•   
  •   

Entreprise ENTRETIEN. En Corse, « le déni de la mafia par les élus est un message de peur »

14:05  04 juin  2021
14:05  04 juin  2021 Source:   ouest-france.fr

L’hebdomadaire le marin paraît pour la dernière fois ce jeudi

  L’hebdomadaire le marin paraît pour la dernière fois ce jeudi Créé il y a soixante-quinze ans, l’hebdomadaire maritime tourne une page. Après une dernière parution ce jeudi 27 mai, le média professionnel du groupe Ouest-France s’adapte à son lectorat devenu essentiellement numérique. Seuls ses dossiers et hors-séries seront encore diffusés en kiosques. Le journal le marin, l’hebdomadaire de l’économie maritime né en 1946, publie son dernier numéro jeudi 27 mai. Pour sa rédactrice en chef, Anne-Laure Grosmolard, c’est l’occasion d’enrichir une offre digitale plébiscitée par les abonnés.

Jean Toussaint Plassenzoti, cocréateur du collectif anti-mafia Massimu Susini. Massimu (Maxime) Susini, son neveu, a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768, plage du Peru (en arrière-plan sur la photo). © Thierry Creux / Ouest-France Jean Toussaint Plassenzoti, cocréateur du collectif anti-mafia Massimu Susini. Massimu (Maxime) Susini, son neveu, a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768, plage du Peru (en arrière-plan sur la photo).

En septembre 2019, Massimu Susini était tué alors qu’il ouvrait sa paillote sur une plage de Cargèse. Un des deux collectifs anti mafia créés à la fin de l’été 2019 porte son nom. Son oncle Jean-Toussaint Plasenzotti, l’un des créateurs du collectif raconte ce combat citoyen face au déni.

Jean-Toussaint Plasenzotti a donné rendez-vous sur un parking de Cargese (Corse-du-Sud) offrant une vue panoramique sur la plage de Pero.

Le sénateur Jean-Noël Guérini et son frère condamnés à de la prison ferme

  Le sénateur Jean-Noël Guérini et son frère condamnés à de la prison ferme L'élu a de plus été condamné à cinq ans d'inéligibilité dans un dossier de marchés publics truqués. Le sénateur Jean-Noël Guérini et son frère Alexandre sont désormais fixés. Fustigeant de "graves atteintes à la confiance publique" dans un dossier de marchés publics truqués, le tribunal correctionnel de Marseille les a condamnés vendredi 28 mai à de la prison ferme, ajoutant 5 ans d'inéligibilité pour l'élu.

D’ici, on aperçoit la paillote 1768, le restaurant de plage qui appartenait à son neveu Maxime (Massimu en corse) Sunini, 36 ans, assassiné le 12 septembre 2019 alors qu’il ouvrait son établissement. Quelques semaines plus tard, il confondait un collectif anti mafia Massimo Susini. Il raconte ce combat.

Massimu (Maxime) Susini a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768. © Thierry Creux / Ouest-France Massimu (Maxime) Susini a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768.

Lire aussi. Élections régionales en Corse. Le climat s’est alourdi sur l’île de Beauté

Comment votre neveu Maxime Sunini a été tué ?

Massimu a été tué alors qu’il allait au travail, le 12 septembre 2019. On tue parfois ici les gens sans difficulté particulière… Avec un fusil de grande chasse, avec lunette. C’était un fusil pour tuer les ours. Sur quatre coups, une balle l’a touchée et tuée du fait même du calibre de la balle. Habituellement, les groupes criminels se tuent entre eux. En attaquant Massimu, ils attaquent la population générale, il était militant nationaliste et environnemental.

Auditeurs de l'Iowa accuse Gouverneur de la législation avec masque PSA

 Auditeurs de l'Iowa accuse Gouverneur de la législation avec masque PSA L'auditeur de l'Iowa a accusé le gouvernement de Kim Reynolds (R) de violation de la loi d'auto-promotion de l'État l'an dernier, lorsqu'elle est apparue dans une vidéo qui préconise au masque portant la pandémie de coronavirus.

La paillote 1768 conserve précieusement des souvenirs de son ancien propriétaire. © Thierry Creux / Ouest-France La paillote 1768 conserve précieusement des souvenirs de son ancien propriétaire.

Sait-on qui sont les auteurs ?

Nous n’avons aucune nouvelle de l’enquête reprise par la Jirs (Juridiction inter régionale spécialisée) de Marseille. Ici, il n’y avait pas de groupe mafieux implanté. Il n’y avait pas de tradition de banditisme local, c’était de passage et marginal. Dans la commune, ce sont surtout des petites entreprises familiales, il n’y a pas de grosses structures. Nous sommes persuadés que les auteurs appartiennent à un groupe périphérique d’un groupe mafieux plus important d’Ajaccio. Quand vous tuez, vous montez en grade. Quand vous tuez, c’est votre médaille militaire et quand vous êtes acquitté, c’est votre légion d’honneur.

La cause serait de prendre ce territoire ?

Oui. Les mafieux savent que peu de gens vont s’opposer à eux. En tuant, on se débarrasse d’une personne gênante et on terrorise les autres. Les groupes mafieux fonctionnent sur un territoire, ils en ont besoin pour s’implanter.

Linky : la vérité sur ce que les consommateurs vont devoir rembourser ou non

  Linky : la vérité sur ce que les consommateurs vont devoir rembourser ou non Un article publié en début de semaine par nos confrères du Parisien affirme que le déploiement du Linky devra être remboursé par les consommateurs. Le gouvernement, Enedis et la Commission de régulation de l’énergie (CRE) démentent… Qui a raison ?Linky est un compteur électrique “communicant”. Déployé depuis 2015 par Enedis, il a vocation à remplacer tous les compteurs existants. Aujourd’hui, plus de 90% des foyers en sont équipés. Son installation doit permettre à la France d’entrer dans l'ère des compteurs dits “intelligents”, qui devrait permettre d'ajuster en permanence la production selon les besoins des consommateurs.

De nombreux tags honorent la mémoire de Massimu Susini un peu partout dans le secteur de Cargèse. © Thierry Creux / Ouest-France De nombreux tags honorent la mémoire de Massimu Susini un peu partout dans le secteur de Cargèse.

« On a montré qu’il est possible de parler »

Massimu (Maxime) Susini, a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768. De nombreux tags honorent sa mémoire un peu partout dans le secteur de Cargèse. © Thierry Creux / Ouest-France Massimu (Maxime) Susini, a été tué le 12 décembre 2019 devant sa paillote 1768. De nombreux tags honorent sa mémoire un peu partout dans le secteur de Cargèse.

Qu’a changé la création du collectif portant le nom de Massimu Susini ?

Ils ne s’attendaient pas à une réponse de cette ampleur. Celui qui décède de mort violente en Corse, au bout de trois jours, on en parle plus. C’est un perdant, donc il a tort. S’il m’arrive quelque chose demain, certains diront : « Qu’est-ce qu’il est allé faire ? Tant pis pour lui, il n’avait qu’à rester dans son coin ou partir. »

Pour Massimu, la réponse a été populaire, du fait de sa personnalité et des caractéristiques de sa mort. Ici, on ne tue pas de magistrats et de policiers comme en Sicile. On ne peut pas dire qu’ils sont en danger, c’est pour cela que nous attendons encore plus d’eux. Le combat contre la mafia ne peut pas seulement reposer sur des protestations des citoyens. Même si on a montré aux gens qu’il est possible de parler, ce qui crée un peu de pression sur les autorités mais aussi sur la mafia.

Canal +. Une vingtaine de départs au service des sports depuis l’affaire Sebastien Thoen

  Canal +. Une vingtaine de départs au service des sports depuis l’affaire Sebastien Thoen C’est une mauvaise nouvelle pour les journalistes de sports du groupe Canal +. Depuis l’affaire Sebastien Thoen et son licenciement en novembre, une vingtaine de personnes travaillant au service des sports de Canal + ont été poussées vers la sortie. Le licenciement de Sebastien Thoen a eu de fortes répercussions au service des sports de Canal +. Au sein de la chaîne cryptée, près de 20 personnes auraient été poussées vers la sortie a appris lundi l’AFP auprès de sources syndicales, confirmant une information du site Les Jours . Contactée par l’AFP, la direction de Canal + n’a pas souhaité commenter.

L’été dernier, il y avait eu une tentative d’incendie de la paillote de Massimu. Certains ont parlé de différend commercial. Vous dites que c’est la mafia.

Quelques jours avant la tentative d’incendie, un panneau à l’effigie de Massimu à été criblé de balles. Sur Twitter, j’avais écrit : « Est-ce un message ? » On ne tue pas au fusil à lunette pour un différend commercial, on ne vole pas deux voitures des semaines avant pour les brûler ensuite. Le modus operandi est mafieux.

Pour l’incendie, ils ont payé deux personnes, deux drogués pour faire ça. Ceux-là ont été attrapés et sont en prison. Brûler l’outil de travail est aussi une habitude mafieuse. La concession Citroën d’Ajaccio en a été victime deux fois (là aussi, l’auteur a été arrêté, et condamné. Il avait été payé).

« Il y a des porosités reconnues à tous les niveaux »

Pourquoi l’emprise de groupes mafieux, selon vous, progresse-t-elle ?

Quand vous avez, dans un État, un certain nombre de choses qui s’affaiblissent, il est évident que des groupes humains vont chercher à en tirer du profit. C’est un système économique qui peut s’apparenter au capitalisme dans ce qu’il a de plus brutal.

Globalement, en Corse, les groupes mafieux sont identifiés, avec leurs réseaux par affinités, par les rencontres en prison, par des premiers méfaits commis en commun, et ce qui scelle le contrat entre eux, c’est l’assassinat.

Comment négocier son salaire ?

  Comment négocier son salaire ? Que ce soit lors d’un entretien d’embauche ou au cours d’un entretien annuel, la négociation de salaire exige une préparation indispensable. Préparer ses arguments, fixer une fourchette de salaire souhaitée, connaître les salaires pratiqués pour le même emploi, se renseigner sur la situation financière de l’entreprise sont autant d’éléments à ne pas négliger pour une bonne négociation. Your browser does not support this video Négocier son salaire : les arguments à mettre en avantPréparer la négociation de son salaire est une étape indispensable pour parvenir à ses fins.

Les bandes mafieuses font des alliances qui augmentent leur puissance et leur nuisance. Mais pour qu’il y ait une mafia, il faut quatre éléments : les voyous, le monde politique, économique et une partie de l’appareil d’État. Il y a des porosités reconnues à tous les niveaux. Même si la profondeur du phénomène n’atteint pas encore celui de la Sicile ou de la Calabre.

Vous parlez bien d’une mafia autochtone ?

Oui, et il ne faut pas penser que ce sont des gens déclassés. Beaucoup ont même des parents aisés. Même s’ils peuvent recruter de la main-d’œuvre chez des déclassés ou des immigrés. Le goût du pouvoir, de l’argent facile, un sentiment de puissance, l’impression d’être des prédateurs invincibles les pousse à faire ce « métier », cette vie.

Pour beaucoup, c’est un choix et ils ont un profond mépris pour les gens qui travaillent, surtout ceux qui ont peur. Je suis professeur de langue corse, à Ajaccio. Certains voyous, je les ai eus en classe au collège, l’école ne les intéressait pas trop. Avec une arme, de la drogue, ils ont ce qu’ils veulent.

« Quasiment aucun élu ne prononce le mot mafia »

L’arrivée au pouvoir des nationalistes a-t-elle accéléré ou freiné ce processus ?

En 2015, les nationalistes sont arrivés au pouvoir avec cet immense projet, cet immense espoir d’apaiser la Corse, d’offrir des perspectives à ses enfants. La politique d’assistanat traditionnelle, claniste, était épuisée. Pourtant, cet espoir a été très largement déçu.

Malgré les compétences de la Collectivité de Corse, ils n’ont rien fait de notable, si ce n’est de la gestion. Globalement, on ne peut pas dire que la vie des Corses a été transformée. L’imprégnation mafieuse, elle, s’est faite plus forte pendant cette mandature. Cela ne veut pas dire qu’ils sont responsables.

Crédit immobilier : le gouvernement veut-il freiner l’accession à la propriété ?

  Crédit immobilier : le gouvernement veut-il freiner l’accession à la propriété ? Pour tenter de faire baisser les prix tout en sécurisant les banques et les emprunteurs face au risque de défaut de paiement, l’exécutif voudrait encore durcir les critères d’accès au crédit. Une stratégie qui complique un peu plus l’investissement locatif, dénonce Henry Buzy-Cazaux, le président de de l’Institut du management des services immobiliers. La menace est brandie : le Haut conseil de stabilité financière, autorité de régulation des crédits présidée par le ministre de l’Economie, pourrait bien restreindre encore l’accès au crédit immobilier pour les ménages.

Par contre, leur dénonciation, on y inclut leur opposition, de la mafia est très discrète au point où quasiment aucun élu ne prononce le nom de « mafia ». Massimu était un militant nationaliste sincère est honnête, on aurait pu penser que cela allait le protéger. Si les mafieux l’ont tué, c’est qu’ils en avaient la force et n’avaient pas peur de le faire. Le déni de la mafia par les élus est un message de peur, envoyé à la mafia et à la population.

La mafia est-elle un sujet pour ces élections territoriales ?

Non. C’est surprenant car depuis l’assassinat de Massimu, le phénomène mafieux a fait l’objet d’un éclairage médiatique soutenu (coups de filet de la police, livres, articles, reportages…). Pourtant, je pense qu’une liste qui en aurait fait un sujet de campagne marquerait des points. Ces élections font aussi l’objet d’une infiltration mafieuse dans la mesure où la Collectivité de Corse détient des pouvoirs qui génèrent des dépenses très importantes (marchés publics, transports, déchets…).

Comme l’élection va se jouer à peu de choses, tout est bon pour emmagasiner des voix. Mais après, on pourra passer à la caisse. Aux élus, on dit qu’ils devraient porter le discours anti mafia, ce qu’ils ne font pas. Il y a des élus qui ont peur, d’autres qui regardent ailleurs, d’autres qui sont certainement complices.

« On sait que le combat va être long »

L’idée même qu’il y ait une mafia en Corse est-elle partagée ?

Pour l’homme de la rue, oui. En Corse, le système mafieux est en train de se construire. Il existe des groupes mafieux qui sont en train de se coordonner, pour éviter les conflits sanglants et se partager les marchés, mais tout cela dépend des rapports de force et risque de ne durer qu’un temps.

Il y a une espèce de gêne à le reconnaître, qui vient essentiellement de la peur, mais on ne peut pas nier qu’un certain nombre de personnes, pour des raisons de pouvoir ou d’intérêt économique, ne tiennent pas à ce qu’on en parle. On sait que le combat va être long. La peur est dominante aujourd’hui en Corse. La menace grandit et rien ne semble l’arrêter.

Assurance vie : comment gonfler le rendement de votre contrat avec l’immobilier ?

  Assurance vie : comment gonfler le rendement de votre contrat avec l’immobilier ? Les performances des fonds euros des contrats d’assurance vie n’ont jamais été aussi faibles et vous avez tout intérêt à réfléchir à vos alternatives pour obtenir une rémunération correcte. Un objectif atteignable en misant, au moins en partie, sur l’immobilier. 1,08%. C’est, en moyenne, la rémunération offerte en 2020 par les fonds euros des contrats d’assurance vie selon le cabinet Good Value for Money. Une performance au ras des pâquerettes, sachant qu’elle s’entend net de frais de gestion mais avant prélèvements sociaux de 17,2% et éventuelle fiscalité sur les rachats.

Mais l’État ne le reconnaît pas ?

Non. Le député Paul-André Colombani (nationaliste) a parlé de l’assassinat de Massimu à l’Assemblée nationale. À sa suite, Jean-Felix Acquaviva (député nationaliste) a demandé de faire une étude sur le crime organisé en Corse, il a reçu une fin de non-recevoir du ministère de la Justice. Il existe bien des Juridictions spéciales (Jirs), par grosses régions, qui s’occupent du crime organisé. Mais ce n’est pas suffisant sans les outils juridiques adaptés à cette nouvelle menace.

« Si vous leur prenez ce qu’ils ont, ils enragent »

Vous demandez la création d’un délit d’association mafieuse ?

Dernièrement, une adaptation d’une loi (la loi El Haÿri sur les associations) a permis de mettre à disposition des associations les biens confisqués au crime organisé. C’est un pas, mais la confiscation des biens des mafieux n’est pas une obligation en France, alors qu’en Italie oui.

En Italie, on peut vous confisquer vos biens à partir du moment où vous avez des liens avérés avec les mafieux même s’il n’y a pas de condamnation pénale. Ensuite, c’est à vous de prouver l’origine licite des biens en votre possession. Les mafieux n’ont pas peur de la prison, mais si vous leur prenez ce qu’ils ont, ils enragent. Il faut mettre les réseaux mafieux dans l’insécurité économique, c’est ce qu’ils craignent le plus.

Mais le point de départ doit être la création du délit d’association (« conspiration » disent les Italiens) mafieuse qui va faire reconnaître le » pouvoir d’intimidation » de la mafia. Ce » pouvoir d’intimidation » n’a même plus besoin d’un acte de violence pour imposer l’ordre mafieux.

Votre collectif rejoint les associations environnementales sur les critiques de la gestion des déchets ou des permis de construire abusifs.

Le béton et les déchets sont les deux mamelles légales qui nourrissent la mafia. C’est plus juteux et moins risqué que les mamelles illégales (drogue, vols à main armée). Plus généralement, les marchés publics font l’objet d’une attention toute particulière.

On va vers une destruction de ce qui est notre cadre de vie, mais aussi de nos vies. C’est pourtant là que les élus devraient être les premiers défenseurs des Corses. Mais en dehors de grandes déclarations sur nos valeurs, sur leurs valeurs, ils ne semblent pas se préoccuper d’autre chose que faire de la gestion pour maintenir des équilibres. Seraient-ce aussi des équilibres mafieux ?

Assurance vie : comment gonfler le rendement de votre contrat avec l’immobilier ? .
Les performances des fonds euros des contrats d’assurance vie n’ont jamais été aussi faibles et vous avez tout intérêt à réfléchir à vos alternatives pour obtenir une rémunération correcte. Un objectif atteignable en misant, au moins en partie, sur l’immobilier. 1,08%. C’est, en moyenne, la rémunération offerte en 2020 par les fonds euros des contrats d’assurance vie selon le cabinet Good Value for Money. Une performance au ras des pâquerettes, sachant qu’elle s’entend net de frais de gestion mais avant prélèvements sociaux de 17,2% et éventuelle fiscalité sur les rachats.

usr: 3
C'est intéressant!