•   
  •   

Entreprise Cybersurveillance en Égypte : Nexa Technologies mise en examen pour « complicité de torture »

14:05  28 novembre  2021
14:05  28 novembre  2021 Source:   ouest-france.fr

Hydrogène : Emmanuel Macron annonce un investissement massif pour France 2030

  Hydrogène : Emmanuel Macron annonce un investissement massif pour France 2030 Emmanuel Macron annonce 1,9 milliard d'euros pour les projets d'hydrogène, dans le cadre de France 2030. "Une bataille pour l'industrie, pour l'écologie et pour la souveraineté", a-t-il martelé.L'hydrogène va permette "de réconcilier l'aventure industrielle, la croissance, avec la décarbonation de nos économies. Le +en même temps+ est possible grâce à ces innovations", a-t-il expliqué en s'adressant aux employés du site. "C'est un tout nouveau continent qui s'ouvre devant nous", selon lui. La France a un avantage sur les autres grands pays car elle a "un nucléaire solide, installé" qui lui permet de "produire de l'hydrogène beaucoup plus massivement".

La société française Nexa Technologies a été mise en examen à Paris en octobre pour « complicité d’actes de torture et de disparitions forcées » © OUEST FRANCE La société française Nexa Technologies a été mise en examen à Paris en octobre pour « complicité d’actes de torture et de disparitions forcées »

Accusée d’avoir vendu du matériel de cybersurveillance au régime du président Al-Sissi en Égypte qui lui aurait permis de traquer des opposants, la société française Nexa Technologies a été mise en examen à Paris en octobre 2021 pour « complicité d’actes de torture et de disparitions forcées ».

La société française Nexa Technologies a été mise en examen à Paris en octobre pour « complicité d’actes de torture et de disparitions forcées ». La raison ? Elle est accusée d’avoir vendu du matériel de cybersurveillance au régime du président Al-Sissi en Egypte qui lui aurait permis de traquer des opposants.

Plan d'hydrogène du combustible fossile 'Risky': Les émissions de carbone et de méthane d'Australie pourraient sauter sous un plan "risqué" pour développer une industrie de l'hydrogène basée sur des combustibles fossiles, disent les chercheurs.

 Plan d'hydrogène du combustible fossile 'Risky': Les émissions de carbone et de méthane d'Australie pourraient sauter sous un plan © Dave Hunt / AAP Photos Un plan visant à développer une industrie d'hydrogène «propre» doit être abordée avec prudence, disent les chercheurs. Le gouvernement fédéral investit fortement dans une nouvelle industrie de l'hydrogène dans le cadre d'une vaste stratégie visant à réduire les émissions globales en soutenant des projets énergétiques à faible et sans émission. Le plan comprend un atome d'hydrogène bleu et vert, que le gouvernement appelle collectivement un "propre" hydrogène.

Environ quatre mois après les mises en examen de quatre dirigeants et cadres de la PME, celle de Nexa, en tant que personne morale, a été prononcée le 12 octobre, a appris dimanche l’AFP de source proche du dossier, confirmée par une source judiciaire. Contacté, l’avocat de Nexa Technologies, Me François Zimeray, n’a pas souhaité faire de commentaires.

Une information judiciaire avait été ouverte en 2017 à la suite d’une plainte de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et de la Ligue des droits de l’homme (LDH) déposée avec le soutien du Cairo Institute for Human Rights Studies.

« Un système d’écoute à 10 millions d’euros »

Celle-ci s’appuyait sur une enquête du magazine Télérama révélant la vente en 2014 d’« un système d’écoute à 10 millions d’euros pour lutter – officiellement – contre les Frères musulmans », l’opposition islamiste en Égypte.

La pilule anti-Covid de Merck validée par l'Europe

  La pilule anti-Covid de Merck validée par l'Europe Le vaccin ne sera bientôt plus le seul rempart contre l'épidémie de Covid-19. Les pilules permettant de traiter les maladies arrivent. Celle de Merck est la première validée par l'Union Européenne, pour l'instant en cas d'urgence. Celle de Pfizer devrait suivre. Le régulateur européen a approuvé vendredi l'utilisation en cas d'urgence, avant son autorisation formelle au sein de l'Union européenne, de la pilule anti-Covid de Merck, et entamé un examen de la pilule anti-Covid de Pfizer, alors que le continent affronte une nouvelle vague de l'épidémie.

Appelé « Cerebro », ce programme permet de traquer en temps réel les communications électroniques d’une cible, à partir d’une adresse mail ou d’un numéro de téléphone par exemple.

Lire aussi : Cybersurveillance en Libye et en Égypte : quatre dirigeants d’entreprises françaises mis en examen

Les organisations non gouvernementales (ONG) accusaient ce logiciel d’avoir servi la vague répressive contre les opposants d’Abdel Fatah al-Sissi.

L’enquête menée par le « pôle crimes contre l’humanité » du tribunal judiciaire de Paris doit ainsi notamment déterminer si un lien entre l’utilisation de la surveillance et la répression peut être démontré.

Nexa est dirigée par d’anciens responsables d’Amesys, visée par une autre information judiciaire depuis 2013 pour avoir vendu au régime de Mouammar Kadhafi entre 2007 et 2011 un logiciel appelé à l’époque « Eagle » – ancêtre de « Cerebro » – et qui aurait servi à arrêter des opposants libyens. Dans cette enquête, Amesys et celui qui en fut le président jusqu’en 2010 ont aussi été mis en examen en juin.

Nouveaux débats autour de la taxation de la "fortune improductive"

  Nouveaux débats autour de la taxation de la Contre l’avis du gouvernement, les sénateurs ont adopté un amendement au PLF 2022 visant à remplacer l’IFI par un "impôt sur la fortune improductive" dès 2022.Peu de chances d'être retenu

Soupçons sur la Libye

Par ailleurs, selon une source proche du dossier confirmant une information de Libération, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH) soupçonnent Nexa d’avoir voulu vendre un système tactique d’interception cellulaire baptisé « Alpha Max » au maréchal Haftar, homme fort de l’Est de la Libye.

Dans un rapport de synthèse dont l’AFP a eu connaissance, les enquêteurs indiquent qu’un des dirigeants mis en examen dans le volet égyptien avait reconnu en audition « cette vente entre Nexa et l’Armée nationale libyenne du maréchal Haftar ».

Des documents contractuels entre Advanced Middle East System, autre entité de droit émirati créée en parallèle de Nexa Technologies en 2012, et le ministère libyen des communications et de l’information technologique de Benghazi ont été saisis en perquisition.

La Libye est depuis 2011 sous le coup d’un embargo de l’ONU sur les armes et matériels assimilés, et l’Armée nationale libyenne n’est pas reconnue par la communauté internationale.

Affaire Tapie-Crédit Lyonnais. Condamné, Stéphane Richard peut-il rester PDG d’Orange ?

  Affaire Tapie-Crédit Lyonnais. Condamné, Stéphane Richard peut-il rester PDG d’Orange ? À la tête du groupe de téléphonie français depuis 2010, l’ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde condamné dans l’affaire Tapie – Crédit Lyonnais , a-t-on appris mardi. Au cœur des discussions des administrateurs du groupe de télécoms français, l’avenir de l’ancien directeur de cabinet de la ministre de l’Économie Christine Lagarde au sein du groupe et surtout sa succession puisqu’il devrait être destitué de ses fonctions après la décision de la justice.

Pour les enquêteurs, ces faits pourraient relever de l’« association de malfaiteurs en vue de commettre des tortures ou des actes de barbarie ». Mais pour l’instant, selon une source proche du dossier, le parquet national antiterroriste (Pnat), compétent en matière de crimes contre l’humanité, n’a pas élargi l’information judiciaire à ces faits. Il a expliqué à l’AFP qu’il se positionnerait « par rapport à ces infractions au regard des investigations qui sont en cours ».

Dans un communiqué, Nexa Technologies a démenti avoir « contracté, de quelque façon que ce soit, avec la Libye ».

Elle a expliqué que c’était Advanced Systems, « société sœur de Nexa Technologies de droit émirati », qui avait signé en septembre 2020 « un contrat d’intermédiation avec plusieurs fabricants européens – sous condition suspensive de l’obtention de toutes les autorisations d’exportation (européennes, américaines et émiraties) – et avec une autre société émiratie pour le ministère des télécommunications et de l’information de l’Est de la Libye ».

Un contrat dont la « finalité était « l’antiterrorisme et la lutte contre la criminalité organisée », dans le strict respect des droits de l’Homme », a-t-elle précisé. Mais « les autorisations d’exportation n’ayant pas été délivrées, ce contrat n’a pas pris effet » et l’acompte a été retourné au client, a indiqué Nexa, assurant que « l’ensemble des documents confirmant ces éléments » seraient communiqués à la justice.

Pénurie de semi-conducteurs : l’Europe prête à engager le rapport de force, assure Thierry Breton .
L’industrie européenne, dont toute sa filière automobile, en est réduite à clopiner faute d’être suffisamment approvisionnée en semi-conducteurs, ces composants électroniques dont l’Asie tient le marché. Le commissaire européen Thierry Breton milite de longue date pour que le Vieux continent muscle sa capacité de production. Mais les investissements étrangers tardent à arriver en Europe. Thierry Breton évoque même la capacité de l’Europe à «  engager des rapports de force ».Les semi-conducteurs, ce sont ces « puces » électroniques qui composent le cerveau et le système nerveux de tous les objets modernes.

usr: 1
C'est intéressant!