Entreprise: Grand débat national : la limitation de vitesse à 80 km/h au programme des discussions ? - PressFrom - France
  •   
  •   

EntrepriseGrand débat national : la limitation de vitesse à 80 km/h au programme des discussions ?

14:15  11 janvier  2019
14:15  11 janvier  2019 Source:   latribune.fr

Le Maire exhorte la Commission européenne à entériner la fusion Alstom/Siemens

Le Maire exhorte la Commission européenne à entériner la fusion Alstom/Siemens Refuser la fusion entre les groupes industriels français Alstom et allemand Siemens serait une "erreur économique" et une "faute politique" de la part de la Commission européenne, a estimé dimanche le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Le projet de mariage pourrait se heurter au veto de la direction générale de la concurrence de la Commission européenne. La Commission européenne commettrait une "erreur économique" et une "faute politique" si elle empêchait le rapprochement entre Siemens et Alstom sur les trains à grande vitesse en Europe, a déclaré dimanche le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire.

Cette limitation de vitesse à 80 km / h , applicable 1 juillet 2018, concernerent les routes nationales et départementales dépourvues de terre-plein central ou de glissière. Les impacts de cette nouvelle limitation de vitesse seront étudiés au 1er juillet 2020 afin de tirer un premier bilan de cette mesure

Le gouvernement français souhaite l'abaissement de 90 à 80 km / h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, autrement dit les routes nationales . Une mesure impopulaire -les Français s'y opposent à 59% d'après un sondage Harris Interactive- mais

Des élus ruraux souhaitent remettre en cause l'instauration de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. Ils demandent que cette mesure décriée, qui a contribué à l'émergence du mouvement des "Gilets jaunes", soit rediscutée à l'occasion du Grand débat national prévu le 15 janvier prochain.

Limiter la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. La mesure, en vigueur depuis le 1er juillet 2018, a irrité bon nombre d'automobilistes et contribué à la scission entre la population et le gouvernement, prémices au mouvement des "Gilet jaune". Au point que, désormais, certains élus ruraux plaident en faveur d'une remise en question de cette loi "sur lequel on n'a tenu aucun compte de l'avis de nos concitoyens ou de leur représentants...", a dénoncé, ce vendredi, Vincent Descoeur, député LR du Cantal, cité par France Info. A l'instar de plusieurs élus, il prévoit de mettre la mesure décriée sur la table lors du grand débat national.

La taxe d'habitation pour les plus riches à l'agenda du grand débat national

La taxe d'habitation pour les plus riches à l'agenda du grand débat national Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, veut poser la question de la taxe d'habitation pour les plus riches dans le cadre du grand débat national. "On peut très bien demander aux Français s'il est légitime de supprimer la taxe d'habitation pour les 20% les plus riches." Invité d'Europe 1 le 6 janvier 2019, le ministre d'Économie et des Finances veut introduire ce sujet dans le La deuxième question "Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ?" s'y prête en effet particulièrement.

Le grand débat public doit amener du concret, selon Emmanuelle Wargon. A en croire la Sécurité routière, l’abaissement à 80 km / h de la vitesse maximale autorisée sur les chaussées sans séparateur central ne serait donc qu’un mauvais moment à passer, le temps de changer nos habitudes.

Selon le gouvernement, qui reprend des projections d'experts du Conseil national de la sécurité routière, une baisse de 10 km / h permettrait de sauver Mon point de vue d'usager de la route est plus nuancé. Je ne sais pas si les Français sont prêts à comprendre cette limitation . Il va falloir faire de la

"Localement, je vais inviter les maires à porter cette question et j'ai prévu à titre personnel de saisir tant l'Association des maires de France, que l'Association des maires ruraux pour leur demander de saisir cette occasion pour débattre de cette question", ajoute l'élu. Même son de cloche du côté de la majorité où Christophe Jerretie, le député LREM de la Corrèze, reconnaît que "ça continue de râler en région" et que "beaucoup se plaignent de rester coincés derrière les camions", à cause de cette limitation, analyse-t-il, ce vendredi, dans les colonnes du Parisien. Il souhaite lui aussi inscrire la question à l'ordre du jour du grand débat national.

Une mesure qui a sauvé 200 vies l'année dernière

Mais qu'en est-il de la diminution du nombre de tués sur la route, l'un des objectifs principale de cette loi ? En attendant un point précis, prévu le 25 janvier prochain, les premiers chiffres sont plutôt encourageants. La mortalité sur les routes a ainsi baissé de 5,7% depuis le 1er juillet, date de la mise en application de la limitation. Sur les 11 premiers mois de 2018, il a été recensé 200 tués de moins que l'année précédente en France. D'autant plus que l'année précédente avait tout juste "gagné" 45 vies et qu'en 2014, 2015 et 2016, le nombre de tués sur les routes était en hausse.

Les travaux publics "optimistes" pour 2019

Les travaux publics La Fédération nationale des travaux publics (FNTP) table sur une croissance de 3% en volume et de 5% en valeur pour cette année. À la différence du secteur du bâtiment qui redoute "la fin d'un cycle" après une croissance de 2,3% en 2018, le chiffre d'affaires des travaux publics a progressé de 7% par rapport à 2017. Ce résultat s'explique par une augmentation des dépenses d'investissement des collectivités locales de l'ordre de + 6,3%. Pour 2019, « nous sommes encore optimistes » a affirmé le président de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). « Les années pré-électorales sont toujours dynamiques.

La limitation de vitesse passera dimanche de 90 km / h à 80 km / h sur 400 000 kilomètres de routes à double sens sans séparateur central. Sebastien bozon / afp. Quelques centaines de motards ont manifesté leur « colère » à Paris samedi 30 juin dans l’après-midi, à la veille de l’entrée en vigueur de

Les détracteurs de l'abaissement à 80 km / h de la limitation de la vitesse autorisée sur les routes secondaires continuent de se mobiliser, jugeant la réforme Une obstination qu'a dû rappeler Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'Intérieur, à l'Assemblée nationale ce jeudi 21 juin.

Lire aussi : Gilets jaunes : Vinci prêt à faire un geste sur les péages autoroutiers

Malgré cela, dans le contexte actuelle, près de 60% "des radars routiers ont été dégradés depuis le début du mouvement des "gilets jaunes", a déclaré, ce jeudi, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. "Près de 60% des radars aujourd'hui ont été neutralisés, attaqués, détruits par celles et ceux qui se revendiquent de ce mouvement-là", a dit le ministre à la presse après avoir présenté ses vœux à la gendarmerie à Paris.

Grand débat national : la limitation de vitesse à 80 km/h au programme des discussions ? © Fournis par La Tribune La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires suscite principalement le mécontentement des populations rurales.

"J'ai vu sur les réseaux sociaux certains imbéciles s'afficher à côté de radars brûlés. Je ne leur souhaite pas d'être un jour confronté à la réalité d'une mort sur la route", avait déclaré le ministre quelques minutes plus tôt dans son discours devant les gendarmes.

"Il n'y a pas de politique du chiffre, il y a une politique de la vie", avait-il ajouté, qualifiant ceux qui s'en prennent aux radars "d'imbéciles, d'inconscients, d'inconséquents". Jusqu'à maintenant, les autorités se refusaient à donner un chiffre précis sur les dégradation et à faire un lien direct avec le mouvement de contestation des "Gilets jaunes" né le 17 novembre.

(Avec AFP)

Les assises de la transition énergétique rouvrent le débat de la taxe carbone.
L’affectation de la taxe carbone à la transition énergétique est une condition sine qua non pour que la mesure soit acceptée par les Français. Un changement auquel le gouvernement ne consent qu’à demi-mot. Un article de notre partenaire Euractiv. La taxation du carbone est toujours le fer-de-lance de la réduction des émissions de CO2. Invité à la séance inaugurale des assises européennes de la transition énergétique qui se tiennent à Dunkerque du 22 au 24 janvier, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a remis sur la table la fiscalité écologique.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!