•   
  •   

Entreprise Chez Orange, Danone, L’Oréal ou Saint-Gobain… les PDG n’ont plus la cote

22:25  15 septembre  2021
22:25  15 septembre  2021 Source:   ouest-france.fr

SFR, Darty, Boulanger et Orange accusés par la DGCCRF d’information insuffisante ou trompeuse

  SFR, Darty, Boulanger et Orange accusés par la DGCCRF d’information insuffisante ou trompeuse La DGCCRF reproche à SFR, Darty, Boulanger et Orange un défaut dans l'information, parfois insuffisante voire trompeuse, des consommateurs concernant les garanties des produits électroniques et électroménagers. Vents contraires pour SFR, Darty, Boulanger et Orange, épinglés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui mène des enquêtes régulières pour s'assurer que les consommateurs sont correctement "informés de leurs droits en matière de garantie sur les biens qu'ils achètent, en particulier en ce qui concerne la garantie légale de conformité".

Emmanuel Faber à l’université d’été du Medef en 2017, lorsqu’il était encore PDG de Danone.  © Eric Piermont, AFP Emmanuel Faber à l’université d’été du Medef en 2017, lorsqu’il était encore PDG de Danone. 

Vers la fin des patrons omnipotents ? Danone accueille, ce mercredi 15 septembre 2021, son nouveau directeur général, après avoir coupé en deux le poste de l’ancien PDG Emmanuel Faber. Une tendance qui se généralise… Mais qui profite encore peu aux femmes.

Ce mercredi 15 septembre 2021, c’est une tardive rentrée des classes qu’a réalisée Antoine de Saint-Affrique. L’ancien patron du géant mondial du cacao Barry Callebaut a officiellement pris les rênes de Danone. Mais, à la différence de son célèbre prédécesseur, Emmanuel Faber, lui n’aura pas les pleins pouvoirs de PDG. Antoine de Saint-Affrique ne sera en effet « que » le directeur général du numéro un français de l’agroalimentaire. Il travaillera en binôme avec Gilles Schnepp, nommé président en mars.

Saint-Gobain se construit un avenir durable

  Saint-Gobain se construit un avenir durable Le groupe français multiplie les investissements pour développer des technologies adaptées à la rénovation écologique. Un secteur en forte croissance, dopé par les plans énergétiques américains et européens. Un cours de Bourse au firmament, qui a bondi de 55 % depuis le début de l'année - la meilleure performance de l'indice CAC 40 -, une croissance de 24,6 % sur le premier semestre 2021, des acquisitions XXL… Chouchou des analystes financiers et des investisseurs, Saint-Gobain a le vent en poupe : le leader mondial des matériaux de construction et des vitrages a tiré profit de la crise sanitaire, qui a vu les ménages mult

Les exemples se multiplient

Couper en deux la fonction de grand patron, Orange pourrait bien sauter le pas à son tour. Dans un entretien au JDD le 12 septembre, Stéphane Richard s’est dit candidat à sa succession en mai 2022… mais plutôt en tant que président du conseil d’administration. L’idée ne vient pas de lui : c’est l’État, premier actionnaire du géant français des télécoms avec 23 % du capital et 29 % des droits de vote, qui militerait en faveur d’une dissociation des fonctions, selon Les Échos .

Car la panne qui avait perturbé, le 2 juin, 11 000 appels vers des numéros d’urgence et causé, directement ou indirectement, au moins six décès, a fragilisé Stéphane Richard : le gouvernement a reproché à Orange des insuffisances à la fois dans les processus et dans la gestion de la crise elle-même​. Reste à savoir qui pourrait devenir son binôme, alors qu’on le dit en bisbilles avec Ramon Fernandez, l’actuel directeur général délégué d’Orange.

Et si c'était le bon moment pour les entreprises de contribuer à un monde meilleur ?

  Et si c'était le bon moment pour les entreprises de contribuer à un monde meilleur ? Faire mieux avec moins, penser sur le long terme, protéger la planète… Et si, non contentes de garantir le bien-être de leurs salariés, les entreprises se décidaient aussi à «bien faire» pour tous ?Mais le moment est peut-être venu de s'y mettre. «A chaque crise, il y a une mutation des modes de consommation, poursuit Navi Radjou. La crise de 2008 a vu émerger l'économie du partage. Les millennials ne voulaient plus nécessairement posséder des voitures mais les partager. En 2021, ce sont les PME et les ETI qui manquent de ressources.

Chez le spécialiste des matériaux Saint-Gobain aussi, l’emblématique patron Pierre-André de Chalendar a laissé, le 1er juillet, le poste de directeur général à son dauphin, Benoit Bazin, pour n’en garder que la présidence. Idem chez Bouygues, dont Martin Bouygues n’est plus que le président. Ou chez L’Oréal : Jean-Paul Agon a lâché cet été la direction générale du géant des cosmétiques à son bras droit, Nicolas Hieronimus. Ces grands groupes ont encore raté l’opportunité de faire monter des femmes. Seule l’entreprise familiale Bel (qui fabrique notamment La Vache Qui Rit) montre l’exemple : l’actuel PDG Antoine Fiévet partagera le pouvoir d’ici à début 2022 avec une directrice générale, Cécile Béliot.

Pourquoi donc ?

En France, le concept d’un chef unique, conforté par une loi de 1943, a prévalu durant près de soixante ans. Jusqu’à ce que la loi « NRE » ​(Nouvelles régulations économiques) ouvre en 2001 la voie à une dissociation du pouvoir. Dans les faits, c’est une solution prisée lorsque l’entreprise traverse un contexte de crise, ce qui est le cas de Danone ou d’Orange. Parfois, elle n’est que provisoire. Ainsi, dans la foulée du décès accidentel de Christophe de Margerie en octobre 2014, Patrick Pouyanné avait été nommé directeur général, le temps de faire ses preuves et d’assurer la transition avec l’ancien dirigeant Thierry Desmarest, rappelé pour occuper la présidence durant cette phase. En décembre 2015, il était devenu PDG du groupe pétrolier.

Danone : un tandem aux commandes pour "remettre en ordre de marche" l'entreprise

  Danone : un tandem aux commandes pour Antoine de Saint-Affrique prendra mercredi 15 septembre les rênes de la société. Il aura à ses côtés Gilles Schnepp, président depuis six mois. Danone espère rebondir vite après des mois de turbulence marqués par l'éviction d'Emmanuel Faber et la pandémie de Covid-19. Antoine de Saint-Affrique prendra mercredi 15 septembre les rênes de la société. La maison-mère des yaourts Activia, des petits pots pour bébé Blédina et de l'eau Evian, aux 100.000 salariés dans le monde, comptera un tandem à sa tête : Gilles Schnepp, président depuis six mois, et M. de Saint-Affrique, directeur général.

Quel est le rôle de chacun ?

Un ou deux patrons ? Le droit français offre la possibilité à toutes les sociétés anonymes, y compris cotées, de choisir ​sa formule de gouvernance, explique l’Institut français des administrateurs (IFA). Cela dépend du secteur d’activité de l’entreprise, de la composition de son actionnariat ou encore des caractéristiques de son équipe de direction générale (composition, expérience dans les fonctions…).

Avoir un unique dirigeant permet de privilégier la rapidité et l’efficacité de la prise de décision et de renforcer la cohésion de l’organisation sociale​, estime l’IFA. L’inverse permet au président de se concentrer sur les missions propres à sa fonction : présider le conseil d’administration qui est chargé de contrôler l’action de la direction générale et rassemble les administrateurs nommés par l’assemblée générale des actionnaires ; superviser les grandes orientations décidées par la direction de l’entreprise. Tandis que le directeur général dispose du pouvoir exécutif : c’est lui qui gère l’entreprise au quotidien, souvent avec l’aide d’un comité exécutif, dit Comex.

Orange : le PDG Stéphane Richard souhaite rester après 2022 mais pourrait quitter son poste

  Orange : le PDG Stéphane Richard souhaite rester après 2022 mais pourrait quitter son poste Stéphane Richard, dont le mandat à la tête de l'opérateur téléphonique arrive à son terme mi-2022, a formulé dans le Journal du Dimanche le souhait de rester après cette date. Son mandat s'achève à la mi-2022. Mais Stéphane Richard, le PDG d'Orange, souhaite rester président du groupe après cette date, en dissociant la fonction de directeur général, précise-t-il dans le Journal du Dimanche. "Rester dans le groupe en tant que président dans une gouvernance renouvelée et dissociée est mon souhait personnel, mais ce sera bien sûr au conseil d'administration d'en décider", a-t-il déclaré dans l'hebdomadaire.

Quel est le meilleur choix ?

La formule miracle n’existe pas, selon l’IFA. Un document du Conference Board (un groupe de réflexion) qui passe en revue les principales recherches universitaires sur le sujet conclut qu’il n’existe pas une formule de gouvernance qui serait supérieure à une autre et que cela dépend avant tout de la personnalité du président.​ Et aussi de sa capacité à s’entendre avec le directeur général. Ce qui n’était absolument pas le cas, par exemple, du président d’Engie Jean-Pierre Clamadieu et d’Isabelle Kocher, brutalement évincée en février 2020.

Y a-t-il une exception française ?

La France s’aligne in fine sur les pays anglo-saxons, où il est courant de dissocier les fonctions. Désormais, plus de la moitié des entreprises du Cac 40 et du SBF 120 ont fait ce choix. Chez Danone, où ce choix a été fait sous la pression de fonds d’investissement dits activistes, Antoine de Saint-Affrique aura néanmoins du pain sur la planche pour succéder, même partiellement, à l’emblématique Emmanuel Faber : il devra à la fois redresser le cours de Bourse du numéro un mondial des produits laitiers et d’origine végétale, mener le plan de restructuration « local first » ​lancé en novembre 2020 et rattraper son retard sur ses principaux concurrents internationaux, Nestlé, Mondelez et Unilever.

Investissement locatif Pinel: sur quelles villes miser dans le Grand Paris .
Tout au long du futur métro francilien, qui va bouleverser les transports à partir de 2024, l'immobilier neuf est en effervescence. Mais les hausses de prix sont déjà là, et les meilleures opportunités se trouvent en seconde couronne. Au nord de Paris, l'ouverture des quatre nouvelles stations de la ligne 14 en janvier dernier, entre Saint-Lazare, à Paris, et Mairie de Saint-Ouen, a permis de rendre enfin concret le projet du Grand Paris Express. Ses 68 nouvelles gares doivent redessiner les déplacements des Franciliens à terme, mais elles auront aussi un impact important sur leur lieu d'habitation.

usr: 3
C'est intéressant!