•   
  •   

EntrepriseMipise, la startup méconnue du financement participatif, appuie sur l’accélérateur

19:05  22 mai  2019
19:05  22 mai  2019 Source:   latribune.fr

Avec ses startups internes, Soc Gen industrialise la culture de l'innovation... et de l'échec

Avec ses startups internes, Soc Gen industrialise la culture de l'innovation... et de l'échec La banque de La Défense a lancé en 2017 un vaste programme d'intrapreneuriat en 2017 qui a abouti à la création de 60 startups, soutenues par les membres du comité de direction. Aujourd'hui, 36 sont encore en vie. « C'est le plus grand programme d'intrapreneuriat mis en place par les grands groupes, dans son ampleur et dans les moyens d'accompagnement mobilisés », se targue Frédéric Oudéa, le directeur général de Société Générale, en faisant référence à l'Internal startup call (ISC), le programme de startup interne qu'a lancé la banque de La Défense en octobre 2017, dont il présentait le premier bilan ce mardi 14 mai.

Quand on vous dit plateformes de financement participatif , vous pensez sans doute aux incontournables KissKissBankBank et Ulule, voire à Wiseed, October ou encore Enerfip, spécialisées dans le financement des entreprises ou les projets de développement durable.

Le financement participatif , crowdfunding, ou sociofinancement au Canada, est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un Mipise travaille pour des pure players positionnés sur des marchés de niche, comme la plateforme Credofunding qui

La Fintech parisienne a développé, en marque blanche, une soixantaine de plateformes de crowdfunding. Elle vient de lever 1,3 million d'euros pour accélérer sa diversification et son développement à l'international.

Quand on vous dit plateformes de financement participatif, vous pensez sans doute aux incontournables KissKissBankBank et Ulule, voire à Wiseed, October ou encore Enerfip, spécialisées dans le financement des entreprises ou les projets de développement durable. Mais certainement pas à Mipise. Et pour cause. Cette startup parisienne, créée en 2013 par Michel Ivanovsky, un ancien banquier ayant fait carrière au sein du groupe BPCE, a choisi de se développer sur le modèle de la marque blanche, en développant des plateformes de crowdfunding pour le compte d'autres entreprises, sans que son nom apparaisse aux yeux des utilisateurs.

Prêt de trésorerie : Truffle Capital investit dans la Fintech RollingFunds

Prêt de trésorerie : Truffle Capital investit dans la Fintech RollingFunds La jeune pousse parisienne RollingFunds lève 1,35 million d'euros pour développer son modèle original de financement court terme dédié aux TPE et PME, qui repose sur des partenariats noués avec des grands groupes. Elle ambitionne d'octroyer une dizaine de millions d'euros de crédits d'ici la fin de l'année. "Décrocher un crédit de trésorerie peut se révéler complexe pour les TPE et PME. Près d'un tiers des demandes de crédits de trésorerie effectuées par des TPE sont refusées par les banques", expose Arnaud Soubien, citant une étude de la Banque de France publiée en octobre dernier.

MIPISE , leader de la création de plateformes de crowdfunding en marque blanche, a développé une solution clé en main et modulable qui s'adapte aux besoins de votre projet. MIPISE la FinTech partenaire des acteurs de la finance alternative et de l’économie collaborative et solidaire.

Le financement participatif , ou crowdfunding, est un échange de fonds entre individus en dehors des circuits financiers institutionnels, afin de financer Par ailleurs, la Commission européenne a lancé des travaux sur le financement participatif afin d'étudier les mesures prises par les pays membres et

« Nous proposons une offre technologique couplée à une expertise du monde bancaire », explique cet entrepreneur de 54 ans. Mipise travaille pour des pure players positionnés sur des marchés de niche, comme la plateforme Credofunding qui s'adresse à la communauté chrétienne, à des institutionnels, comme le département de la Manche et la banque éthique La Nef, ou pour des grands groupes, comme Les Mousquetaires ou le Club Med, pour qui elle développe aussi des sites de crowdsourcing, permettant de collecter non pas des fonds, mais des idées.

Environ soixante plateformes

Au total, Mipise comptabilise une soixantaine de plateformes clientes qui cumulent près de 200.000 utilisateurs et qui ont collecté 55 millions d'euros. Aucun grand acteur du crowdfunding ne figure toutefois dans son portefeuille client. « Ce sont des plateformes qui se sont développées à peu près au même moment que nous et qui ont toute bâti leur propre infrastructure », explique l'entrepreneur.

Fintech : la licorne britannique TransferWise double sa valorisation à 3,5 milliards de dollars

Fintech : la licorne britannique TransferWise double sa valorisation à 3,5 milliards de dollars La plateforme britannique de transfert d’argent fait entrer de nouveaux investisseurs à son capital dans le cadre d'une opération secondaire la valorisant 3,5 milliards de dollars, contre 1,6 milliard lors de son dernier tour de table de fin 2017. Rentable, la startup revendique aujourd'hui 5 millions de clients. La rumeur d'un nouveau tour de table courrait depuis quelques semaines. TransferWise, Fintech britannique spécialiste des transferts d'argent, officialise, ce mercredi 22 mai, une levée de fonds de 292 millions de dollars.

Quand on vous dit plateformes de financement participatif , vous pensez sans doute aux incontournables KissKissBankBank et Ulule, voire à Wiseed, October ou encore Enerfip, spécialisées dans le financement des entreprises ou les projets de Mais certainement pas à Mipise .

Le financement participatif , sociofinancement au Canada ou crowdfunding (de l'anglais /ˈkɹaʊdˌfʌndɪŋ/) est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui font appel à un grand nombre de personnes afin de financer un projet.

En 2018, Mipise a enregistré un chiffre d'affaires de 480.000 euros. Elle tire ses revenus des abonnements et des commissions prélevées sur les montants récoltés.

« Ce n'est pas beaucoup, mais nous avons l'intention de multiplier par 10 notre chiffre d'affaires dans les quatre prochaines années, en nous diversifiant et en passant le cap de l'international », explique Michel Ivanovsky.

Diversification et développement international

Mipise, la startup méconnue du financement participatif, appuie sur l’accélérateur © Fournis par La Tribune Mipise a développé une soixantaine de plateformes pour ses clients.

Pour passer la vitesse supérieure, la Fintech, qui emploie 12 salariés et bientôt une vingtaine, vient de finaliser une première levée de fonds de 1,3 million d'euros, dont 530.000 euros collectés via la plateforme de crowdfunding Edulis, elle-même cliente de Mipise. « C'était important pour notre légitimité de recourir dans un premier temps au financement participatif », commente le cofondateur. Le reste de la levée de fonds s'est effectué auprès de business angels du réseau Investessor, de son fonds Sibessor 2, de la BPI et du Fonds européen d'investissement.

Paroles d'Experts Datastax : La data au service du marketing client

Paroles d'Experts Datastax : La data au service du marketing client Ce numéro de Paroles d’Experts est consacré à la data au service du marketing client. L’éclairage de notre expert Xavier Guérin, Vice-Président de DATASTAX. Société américaine née en 2009 dans la Silicon Valley, DATASTAX est un éditeur de base de données. Après avoir levé 190 millions de dollars pour assurer sa croissance, DATASTAX est aujourd'hui installé aux Etats-Unis, en Europe et en Asie auprès de plus de 600 clients. « Ce qui est intéressant dans la transformation digitale, c'est d'accompagner la transformation technologique.

Spécialisée dans le financement participatif de proximité, l'ex-Bulb in Town entend collecter plus de 20 millions d'euros sur sa plateforme Dix accélérateurs européens s’associent pour propulser les Fintec Sur le même sujet. Mipise , la startup méconnue du financement participatif , appuie s

Pour profiter du financement participatif , vous devez au préalable ouvrir un compte courant Hello bank!. Le financement participatif , pour qui ? Un prêt sur Credit.fr peut être réalisé par toute personne physique, majeure capable et agissant à des fins non professionnelles ou commerciales.

Mipise entend utiliser cet argent frais pour s'attaquer à d'autres pays européens et diversifier son activité à l'heure où le marché du crowdfunding français entre dans une phase de mutations et de consolidation.

« D'ici quatre ans, nous prévoyons que 50% de notre chiffre d'affaires soit réalisé dans le crowdfunding, 50% dans les activités de gestion d'actifs et que 25% de nos revenus soient réalisés à l'international », précise Michel Ivanovsky.

Mipise, quant à elle, a capitalisé sur son expérience dans le financement participatif pour développer des outils numériques à destination des sociétés de gestion afin de digitaliser la souscription et la communication auprès de leurs clients investisseurs. En parallèle, la Fintech a créé un outil basé sur la Blockchain Ethereum pour dématérialiser la tenue de registre des titres non cotés. « C'est une brique que nous allons proposer aux sociétés de gestion, mais qui pourrait aussi intéresser des cabinets d'experts comptables », précise le dirigeant de Mipise, qui utilise désormais cet outil pour tenir son propre registre d'actionnaires.

Cette diversification, la startup concurrente Capsens, elle aussi, l'a adoptée. Initialement positionnée sur le développement de plateformes de crowdfunding en marque blanche, elle se présente désormais comme une agence digitale de solutions « Fintech ». Sur son site, elle propose des services autour de la banque de détail, de l'assurance, de la vie coopérative ou encore de la simulation de portefeuille.

Lire plus

Oxfam épingle les banques françaises pour leurs politiques climatiques "insuffisantes".
Oxfam France, en partenariat avec Fair Finance France, a évalué plusieurs engagements ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) de huit banques françaises et a jugé leurs engagements climatiques insuffisants. L'ONG souhaite notamment que le gouvernement contraigne les banques à publier un plan de sortie des énergies fossiles. L'ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) afin de respecter les accords de Paris sur le climat, selon un communiqué publié mercredi.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!