•   
  •   

Entreprise La SNCF va lancer des Ouigo roses à petit prix et à petite vitesse

15:50  23 septembre  2021
15:50  23 septembre  2021 Source:   ouest-france.fr

Immobilier : la hausse des prix dans l'ancien se poursuit

  Immobilier : la hausse des prix dans l'ancien se poursuit Selon les chiffres publiés par l'Insee et les notaires, jeudi 9 septembre, les prix des logements anciens en France ont continué d'augmenter au deuxième trimestre 2021. Les prix des logements anciens en France ont continué d'augmenter au deuxième trimestre 2021, de 5,9% sur un an, tirés par une hausse en région, selon l'indice établi en commun par les notaires et l'Insee publié jeudi 9 septembre. Les prix avaient progressé en moyenne de 6% au premier trimestre d'une année sur l'autre. Par rapport au premier trimestre, la hausse s'établit à 1,6%, contre 1,2% et 2,2% aux trimestres précédents.

Un TGV low cost « Ouigo » à la gare de Paris-Montparnasse, le 10 décembre 2017. © JACQUES DEMARTON / AFP Un TGV low cost « Ouigo » à la gare de Paris-Montparnasse, le 10 décembre 2017.

La SNCF veut lancer au printemps 2022 des trains grandes lignes classiques, roses, à bas prix sur Paris-Lyon et Paris-Nantes, qui seront exploités par une nouvelle filiale sur le modèle des TGV low-cost Ouigo, a-t-elle annoncé jeudi.

Faire un trajet reliant en train, entre autres, Paris à Nantes, moins cher que l’offre actuelle, ce sera bientôt possible. Via « Ouigo Vitesse Classique », la SNCF proposera deux allers-retours quotidiens entre Paris-Bercy et Lyon-Perrache via Villeneuve-Saint-Georges, Melun, Dijon, Chalon-sur-Saône et Mâcon en 4 heures 45 à 5 heures 15 de bout en bout, et trois allers-retours entre Paris-Austerlitz et Nantes via Juvisy, Massy-Palaiseau, Versailles, Chartres, Le Mans et Angers ou Juvisy, Les Aubrais, Blois, Saint-Pierre-des-Corps, Saumur et Angers, le tout en 3 heures 30 à 4 heures 15.

Immobilier : « On recherche un cocon en province pour appréhender des crises comme celle du Covid-19 »

  Immobilier : « On recherche un cocon en province pour appréhender des crises comme celle du Covid-19 » Pour « 20 Minutes », Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) décrypte le rapport de l’Insee sur les prix de l’immobilier © M. Allili / Sipa Si le marché immobilier reste attractif à Lyon, les villes de la première couronne attirent de plus en plus d'acquéreurs. EXODE - Pour « 20 Minutes », Jean-Marc Torrollion, président de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) décrypte le rapport de l’Inse La crise ne semble pas toucher le marché de l’immobilier.

Ces liaisons à classe unique seront assurées par des voitures Corail rafraîchies et repeintes en rose, « avec des prix très bas et fixes, jusqu’au dernier moment », a relevé Alain Krakovitch, le directeur de Voyages SNCF (les grandes lignes).

Comme pour Ouigo, les billets seront uniquement commercialisés sur internet : ils coûteront entre 10 et 30 euros selon la période – en pointe ou heures creuses – et la destination, et 5 euros pour les enfants, avec des options comme pour les bagages.

L’ambition est de vendre 65 % des billets à moins de 20 euros, selon Alain Krakovitch.

Concurrencer les services de voyage en bus

« C’est du train en plus. […] Notre objectif, c’est vraiment de prendre des parts de marché à la route » – FlixBus, BlaBlaCar et voitures individuelles -, a expliqué Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs (la filiale qui fait rouler les trains).

Le nouveau service, successeur des « Intercités 100 % Eco » qui ont circulé sur diverses destinations entre 2010 et 2020, doit proposer un service de « snacking » en vente ambulante.

Ouigo Vitesse Classique sera exploité par une nouvelle filiale à 100 % de SNCF Voyageurs, baptisée Oslo et employant « près de 80 personnes » (volontaires), avec une utilisation plus intensive du matériel et une réorganisation du travail rendant les agents plus polyvalents.

Il s’agit d’une « expérimentation », le nouveau service étant prié d’être rentable en deux ans, a noté Christophe Fanichet.

Comment les GAFAM ont fait main basse sur l'économie mondiale .
À l’occasion de son trentième anniversaire, Capital revient sur les réformes et événements qui ont transformé notre économie ces trois dernières décennies. Les empires des Gafam se sont développés à une vitesse encore jamais vue dans l’histoire économique. De quoi bousculer les Etats, qui peinent encore à canaliser ces nouveaux pouvoirs. En 1991, aux balbutiements du Net, personne n’imaginait que trente ans plus tard une entreprise comme Google raflerait 92% de la recherche et des liens sponsorisés sur le Web, qu’Amazon capterait 50% du commerce en ligne aux Etats-Unis ou que Facebook dominerait 70% des réseaux sociaux...

usr: 2
C'est intéressant!