•   
  •   

Finance Les grandes écoles mènent-elles encore aux plus hautes fonctions ?

02:05  13 février  2018
02:05  13 février  2018 Source:   lemonde.fr

Apprentissage : le financement des grandes écoles préservé par la réforme

  Apprentissage : le financement des grandes écoles préservé par la réforme Le gouvernement a annoncé le maintien, sous un autre nom, du « hors quota », la part de la taxe d’apprentissage que les entreprises affectent librement aux formations supérieures de leur choix. © STÉPHANE DE SAKUTIN / AFP La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et le premier ministre, Edouard Philippe, lors de la présentation de la réforme de l’apprentissage, vendredi 9 février à l’Hôtel Matignon. Les décisions gouvernementales sur la réforme de l’apprentissage, présentées vendredi 9 février, ne diminueront pas les ressources des grandes écoles.

Intégrer une école prestigieuse est encore le moyen le plus sûr, en France, de s’assurer une belle carrière. « Il y a trente ans, un manageur prenait une décision et s’attendait à ce qu’ elle soit exécutée, rappelle Alice Guilhon, de la Conférence des grandes écoles (CGE).

Les grandes écoles mènent - elles encore aux plus hautes fonctions ? Intégrer une école prestigieuse est encore le moyen le plus sûr, en France, de s’assurer une belle carrière.

Intégrer une école prestigieuse est encore le moyen le plus sûr, en France, de s’assurer une belle carrière. Même si la concurrence entre diplômés est devenue plus rude, et le management plus complexe.

Sur le campus d’ESCP Europe, l’une des grandes écoles de commerce françaises. © ESCP via Campus Sur le campus d’ESCP Europe, l’une des grandes écoles de commerce françaises.

Il y a trente ans, intégrer par concours l’une des trois plus grandes écoles de la République, Polytechnique, l’ENA ou HEC, permettait raisonnablement d’espérer devenir un jour PDG ou directeur général. Une simple grande école était même le sésame des cadres dirigeants. Le concours était cette épopée darwinienne dont seuls les plus forts sortaient vivants. Et qui, résume la psychologue du travail Marie Pezé, « génère encore chez ceux qui l’ont réussi trente ans plus tôt un sentiment d’appartenir à un corps d’élite ». Est-ce toujours vrai ?

Somme : des parents d'élèves ont passé la nuit dans des écoles contre la future carte scolaire

  Somme : des parents d'élèves ont passé la nuit dans des écoles contre la future carte scolaire Baptisée "La nuit des écoles", l'initiative des parents d'élèves de la Somme vise à maintenir les classes qui pourraient être supprimées dans le département, à la rentrée 2018. © XAVIER LEOTY / AFP Somme : des parents d'élèves ont passé la nuit dans des écoles contre la future carte scolaire La mobilisation est venue de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Élèves) de la Somme, pour protester contre la future carte scolaire de la rentrée 2018.

Les grandes écoles mènent - elles encore aux plus hautes fonctions ? lemonde.fr Intégrer une école prestigieuse est encore le moyen le plus sûr, en France, de s’assurer une belle carrière.

Elle raconte comment son projet d’études a évolué durant ses années en prépa ECP au lycée René-Cassin de Strasbourg. Les grandes écoles mènent - elles encore aux plus hautes fonctions ?

Certes, avoir réussi un concours sélectif facilite toujours l’entrée dans la vie active. « C’est d’abord le signe que l’on a su se dépasser soi-même, plus que les autres », souligne Alexandre Lubot, patron régional Europe, Moyen-Orient et Asie pacifique du groupe américain Match (Meetic, Tinder…). Même si ces écoles sont de plus en plus accessibles sans passer par un concours, la DRH du groupe Axa, Karima ­Silvent, résume ainsi ses atouts : « Le diplôme de ces grandes écoles auxquelles on a accédé par concours demeure une garantie de capacité de travail et d’organisation, de focalisation et de rigueur intellectuelle, d’endurance face à l’effort. » Un vrai passeport, donc. Mais après ?

La légitimité présumée, acquise une fois pour toutes grâce à un diplôme obtenu trente ans plus tôt, est une vieillerie du XXe siècle.

Val d'Isère: deux skieurs décèdent dans une avalanche

  Val d'Isère: deux skieurs décèdent dans une avalanche Les victimes, un père et sa fille de 11 ans, skiaient sur une piste fermée en raison du risque avalancheux. © afp.com/STR Photo fournie le 13 février 2017 par Radio Val d'Isère de secours sur le lieu d'une avalanche à Tignes. Image d'illustration. Les secours s'activent ce dimanche dans les Alpes françaises. Déjà trois personnes sont décédées dans des avalanches depuis ce midi. Un skieur de randonnée a été emporté au sommet de l'Étale, en Savoie. Avant qu'une autre avalanche ne se déclenche dans l'après-midi, dans le secteur du Pisaillas, à Val d'Isère, faisant deux autre morts.

» Les grandes écoles en France se distinguent par HEC ( Hautes Etudes Commerciales) propose différentes formations au management et à l'entrepreneuriat, cet établissement est sous tutelle de À la rentrée Caroline une prépa HEC avec un peu d'avance elle découvre le redoutable exercice d' école .

Uruguay: Cavani encore absent à l'entraînement. France-Le parquet général va en cassation dans le cas Wildenstein. France-Geoffroy Roux de Bézieux élu président du Medef. Les grandes écoles mènent - elles encore aux plus hautes fonctions ?

« Après quelques années de carrière, je vois beaucoup de diplômés déçus de se voir réduits à des tâches d’exécution, là où on leur avait fait miroiter une véritable autonomie dans leur travail », témoigne Marie Pezé. Avoir un diplôme ne garantit plus l’accès rapide à un poste où l’on peut prendre des initiatives ni à un poste de responsabilité et d’encadrement.

Et plus les années passent, plus c’est vrai, car moins le diplôme compte dans la carrière, comme l’atteste Karima Silvent : « Pour proposer des candidats aux postes de direction, je ne regarde jamais leurs diplômes. Mais plutôt ce qu’ils ont réalisé. Quelle est leur curiosité, leur volonté d’apprendre ? Quelle est leur énergie, leur capacité à travailler avec les autres et à les tirer vers le haut ? Au fond, plus on avance dans sa carrière, plus c’est la personnalité davantage que l’expertise qui devient décisive. »

Savoir susciter l’adhésion

Avec la propagation du travail en mode projet et l’aplatissement des hiérarchies, la mobilisation des équipes par acte d’autorité verticale passe de moins en moins. La légitimité présumée, acquise une fois pour toutes grâce à un diplôme obtenu trente ans plus tôt, est une vieillerie du XXe siècle. Aujourd’hui, à tous les niveaux, l’enjeu d’un chef est d’obtenir l’engagement de ses troupes par adhésion à son projet. La légitimité doit sans cesse se regagner.

Orientation postbac : des disparités selon les académies

  Orientation postbac : des disparités selon les académies L'étude des premiers vœux formulés en 2015 par les futurs bacheliers sur la plateforme APB montre qu'ils sont déterminés par leur filière, leur niveau et l'offre locale. Le détail de cet examen, qui pointe de réelles inégalités régionales. Les choix d’orientation des lycéens sont largement dépendants de la filière choisie dans le secondaire et de leur académie d’origine, selon une étude du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, publiée en janvier 2018. En se penchant sur les premiers vœux formulés sur la plateforme Admissions post-bac (APB) en 2015 - remplacée depuis par Parcoursup, les auteurs de l’étude ont relevé que quatre lycéens sur dix souhaitaient poursuivre leurs ét

En tant que #partenaires du programme #1erCampus de @sciencespo, nous voulons donner le plus de chances possibles aux jeunes de réussir. Les grandes écoles mènent - elles encore aux plus hautes fonctions ? interview de @ksontwitt DRH @AXA http

Voici qui vous aidera à savoir sur lesquelles "miser" et comment elles s'y prennent pour vous faire franchir les portes de ces écoles prestigieuses. Quelles prépas mènent aux plus grandes écoles ? Cliquez ci-dessous…

Les générations qui arrivent aujourd’hui sur le marché du travail sont à cet égard autrement plus exigeantes que les précédentes. « Il y a trente ans, un manageur prenait une décision et s’attendait à ce qu’elle soit exécutée, rappelle Alice Guilhon, de la Conférence des grandes écoles (CGE). Aujourd’hui, la décision n’est jugée légitime par les équipes que si elles l’estiment cohérente avec la stratégie de l’entreprise et avec ce qu’elles considèrent être leur mission. »

« C’est la capacité d’un manageur à faire face à l’incertitude qui sera la clé de sa carrière. Et ça, ça ne s’apprend pas dans les écoles, mais avec l’expérience », souligne Nicolas Riedler, coach de dirigeants chez Nexmove

L’exigence de sens et de respect domine tout, comme l’atteste le baromètre « Talents, ce qu’ils attendent de leur emploi » du 23 janvier, réalisé par la CGE auprès de plus de 3 000 élèves de grandes écoles. C’est si vrai qu’il y a au sein de nombreuses directions des ressources humaines au mieux un questionnement, au pire une crise de doute sur le management, comme le montre l’intérêt pour une opération visant à inventer de nouvelles pratiques managériales, le « Hackathon du management », lancé en septembre 2017 par Ethikonsulting.

Strasbourg: Grâce au cours de français donné aux parents d'élèves, «je commence à avoir le courage de parler à la maîtresse»

  Strasbourg: Grâce au cours de français donné aux parents d'élèves, «je commence à avoir le courage de parler à la maîtresse» «20 Minutes» a pu assister, dans le quartier de Cronenbourg, à l’un des cours de français dispensé gratuitement à des parents d’élèves des écoles maternelles strasbourgeoises… © A. Ighirri / 20 Minutes Strasbourg: Des cours de français gratuits proposés aux parents d'élèves d'écoles maternelles Les sourires et bavardages ont remplacé le stress et la timidité des premiers jours de classe. Vendredi, peu avant 9h à l’école de Cronenbourg, ces écolières un peu particulières se retrouvent dans la bonne humeur pour une nouvelle leçon de français.

L’ École des hautes études commerciales de Paris (plus couramment appelée HEC Paris, voire HEC, ou encore « HEC School of Management ») est une grande école de commerce française créée en 1881.

Créer une entreprise est alors bien dans les valeurs de la vie qu’ils ont envie de mener … » elles nombre de PME allemandes (en France, le « portage » reste encore une aimable JUVENAL dans Présidents d’université et directeurs de Grandes écoles : quel a été leur thème de doctorat?

Une opération qui pourrait sembler anecdotique s’il n’y avait eu autant de très grandes entreprises à s’y être intéressées, comme Air France, la Caisse des dépôts, CGG, Engie, Legrand, Orange, Adidas, SNCF, Sopra Steria, etc. Bref, les vieilles théories du management, dont beaucoup sont encore enseignées dans les grandes business schools, ont du plomb dans l’aile.

Il est ainsi bien plus compliqué aujourd’hui qu’hier d’être un bon dirigeant. « Actuellement, les enjeux sont multiples, explique Nicolas ­Riedler, coach de dirigeants chez Nexmove. Un dirigeant doit savoir manager des personnes, avoir leur confiance et les faire grandir, ce qui exige qu’il ait travaillé sur sa relation avec les autres. Et il doit être capable de comprendre et conceptualiser rapidement les changements qui affectent son secteur, et ce dans le monde entier, ce qui exige de la curiosité et une grande agilité intellectuelle. In fine, c’est sa capacité à faire face à l’incertitude qui sera la clé de sa carrière. Et ça, ça ne s’apprend pas dans les écoles, mais avec l’expérience et le travail sur soi. »

Une compétition devenue mondiale

Du coup, Alice Guilhon l’affirme, « les grandes écoles bougent, elles ont intégré ces nouvelles exigences et multiplient les programmes pour développer les “soft skills” chez leurs étudiants ». Travail d’équipe, jeux de rôles, entrepreneuriat, années passées à l’étranger, multiplication des stages, etc. Tout est fait pour accroître la capacité des étudiants à s’adapter à un monde qui bouge, avec les autres. Pour enrichir leur personnalité.

Nice expérimente la présence de policiers municipaux dans les écoles

  Nice expérimente la présence de policiers municipaux dans les écoles Sur une proposition du maire Christian Estrosi, des policiers municipaux non armés vont être postés dans trois écoles. Cette expérimentation, autorisée par le ministre de l'Éducation et qui commencera en mars, suscite doutes et critiques. C'est une expérimentation inédite en France. Christian Estrosi, le maire de Nice (LR), a reçu l'autorisation de Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de déployer des policiers municipaux dans des écoles primaires de la ville. Ce dispositif, testé dans trois écoles à partir de mars jusqu'à la fin de l'année scolaire, fera ensuite l'objet d'un bilan.

Elle est chargée aujourd'hui d'assurer la sélection et la formation initiale et continue des hauts qui va réussir à mener à bien la réforme administrative et l'élaboration du statut de la fonction publique, en se Ils ont notamment critiqué les concours d'accès à ces grandes écoles [9]. Leur sélectivité vient

Elle est connue principalement pour sa formation d'ingénieurs, dont les Les Corps de l'État[modifier | modifier le code]. La haute fonction publique, les corps techniques de » Plus généralement, on constate une « distillation » successive que ce soit dans les grandes écoles ou à l'université : si les

Il n’empêche que le sommet est devenu plus difficile à atteindre. Parce que la compétition est féroce : il y a beaucoup plus de diplômés de grandes écoles qu’il y a trente ans, pour un nombre de postes au sommet qui n’a pas augmenté dans les mêmes proportions, en raison de la concentration qui a réduit le nombre d’acteurs dans tous les « vieux » secteurs.

Et, surtout, les grandes entreprises qui recherchent les plus hauts potentiels sont mondiales et recrutent des talents venus du monde entier. « On est très vite en compétition avec des personnes de l’étranger issues d’autres systèmes de formation, confirme Alexandre ­Lubot. Et là, ce qui compte, ce sont les réalisations. » Ce que les Anglo-Saxons appellent le « track record », version moins formelle que le CV.

Des profils plus variés et moins franco-­français

En clair, nos X se heurtent aujourd’hui à la concurrence des caciques des grandes universités mondiales. Rien que les patrons du CAC 40 ont des profils plus variés et moins franco-­français qu’autrefois. Chez Axa, on ne trouve que quatre Français sur les dix membres du comité de direction, qui compte cinq nationalités. Et parmi les quarante premiers dirigeants du groupe d’assurance, plus de la moitié sont étrangers, avec des formations diverses.

Ce qui fait dire à Nicolas Riedler que « le système de sélection des dirigeants sur les grands concours marchait dans une économie fermée, mais avec l’internationalisation de l’économie, il ne peut que perdre du terrain ». Manière de dire que la cooptation entre copains de promo qui noyautaient les conseils d’administration sera de plus en plus difficile.

D’ailleurs, la course est devenue si dure qu’elle ne fait plus rêver les jeunes diplômés, qui semblent ne plus partager les rêves d’ascension de leur père, comme le montre le baromètre 2018 de la CGE. Les responsabilités ? Elles n’arrivent qu’en sixième position de leurs aspirations. Les grands concours n’assurent plus de parvenir à des postes de direction, peut-être. Mais ils offrent toujours la perspective de belles carrières.


AUSSI SUR MSN : Des bureaux aux fourneaux : ces diplômés qui se réorientent vers des métiers manuels


Chaque semaine, ne manquez pas le meilleur de l'info!


De plus en plus de cursus « verts », pour répondre à la demande des étudiants .
Les diplômes consacrés à la protection de l’environnement, au développement durable ou aux énergies nouvelles ont essaimé. Ils répondent aux souhaits d’une génération préoccupée par les enjeux ­environnementaux et sociétaux et aux besoins des industriels. © Fournis par Le Monde Interactif Il suffit de parcourir la liste des mastères spécialisés des grandes écoles : la thématique « verte » fait florès sur les campus.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

C'est intéressant!