•   
  •   

Entreprise Cinq mois après son entrée, le "Uber chinois" Didi se retire de Wall Street

09:45  03 décembre  2021
09:45  03 décembre  2021 Source:   capital.fr

Alibaba voit ses profits s'effondrer, le tours de vis de la Chine pèse !

  Alibaba voit ses profits s'effondrer, le tours de vis de la Chine pèse ! L'action Alibaba plonge en préouverture de Wall Street, alors que le géant du e-commerce a souffert de la pression et du durcissement réglementaire de la Chine. Alibaba est à la peine. Le géant chinois du commerce en ligne fondé par Jack Ma a vu ses profits divisés par 5, plombés par le durcissement réglementaire en Chine, qui ébranle les géants de la tech. Longtemps considéré comme un modèle de réussite pour les entreprises chinoises, Alibaba a été le premier à subir la vindicte des autorités.

Le Wall Street Journal rapporte également que les autorités chinoises avaient suggéré aux dirigeants de retarder l'introduction en Bourse de l'entreprise, sans succès. Fondé en 2012 par Cheng Wei, un ancien cadre du géant chinois du commerce en ligne Alibaba, Didi est disponible dans L'entreprise revendique 15 millions de chauffeurs et 493 millions d'utilisateurs actifs par an. Elle domine le marché chinois des véhicules avec chauffeur depuis qu'elle a chassé son rival américain Uber en 2016. Au terme d'une guerre des prix impitoyable, Uber avait fini par accepter de fusionner ses activités en

En frappant à la porte de Wall Street , Didi Chuxing espère vendre 288 millions d’actions. Une valorisation boursière qui permettrait au géant chinois , déjà présent dans 15 pays – dont l’Australie, l’Afrique du Sud et le Mexique –, d’accélérer ses projets d’implantations à l'étranger et notamment en Europe Outre la guerre des applis, cette levée d’argent servira également à la diversification de la start-up la mieux valorisée d’Asie, déjà présente dans le secteur des livraisons des vélos partagés et maintenant des véhicules autonomes. Une manière, enfin, de mettre ses œufs dans d’autres paniers.

Cinq mois après son entrée, le © Pixabay Cinq mois après son entrée, le "Uber chinois" Didi se retire de Wall Street

Depuis le mois d'août, le titre de la société aura perdu 45% de sa valeur.

Cinq mois et puis s'en va : le chinois Didi Chuxing, appelé aussi "Uber chinois", se retire vendredi 3 décembre de la Bourse de New York où il était coté depuis cet été, victime de la rivalité technologique Pékin-Washington. Coup dur pour les actionnaires : en cinq mois sur la place new-yorkaise, le titre Didi aura perdu environ 45% de sa valeur. Les start-up chinoises ont longtemps été encouragées à lever des fonds aux Etats-Unis pour se développer. En 2014, le géant du e-commerce Alibaba avait réalisé à Wall Street la plus grosse introduction en Bourse de tous les temps, en levant 25 milliards de dollars. Mais dans un contexte d'affrontement croissant avec Washington, en particulier dans le domaine technologique, la Chine incite désormais ses pépites à chercher des financements sur ses places boursières (Hong Kong, Shanghai, Shenzhen ou désormais Pékin).

Didi Louzada a suspendu 25 matchs pour violation de la politique antidrogue

 Didi Louzada a suspendu 25 matchs pour violation de la politique antidrogue Adrian Wojnarski: ESPN Sources: NBA a suspendu les pélicans en avant Didi Louzada pour 25 matchs sans rémunération pour violation du programme antidrogue de la NBA / NBPA. Louzada a testé positif pour la drosttanolone et la testostérone . © fourni par HooPshype Didi Louzada Travailler avant une partie Source: Twitter @wojespn Quel est le buzz sur Twitter? Kurt Helin @ BasketballTalk Didi Louzada a suspendu 25 jeux pour tester positif pour les stéroïdes nba.nbcsports.com/2021/11/19/pel...

Le régulateur chinois continue de montrer les crocs face à ses géants de la tech : l’Administration chinoise du cyberespace a annoncé, vendredi 2 juillet, avoir lancé une enquête sur le leader chinois de la commande de taxi et de voiture avec chauffeur, Didi Chuxing, et ce deux jours Cette fois-ci, le régulateur a laissé la mise sur le marché avoir lieu, mais le timing de l’annonce de cette enquête, seulement deux jours après les grands débuts de Didi à Wall Street , n’est pas anodin. Si certains suggèrent que Didi s ’est dépêché pour lever des fonds avant d’être ciblé par Pékin, le régulateur a

Didi Global : l ' Uber chinois a plongé de 20% à Wall Street . Par Jean-Noël Legalland Publié le 06/07/2021 à 12h01, modifié le 06/07/2021 à 23h07. Didi Global : l ' Uber chinois a plongé de 20% à Wall Street . Crédit photo © Reuters. (Boursier.com) — Didi Global, le service chinois de VTC, équivalent local de la firme Uber Technologies, introduit la semaine dernière à Wall Street , a perdu près d'un cinquième de sa valeur ce mardi, terminant à 12,49$ (-19,6%), en dessous de son cours d'introduction à 14$, mercredi dernier.

A rebours de bon nombre de ses compatriotes, le chinois Didi avait maintenu fin juin une levée de fonds aux Etats-Unis. L'entreprise, qui domine dans son pays le marché de la réservation de voitures avec chauffeur (VTC), avait récolté quelque 4,4 milliards dollars (3,7 milliards d'euros). Mais l'opération avait provoqué le mécontentement de Pékin qui craignait un transfert de données sensibles aux Etats-Unis. Dans la foulée, les autorités chinoises avaient déclenché une enquête administrative contre Didi en lien avec sa collecte de données privées. Et elles avaient interdit en Chine le téléchargement de l'appli - une mesure inédite visant un géant de la tech. La mesure était toutefois sans conséquence pour les utilisateurs de Didi qui avaient déjà installé l'appli sur leur téléphone.

UBER commence à prendre des commandes de cannabis au Canada

 UBER commence à prendre des commandes de cannabis au Canada Uber ridée au Canada, annonçant lundi, il commençait à prendre des commandes de cannabis récréatifs - avec Munchies - à travers son service mange. © Michel Comte Uber a commencé à prendre des commandes pour cannabis en Ontario pour une prise en charge au détaillant Tokyo Smoke , mais pour l'instant, les clients devront aller chercher leurs commandes au détaillant Tokyo Fumée. Et le service est uniquement disponible dans la province de l'Ontario.

Pékin poursuit sa reprise en main des sociétés privées. La société de VTC est cotée à New York depuis juin. C'est une étape supplémentaire dans la mise au pas des géants chinois de la tech par les autorités de Pékin. L'Administration du cyberespace de Chine (CAC, selon son acronyme anglais) a demandé au Une poignée de jours après l'introduction à Wall Street , les agents de la « cyber police » chinoise ordonnaient aux « magasins d'applications » de retirer 25 « applis » proposées par Didi . Ils interdisaient aussi à la société d'enregistrer de nouveaux clients. Ceci au nom de sécurité nationale et

Sur fond de rivalité technologique entre la Chine et les Etats-Unis, Pékin souhaite que le champion chinois du VTC se retire de la Bourse de New York, écrit vendredi Bloomberg .. 2 jours Le modèle chinois de la diplomatie suisse Le Temps - il y a 2 jours Pour ses 10 ans, Uber révèle ses records insolites SudOuest.fr - il y a 18 heures 26 minutes Uber affiche ses kilomètres pour ses dix ans en France L'express - il y a 17 heures 30 minutes CAC 40 - Horaire : Un nouveau variant du COVID joue le.

>> A lire aussi - Pourquoi le Uber chinois est visé par une enquête par Pékin

La question de la sécurité des données

"Après mûre réflexion, la société a entamé le processus de retrait de la cote de la Bourse de New York avec effet immédiat et engagé les travaux préparatoires pour une cotation à Hong Kong", a annoncé Didi dans un bref communiqué. Cette décision n'est "pas surprenante", estime Angela Zhang, spécialiste du droit chinois à l'Université de Hong Kong, après la "dure leçon" des régulateurs chinois donnée à Didi. "Désormais, toutes les entreprises technologiques chinoises vont prendre au sérieux les questions de sécurité autour des données", affirme Angela Zhang. Cette décision intervient quelques heures après l'adoption aux Etats-Unis de règles plus contraignantes pour les entreprises étrangères qui y sont cotées.

L'autorité américaine de régulation des marchés financiers, la SEC, est désormais autorisée à sortir de la cote les sociétés qui ne feraient pas auditer leurs comptes par une société agréée. Les sociétés de Chine continentale et de Hong Kong sont connues pour ne pas se soumettre à cette procédure. L'an dernier, le chinois Luckin Coffee, concurrent en Chine du géant américain Starbucks, avait défrayé la chronique après une retentissante affaire de fraude comptable. L'un des dirigeants de Luckin avait été accusé d'avoir gonflé à hauteur de 2,2 milliards de yuans (290 millions d'euros d'alors) le chiffre d'affaires de l'entreprise. Sous pression, Luckin avait été contraint de se retirer de la Bourse de New York.

États-Unis. Trump lève 1 milliard de dollars pour son réseau social

  États-Unis. Trump lève 1 milliard de dollars pour son réseau social Les noms des investisseurs n'ont pas été communiqués. Présentée comme une alternative aux grands réseaux qui ont banni les comptes de Donald Trump, « Truth Social », la future plateforme de l’ancien président des États-Unis, devrait être lancée début 2022. L'entreprise devant donner naissance au futur réseau social de l'ex-président Donald Trump et la société avec laquelle elle doit fusionner pour entrer en Bourse ont affirmé samedi 4 décembre qu'un groupe d'investisseurs institutionnels s'étaient engagés à apporter 1 milliard de dollars.

À la mi-séance, Didi , le « Uber chinois », qui avait démenti la veille l’hypothèse d’une sortie de la Bourse de New York, perdait 2,42 % redescendant sous les 10 dollars, alors que son titre en valait 16 à son entrée en bourse il y a un mois . De son côté, l’autorité boursière américaine, la SEC, a annoncé vendredi un durcissement des demandes d’informations auprès des groupes chinois cotés à Wall Street . « Les entreprises chinoises ne pourront pas entrer en bourse aux États-Unis à moins qu’elles ne divulguent davantage d’information, selon le président de la SEC Gary Gensler », relevait

Selon le Wall Street Journal, Pékin avait d'ailleurs conseillé Didi de décaler sa cotation américaine mais la direction de la société n'en a pas tenu compte. Didi est aujourd'hui visée par une enquête du régulateur chinois pour de potentiels "risques" en matière de collecte de données personnelles Son application a été suspendue des boutiques en ligne chinoises. Didi domine le marché chinois des véhicules avec chauffeur depuis qu'elle a chassé son rival américain Uber en 2016 au terme d'une guerre des prix impitoyable. L'application revendique 493 millions d'utilisateurs actifs annuels et 15

>> A lire aussi - Le Uber chinois Didi cède du terrain en bourse après un démarrage en fanfare

Une nouvelle bourse à Pékin

Soumises à une surveillance et des restrictions plus strictes aux Etats-Unis, nombre d'entreprises chinoises optent ces derniers mois pour une seconde cotation en Bourse à domicile, à l'image du moteur de recherche Baidu, ou d'Alibaba. Présentes aux Etats-Unis, elles sont aussi désormais cotées à Hong Kong, devenue une place attrayante pour les entreprises technologiques chinoises. Le réseau social Weibo, coté depuis 2014 au Nasdaq, a ainsi annoncé lundi qu'il effectuerait prochainement une nouvelle levée de fonds dans l'ancienne colonie britannique.

Dans un contexte de nationalisme économique, le pouvoir communiste vient d'ouvrir une nouvelle Bourse à Pékin, destinée aux PME, particulièrement celles actives dans les nouvelles technologies. Mais le marché chinois n'est pas forcément de tout repos. Il y a un an, Pékin avait bloqué in extremis une nouvelle entrée en Bourse record qu'Alibaba avait prévue à Shanghai et Hong Kong pour sa filiale de paiement électronique, Ant Group. Ce coup de frein était intervenu au moment où les autorités s'inquiétaient des risques sur le système financier d'une telle levée de fonds, à 27,4 milliards d'euros, qui aurait été la plus grosse de tous les temps.

Evergrande, le géant immobilier chinois au bord de la faillite, repris en main par Pékin .
Sa dette de plus de 250 milliards d’euros fait frémir la planète finance qui entrevoyait un scénario à la Lehman Brothers. Mais après un défaut de paiement, Pékin a annoncé, lundi 6 décembre 2021, reprendre les rênes du géant de l’immobilier Evergrande. L’avenir semble s’éclaircir, même si la restructuration sera lourde. Le film n’est pas terminé, mais le scénario catastrophe semble s’éloigner. Evergrande, géant chinois de l’immobilier surendetté, n’a pas, pour la première fois, honoré un remboursement malgré un allongement de délais, mardi 7 décembre 2021. Mais ce manquement a fait réagir Pékin.

usr: 11
C'est intéressant!