•   
  •   

Finance Financement du terrorisme: la Tunisie sur la liste noire du Parlement européen

17:35  10 février  2018
17:35  10 février  2018 Source:   msn.com

Budget européen : c'est reparti pour un tour de grand sept

  Budget européen : c'est reparti pour un tour de grand sept Le temps est venu ! Comme tous les sept ans, les Etats membres se préparent à s’affronter sur le montant du budget communautaire (160 milliards d’euros par an, soit 1% du PIB communautaire) ou plus exactement du «cadre financier pluriannuel» comme on le dit en bon eurocrate. La Commission vient de lancer le compte à rebours de la mère de toutes les batailles en livrant, au début du mois, quelques pistes de réflexion avant de faire une proposition formelle d’ici l’été. Puis les vingt-sept chefs d’Etat et de gouvernement devront trouver un accord – à l’unanimité – sur le cadre financier 2021-2028 d’ici 2020 au plus tard. Et ça s’annonceEt ça s’annonce difficile.

Le Parlement européen ajoute la Tunisie à sa liste noire en matière de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme . Décision officielle prise le mercredi 7 février à Strasbourg.

Le Parlement européen ajoute la Tunisie à sa liste noire en matière de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme . Décision officielle prise le

Le parlement européen à Strasbourg, en France. © Reuters/Christian Hartmann Le parlement européen à Strasbourg, en France.

Le Parlement européen ajoute la Tunisie à sa liste noire en matière de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme. Décision officielle prise le mercredi 7 février à Strasbourg.

Les parlementaires européens ont suivi les recommandations du GAFI (Groupe d'action financière), un organisme international de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Il avait lancé l'alerte en novembre 2017. La Tunisie est classée comme pays à haut risque et non-coopératif. Sur cette liste, figurent des pays comme l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie ou le Yémen.

Catalogne: l'investiture du président de la région repoussée

  Catalogne: l'investiture du président de la région repoussée Le président du Parlement catalan a décidé ce mardi de repousser la session d'investiture de l'indépendantiste Carles Puigdemont mais l'a défendue, assurant qu'il avait tous les droits d'être investi. « La séance plénière d'aujourd'hui [] est retardée » sans préciser de date, a déclaré Roger Torrent après avoir accusé la Cour constitutionnelle, qui a interdit une investiture de Puigdemont sans autorisation judiciaire, de « violer les droits « La séance plénière d'aujourd'hui [...

Le Parlement européen ajoute la Tunisie à sa liste noire en matière de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme . Il avait lancé l’alerte en novembre 2017. La Tunisie est classée comme pays à haut risque et non-coopératif. Sur cette liste , figurent des pays comme l’Afghanistan, l’Irak, la

Je suis intervenue au Parlement européen en session plénière à Strasbourg le 5 février 2018 pour déposer au nom de mon groupe une objection contre l'inscription de la Tunisie sur la liste européenne des pays à risque concernant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme .

Le GAFI pointe, notamment, le manque de transparence qui touche les finances publiques tunisiennes. L’économie du pays est informelle à 50%, et près d’un quart des marchés publics sont jugés hors la loi. C’est un coup dur pour le pays, alors que Tunis veut lancer un emprunt auprès des investisseurs étrangers pour boucler son budget.

En novembre dernier, la Tunisie avait déjà connu, en raison de son régime offshore, les affres d’une autre liste noire européenne, celle des paradis fiscaux. Après deux mois d’un intense lobbying, français notamment, le pays est sorti fin janvier, de cette liste des paradis fiscaux. Elle en intègre une autre, quelques jours plus tard.

Après cette décision, le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, a demandé la révocation du directeur de la Banque centrale du pays.

UE: budget post-Brexit, «il faudra faire des choix» .
Les dirigeants européens ont planché vendredi pour la première fois, à 27, sur les choix de budget auxquels ils seront confrontés après 2020 et la perte financière causée par le départ du Royaume-Uni. © François BOUCHON/Le Figaro Bruxelles prévient: «il faudra faire des choix» Les grands projets de l'UE pour se réinventer après le retrait britannique se confrontent aux dures questions d'argent et de souveraineté, alors que les 27 ont aussi commencé à réfléchir à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!