•   
  •   

Finance Faudra-t-il alimenter son épargne retraite en 2018 ?

21:11  11 janvier  2018
21:11  11 janvier  2018 Source:   logc279.xiti.com

Axa cède sa franchise "Swiss Privilege" à Hong Kong (AXA Wealth Management (HK) Ltd)

  Axa cède sa franchise AXA annonce aujourd'hui avoir conclu un accord avec Jeneration Holdings Limited concernant la cession de sa franchise " Swiss Privilege " à Hong Kong,AXA annonce avoir conclu un accord avec Jeneration Holdings Limited concernant la cession de sa franchise "Swiss Privilege" à Hong Kong, AXA Wealth Management (HK) Limited ("AWM").

D’un strict point de vue fiscal, le fait de maintenir ses versements en 2018 ou de les décaler en 2019 aboutira au même résultat.

Les sommes versées sur un plan d’ épargne retraite populaire (Perp) – ou à la Préfon pour les fonctionnaires – sont déductibles de votre revenu global. Le montant déductible en 2019 sera plafonné à la moyenne des versements effectués en 2018 et 2019.

D’un strict point de vue fiscal, le fait de maintenir ses versements en 2018 ou de les décaler en 2019 aboutira au même résultat. Explications…

Sur le plan fiscal, 2018 sera assimilable à une « année blanche ». Avec l’arrivée du prélèvement obligatoire en 2019, les revenus récurrents perçus en 2018 ne feront en effet l’objet d’aucune imposition.

Dans ces conditions, depuis plusieurs mois, nombre d’épargnants se demandent s’il sera utile d’alimenter son épargne retraite en 2018 (par exemple un Perp). Pourquoi en effet chercher à diminuer le revenu imposable d’une année finalement exonérée d’impôt ?

Un dispositif spécifique

Hausse de la CSG : "On est une classe sacrifiée", estiment des retraités de la "classe moyenne"

  Hausse de la CSG : Le 1er janvier, la CSG, la contribution sociale généralisée, augmentera d'1,7 point. Les retraités seront mis à contribution s'ils perçoivent plus de 1 400 euros de pension par mois. L'une des premières mesures fiscales du quinquennat d'Emmanuel Macron sera appliquée le 1er janvier 2018. La CSG, la contribution sociale généralisée, augmentera d'1,7 point. Les retraités qui touchent plus de 1 400 euros de pension par mois seront concernés.La CSG, sans compensationVony, enseignante à la retraite ne décolère pas. "On paie tout au prix fort", lance-t-elle.

(© DR). Le plan d' épargne retraite populaire (Perp) est associé à un avantage fiscal important puisque les versements sont déductibles, dans certaines limites Il n'y a donc de prime abord aucun intérêt à procéder à un versement sur son Perp en 2018 quitte à verser l 'équivalent de deux années en 2019.

5 La coopérative InVivo cède son pôle nutrition animale à ADM 0. Home. Finances perso. Retraite . Devez-vous alimenter votre épargne retraite en 2018 ? Par Nathalie Cheysson-Kaplan. Il ne faut rien verser sur 2 ans 18 et 19. En 2019, c'est la moyenne des 2 qui contera.

Conscient du risque induit pour le secteur et pour les finances publiques (en cas de report des versements en 2019), le gouvernement a fait adopter en décembre un dispositif.

Le principe est simple. En cas de baisse de ses cotisations en 2018 (par rapport à 2017 et 2019), l’épargnant ne pourra pas déduire fiscalement l’intégralité de son versement de 2019. La déduction autorisée au titre des revenus de 2019 ne sera égale qu’à la moyenne des cotisations de 2018 et 2019.

En revanche, en cas de maintien du versement en 2018, 100% de la cotisation de 2019 sera déductible. Certains y ont vu un signe positif pour l’épargne retraite. Mais quelles sont les conséquences réelles pour le particulier ?

Pas d’intérêt à cotiser en 2018

Pour répondre, prenons l’exemple d’un épargnant ayant versé 2.000 euros en 2017 sur son Perp. Si cet épargnant verse encore 2.000 euros en 2018 et 2.000 euros en 2019, l’intégralité de son versement de 2019 sera déductible, soit 2.000 euros.

CSG : quel impact réel sur votre retraite en 2018 ?

  CSG : quel impact réel sur votre retraite en 2018 ? L’Argent & Vous a calculé le coût supplémentaire que représentera la CSG l’an prochain pour différents niveaux de pension jusqu'à 2.500 euros par moisVous êtes retraité et vous vous demandez ce que va vous coûter la hausse de CSG en 2018 ? Pour vous aider à y voir clair, L’Argent & Vous a établi quelques simulations.

CSG des retraités : les chiffres qui relancent le débat. Pour sa dernière année, l ’ISF a rapporté 4,23 Mds €. Un amendement «anti optimisation» du Projet de loi de finances rectificative (PLFR) de 2017 a été mis en place pour éviter que les ménages ne suspendent leur effort d’ épargne en 2018 .

Aura-t-on intérêt à percevoir des revenus exceptionnels en 2018 ? Faudra - t - il alimenter son épargne retraite ? Quid des crédits d’impôts ? Notre dossier fait le point sur cette année fiscale un peu particulière avant l’arrivée du prélèvement à la source.

Si en revanche, cet épargnant décide de suspendre son versement en 2018 et de compenser en cotisant deux fois plus en 2019 (soit 4.000 euros), il déduira alors 2.000 euros (moyenne des versements des deux années).

Dans les deux cas, quel que soit le rythme choisi, notre épargnant ne pourra donc déduire que la moitié de ce qu’il aura versé en 2018 et 2019 (voir tableau). Cotiser en 2018 et en 2019 permettra a priori à l’épargnant de générer plus d’intérêts sur son contrat. En revanche, sur le plan fiscal, le fait de lisser ses cotisations ne sera pas plus avantageux que de les verser en une seule fois en 2019 (à condition bien entendu de ne pas crever les plafonds).

Des effets pervers ?

Ce dispositif ne change donc pas fondamentalement les choses pour l’épargnant. Il pourrait même avoir des effets pervers.

En effet, aucun épargnant ne sera incité à cotiser plus en 2018 car les versements de 2018 ne seront pas déductibles (sauf en cas de revenus exceptionnels). Le cadre adopté pourrait même conduire à ne verser ni en 2018 ni en 2019 et à regrouper trois ans de cotisations sur 2020... du moins pour les épargnants dont les cotisations sont bien inférieures aux plafonds. L’intégralité de la cotisation serait alors déductible.

Reuters © Reuters Reuters

Fiscalité du capital : un rapport propose d’aller plus loin .
Le Conseil des prélèvements obligatoire suggère 10 mesures qui concernent les plus-values immobilières, l’épargne réglementée ou encore l’assurance-vie Du PFU à l’IFI, l’année 2018 est riche en nouveautés fiscales. Pourtant, la réforme adoptée n’est pas suffisante pour le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO). Afin de mieux tenir compte de la situation économique et sociale du pays, il vient de proposer 10 mesures, ou plutôt 10 orientations de réforme.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!