•   
  •   

Finance Obsolescence programmée : l’étiquette “durée de vie” des produits peut-elle être efficace ?

21:35  13 février  2018
21:35  13 février  2018 Source:   capital.fr

Défiscalisation : attention à ne pas se laisser aveugler par la réduction d’impôt !

  Défiscalisation : attention à ne pas se laisser aveugler par la réduction d’impôt ! <p>Vous cherchez une solution miracle pour réduire vos impôts ? Parmi les produits de défiscalisation populaires, figurent notamment les FIP et FCPI, ces fonds misant sur des PME, ainsi que les Sofica, qui financent le cinéma. Mais au terme de l’investissement, ces placements ne sont pas aussi attrayants qu’il n’y paraît, comme le démontre une étude repérée par Cbanque, figurant dans le récent rapport du Conseil des prélèvements obligatoires sur la fiscalité du capital.</p>Vous cherchez une solution miracle pour réduire vos impôts ? Parmi les produits de défiscalisation populaires, figurent notamment les FIP et FCPI, ces fonds misant sur des PME, ainsi que les Sofica, qui financent le cinéma.

L ’ obsolescence programmée est une stratégie visant à réduire la durée de vie d’ un produit pour augmenter son taux de remplacement et provoquer un nouvel achat prématurément.

La loi française définit l ' obsolescence programmée comme . Il peut s'agir d'un matériel délibérément conçu pour ne pas pouvoir « évoluer », par exemple limité arbitrairement en taille de mémoire auxiliaire), ou de produits dont la conception comprend des « fragilités » délibérées

Le gouvernement envisage de lancer une nouvelle étiquette indiquant un “indice de durée de vie” des produits. Mais cette mesure soulève quelques questions.

Obsolescence programmée : l’étiquette “durée de vie” des produits peut-elle être efficace ?t © Hero Images/GettyImages Obsolescence programmée : l’étiquette “durée de vie” des produits peut-elle être efficace ?t

Vous avez forcément déjà pesté contre l’un de vos appareils électroménagers tombés mystérieusement en panne, bien plus tôt que vous ne l’attendiez… Pour lutter contre l’obsolescence programmée, le gouvernement souhaiterait mettre en place une étiquette indiquant pour chaque produit un “indice de durée de vie”. L’idée serait d’attribuer une note sur 10 selon plusieurs critères, comme la robustesse ou la possibilité de le réparer. Micro-onde, téléviseur, machine à laver… Les appareils électroménagers et high-tech pourraient être concernés par cette mesure, d’ici 2020.

Baromètre mensuel des taux de crédits immobiliers : les taux se maintiennent à des niveaux bas

  Baromètre mensuel des taux de crédits immobiliers : les taux se maintiennent à des niveaux bas Chaque mois, Relaxnews diffuse le baromètre national des taux fixes de crédits immobiliers, établi par Empruntis.com, courtier en ligne spécialisé dans les crédits et assurances. Ce baromètre est divisé en sept régions : Île-de-France, Nord, Est, Rhône-Alpes, Méditerranée, Sud-Ouest et Ouest. Le courtier constate un barème à la baisse pour le mois de février. "Sans surprise, les taux se maintiennent à des niveaux bas", indique Cécile Roquelaure, Le courtier constate un barème à la baisse pour le mois de février. "Sans surprise, les taux se maintiennent à des niveaux bas", indique Cécile Roquelaure, directrice des études et de la communication d'Empruntis.

Présentation et articulation des notions clés autour de la durée de vie des produits . La lutte contre l ’ obsolescence programmée . L ’ obsolescence d’ un produit , le fait qu’il devienne obsolète, incite souvent son propriétaire à s’en débarrasser.

Un «indice durée de vie » pour lutter contre l ' obsolescence programmée : c' est la nouvelle idée du gouvernement. Cet indice ressemblerait à l ' étiquette -énergie et attribuerait aux produits électroniques et électroménagers une note allant de un à dix en fonction de divers critères, comme la

Ce nouvel étiquetage se ferait d’abord sur la base du volontariat. “Mais à terme, le but est de le rendre obligatoire”, a indiqué Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Écologie. Un agenda que regrette l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP) qui aurait souhaité que l’affiche soit dès le départ obligatoire. En réalité, cette étiquette soulève d’autres questions. Comme pour son modèle, l’étiquette énergie, on imagine que des tests seront menés en laboratoire par les fabricants. Or, leur fiabilité est mise en cause : une ONG européenne, le Bureau européen de l’environnement, avait dénoncé en juin dernier une consommation réelle plus importante des appareils électroménagers par rapport à celle indiquée sur les étiquettes.

MACOM choisit STMicroelectronics pour fabriquer ses plaquettes GaN

  MACOM choisit STMicroelectronics pour fabriquer ses plaquettes GaN Les deux groupes ont signé hier un vaste accord ...L'américain MACOM Technology et le franco-italien STMicroelectronics ont signé un accord portant sur le développement de plaquettes en nitrure de gallium (GaN) sur silicium fabriquées par ST pour le compte de MACOM, qui les utilisera dans des applications RF.

Le gouvernement planche sur un indice de durée de vie des produits pour lutter contre l ' obsolescence programmée . Il s’agirait d’un indice qui pourrait être

Comment lutter contre l ’ obsolescence programmée ? Comment privilégier le réemploi et la réparation des produits pour préserver nos ressources ? «Agir pour allonger la durée de vie des produits , c’ est lutter contre une double aberration, écologique et économique.

“Comme pour les tests réalisés sur les voitures, où le modèle d’essai est spécialement conçu pour consommer le moins possible, les fabricants optimisent leurs appareils avant de les passer au banc d’essai”, expliquait alors au Parisien Benoît Hartmann, directeur général du CLER, une association faisant partie de l’ONG européenne. Surtout, les contrôles sont quasi-inexistants. “La DGCCRF (la répression des fraudes, NDLR) fait des contrôles en magasin pour vérifier si l’étiquette énergie est bien visible sur l’appareil, mais, faute de moyens, il n’y a pas de vérification du niveau de performance énergétique du produit”, affirmait déjà au quotidien l’UFC-Que Choisir.

“Il vaut mieux le faire que ne pas le faire”

Alors, pourquoi en serait-il différemment avec l’étiquette indiquant l’indice de durée de vie d’un produit ? “Cet affichage est plutôt une bonne nouvelle, mais nous restons prudents”, affirme Guilhem Fenieys, chargé des relations institutionnelles à l’UFC. L’association aurait préféré qu’une “obligation de résultat” pèse sur les fabricants. “Il vaut mieux le faire que ne pas le faire”, abonde, optimiste, Émile Meunier, avocat spécialisé dans les questions de transition écologique, qui a accompagné l’association HOP. “Il faudra d’abord construire des outils objectifs d’évaluation de la durabilité, c’est du travail. Et une fois mise en place, il faudra évidemment se donner les moyens d’appliquer la mesure”.

La MCN a fait pschitt

  La MCN a fait pschitt Le trio Mbappé-Cavani-Neymar, meilleure attaque d’Europe, a souffert mercredi soir lors de la défaite du PSG à Madrid (3-1), et devra se montrer "plus efficace" au retour pour espérer voir les quarts de finale de la Ligue des champions. Le duel tant attendu n’a pas eu lieu. Si la MCN (Mbappé-Cavani-Neymar) a bien été alignée d’entrée mercredi soir à Santiago-Bernabeu pour le huitième de finale aller de la Ligue des champions remporté 3-1 par le Real face au PSG, la BBC madrilène (Bale-Benzema-Cristiano) était elle orpheline du Gallois au coup d’envoi, Zinedine Zidane préférant renforcer son milieu de terrain en titularisant Isco.

L ' obsolescence programmée , devenue un délit (passible de deux ans de prison et 300 000 euros d'amende), est visée. Apple est d'ailleurs sous le coup d'une enquête de la DGCCRF sur le sujet. Cet indice « durée de vie » prendrait la forme d'une note de 1 à 10.

Obsolescence programmée : l ’affichage de la durée de vie des produits high tech pourrait devenir obligatoire dès 2020. Dès le 1er janvier 2020, les étiquettes anti obsolescence programmée pourraient commencer à faire leur apparition.

L’avocat plaide notamment pour un renforcement du budget de la DGCCRF, mais aussi des sanctions. “Il suffit, pour une infraction, que l’on sanctionne très fortement. Les fabricants ne vont alors pas prendre le risque” de frauder sur l’évaluation de l’indice de leurs produits, estime-t-il. Emile Meunier souligne aussi qu’il existe déjà une loi obligeant à indiquer la disponibilité des pièces détachées aux consommateurs avant l’achat de l’appareil. “Cette obligation n’est pas respectée par la moitié des fabricants et vendeurs, et à ma connaissance, il n’y a pas eu de sanction”, affirme-t-il, fustigeant un décret d'application mal rédigé.

L’étiquette n’est pour l’instant qu’une piste de réflexion. Le gouvernement a aussi indiqué réfléchir à utiliser des leviers fiscaux pour soutenir le développement d’une filière de réparation des produits. Une feuille de route sur l’économie circulaire doit être présentée en mars prochain. La secrétaire d’État a déploré que “dans 60% des pannes, le consommateur n’essaye pas de faire réparer son produit, et il ne fait jamais réparer si le coût est supérieur à 30% du prix du neuf”.

Le bio poursuit son envolée en France .
En 2017, le marché des produits alimentaires biologiques aurait dépassé les 8 milliards d'euros.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!