•   
  •   

Entreprise Munich Re délaissé après des résultats trimestriels décevants

18:45  08 août  2018
18:45  08 août  2018 Source:   latribune.fr

CAC 40 : les bénéfices marquent le pas au premier semestre

  CAC 40 : les bénéfices marquent le pas au premier semestre Les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont accusé une baisse de 2,07% par rapport à la même période un an plus tôt, tandis que cinq groupes n'ont pas encore publié leurs résultats. Les 35 sociétés qui ont déjà diffusé leurs comptes semestriels ont dégagé 45,5 milliards d'euros de profits nets, contre 46,4 milliards l'an dernier à la même période, selon un décompte effectué par l'AFP.Leur chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 2,14%, à 616 milliards d'euros.

La séance a été marquée jeudi par le repli, après la diffusion de leurs résultats trimestriels , de l'émetteur de cartes de crédit American Express (-2,73%) et de l'assureur Travelers (-3,71%), deux membres du Dow Jones, ainsi que du producteur d'aluminium Alcoa (-13,34

La séance a été marquée jeudi par le repli, après la diffusion de leurs résultats trimestriels , de l'émetteur de cartes de crédit American Express (-2,73%) et de l'assureur Travelers (-3,71%), deux membres du Dow Jones, ainsi que du producteur d'aluminium Alcoa (-13,34

Le réassureur allemand Munich Re a fait état d'un bénéfice net au deuxième trimestre en léger retrait sur un an, en ayant dû rembourser plus de 501 millions d'euros. © Fournis par La Tribune Le réassureur allemand Munich Re a fait état d'un bénéfice net au deuxième trimestre en léger retrait sur un an, en ayant dû rembourser plus de 501 millions d'euros.

Le géant allemand de la réassurance a présenté ce mercredi 8 août un bénéfice net quasiment atone pour le deuxième trimestre, après prise en compte des minoritaires. Le groupe se montre confiant pour réaliser son objectif d’un bénéfice net 2018, compris entre 2,1 et 2,5 milliards d’euros.

Munich Re est en perte de vitesse au deuxième trimestre. Le concurrent de Scor a enregistré un bénéfice net en repli de 0,6% à 728 millions d'euros. Ce résultat est nettement supérieur au consensus Reuters, qui tablait sur 687 millions d'euros, mais il est en léger retrait sur un an, en raison d'importantes catastrophes d'origine humaine. Son résultat opérationnel a lui aussi baissé de 13,7% à 997 millions d'euros, pour un revenu des primes (l'équivalent du chiffre d'affaires dans le secteur de l'assurance) en repli de 5,2%, à un peu moins de 11,2 milliards d'euros sur le trimestre écoulé. Hors impact des changes, la baisse est ramenée à 1,2%. Munich Re a, en effet, pâti d'effets de change défavorables et du non-renouvellement de gros contrats dans la réassurance, sa principale division.

HSBC peine à convaincre malgré des résultats en légère hausse

  HSBC peine à convaincre malgré des résultats en légère hausse HSBC a publié ce lundi 6 août ses résultats pour le premier semestre. Le bénéfice net est ressorti en légère hausse, pénalisé par d’importants investissements et une amende de 765 millions de dollars pour régler un litige aux États-Unis. Les efforts pourraient commencer à porter leurs fruits pour HSBC. Le groupe basé à Londres, mais actif à travers le monde, a publié un profit net part du groupe de plus de 7,2 milliards de dollars au premier semestre, en progression d'environ 2,5% par rapport aux six premiers mois de l'année 2017, pour un produit net bancaire de 27,3 milliards de dollars (+4%).

You' re viewing YouTube in Russian. You can change this preference below. Déclaration à la suite des résultats du premier tour de l'élection présidentielle.

Le chiffre d’affaires trimestriel , de 711 millions de dollars, a augmenté de 24% et dépasse le consensus Reuters qui le donnait à 696 millions. Le bénéfice est de 100 millions de dollars, avec un coup de pouce de 42 millions grâce à la réforme fiscale.

Néanmoins, au vu de ses résultats semestriels, le réassureur bavarois, dont le cœur de métier consiste à accompagner les assureurs contre les risques qu'ils encourent, se dit confiant pour la suite et a confirmé son objectif de bénéfice net de 2018.

« Avec un profit de 1,6 milliard d'euros au premier semestre, nous sommes quasiment certains d'être en bonne voie pour atteindre notre fourchette cible de 2,1 - 2,5 milliards d'euros pour l'ensemble de l'année. Nous avons également progressé dans la mise en œuvre de notre stratégie. Munich Re devient alors plus rentable, plus numérique et plus fort » a déclaré Joachim Wenning, PDG du groupe, cité dans un communiqué.

Suite à l'annonce de ces résultats trimestriels jugés décevants, Munich Re perd environ 3,3% à 181,60 euros à Francfort.

Commerzbank sanctionnée après le relèvement de ses prévisions annuelles

  Commerzbank sanctionnée après le relèvement de ses prévisions annuelles Le deuxième groupe bancaire allemand coté en termes de capitalisation a affirmé ce mardi 7 août avoir renoué avec les bénéfices plus franchement que prévu, au deuxième trimestre 2018. Mais Commerzbank, qui poursuit sa transformation, a revu légèrement à la hausse son objectif de charges pour l’année. Commerzbank fait mieux que prévu, mais doit encore faire ses preuves. Sur le dernier trimestre clos fin juin, le résultat net de Commerzbank est ressorti à 272 millions d'euros. C'est bien au-dessus des 213 millions d'euros que prévoyaient les analystes.

Résultats trimestriels . La présentation aux investisseurs qui accompagne l’appel pourra être téléchargée. Nous vous suggérons de télécharger la présentation avant l’appel.

You' re viewing YouTube in Russian. You can change this preference below. Réaction de Marine Le Pen après les résultats du 1er tour de la présidentielle - Продолжительность: 4:48 Public Sénat 36 989 просмотров.

Remboursements conséquents liés aux catastrophes d'origine humaine

Munich Re doit ces résultats en baisse surtout aux indemnisations pour des faits engageant la responsabilité individuelle, qui ont atteint 501 millions d'euros, une somme supérieure aux prévisions. Les remboursements sont principalement liés à des avaries sur le chantier de construction de la centrale hydroélectrique d'Hidroituango, en Colombie. À trimestre comparable l'an dernier, les remboursements ne s'élevaient qu'à 187 millions d'euros. De plus, Munich Re, comme le secteur de l'assurance en général, se remet tout juste d'une série d'ouragans, d'incendies et de tremblements de terre majeurs en Amérique du Nord en 2017, année la plus coûteuse  - à ce jour...- pour les assureurs.

D'ailleurs, les catastrophes naturelles ont moins pesé sur les comptes de ce deuxième trimestre, avec 104 millions d'euros de remboursements, principalement en raison de gros orages aux États-Unis au mois de juin. Munich Re a ainsi réussi à dégager environ 200 millions de réserves de réassurance IARD (incendie, accidents et risques divers) au cours du deuxième trimestre.

Unicredit: résultat du deuxième trimestre supérieur aux attentes malgré le contexte politique italien

  Unicredit: résultat du deuxième trimestre supérieur aux attentes malgré le contexte politique italien Le première banque italienne a affiché des résultats trimestriels positifs mardi, surpassant les attentes sur les bénéfices nets. Dans un contexte politique italien instable, elle tient ses objectifs et poursuit sa restructuration. « Le meilleur semestre depuis 2008 »: voilà comment Jean-Pierre Moustier a présenté les résultats d'Unicredit ce mardi. La première banque italienne a publié des résultats trimestriels solides, confirmant ses objectifs pour 2018 et 2019. Une réussite permise par un bénéfice net trimestriel meilleur qu'attendu et une amélioration de la qualité de ses actifs.

Munich Re (aussi Münchener Rück) est un réassureur allemand implanté à Munich et l’un des principaux réassureurs mondiaux. Munich Re compte aussi une filiale, ERGO, qui concentre ses activités sur l’assurance directe.

Après les résultats décevants de la maison-mère de Free, l’opérateur télécom de Xavier Niel a violemment décroché en Bourse de presque 20% mardi. En quelques heures, c’est plus de 1,5 milliard d’euros de capitalisation boursière qui s’est envolé.

« Pour le premier semestre, Munich Re a dégagé des réserves de l'ordre de 380 millions d'euros, soit 4,3% des primes nettes acquises » a ajouté le réassureur munichois dans un communiqué.

Désengagement des activités dans le charbon

Les décisions récentes du réassureur allemand pourraient avoir un impact sur la suite. Munich Re a annoncé, ce lundi 6 août, ne plus assurer les centrales à charbon, que ce soit en matière d'assurance ou d'investissements sur les marchés de capitaux. Le groupe allemand a justifié cette décision par la transition énergétique en cours pour limiter le réchauffement climatique, mais n'a pas encore donné de précision sur le calendrier de ce retrait.

« Nous allons cesser d'assurer les centrales au charbon ou les mines de charbon individuelles dans les pays industrialisés », a écrit Joachim Wenning, dans une tribune publiée ce lundi par la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Cette décision va souffrir d'exceptions « chez les clients actifs ou dans les pays émergents », où la situation sera examinée au cas par cas, selon le patron du groupe. Le réassureur allemand, en tant qu'investisseur sur les marchés financiers, compte aussi cesser de placer ses liquidités dans des actions ou obligations d'entreprises réalisant plus de30% de leur chiffre d'affaires dans le charbon. Ce désengagement pourrait également avoir un grand impact en Allemagne, où près de 40% de l'électricité provient du charbon.

Trump veut supprimer la publication des résultats trimestriels .
Jusqu'ici, publier ses résultats trimestriels était, pour les entreprises cotées, une obligation légale inspirée par la nécessité de gagner et conserver la confiance des investisseurs. Mais, poussé par des patrons de grandes entreprises (Jamie Dimon, Warren Buffett), Trump vient d'évoquer l'idée de résultats d'entreprises cotées publiés tous les six mois au lieu de trois. Explications sur le retour de ce vieux serpent de mer dans les milieux d'affaires et financiers.Donald Trump a évoqué vendredi l'idée d'une publication des résultats des entreprises cotées tous les six mois au lieu de trois comme c'est le cas actuellement et demandé au gendarme américain de la Bourse, la SEC, de se pencher sur la question.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
C'est intéressant!