•   
  •   

Finance "Il n'y a pas d'échéance de dette avant 2023" pour CGG (Moody's)

14:28  14 mars  2018
14:28  14 mars  2018 Source:   logc279.xiti.com

Les États-Unis vont nourrir la planète en pétrole

  Les États-Unis vont nourrir la planète en pétrole La production américaine de pétrole devrait couvrir à elle seule 80% de la hausse la demande au cours des trois prochaines années . La progression de l'offre du Canada, du Brésil et de la Norvège étant en mesure de couvrir le reste... © Reuters Les Etats-Unis vont nourrir la planète en pétrole Le manque d'investissements inquièteAu-delà de 2020, l'AIE s'inquiète du manque d'investissements. L'industrie pétrolière doit encore se remettre d'une baisse sans précédent des investissements en 2015 et 2016, et l'AIE voit peu, voire aucune, augmentation des dépenses en amont hors des États-Unis en 2017 et 2018.

CGG se stabilise sur les 1,57 euro ce jeudi après avoir finalisé la mise en oeuvre de son plan de restructuration financière, répondant aux " Il n ' y a pas d ' échéance de dette avant 2023 " pour CGG ( Moody ' s ).

L'agence note la société "B3"...

La notation crédit de CGG a été fixée à B3 par Moody's, c'est-à-dire six crans en-deçà de la catégorie d'investissement. La perspective d'évolution est stable. L'agence explique que la note reflète un bilan allégé et une dette réduite après la lourde restructuration financière. Moody's n'attend qu'une reprise modeste du marché de la sismique cette année, tirée par les équipements. "Il n'y a pas d'échéance de dette avant 2023, ce qui est un élément important pour la notation au regard de conditions sectorielles toujours difficiles", écrit l'agence, qui s'attend à un cash-flow libre négatif de l'ordre de -150 M$ cette année. Le contexte de marché sera par ailleurs facilité par la sortie de Schlumberger du secteur de la sismique.

  © Fournis par Boursier

SNCF: à une grève de "deux jours sur cinq", Borne répond négociation "sept jours sur sept" .
Aux syndicats qui ont opté pour une grève "deux jours sur cinq" contre le projet de réforme de la SNCF, la ministre des Transports Elisabeth Borne a opposé vendredi des négociations "sept jours sur sept", sur CNews.Estimant que la "posture" de l'intersyndicale des cheminots n'est "pas responsable", la ministre assuré que "le gouvernement ne cherche pas l'affrontement".

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!