•   
  •   

Entreprise Ce qui gênait l'Etat pour vendre sa participation dans Air France-KLM à AccorHotels

08:55  05 août  2018
08:55  05 août  2018 Source:   latribune.fr

Crédit Agricole se renforce (encore) en Italie

  Crédit Agricole se renforce (encore) en Italie Sa filiale Crédit Agricole Assurances prend une participation de 5% dans la banque lombarde Credito Valtellinese avec laquelle elle noue un partenariat exclusif en matière d'assurance-vie. Une opération d'une centaine de millions d'euros.Les soubresauts politiques de l'Italie n'entament pas l'enthousiasme du Crédit Agricole pour la péninsule, son deuxième marché après la France.

Pourquoi AccorHotels s'intéresse à Air France - KLM . Par Mathilde Visseyrias Valérie Collet. Quant à Air France garder la participation de l ' état devient obligatoire si on ne veut pas que ce soit un fond souverain étranger qui la mange la cie.

Ce qui gênait l ' Etat pour vendre sa participation dans Air France - KLM à AccorHotels . Energie : un monde de plus en plus électrique 13. + fortes baisses cac 40 AIR liquide -0,78% accor -0,58%.

Outre sa volonté de trouver au préalable un nouveau patron à Air France-KLM, l'Etat était réticent à vendre sa participation dans le cadre d'un accord de gré à gré alors que le cours de Bourse du groupe aérien est au plus bas. D'autant plus que les synergies industrielles avec Accor ne lui apparaissaient pas évidentes pour le groupe aérien. L'immobilisme de l'Etat lié à l'affaire Benalla n'a pas arrangé les choses.

AccorHotels a renoncé fin juillet à son projet de racheter la participation que détient l'État dans Air France-KLM (14,3%) au motif, a-t-on dit à La Tribune dans le camp du groupe hôtelier, que l'État, ne lui avait pas montré, avant la publication de ses résultats semestriels le 26 juillet, sa volonté de réaliser cette opération pour laquelle il avait pourtant manifesté en coulisse son intérêt de principe, dès lors qu'elle s'articulait autour d'un projet industriel.

Devant l'inertie de l'État, AccorHotels renonce à entrer au capital d'Air France-KLM

  Devant l'inertie de l'État, AccorHotels renonce à entrer au capital d'Air France-KLM Le géant hôtelier AccorHotels a annoncé ce 26 juillet qu'il renonçait à son projet de prise de participation minoritaire dans la compagnie aérienne Air France-KLM, jugeant que les conditions ne sont pas réunies. Selon nos informations, Accor était prêt à acheter la moitié de la participation de l'État dans Air France-KLM (7%) et avait convaincu un pool d'investisseurs majoritairement français à racheter l'autre moitié. Mais l'État n'est pas prêt.Accorhotels renonce à son projet de prise de participation dans Air France-KLM.

Accorhotels a fait état jeudi 26 juillet de résultats semestriels en légère hausse en données comparables, grâce à la bonne tenue de ses performances en France et en Asie, et a annoncé avoir renoncé à son projet de prise de participation dans Air France - KLM .

1. Enregistrement de votre compte AIR FRANCE et KLM vous permettent de créer un compte qui peut être utilisé à la fois sur AIRFRANCE .com et sur KLM .com. Pour vous enregistrer, vous devez saisir certaines données personnelles.

  Ce qui gênait l'Etat pour vendre sa participation dans Air France-KLM à AccorHotels © Fournis par La Tribune

Toujours dans le camp d'Accor, l'immobilisme de l'État s'expliquait en partie par l'affaire Benalla, mais aussi par la différence de calendrier entre le groupe hôtelier et l'État, puisque ce dernier a toujours indiqué souhaiter qu'Air France-KLM trouve un nouveau patron avant de se pencher sur la cession de sa participation dans le groupe aérien. La nomination d'un nouveau patron pour Air France-KLM pour remplacer Jean-Marc Janaillac, démissionnaire le 15 mai à la suite de son référendum perdu sur la question salariale, n'est pas attendue avant fin août.

Prix trop bas de l'action Air France-KLM

Pour autant, du côté du gouvernement, il y a d'autres raisons. Selon nos informations, le ministère des Finances n'était pas très chaud pour mener une opération de gré à gré avec une capitalisation boursière d'Air France-KLM aussi basse (à peine plus de 3 milliards d'euros en juillet) et craignait de se voir reprocher de brader sa participation dans le capital de l'une des entreprises les plus emblématiques du pays. Avant la légère hausse du cours de l'action d'Air France-KLM enregistrée depuis la publication des résultats semestriels du groupe ce 1er août, l'action se situait autour de 7,30 euros en juillet, valorisant la participation de l'Etat à environ 450 millions d'euros seulement.

Et si Air France-KLM choisissait un patron américain?

  Et si Air France-KLM choisissait un patron américain? Air France-KLM va non dissocier les fonctions de président du groupe de celles de directeur général et ni l'un ni l'autre n'aura de fonctions à Air France comme a souvent été le cas jusqu'ici. Pour la première fois dans l'histoire du groupe, un étranger pourrait diriger Air France-KLM. Selon nos informations, le groupe piste un candidat nord-américain pour le poste de directeur général. A défaut d'avoir trouvé un nom ou des noms pour sa future gouvernance promise en septembre, Air France-KLM a enfin tranché la question du modèle de gouvernance à mettre en place.

dfg a écrit le 04/06/2018 à 11:33 : Bonne rumeur qui permet à certains de vendre leurs titres AF + 10% et d'acheter du Accor à bon compte -5%. "un échange entre les actions de l ' Etat dans Air France - KLM contre des actions dans AccorHotels " Et bien continuons à faire n'importe quoi!

Si Accor devenait le premier actionnaire du groupe, Sébastien Bazin pourrait être nommé président non exécutif d' Air France - KLM en plus de son Selon nos informations, Sébastien Bazin, le PDG d' AccorHotels , a proposé ces derniers jours à l ' État de racheter tout ou partie de sa participation

En outre, l'Agence des Participations de l'Etat (APE) avait du mal à évaluer les synergies industrielles entre Air France-KLM et Accor. Les premières conclusions rejoignaient celles de la direction d'Air France et d'un grand nombre d'observateurs affirmant que les avantages étaient plus évidents pour Accor que pour Air France-KLM.

L'Etat veut céder sa participation

L'échec d'un accord avec le groupe hôtelier français n'enlève rien au fait que l'État veuille vendre sa participation. C'est pour cela qu'il a engagé une banque-conseil (Nomura) et un cabinet d'avocats d'affaire (BDGS).

Mais, en l'absence de mesures structurelles pour améliorer la compétitivité du groupe, le cours de l'action ne risque pas de s'améliorer de manière significative de sitôt. Or, si une meilleure compétitivité d'Air France-KLM passe principalement par des mesures internes au groupe en général et à Air France en particulier, l'État a les moyens d'apporter sa pierre dans ce domaine en abaissant les charges qui pèsent sur le transport aérien français.

Énergies renouvelables : la France se convertit à la vente directe aux industriels .
En fort développement dans le monde, les PPA (Power Purchase Agreements), des contrats de gré à gré passés entre producteurs d’électricité renouvelables et consommateurs corporate, font leur apparition sur le marché français. En 2017, ils ont représenté 5.400 gigawatts (GW) d'électricité verte. Cette année, on en comptabilise déjà 7.200 GW début août, selon Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Les Power Purchase Agreements (PPA), achats directs d'électricité verte par de gros consommateurs industriels ou tertiaires à des producteurs de solaire, d'éolien ou d'hydroélectricité, se développent rapidement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!