Entreprise: Joko, la Fintech qui veut transformer la carte bancaire en carte de fidélité universelle - Australie: Qantas lance sa propre carte de crédit pour développer sa division de fidélisation - PressFrom - France
  •   
  •   

EntrepriseJoko, la Fintech qui veut transformer la carte bancaire en carte de fidélité universelle

11:25  05 juillet  2019
11:25  05 juillet  2019 Source:   latribune.fr

Lutte contre la fraude : la Fintech Bleckwen, spécialiste de l’IA, lève 9 millions d’euros

Lutte contre la fraude : la Fintech Bleckwen, spécialiste de l’IA, lève 9 millions d’euros Née au sein de l’entreprise de cybersécurité Ercom, la jeune pousse développe des solutions d’analyse comportementale pour lutter contre la fraude dans les paiements et la criminalité financière. Elle compte déjà deux banques françaises clientes et se développe à l'international.

Joko, la Fintech qui veut transformer la carte bancaire en carte de fidélité universelle © Fournis par La Tribune Nouvelle

S'appuyer sur les données bancaires pour développer des programmes de fidélité personnalisés. C'est ce que propose la Fintech Joko, qui vient d'officialiser une première levée de fonds de 1,6 million d'euros auprès de Partech, Axeleo Capital, Lafayette Plug&Play et plusieurs business angels.

"Joko est née du constat que les programmes de fidélité traditionnels n'étaient pas adaptés aux attentes des millennials. Ces derniers ont délaissé les cartes de fidélité car elles sont systématiquement rattachées à une seule enseigne", explique Xavier Starkloff, directeur général et cofondateur de la startup aux côtés de Nicolas Salat-Baroux et Alexandre Hollocou.

La néobanque britannique Monzo double sa valorisation à 2,5 milliards de dollars

La néobanque britannique Monzo double sa valorisation à 2,5 milliards de dollars Revolut n'est pas la seule néobanque britannique à séduire les investisseurs. Sa concurrente Monzo vient de finaliser un tour de table de 144 millions de dollars pour soutenir son expansion aux États-Unis, la valorisant 2,5 milliards de dollars, contre un peu moins d'1,3 milliard de dollars il y a huit mois.

Créée en 2018, la jeune pousse parisienne, passée par plusieurs incubateurs dont Wilco, Agoranov, Lafayette Plug&Play, et maintenant accélérée au sein du Startup Garage de Facebook à Sation F, zappe la carte de fidélité. Elle propose à la place un programme multi-enseignes basé sur les données bancaires des utilisateurs, recueillies avec leur consentement.

"C'est la carte bancaire qui fait office de carte de fidélité", résume Xavier Starkloff.

Cumul automatique de points à chaque paiement par carte bancaire

Dans les détails, pour bénéficier de ce programme de fidélité d'un nouveau genre, l'utilisateur doit d'abord télécharger l'appli mobile Joko, puis renseigner ses identifiants bancaires pour que l'application se connecte à sa banque par l'intermédiaire de Budget Insight, un agrégateur de comptes bancaires utilisé ici en marque blanche. L'utilisateur cumule ensuite automatiquement des points de fidélité dès qu'il utilise sa carte bancaire chez un commerçant partenaire. "Pour le moment, nous comptons une dizaine d'enseignes partenaires comme Le Printemps, la Fnac, Franprix, Leroy Merlin, Birchbox et Heetch", précise l'entrepreneur. Au total, les enseignes physiques partenaires représentent 2.500 points de vente.

E-commerce : la Fintech Alma veut démocratiser le paiement en plusieurs fois

E-commerce : la Fintech Alma veut démocratiser le paiement en plusieurs fois La startup francilienne permet aux petits et moyens e-commerçants de proposer un paiement en plusieurs fois à leurs clients. Elle vient de lever 3,3 millions d'euros et revendique une centaine de PME clientes. Elle espère en compter un millier à l'horizon 2020.

Dans ces points de vente, plus besoin de scanner une carte en caisse. L'utilisateur est automatiquement notifié après sa dépense et peut consulter ses points dans l'application, qu'il peut échanger en bons d'achat ou convertir en dons pour des associations. La Fintech analyse ensuite les données de transactions pour identifier les commerçants où les dépenses ont été réalisées et proposer des offres personnalisées en fonction des habitudes de consommation des utilisateurs.

"Pour les enseignes partenaires, c'est un levier de fidélisation et d'acquisition. C'est un moyen de faire venir plus souvent des clients qui venaient déjà. Cela a un réel impact sur la fréquence d'achats", assure Xavier Starkloff, qui se rémunère auprès des commerçants. "A partir de statistiques agrégées et anonymisées nous permettons aux enseignes de comprendre la performance de leurs programmes", ajoute-t-il.

Kyriba, première licorne Fintech franco-américaine

Kyriba, première licorne Fintech franco-américaine SUCCÈS L'écosystème fintech français est foisonnant mais peine à faire émerger des entreprises valorisées plus d'un milliard. A l'exception de Kyriba, une américaine aux liens très étroits avec la France.

35.000 utilisateurs actifs

Grâce à cet argent frais, Joko, qui emploie une quinzaine de personnes, entend recruter davantage de développeurs et de data scientists pour poursuivre ses développements technologiques. La Fintech revendique plusieurs dizaines de milliers d'utilisateurs, dont 80% ont entre 25 et 30 ans.

Joko n'est pas la seule Fintech à vouloir exploiter les données bancaires pour développer des programmes de fidélité à la fois globaux et personnalisés. Paylead a bâti une approche similaire, à une différence près : les programmes de fidélité sont proposés via les banques et assureurs des clients. La marque Paylead, elle, n'apparaît à aucun moment.

"Nous, nous privilégions l'approche grand public car nous ne pensons pas que l'avenir des programmes de fidélité passera par les banques. Nous préférons nouer une relation directe avec les consommateurs", argue, pour sa part, Xavier Starkloff.

Pour transformer son pari, Joko devra relever le défi de la notoriété et donc, sans aucun doute, lever des fonds supplémentaires.

Lire plus

Paymount, l’autre néobanque qui mise sur les buralistes.
La Fintech parisienne vient de finaliser sa première levée de fonds d'un montant d'1,4 million d'euros. Après avoir revu ses objectifs à la baisse, elle espère compter 20.000 utilisateurs d'ici à la fin de l'année et 100.000 un an plus tard. Pour ce faire, Paymount mise sur les buralistes partenaires, le cashback, son programme de parrainage et le développement de cartes de paiement co-brandées.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!