Entreprise: Le patron de Nissan Hiroto Saikawa mis sur la sellette par deux sociétés de conseils - PressFrom - France
  •   
  •   

EntrepriseLe patron de Nissan Hiroto Saikawa mis sur la sellette par deux sociétés de conseils

12:05  12 juin  2019
12:05  12 juin  2019 Source:   latribune.fr

Fusion Renault-Fiat Chrysler : Nissan veut revoir sa relation avec son allié français en cas d'accord

Fusion Renault-Fiat Chrysler : Nissan veut revoir sa relation avec son allié français en cas d'accord La relation qui unit Renault à Nissan,en cas de fusion avec Fiat Chysler (FCA), devra être "revue" a prévenu lundi le patron du constructeur automobile japonais, à la veille d'un conseil d'administration de son allié français. © Fournis par La Tribune Hiroto Saikawa, le patron de Nissan prévient.

A la suite d'informations du Financial Times, Nissan a confirmé dans un communiqué avoir "reçu une lettre de Renault signalant son intention de s'abstenir de voter" sur la mise en place de trois comités " Nissan juge la nouvelle position de Renault des plus regrettables", ajoute Hiroto Saikawa .

Dans une lettre au patron de Nissan , Hiroto Saikawa , le président du conseil d'administration du groupe au losange, Jean-Dominique Senard, a écrit que ses représentants s'abstiendraient pendant un vote sur la mise en place de trois comités (nominations, audit et rémunérations), lors de l'assemblée

Les sociétés de conseil aux actionnaires Glass Lewis et Institutional Shareholder Services (ISS) ont appelé à voter contre le patron de Nissan, Hiroto Saikawa, lors de l'assemblée générale du 25 juin.

Hiroto Saikawa est sur la sellette. Une importante société de conseil a incité les actionnaires de Nissan à voter contre le maintien du patron de Nissan au poste de directeur général du constructeur nippon. Un rare désaveu public pour un dirigeant d'une grande firme japonaise qui intervient sur fond de tensions entre Nissan et son partenaire français Renault. Pire, un autre représentant d'investisseurs, Institutional Shareholder Services (ISS), a envoyé un document dans le même sens à ses clients, a rapporté le quotidien économique japonais Nikkei.

Renault menace de bloquer une réforme de gouvernance chez Nissan

Renault menace de bloquer une réforme de gouvernance chez Nissan Le constructeur automobile français Renault, partenaire et principal actionnaire de Nissan, menace de bloquer un changement de réforme de la gouvernance de l'entreprise japonaise, a indiqué lundi le constructeur japonais, jugeant cette décision "extrêmement regrettable". L'Alliance prendrait-elle l'eau ?  Suite à des informations du Financial Times, Nissan a confirmé dans un communiqué avoir "reçu une lettre de Renault signalant son intention de s'abstenir de voter" sur la mise en place de trois comités (nominations, audit et rémunérations), lors de l'assemblée générale des actionnaires du constructeur nippon, prévue le 25 juin.

Dans une lettre au patron de Nissan , Hiroto Saikawa , le président du conseil d'administration du groupe au losange, Jean-Dominique Senard, a écrit que ses représentants s'abstiendraient pendant un vote sur la mise en place de trois comités (nominations, audit et rémunérations), lors de l'assemblée

Dans une lettre, le président du conseil d'administration de Renault, Jean-Dominique Senard, informe le patron de Nissan de "son Par un tel geste, Renault, principal actionnaire de Nissan avec 43,4% de participation, condamnerait une réforme qui doit être approuvée par une majorité des deux tiers.

"Malgré les initiatives prises" par Nissan pour renforcer la gouvernance, "nous sommes troublés par le fait que M. Saikawa va continuer à siéger au conseil d'administration et rester à la direction de la compagnie", souligne Glass Lewis. Administrateur depuis 14 ans, il était présent quand Carlos Ghosn, ancien PDG du groupe, a commis des malversations financières présumées, rappelle la société de conseil. "Par conséquent", poursuit-elle, "nous ne pouvons soutenir en toute confiance la nomination de M. Saikawa qui aurait dû prendre davantage de mesures pour exercer son rôle de supervision".

Tensions au sein de l'Alliance

Le patron de Nissan Hiroto Saikawa mis sur la sellette par deux sociétés de conseils © Fournis par La Tribune Hiroto Saikawa, le président de Nissan.

Le renouvellement du patron du constructeur japonais doit être entériné par au moins la moitié des actionnaires. Or les consignes de ces deux compagnies pèsent lourd dans les votes en assemblée générale. Hiroto Saikawa, aux manettes depuis 2017 et ancien fidèle de M. Ghosn qui a retourné sa veste, veut rester à son poste pour préparer la succession, mais de nombreuses voix s'élèvent pour demander son départ rapidement et démarrer sur de nouvelles bases après l'affaire Ghosn.

Fiat-Renault : un coup de massue pour Senard

Fiat-Renault : un coup de massue pour Senard Arrivé en janvier dernier à la tête de Renault, l'ancien patron de Michelin a vu son projet de fusion avec Fiat avorté, après avoir perdu le soutien de l'État français. Les observateurs parlent d'un projet monté dans la précipitation qui n'a pas tenu compte des risques, notamment d'une rupture avec Nissan. Désormais, Jean-Dominique Senard doit évaluer sa crédibilité auprès des marchés et de ses équipes. C'est un terrible désaveu que s'est vu infliger Jean-Dominique Senard.

plan du site. la société des lecteurs. mentions légales. gérer mes préférences de cookies. Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux. Le courrier a été adressé par le président du conseil d'administration du groupe au losange, Jean-Dominique Senard, au patron de Nissan , Hiroto Saikawa .

Suite à des informations du Financial Times, Nissan a confirmé dans un communiqué avoir «reçu une lettre de Renault signalant son intention de s’abstenir de voter» sur la mise en place de trois comités « Nissan juge la nouvelle position de Renault des plus regrettables», ajoute M. Saikawa .

Lire aussi : Nissan: Hiroto Saikawa au bord du précipice

Renault, premier actionnaire de Nissan avec 43,4% de participation, a initialement assuré son partenaire de son soutien. Fin mai, le président d'administration du groupe français, Jean-Dominique Senard, avait indiqué qu'il "ne s'opposerait" à la nomination d'aucun des membres du nouveau conseil d'administration, dont celle de M. Saikawa. Mais depuis, la situation s'est envenimée entre les deux alliés et, M. Senard, revenant sur ses engagements, a envoyé à M. Saikawa une lettre l'informant de son intention de ne pas voter la réforme de la gouvernance du groupe japonais, prévoyant la création de trois comités (nominations, audit et rémunérations).

Il demande qu'un ou deux représentants de Renault soient nommés dans chacune des commissions, alors que Nissan voulait y placer des administrateurs indépendants. A Paris, on se dit cependant certain qu'une solution sera trouvée et que cette résolution pourra finalement être votée lors de l'AG, qui s'annonce dans tous les cas agitée. Renault tient de son côté son assemblée générale ce mercredi.

FCA et l'État français ont résolu leurs désaccords avant le conseil de Renault.
Dividende exceptionnel pour les actionnaires de Renault, garanties supplémentaires sur l'emploi en France d'intenses discussions cette nuit ont permis à John Elkann, président de FCA, et l’État français premier actionnaire du constructeur tricolore, d'aplanir les obstacles à cette fusion qui pourrait donner naissance au troisième constructeur mondial. Depuis 15h30 cet après-midi a débuté un conseil d'administration chez Renault pour étudier ce projet de fusion désormais approuvé par le gouvernement. Fiat Chrysler Automobiles (FCA) et l'État français ont résolu au cours de la nuit leurs points de désaccord relatifs au projet de fusion soumis la semaine dernière par le

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!