•   
  •   

Entreprise Grandeur et décadence de Vivarte, l’ex-groupe André qui disparaît

22:10  29 juin  2021
22:10  29 juin  2021 Source:   ouest-france.fr

Stellantis : L'Italie volontaire pour accueillir la future méga-usine du groupe

  Stellantis : L'Italie volontaire pour accueillir la future méga-usine du groupe Rome a demandé au groupe automobile Stellantis d'implanter en Italie sa prochaine méga-usine de batteries pour véhicules électriques, a indiqué mercredi le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti. Le gouvernement italien a invité Stellantis à discuter "du choix d'installer en Italie sa "gigafactory" pour la production de batteries électriques", a déclaré le ministre au Parlement au lendemain d'une table ronde réunissant des représentants du gouvernement, des syndicats et du groupe.

Le groupe Vivarte, a annoncé la vente de ses enseignes Caroll (photo) et Minelli, ce lundi 28 juin 2021. Le groupe, qui se sépare de ses dernières filiales, sera liquidé d’ici à la fin de l’année. © Archives Ouest-France Le groupe Vivarte, a annoncé la vente de ses enseignes Caroll (photo) et Minelli, ce lundi 28 juin 2021. Le groupe, qui se sépare de ses dernières filiales, sera liquidé d’ici à la fin de l’année.

Vivarte a annoncé, lundi 28 juin, la vente des chaussures Minelli, sa dernière filiale, et la cessation prochaine de ses activités. C’est donc le clap de fin pour l’ex-groupe André qui aura connu des succès et surtout de nombreuses difficultés.

L’ex-groupe André, Vivarte, a annoncé, lundi 28 juin 2021, la cession des chaussures Minelli, à Stéphane Collaert et Laurent Portella, patrons du maroquinier San Marina. Après Naf Naf, Chevignon, Besson, ou La Halle, la vente de sa dernière filiale sonne la disparition de ce groupe plus que centenaire.

Élections départementales et régionales : la question du logement cruellement absente

  Élections départementales et régionales : la question du logement cruellement absente Henry Buzy-Cazaux, président de de l’Institut du management des services immobiliers, déplore l'absence de la question du logement dans les programmes des dernières élections locales. C’est mal parti : les lobbys de l’immobilier sont déjà en train de s’affairer en vue des élections présidentielles pour qu’enfin le logement soit au cœur des programmes des candidats. Eh bien, le moins qu’on puisse dire est que ça part mal.

Sept décennies de succès

André est né à Nancy, en 1896, en faisant le pari de la chaussure bon marché. L’entreprise s’exporte, sept ans plus tard, à Paris, où elle reprend son concept de prix bas et ouvre une douzaine de magasins. Le succès est au rendez-vous.

André, ça marchait, car le créneau du prix bas s’insérait parfaitement aux attentes et aux nouveaux modes de consommation​, analyse Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution. Le vendeur de chaussures est ainsi l’un des premiers, dans les années 1960, à s’implanter dans les centres commerciaux et hypermarchés naissants. Et l’enseigne s’internationalise rapidement, avec 500 boutiques au tournant des années 1980. En 1984, le groupe lance La Halle aux vêtements. Un développement et un pari rentables. Mais c’est lorsque le groupe a eu les yeux trop gros que tout a périclité.

Vivendi fait face à un test d'investisseur sur les plans de Spin-off Universal

 Vivendi fait face à un test d'investisseur sur les plans de Spin-off Universal Paris (Reuters) - Groupe de médias français Vivendi cherchera un soutien aux investisseurs mardi de son activité de musique universelle privilégiée, un plan critiqué par des fonds activistes pour avoir bénéficié le principal actionnaire Vincent Bollore plus que des investisseurs plus petits.

Des acquisitions à perte

Des années 1980 à 2000, le groupe achète Caroll, Creeks, puis Liberto, Kookaï et Besson. André, rebaptisé Vivarte en 2001, est alors le leader européen de l’équipement à la personne et compte une grosse vingtaine de belles marques, certaines franco-françaises, et 22 000 salariés​, rappelle Jean-Louis Alfred, ancien représentant CFDT au comité du groupe.

Mais ces acquisitions sont une erreur stratégique, souligne Olivier Dauvers. Ces marques sont alors trop distinctes pour les rendre complémentaires et pour mutualiser les frais divers.

Une erreur financière, également, même si ces filiales sont chacune rentables et participent à la notoriété d’André auprès du public : Le groupe s’est constitué par acquisition, donc par endettement, ce qui revient à donner le pouvoir à ses banquiers.​C’est le début d’un cercle vicieux.

Deux décennies de difficultés

Vivendi va se séparer d’Universal Music Group (UMG), décident les actionnaires

  Vivendi va se séparer d’Universal Music Group (UMG), décident les actionnaires Vivendi consacre son recentrage sur les médias, l'édition et la publicité, suite à l'approbation en assemblée générale de sa scission d'Universal Music Group (UMG). L'opération sera suivie à la fin de l'été d'une cotation d'UMG à la Bourse d'Amsterdam (Pays-Bas). L'assemblée générale a également approuvé le versement d'un dividende ordinaire de 60 centimes par action. Les actionnaires de Vivendi tournent la page Universal Music Group (UMG) ! Les actionnaires du géant français des médias et du divertissement ont largement approuvé sa scission en assemblée générale.

En 2007, Vivarte est racheté pour 3,5 milliards d’euros. Un rachat presque entièrement opéré en créant de la dette. 20 % à 40 % des résultats, réalisés par sa vingtaine d’enseignes et ses 5 000 magasins, serviront à la financer.

Lorsque Marc Lelandais prend la tête du géant français, en 2012, il décide de rehausser la gamme de ses produits. Une partie de la clientèle populaire délaisse les marques du groupe. Le secteur de l’habillement est en pleine crise et subit une baisse de 25 % des ventes en trois ans. Les nouveaux acteurs et les nouvelles habitudes bouleversent l’ordre établi. La concurrence de H &M ou Zara s’accroît.

Poussé par ses créanciers, le groupe taille dans ses effectifs à partir de 2015. La Halle aux Vêtements est la première à en faire les frais : 1 500 emplois supprimés sur 4 256 et plusieurs dizaines de points de vente fermés.

Les changements de stratégie commerciale ne séduisent pas les consommateurs. Déjà, à l’époque, on disait qu’on irait vers un démantèlement du groupe​, regrette Jean-Louis Alfred. Olivier Dauvers confirme et se souvient : Les banquiers, inquiets, ont alors demandé de vendre à la découpe les sociétés les plus rentables.​

Déchets: Paprec lève 450 millions d'euros en obligations vertes

  Déchets: Paprec lève 450 millions d'euros en obligations vertes Il s'agit de la quatrième levée de fonds du spécialiste français de la collecte et du traitement des déchets. Ce financement permettra a Paprec de "dépasser 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires" cette année.Cette levée de fonds, dans un contexte de forte croissance de son activité organique et externe, "permettra au groupe de poursuivre ses ambitions, qui vont l'amener à dépasser 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2021" (contre 1,5 milliard aujourd'hui), indique-t-il dans un communiqué.

La fin d’un empire

André, début 2018, San Marina, fin de la même année, Chevignon en 2019… le bal des cessions s’accélère. Le groupe comble progressivement son déficit. Mais la crise des Gilets jaunes bloque les magasins et empêche Vivarte de rembourser ses dernières dettes.

Le point d’orgue du démantèlement intervient finalement en pleine épidémie de Covid-19, à l’été 2020, avec le redressement judiciaire de La Halle. Sur les 830 magasins (et 5 500 emplois) que compte encore l’enseigne de vêtements et chaussures, 508 sont repris, dont 366 par Beaumanoir. Début juin 2021, le groupe basé à Saint-Malo met également la main sur Caroll.

Seul Minelli restait dans le giron de Vivarte, jusqu’à l’annonce, lundi 28 juin 2021, de sa vente. Les trente-quatre derniers salariés de l’ex-géant français de l’habillement bénéficieront d’un plan de sauvegarde de l’emploi d’ici à fin décembre. Date à laquelle Vivarte disparaîtra définitivement.

IRS renverse le cours et accorde le statut d'exonération d'impôt au groupe chrétien .
Le service de recettes interne Discuit inverse et accordé le statut exonéré de l'impôt à un groupe Christian . © Fourni par Washington Examiner Chrétiens engagés, un groupe à but non lucratif basé sur le Texas qui encourage les citoyens religieux à voter et à s'impliquer dans la politique, avait sa candidature de 501 (c) (3) nié par l'IRS fin le mois dernier après le gouvernement fédéral.

usr: 1
C'est intéressant!