•   
  •   

EntrepriseFintech : la messagerie sécurisée Symphony lève 165 millions de dollars

19:25  12 juin  2019
19:25  12 juin  2019 Source:   latribune.fr

PODCAST Les ICO/STO sont-elles le futur des IPO ?

PODCAST Les ICO/STO sont-elles le futur des IPO ? Personne ne veut rater la « révolution Blockchain » et surtout pas la finance : elle est le premier secteur à s’être activement intéressé à la technologie Blockchain, née avec la monnaie virtuelle bitcoin. Jeudi 18 avril, "La Tribune" organisait son premier sommet sur la blockchain. Nous vous proposons de vivre ou revivre les meilleurs tables rondes sous forme de podcast. Les Initial Coin Offerings (ICO), levées de fonds par émissions de jetons numériques, ont connu une croissance phénoménale depuis 2017 (plus de 22 milliards de dollars levés). Etat des lieux et baromètre France.

On l'a surnommée le « Slack de la finance » : la messagerie financière sécurisée de la startup américaine Symphony , fondée il y a quatre ans par le Français David Gurlé, tisse sa toile dans le secteur, face à son puissant rival installé Bloomberg.

La plate-forme de communication sécurisée et de partage de contenu nourrit l'ambition de détrôner Bloomberg auprès des banques d'investissement et Symphony accélère. La fintech californienne fondée par le Français David Gurlé a annoncé mercredi avoir levé 165 millions de dollars auprès de

La startup fondée par le Français David Gurlé, dont la messagerie sécurisée s'impose en alternative à Bloomberg, revendique plus de 430.000 utilisateurs dans 60 pays. De grandes banques sont actionnaires comme BNP Paribas et Standard Chartered qui ont participé à ce tour de table la valorisant 1,4 milliard de dollars.

On l'a surnommée le « Slack de la finance » : la messagerie financière sécurisée de la startup américaine Symphony, fondée il y a quatre ans par le Français David Gurlé, tisse sa toile dans le secteur, face à son puissant rival installé Bloomberg. La jeune pousse de Palo Alto, qui a implanté un centre de R&D à Sophia Antipolis, a annoncé ce mercredi 12 juin une levée de fonds de 165 millions de dollars, à peine plus d'un an après sa série D de 67 millions de dollars. Ce tour de table valorise la licorne 1,4 milliard de dollars (contre 1 milliard un an plus tôt) et est mené par la banque britannique Standard Chartered et la japonaise Mitsubishi UFG, aux côtés d'actionnaires historiques dont BNP Paribas, Goldman Sachs, JP Morgan. D'autres acteurs du gratin de la finance, tels que Bpifrance, Barclays, HSBC, mais aussi Google, sont au capital de cette startup qui a levé en tout 460 millions de dollars.

Pannes informatiques en série chez les néobanques françaises

Pannes informatiques en série chez les néobanques françaises Les néobanques Qonto et Shine, mais aussi l'application Lydia ont rencontré des dysfonctionnements majeurs le week-end dernier. En cause : un incident informatique survenu chez Treezor (groupe Société Générale) qui fournit à ces startups de la finance des micro-services bancaires. Les grandes banques ne sont pas les seules à subir des pannes informatiques. « Nous subissons actuellement quelques difficultés techniques pouvant affecter vos paiements », tweetait la néobanque pour PME Qonto, vendredi 7 juin dernier.

Symphony , qui emploie plus de 240 personnes et est basée à Palo Alto (Californie), est considérée comme une "licorne", c'est à dire une société non cotée dont la valeur potentielle sur le marché est estimée à plus d'un milliard de dollars . Sa messagerie cryptée revendique plus de 320.000

Spécialisée dans les solutions de sécurisation des cryptomonnaies, le Français Ledger vient de boucler un tour de table de 70 millions de dollars . Avec de 82 salariés répartis entre San Francisco, Paris et Vierzon, Ledger est déjà rentable. La startup revendique à ce jour avoir vendu plus d’un million

Symphony, qui entend devenir « un outil indispensable au service de la transformation digitale des services financiers », revendique une communauté de plus de 430.000 utilisateurs dans une soixantaine de pays, ce qui constitue « le plus important écosystème numérique du secteur financier mondial ». C'est plus que le dernier chiffre officiel de Bloomberg (325.000 en 2016), dont l'offre est facturée 24.000 dollars par an contre 240 dollars chez son jeune rival.

Fintech : la messagerie sécurisée Symphony lève 165 millions de dollars © Fournis par La Tribune

Le prix et les chatbots

Chez BNP Paribas, qui a participé à ce tour de table, Yann Gérardin, le directeur général adjoint en charge du pôle Corporate & Investment Banking (banque de financement et d'investissement) a déclaré que le groupe français était « fier de soutenir cette nouvelle phase de croissance et de favoriser l'adoption de Symphony par [ses] clients et au sein de [l']entreprise ».

Transfert d'argent : MoneyGram se met à la Blockchain avec Ripple qui entre au capital

Transfert d'argent : MoneyGram se met à la Blockchain avec Ripple qui entre au capital La société américaine de transfert d'argent a noué un partenariat stratégique avec la startup Ripple qui va investir jusqu'à 50 millions de dollars à son capital. MoneyGram utilisera le protocole de paiement basé sur la Blockchain de Ripple et sa cryptomonnaie baptisée XRP, sur fond de course à l'innovation dans le secteur. Le monde du paiement est décidément en pleine ébullition et les nouveaux entrants prennent le pouvoir. C'est un peu le monde à l'envers : la startup qui entre au capital de la grande sœur de trente ans d'âge, cotée au Nasdaq, avec plus de 1,4 milliard de dollars de revenus annuels.

440 millions de dollars . Jamais une fintech européenne n’avait levé autant d’argent. Dans le reste du monde, une dizaine de grandes banques utilise par ailleurs sa technologie d’analyse des emprunteurs. Les 440 millions de dollars récoltés permettront de développer ce dernier métier.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *. Le chiffre d’affaires ajusté de la FinTech a bondi de 40% par rapport à la même période de l’année dernière pour atteindre 602 millions de dollars , quand les analystes visaient la somme de 596,4

« Symphony a réalisé un travail remarquable et suscité l'intérêt du secteur par sa capacité à révolutionner la communication sécurisée et la façon dont les analystes financiers (qu'ils soient du côté des vendeurs ou des acheteurs) travaillent sur tous les marchés, aussi bien pour le traitement et la conservation des données que pour une variété d'opérations tout au long d'une transaction » a-t-il souligné, dans le communiqué.

Le responsable de la stratégie numérique et Fintech dans la banque de financement et d'investissement de JP Morgan, a déclaré que « cette application unique, entièrement sécurisée et conforme aux réglementations, qu'a réussi à mettre au point Symphony transforme en profondeur nos pratiques et celles de nos clients ».

Outre le prix compétitif, l'un des avantages de Symphony est la possibilité de connecter des interfaces (API, non autorisées chez Bloomberg) ou d'intégrer des chatbots. La jeune entreprise indique ainsi que « plus de 1.000 bots et applications » ont été développés par ses clients et partenaires en un an au sein de l'appli. Elle souhaite s'imposer comme une plateforme collaborative de partage de contenu, aidant à l'automatisation des tâches les plus basiques. Symphony va utiliser cet argent pour poursuivre le développement de nouvelles solutions, notamment pour les activités de marché, et étendre son empreinte mondiale.

L'entreprise, qui emploie environ 300 personnes et prévoit une centaine de collaborateurs à Sophia Antipolis fin 2020, est contrôlée par une trentaine d'actionnaires dont aucun n'aurait d'influence prépondérante, a confié David Gurlé à l'AFP.

Lire plus

Biorecyclage du plastique : Carbios lève 14,5 millions d'euros.
L'entreprise lyonnaise destinera les trois quarts de l'argent récolté à la construction d'un démonstrateur industriel de son procédé de recyclage biologique des plastiques PET. Sur cette somme, Carbios a comme prévu recueilli 10,5 millions d'euros auprès du fonds d'investissement Copernicus AM et Truffle Capital. Des fonds de Michelin et de L'Oréal se sont aussi engagés à souscrire à l'opération. "Ces soutiens constituent des marqueurs forts de la légitimité acquise par la société et son équipe de management", a souligné l'entreprise dans un communiqué. La société a concrètement placé 2.245.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 2
C'est intéressant!