•   
  •   

Entreprise Émirats arabes unis : une attractivité impérissable, impôt mondial sur les sociétés ou pas ?

13:05  14 juin  2021
13:05  14 juin  2021 Source:   capital.fr

Il y a une "affaire à avoir" sur la réforme de la taxe de la technologie mondiale, Sunak dit

 Il y a une Chancelier Rishi Sunak a exhorté Joe Biden à faire une affaire sur la taxation des géants technologiques tels que Google et Facebook dans le cadre d'une secousse globale des prélèvements d'entreprise.

Émirats arabes unis : une attractivité impérissable, impôt mondial sur les sociétés ou pas ? © Umar Shariff Photography / Getty Images Émirats arabes unis : une attractivité impérissable, impôt mondial sur les sociétés ou pas ?

Alors que les pays du G7 ont annoncé un accord inédit sur un impôt mondial minimum pour les sociétés, le pays du Golfe devrait rester l'un des plus attractifs pour les investisseurs.

Les Émirats arabes unis, éternel paradis fiscal qui promet luxe et merveilles ? Alors que l'idée d'un impôt mondial sur les sociétés semblent de plus en plus faire son chemin, ce paradis fiscal du Golfe, qu'il y adhère ou pas, gardera toute son attractivité auprès des expatriés et des investisseurs, estiment plusieurs experts. Le 5 juin, les ministres des Finances des sept plus grandes puissances (G7) ont annoncé à Londres un accord "sans précédent" sur un impôt mondial minimum et une meilleure répartition des recettes fiscales provenant des multinationales, géants du numérique en tête.

Immobilier : Paris plaît toujours autant aux ultra-riches

  Immobilier : Paris plaît toujours autant aux ultra-riches Paris se classe troisième ville en termes d'attractivité pour les acheteurs ultra-riches, derrière Londres et New York. Les grèves et les attentats n'ont, semble-t-il, pas terni l'image de la capitale.Comme le soulignent nos confrères du Figaro Immobilier, le résultat peut surprendre au vu des quelques dernières années agitées qu’a connues Paris. Entre les grèves des transports, la crise des "gilets jaunes" et les attentats, les potentiels acheteurs immobiliers auraient pu se détourner de la capitale. L’engouement reste pourtant au rendez-vous et Paris arrive juste derrière Londres et New York.

Objectif: un taux d'imposition mondial sur les sociétés d'"au moins 15%". Dans le collimateur du G7, les paradis fiscaux qui attirent particulièrement les fameux Gafa américains (Google, Amazon, Facebook, Apple). Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui réunit les pays les plus développés, un paradis fiscal se caractérise par des "impôts inexistants ou insignifiants". C'est le cas des Emirats mais aussi de Jersey, des Bahamas, des îles Caïman ou de Bahreïn.

>> À lire aussi - Impôts : pour que son économie reste compétitive, la Suisse va faire une réforme fiscale

Abou Dhabi, capitale des Emirats, et surtout Dubaï, plus prisée des six autres principautés formant cette fédération, accueillent ainsi les bureaux régionaux de milliers d'entreprises. Les autorités émiraties n'ont pas officiellement réagi à l'accord du G7 ni répondu aux sollicitations de l'AFP. Mais cette semaine, le gouvernement de Dubaï a annoncé une série de directives "visant à réduire le coût des affaires et à stimuler la croissance économique".

Sunak 'Confiant' d'Atteindre l'accord de taxe technologique

 Sunak 'Confiant' d'Atteindre l'accord de taxe technologique Chancelier Rishi Sunak dit qu'il est "confiant" d'atteindre un accord global sur la taxation numérique avant une réunion des dirigeants mondiaux des finances. © Getty Getty Images L'impôt sur les grandes entreprises a été une source de friction entre les États-Unis et les pays, y compris le Royaume-Uni. Les États-Unis ont annoncé des sanctions mercredi, mais ensuite les ont suspendues à donner plus de temps pour les discussions.

Consolider le statut de Dubaï

Ces mesures, qui seront mises en place "au cours des trois prochains mois", sont destinées à "consolider le statut de Dubaï en tant que destination mondiale pour les investissements et les affaires", ont souligné les dirigeants de l'émirat sans plus de précisions. En pleine pandémie de Covid-19, les Emirats avaient déjà lancé des réformes. Depuis le 1er juin, les étrangers peuvent ainsi créer une entreprise et en détenir la totalité du capital (contre 49% auparavant), ce qui n'était jadis possible que dans certaines zones franches.

>> À lire aussi - Impôts : l'étau se resserre autour des Gafa

Cette réforme "vise à renforcer l'avantage concurrentiel" et à "faciliter la pratique des affaires", selon Abdallah ben Touq Al-Mari, ministre de l'Economie de la fédération, déjà placée 16e au classement de la Banque mondiale sur la facilité à faire des affaires. Mais cet Etat, qui mise sur son image de marque internationale, cherchera certainement à "être considéré comme faisant partie du système mondial plutôt que comme un paradis fiscal", estime Scott Livermore, économiste en chef d'Oxford Economics Middle East, basé à Dubaï.

Impôt sur les sociétés. Le G7 Finance s’engage sur un taux mondial « d’au moins 15 % »

  Impôt sur les sociétés. Le G7 Finance s’engage sur un taux mondial « d’au moins 15 % » Les membres du G7 Finance sont arrivés à un accord pour fixer un taux mondial pour l’impôt sur les sociétés « d’au moins 15 % ».Le G7 Finances s’est engagé sur l’objectif d’un taux d’impôt minimal mondial sur les sociétés d'« au moins 15 % », d’après un communiqué commun publié samedi à l’issue d’une réunion de deux jours à Londres.

Un impôt mondial sans réelle conséquence ?

"Rester en dehors de l'accord présentera des avantages limités, surtout s'il est approuvé par le G20 et l'OCDE", explique-t-il. Et selon lui, même en cas d'augmentation de la charge fiscale des entreprises, le gouvernement compensera, à l'instar du Luxembourg et de Malte où l'impôt sur les sociétés est assorti de multiples exemptions. "Les autorités ont déjà compris l'importance d'avoir un environnement commercial et social plus ouvert pour attirer et retenir les investissements et les talents étrangers", insiste Scott Livermore, évoquant notamment l'assouplissement de diverses procédures administratives, notamment pour les visas.

>> À lire aussi - G7 : un plan mondial sur les infrastructures pour contrer la Chine

Le mode de vie attire les cadres expatriés à Abou Dhabi et surtout à Dubaï, carrefour aéroportuaire et ville ultraconnectée où une légion de travailleurs pauvres du sous-continent indien s'attèlent à offrir tous les services possibles. La fiscalité maigre, voire nulle, aux Emirats a certes été "une importante carotte agitée devant les investisseurs étrangers" mais "même avec l'impact possible d'un impôt mondial minimum sur les sociétés, ils resteront un environnement relativement peu taxé", estime également Robert Mogielnicki du centre de réflexion Arab Gulf States Institute, à Washington.

Plan de taxe mondiale Un bon déménagement, Turnbull dit

 Plan de taxe mondiale Un bon déménagement, Turnbull dit L'ancien Premier ministre Malcolm Turnbull pense qu'un accord des principaux pays avancés du monde pour empêcher les multinationales d'éviter l'impôt dans les pays où ils font un profit. © Joel Carrett / AAP Photos Malcolm Turnbull croit qu'un plan G7 pour empêcher les multinationales d'éviter la taxe est un bon coup.

Un centre d'affaires compétitif

"Les décideurs politiques émiratis devront faire preuve de créativité et envisager la restructuration de divers frais liés aux affaires", prédit le chercheur, estimant que le pays restera un "centre d'affaires compétitif". "L'environnement commercial des Emirats bénéficie d'une excellente connectivité avec les principaux marchés mondiaux, d'un niveau de vie élevé et d'un marché du travail dynamique avec une main d'oeuvre expatriée qualifiée et rentable", explique-t-il.

>> À lire aussi - Impôts des multinationales : "aucun détail qui fâche n'a encore été résolu” !

Et face à la chute des revenus du pétrole, "la tendance fiscale générale de ces dernières années dans le Golfe a été d'augmenter les impôts et non de les réduire". "Sur le long terme, le gouvernement des Emirats et ses citoyens ne regretteront pas vraiment les entreprises ou les investisseurs qui ne s'intéressent qu'à un traitement fiscal préférentiel", fait remarquer le chercheur.

Biden Objects à la hausse de la taxe sur les gaz à payer pour une infrastructure .
Washington (AP) - La Maison-Blanche a clairement clair vendredi que le président Joe Biden était opposé à la hausse de l'impôt sur l'essence fédérale au taux d'inflation pour pouvoir payer un ensemble d'infrastructures qui Un groupe bipartisan de 21 sénateurs tente d'embarquer. © Fourni par Associated Press Le président Joe Biden marche à bord Marine One sur l'ellipse près des terrains de la Maison Blanche, vendredi 18 juin 2021, à Washington.

usr: 0
C'est intéressant!