•   
  •   

Entreprise ENTRETIEN. Pour l’équipementier Valeo, « la situation s’améliore sur les semi-conducteurs »

11:40  02 novembre  2021
11:40  02 novembre  2021 Source:   ouest-france.fr

recherché: 80 000 chauffeurs de camions pour résoudre la chaîne d'approvisionnement

 recherché: 80 000 chauffeurs de camions pour résoudre la chaîne d'approvisionnement L'industrie du camionnage est de courte 80 000 conducteurs, un record élevé, Chris Spear, président et chef de la direction de l'American Trucking Association, indique CNN. © Brendan SMIALOWSKI / AFP / Getty Images Transport de camions Conteneurs de marchandises au port de Baltimore à Baltimore, Maryland, le 14 octobre 2021. Une augmentation de 30% d'avant la pandémie, lorsque l'industrie est déjà confrontée à une pénurie de main-d'œuvre 61 500 pilotes.

Le site Valeo de Penang en Malaisie. © VALEO/DANIAL HAKIM Le site Valeo de Penang en Malaisie.

Essor de l’électrique, arrivée sur les routes des premiers véhicules autonomes de niveau 3, crise des semi-conducteurs… Les équipementiers sont aux premières loges de la transformation du marché automobile et de ses aléas conjoncturels. Le point avec Jacques Aschenbroich, PDG de Valeo.

Après une année 2020 chahutée par la crise du Covid et face à la pénurie de semi-conducteurs qui freine le marché de l’automobile, l’équipementier Valeo (180 sites et 110 000 salariés dans le monde dont 15 000 dans 23 sites en France) prévoit tout de même un chiffre d’affaires d’un peu plus de 17 milliards d’euros en 2021. À l’heure d’une mutation profonde du secteur face aux enjeux climatiques, Jacques Aschenbroich, son PDG, se félicite d’avoir pris le virage de l’électrique il y a déjà plus de dix ans. Il sera présent aux Assises de l’automobile (un événement organisé par Ouest-France en partenariat avec l’Automobile club de l’Ouest), qui se tiennent au Mans, sur le circuit des 24 heures, mardi 2 et mercredi 3 novembre 2021.

ENTRETIEN. Achat immobilier : « Un revenu modeste voire moyen ne peut plus entrer sur le marché »

  ENTRETIEN. Achat immobilier : « Un revenu modeste voire moyen ne peut plus entrer sur le marché » Comment a évolué le pouvoir d’achat des Français pour se loger ou acheter une maison ? Le modèle du pavillon avec jardin est-il vraiment dépassé, comme l’a affirmé la ministre du Logement ? Entretien avec Michel Mouillart, économiste et porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger. Quelques jours après la sortie de la ministre du Logement sur les pavillons, accusés d’être un « non-sens écologique » et « économique », Ouest-France fait le point avec Michel Mouillart, économiste et porte-parole du Baromètre LPI-SeLoger, sur le marché de l’immobilier et du logement en France et en Europe.

Jacques Aschenbroich, PDG de l’équipementier Valeo. © L’Œil du Diaph Jacques Aschenbroich, PDG de l’équipementier Valeo.

Quel rôle les équipementiers jouent-ils dans la fabrication d’une voiture ?

Aujourd’hui, c’est de l’ordre de 80 % de la valeur ajoutée qui est faite par les équipementiers. Ces dernières années, c’est relativement stable. Mais avec l’électrification d’un côté et ce qui est lié aux ADAS de l’autre (les systèmes d’aide à la conduite, N.D.L.R.), cela aura tendance à continuer de monter.

Vous avez des usines en Chine, notamment à Wuhan. 4 000 salariés sur les 20 000 que vous comptez dans le pays travaillent dans la province du Hubei. Comment avez-vous vécu l’arrivée de la crise sanitaire ?

L’arrêt en Chine a eu lieu début février 2020 mais la production a redémarré de façon beaucoup plus rapide. Donc l’impact économique et social y a été plus faible que ce que l’on a malheureusement connu en Europe et en Amérique du Nord.

1.000 milliards de dollars : Tesla bat tous les records en bourse

  1.000 milliards de dollars : Tesla bat tous les records en bourse Grâce à une commande de 100.000 voitures par le loueur Hertz, Tesla a vu sa valeur en bourse atteindre les 1.000 milliards de dollars à Wall Street. Les voitures électriques d'Elon Musk ont le vent en poupe. Tesla, dopé à Wall Street par une méga-commande de 100.000 véhicules électriques du loueur Hertz, est entré lundi 25 octobre dans le club très sélect des entreprises valant plus de 1.000 milliards de dollars en Bourse. © Tesla 1.

Après le choc de 2020, la reprise a été forte mais la pénurie de composants a ralenti l’ensemble des chaînes. Comment traversez-vous 2021 ?

En 2020, nous avons pratiquement arrêté toute la production pendant six semaines. Mais sur la seconde partie de l’année, le rebond avait été spectaculaire. En 2021, avec la pénurie des semi-conducteurs, c’est beaucoup plus diffus. Et le marché sera du même ordre de grandeur que 2020. La production a été perturbée dès le 1er trimestre mais le moment le plus difficile a probablement été le 3e trimestre. Maintenant, nous avons l’impression que cela s’améliore, étape par étape. C’est ce que nous ressentons et ce que nous disent la plupart de nos clients ces derniers jours. Bien sûr, cela ne signifie pas que tout est revenu à la normale.

« Un choc considérable pour les équipes »

Cet impact perlé sur la production est-il plus compliqué à gérer qu’un arrêt total et brutal comme en 2020 ?

Samsung : bénéfice en forte hausse au troisième trimestre

  Samsung : bénéfice en forte hausse au troisième trimestre Le géant sud-coréen, qui fait face à une forte demande mondiale, a annoncé un bénéfice en hausse de plus de 30% au troisième trimestre. Le géant sud-coréen Samsung Electronics a annoncé jeudi 28 octobre une hausse de plus de 30% de son bénéfice net au troisième trimestre grâce à une forte demande mondiale, et malgré les difficultés liées à la chaîne d'approvisionnement mondiale. La société a déclaré que "les conditions de marché favorables se sont poursuivies sur le marché de la mémoire", entraînant des "ventes robustes".

C’est toujours très facile de réécrire le passé. Il ne faut pas sous-estimer le choc qu’il y a eu. Il est vrai qu’en termes de gestion des usines, c’est plus compliqué quand vous avez des arrêts de dernière minute parce que les clients vous disent qu’ils ne viennent finalement pas enlever les pièces. Mais humainement, savoir que tout était arrêté pendant six semaines, cela a été un choc considérable pour les équipes.

La filière automobile connaît une mutation profonde. Comment prenez-vous le virage de l’électrification ?

Ce virage, nous l’avons pris depuis plus de dix ans. En 2009, nous avons décidé d’arrêter tout développement sur le diesel et de développer l’électrification basse tension. En 2016, nous avons créé une coentreprise avec Siemens, spécialisée cette fois sur la haute tension. C’est-à-dire tout ce qui concerne les moteurs électriques, onduleurs, chargeurs pour les véhicules électriques haute tension. Nous sommes, dans ces deux métiers, le leader mondial.

Même si aujourd’hui l’activité avec Siemens fait des pertes, nous sommes satisfaits d’avoir pris ces virages. Nous avons développé des technologies et des savoir-faire, installé des usines qui sont au top de la technologie. C’est un marché qui va continuer de croître extrêmement vite. Et nos concurrents qui n’ont pas fait ces mouvements sont en difficulté. Ils n’ont en effet pas l’impact négatif des coûts liés aux investissements que nous avons réalisés, mais ils ont en revanche un problème structurel de positionnement sur le marché de l’électrique.

NOUVEAUX VENTES DE VOITURE PLUNGE DE 25% AU NIVEAU DE NIVEAU DE NIVEAU

 NOUVEAUX VENTES DE VOITURE PLUNGE DE 25% AU NIVEAU DE NIVEAU DE NIVEAU © Fourniture de la recherche automobile Alfa Romeo Détaillant Nouveaux enregistrements de voitures En octobre 2021 est tombé au plus bas niveau depuis la récession de 1991, avec des ventes plongeant près de 25%. Un peu plus de 106 000 voitures neuves laissant des salles d'exposition de détaillants au fur et à mesure que l'industrie continue d'être touchée par la pénurie mondiale des semi-conducteurs.

Que représente l’électrique pour Valeo ?

Pour nous, ce n’est pas uniquement la partie moteur (moteur, onduleur, chargeur), mais c’est aussi toute la thermique d’un véhicule. Quand vous avez une batterie, votre électron sert une fois : soit pour déplacer la voiture, soit pour chauffer ou conditionner l’air de l’habitacle. Toutes ces technologies qui permettent de contrôler la température de la batterie et d’optimiser les électrons que l’on consomme sont extrêmement sophistiquées.

Le potentiel de Valeao sur la voiture autonome

Quels sont les perspectives et les freins au développement de l’hydrogène ?

L’hydrogène dans l’automobile, c’est quelque chose de très marginal. Si cela vient, ce ne sera pas avant une dizaine d’années. En revanche, dans les métiers connexes comme les camions ou la partie ferroviaire, il peut y avoir des niches de marché. De toute façon, l’hydrogène, c’est quoi ? Cela consiste à fabriquer de l’électricité dans la voiture plutôt que de l’emmagasiner dans une batterie. Donc tous les investissements que nous avons faits en basse et en haute tension seront utilisés dans l’hydrogène. Et nous avons toute une série de produits dans le thermique qui nous permettront de participer à ce marché. On y travaille, mais ce n’est pas notre priorité.

Croissance : la Banque de France optimiste pour cette année

  Croissance : la Banque de France optimiste pour cette année Fin octobre, l'Insee avait déjà indiqué qu'après la très bonne performance de l'économie française au troisième trimestre, avec une progression du PIB de 3%, la croissance atteindrait au moins 6,6% sur l'ensemble de 2021, sauf contraction de l'activité au dernier trimestre. Bonne nouvelle ! La croissance économique française pourrait être "de l'ordre de 6,75%" en 2021, soit bien supérieure aux prévisions actuelles, a indiqué lundi 8 novembre le directeur général de la Banque de France Olivier Garnier, l'institution tablant sur une progression du PIB de 0,75% au dernier trimestre.

Vous avez beaucoup misé sur la voiture autonome. Quel est le potentiel pour Valeo ?

Il y a deux marchés qui sont complémentaires. Celui de l’assistance à la conduite, qui correspond aux niveaux 1 et 2 de la « voiture autonome », et qui est en très forte croissance. Nous sommes très bien positionnés avec les caméras, les capteurs ultrasons, les radars, les Lidar (technologie qui permet de déterminer la distance entre le capteur et un obstacle grâce à un faisceau laser, N.D.L.R.).

La partie ultime de cette assistance à la conduite (du niveau 3 au niveau 5), ce sont des produits qu’on livre soit à des acteurs comme Waymo, filiale de Google, soit à nos constructeurs automobiles traditionnels qui investissent pour aller vers le niveau 3 (qui permettent de lâcher le volant dans certaines conditions de circulation mais requièrent toujours une surveillance, N.D.L.R.). Et il y a plusieurs véhicules de niveau 3 qui arrivent sur le marché. Tout d’abord la Honda Legend, équipée avec nos produits, et un autre qui va sortir dans les mois qui viennent.

Vous parlez de la Mercedes Classe S…

Oui, qui sera elle aussi équipée de nos caméras et de notre Lidar. Il y a donc des constructeurs qui investissent. Et puis, il y a des acteurs comme Google ou d’autres, qui vont directement à des robots taxis. On commence à en voir circuler à Phoenix ou à San Francisco aux États-Unis. C’est un marché qui vient probablement un peu plus tardivement que ce qu’on avait imaginé à l’origine mais dont le potentiel est très fort.

Pensez-vous que les navettes arriveront avant le véhicule individuel véritablement autonome ?

Qu'est-ce que la copropriété horizontale?

  Qu'est-ce que la copropriété horizontale? Vous êtes sur le point d'acquérir une propriété en copropriété horizontale? Avant d'aller plus loin, découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce type d'achat aux règles spécifiques.Dans une copropriété horizontale, la seule partie privative d'un bien se situe à l'intérieur des murs de la maison. Absolument tout ce qui se trouve autour, en dessous et sur les terrains correspond aux parties communes. Des barrières ne suffisent pas à délimiter un espace privé. La voirie, notamment les voies de circulation à l'intérieur de la copropriété et menant vers l'extérieur, est considérée également comme un espace commun.

Oui, je pense que cela viendra avant le fait que nous puissions avoir une voiture autonome sans chauffeur. Celle qui vient vous chercher en bas de chez vous, comme Jolly Jumper qui est appelé par Lucky Luke, cela prendra un peu plus de temps.

« Un plébiscite pour d’autres modes de mobilité »

Avez-vous le sentiment que les Français sont prêts à lâcher le volant ?

Ce sera forcément étape par étape. Il y a dix ans, on disait que la voiture électrique ne serait jamais acceptée. Et on s’aperçoit aujourd’hui que non seulement elle est acceptée, mais que le marché explose. Je crois qu’il se passera la même chose sur la voiture autonome. À partir du moment où les consommateurs auront l’impression que ce sont des produits sûrs – ce qui est absolument indispensable, il faut que ce soient des produits sûrs –, il n’y aura pas de raison qu’ils ne prennent pas leur envol.

Assistons-nous à un désamour des nouvelles générations pour la voiture ?

« Est-ce qu’il y a d’autres modes de mobilité et est-ce que la mobilité individuelle reste un souci très important des jeunes en particulier ? » La réponse est « oui ». La mobilité individuelle reste une des aspirations extrêmement fortes des jeunes et de la population de façon générale, dans tous les pays du monde. Il y a un plébiscite pour d’autres modes de mobilité que la voiture comme les trottinettes et le vélo électriques. Mais dans les petites villes et les zones rurales, elle reste incontournable.

Nous avons développé des produits pour les deux-roues qui sont basés sur nos technologies électriques basse tension. Nous sommes persuadés que nous pouvons adresser une partie beaucoup plus large que le métier de la voiture. Mais cet appétit de liberté individuelle et de mobilité reste prégnant.

Valeo s’est engagé à atteindre la neutralité carbone en 2050. Comment cela se traduit-il concrètement ?

Il y a l’objectif de 2050, mais l’important est que d’ici-là nous nous sommes donné des objectifs extrêmement précis sur 2030. Nous allons réduire de 45 % notre impact carbone. La première mesure, c’est de diminuer les consommations d’énergie dans nos sites, sur nos bâtiments, sur le fret et sur nos process de production. Ensuite, il s’agit de vérifier que nos fournisseurs font le même travail et ont des programmes très précis de réduction de leurs émissions de CO2. Ensuite, en aval, il y a tout ce qu’on développe avec et pour nos clients pour leur permettre de réduire leurs émissions de CO2. Pour tout cela, il y a des plans d’action et une mobilisation totale de l’ensemble du personnel. Cela fait partie des critères de rémunération de 1 500 cadres de Valeo. Il y a des programmes de recherche et développement pour utiliser des matériaux moins générateurs de Co2. C’est pris extrêmement au sérieux par l’ensemble de l’organisation.

Mardi 2 et mercredi 3 novembre 2021, Ouest-France organise, en partenariat avec l’Automobile club de l’Ouest, ses deuxièmes Assises de l’automobile, au Mans, sur le circuit des 24 heures. Programme et inscriptions sur evenements.ouest-france.fr/assisesdelautomobile.

Mulhouse : Stellantis recrute des centaines d'intérimaires pour la nouvelle Peugeot 308 .
La nouvelle équipe fera doubler la production de Stellantis Mulhouse, en la portant à 700 véhicules par jour. Bonne nouvelle sur le front de l'emploi. L'usine Stellantis (ex-PSA) de Mulhouse (Haut-Rhin) va constituer en janvier une deuxième équipe pour la production de la nouvelle Peugeot 308, une montée en puissance qu'elle avait dû différer à cause de la crise des semi-conducteurs, a-t-on appris lundi 15 novembre auprès de la direction du site.

usr: 1
C'est intéressant!