•   
  •   

Entreprise Avions de combat, commerce… 5 choses à savoir sur Airbus et Boeing

20:50  15 juin  2021
20:50  15 juin  2021 Source:   capital.fr

Ikea, AlloPneus... : les champions du e-commerce pour l'équipement auto et la maison en 2021

  Ikea, AlloPneus... : les champions du e-commerce pour l'équipement auto et la maison en 2021 Pour aménager leur intérieur, les internautes n’ont que l’embarras du choix sur le Net et ils ne s’en privent pas. Les ventes en ligne sont en forte croissance dans ce secteur. Découvrez notre classement 2021 des sites les mieux notés. Voici en exclusivité les sites de l'équipement auto et de la maison les mieux notés pour leurs performances. © Fournis par Capital CapitalMiliboo Ce vendeur de meubles en ligne a vu sa notoriété boostée depuis qu’il a passé un accord avec M6 pour échanger une part de son capital contre des campagnes de pub.

Avions de combat, commerce… 5 choses à savoir sur Airbus et Boeing © Pixabay Avions de combat, commerce… 5 choses à savoir sur Airbus et Boeing

Défense, concurrence, commerce... Voici 5 points à connaître sur Airbus et Boeing, qui constituent un quasi-duopole dans l'aéronautique.

Alors que l'UE et les Etats-Unis semblent avoir enterré la hache de guerre sur le vieux conflit Airbus - Boeing, voici ce qu'il faut savoir sur ces deux mastodontes de l'aéronautique. Géants de l'industrie et de l'exportation au point que leurs performances se voient sur les statistiques du commerce extérieur, Airbus et Boeing détiennent à eux deux quelque 90% du marché mondial des avions commerciaux. Boeing, fondé en 1916, s'est développé tout au long du XXe siècle, lançant le moyen-courrier à succès 737 et l'emblématique long-courrier 747. Boeing, qui au cours de son histoire a aussi absorbé des concurrents comme McDonnell-Douglas, prévoit de réduire ses effectifs à 130.000 employés fin 2021 (contre 161.000 avant la crise). Il possède des usines d'assemblage dans l'Etat de Washington (nord-ouest) ainsi qu'en Caroline du Sud (sud-est).

Boeing tente de renégocier le prix de l'Air Force One et annonce un an de retard

  Boeing tente de renégocier le prix de l'Air Force One et annonce un an de retard L'avionneur américain a demandé au gouvernement américain à renégocier le prix du contrat de deux exemplaires de l'avion présidentiel Air Force One et a prévenu qu'il aurait probablement un an de retard sur la livraison, a indiqué mardi 8 juin une responsable du ministère de la Défense. Boeing s'est engagé en 2018 à fournir pour fin 2024 deux avions 747-8 prêts à transporter le locataire de la Maison Blanche pour 3,9 milliards de dollars.

De son côté, Airbus est une création politique franco-allemande qui remonte à 1970 avec le lancement de l'A300, et a pris graduellement de l'envergure, en particulier avec le très populaire A320, concurrent du 737. Le groupe a aussi intégré des constructeurs espagnols et britanniques et comptait fin 2019 quelque 135.000 employés, avant la crise qui l'a amené à supprimer 15.000 postes. Pour répondre à la demande, le groupe a localisé sa production auprès de ses clients à Mobile (Alabama, sud des Etats-Unis), Tianjin (Chine) et Mirabel (Canada), outre ses installations historiques de Toulouse (France) et Hambourg (Allemagne).

>> À lire aussi - Airbus fête ses 50 ans : retour sur une success story


Vidéo: Finie la crise, Airbus affiche ses ambitions (Euronews)

Pour le président du conseil d'administration d'Airbus, "la demande va changer"

  Pour le président du conseil d'administration d'Airbus, René Obermann estime qu'il faudra deux ou trois ans pour retrouver les niveaux d'avant la pandémie. Pour lui, les attentes des voyageurs seront différentes. Dans le cadre d'une interview aux Echos, l'Allemand René Obermann, nommé en avril 2020 à la présidence du conseil d'administration d'Airbus, annonce la poursuite des efforts de restructuration du groupe pour rester compétitif. Le dirigeant concède avoir une obsession, celle de ne pas passer à côté des "nouvelles tendances".

Le Covid-19 a saigné financièrement les compagnies aériennes clientes, forçant les deux avionneurs à réduire drastiquement leurs livraisons. Airbus n'a livré que 566 appareils en 2020, un tiers de moins que l'année précédente. Empêtré dans les problèmes de son 737 MAX, Boeing n'a lui livré que 157 avions, contre 380 en 2019. Conséquence, les pertes se sont creusées, et les chiffres d'affaires se sont effondrés: -29% pour Airbus (49,9 milliards d'euros), -24% pour Boeing (58,2 milliards de dollars).

Tous deux sont également des géants de la défense et du spatial. Airbus est le premier hélicoptériste mondial (12% de son activité), produit des satellites, des avions de transport militaires et des avions de combat (Eurofighter). Ses activités de défense et spatiales (21% de son chiffre d'affaires) en font le 13e plus gros groupe d'armement au monde. Avec ses hélicoptères Apache et Osprey, ses avions militaires (C17, F15, F18, B52...), ses missiles, ses satellites et lanceurs spatiaux, Boeing se hisse lui à la deuxième place mondiale des industriels de l'armement. Ces activités ont représenté près de la moitié de son chiffre d'affaires l'an passé.

UE, aux États-Unis, les États-Unis de la fin de l'Airbus-Boeing Trade Dispute

 UE, aux États-Unis, les États-Unis de la fin de l'Airbus-Boeing Trade Dispute Bruxelles (AP) - Les États-Unis et l'Union européenne semblaient être proches d'atteindre un accord pour mettre fin à un contestation dommageable sur des subventions à des avantages rivaux Boeing et Airbus et ascenseur des milliards de dollars dans des tarifs punitifs.

>> Achetez et vendez vos placements (actions, cryptomonnaies, or…) au bon moment grâce à Momentum, la newsletter de Capital sur l’analyse technique

Une fois le trou d'air du Covid passé, Airbus semble mieux placé pour aborder la reprise. Il disposait fin mai de 6.933 avions dans son carnet de commandes -contre 4.983 pour Boeing- et lancera dans deux ans l'A321 XLR, qui permettra d'assurer des liaisons qui jusqu'ici ne pouvaient l'être que par des gros porteurs long-courrier. L'avion rencontre un franc succès commercial et Boeing n'a pas d'appareil à lui opposer. Après avoir vu son 737 MAX cloué au sol pendant 20 mois à la suite de deux accidents meurtriers, l'avionneur américain doit écouler les avions produits qu'il n'avait pu livrer avant de remonter ses cadences. Et les déboires s'accumulent: les livraisons de son long-courrier 787 sont à nouveau suspendues à la suite de problèmes de fabrication et les premières livraisons de son futur 777X ont été retardées d'un an, à fin 2023, en raison de la faible demande.

>> A lire aussi - Airbus - Boeing : le plus grand duel industriel de tous les temps

Airbus et Boeing, et à travers eux l'UE et les Etats-Unis, s'affrontent depuis octobre 2004 devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sur les aides publiques versées aux deux groupes, jugées illégales. La fragilisation des entreprises a convaincu les deux blocs d'enterrer la hache de guerre et de renoncer pour cinq ans aux taxes punitives qu'autorisait l'OMC. Sous l'administration Trump, Washington avait été autorisé à imposer des taxes à hauteur de 7,5 milliards de dollars, notamment sur les avions européens. Dans la foulée, l'UE avait imposé des droits de douane sur 4 milliards de dollars d'exportations américaines.

Boeing's Top Lobbyist laisse la compagnie .
Boeing's Top Lobbyist Tim Keing a quitté la société, le géant commercial aérospatial a annoncé lundi. © Getty Boeing's Top Lobbyist quitte la société Le cabinet n'a pas donné de raison pour son départ. Dans une mémo à l'équipe des affaires gouvernementales de Boeing, le PDG David Calhoun a déclaré Marc Allen, directeur de la stratégie en chef de Boeing, dirigera les relations gouvernementales pendant que la société recherche un remplacement permanent.

usr: 1
C'est intéressant!