires Au Qatar, lors de sa visite éclair, Emmanuel Macron pourrait être un président français heureux, très heureux.

Le véhicule blindé de combat d'infanterie impressionne par sa puissance (8 roues motrices, 550 chevaux), sa vitesse (90 km/h sur route), sa capacité (11 militaires embarqués) et sa puissance de feu (canon 25 mm, mitrailleuse 12,5 mm) Démonstration sur la place d ' armes du camp militaire

Rafale , blindés VBCI : le Qatar , nouveau paradis des vendeurs d ’ armes français . Doha a annoncé lors de la visite d’Emmanuel Macron l’achat de 12 Rafale supplémentaires, en plus des 24 commandés en 2015, et un accord pour 490 blindés VBCI de Nexter.

Quelles leçons tirer de ces méga-contrats ? Côté Dassault Aviation, on peut se réjouir de cette nouvelle marque de confiance qatarie. Les 12 Rafale supplémentaires portent le nombre de commandes export à 96 exemplaires (36 au Qatar, 36 en Inde, 24 en Égypte), soit à peu près la moitié des commandes effectuées par la France (180 avions). Elles permettent aussi d’être en position de force face à la concurrence. Dans sa quête de soutiens diplomatiques dans le cadre de sa guerre froide avec l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis, le Qatar a aussi annoncé des commandes de 36 F-15 américains et de 24 Eurofighter Typhoon européens. Mais seule la commande de Rafale est un contrat ferme, et beaucoup d’observateurs doutent que Doha puisse confirmer l’achat de trois types de chasseurs différents. "Si un accord saute, je miserai bien sur le Typhoon", estime un observateur.

Au Qatar, Emmanuel Macron ne veut privilégier personne

  Au Qatar, Emmanuel Macron ne veut privilégier personne Emmanuel Macron arrive jeudi au Qatar, c’est l’occasion de signer des contrats mais aussi de montrer que la France n’est l’otage de personne au Moyen Orient. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef international du JDD, François Clemenceau. © Reuters Emmanuel Macron arrive jeudi au Qatar, c’est l’occasion de signer des contrats mais aussi de montrer que la France n’est l’otage de personne au Moyen Orient. Au micro d'Europe 1, la chronique du rédacteur en chef internationa En diplomatie, il est toujours plus facile de dire que de faire.

La France est de retour dans la cour des grands vendeurs d ’ armes . Pour séduire les clients, la France peut compter sur des produits phares, le Rafale en tête. Comme le souligne Challenges, l'entreprise envisage la vente de centaines de véhicules blindés au Qatar ainsi qu’au Royaume-Uni

Le président de la République a annoncé jeudi au Qatar de très bonnes nouvelles pour un certain nombre de groupes français du transport et de la défense. Emmanuel Macron a aussi réussi à faire avancer des dossiers d’armement, l’un concernant les avions Rafale , l’autre les véhicules blindés .

Le Qatar devance l'Arabie Saoudite en commandes d'armes françaises

Pour Nexter, le contrat n’est pas encore ferme, mais l’engagement pour 490 VBCI est une avancée majeure. Si l’accord se confirme, le Qatar serait le premier client export de ce blindé à huit roues de 28 tonnes, capable d’embarquer neuf soldats, et déployé par l’armée de terre en Afghanistan et au Mali. Celui-ci bataille sur un segment de marché très concurrentiel, et avait connu des échecs au Canada ou au Danemark. Une commande ferme apporterait de la visibilité à l’usine d’assemblage de Roanne (Loire).

Mais le principal enseignement de ces contrats est ailleurs : ils confirment une nouvelle fois le nouvel équilibre des pays du Golfe dans les ventes d’armement françaises. L’Arabie Saoudite, longtemps premier client de la France dans la région, est désormais devancée par le Qatar, aux moyens financiers pourtant bien plus modestes. Sur les cinq dernières années (2012-2016), Doha devance même pour la première fois Riyad, avec 7,4 milliards de commandes, contre 7,2 milliards. Les accords annoncés le 7 décembre vont encore creuser cet écart.

Rafale, Airbus A321, véhicules blindés... le Qatar achète du made in France

  Rafale, Airbus A321, véhicules blindés... le Qatar achète du made in France Signés en présence d'Emmanuel Macron et de l'émir du Qatar cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, ces contrats comprennent 12 Rafale ainsi quela concession du métro de Doha et du tramway de Lusail, confiée à un consortium SNCF/RATP, ou encore l'achat de 490 véhicules blindés type VBCI au français Nexter. Le Qatar a signé jeudi la levée de l'option sur l'achat de 12 avions de combat Rafale (Dassault Aviation) supplémentaires, une lettre d'intention pour 490 blindés Nexter et un contrat d'exploitation et maintenance du métro de Doha, à l'occasion d'une visite d'Emmanuel Macron.

Le Qatar a signé jeudi une pluie de nouveaux contrats avec des entreprises françaises pour un total près de 12 milliards d'euros, en particulier dans la défense avec au moins 12 avions de combat Rafale et 490 blindés fabriqués Le Qatar deviendrait alors le deuxième pays utilisateur du VBCI , derrière

En 2015, 75 % des exportations d ' armes françaises totales étaient à destination des pays du Proche et du Moyen-Orient. En mai 2015, c’était au tour du Qatar de commander vingt-quatre Rafale , pour 6,3 milliards d’euros. Malgré les avancées, la criminalité prospère toujours dans les paradis fiscaux.

Fin des partenariats exclusifs

Deux raisons expliquent cette évolution majeure. Un, la France, malgré un soutien diplomatique marqué à Riyad sous le quinquennat Hollande, est en train de perdre pied en Arabie Saoudite, sous le double effet de l’offensive Trump et de l’arrivée de la nouvelle concurrence chinoise, turque ou russe. "Il y a un vrai risque de marginalisation", reconnaît un industriel. Deux, Paris a su surfer sur la volonté du Qatar de soigner ses alliés, quitte à sortir le carnet de chèques, alors qu’il est mis au ban par ses puissants voisins sunnites du Golfe (Arabie Saoudite, Abu Dhabi).

Ce choix symbolise bien la nouvelle doxa diplomatique d’Emmanuel Macron et Jean-Yves le Drian dans le Golfe. Nicolas Sarkozy avait fait le pari d’un flirt avancé avec le Qatar, s’attirant le courroux de Riyad. François Hollande avait érigé l’Arabie saoudite en partenaire majeur, au prix d’un alignement diplomatique très critiqué. Emmanuel Macron semble vouloir rompre avec l’ère de ces partenariats privilégiés, voire exclusifs. "La doctrine Macron consiste à dialoguer avec toutes les parties, pour s’imposer en médiateur crédible au Moyen-Orient, juge François-Aïssa Touazi, fondateur du think-tank CapMena et ancien conseiller Moyen-Orient au Quai d’Orsay. C’est l’approche la plus pertinente". Y compris, semble-t-il, en matière commerciale.

Le Qatar utilisera des Eurofighter Typhoon en plus de ses Rafale et de ses F-15 .
L'Emirat a commandé de nouveaux jets de combat ...Le Qatar, qui vient tout juste de lever une option pour acquérir 12 Rafale additionnels en plus de 24 commandés initialement, va aussi se doter de 24 Eurofighter Typhoon dans le cadre d'un contrat de l'ordre de 5 milliards de livres (5,7 milliards d'euros), a confirmé BAE Systems hier. Le premier appareil devrait être livré en 2022, précise le communiqué de presse de l'industriel britannique, qui vend le jet de combat en consortium avec Airbus et Leonardo.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!