•   
  •   

EntrepriseOui l'explosion en Russie était bien nucléaire et les victimes travaillaient sur de "nouveaux armements"

16:46  12 août  2019
16:46  12 août  2019 Source:   latribune.fr

Renault parie sur un rebond après un premier semestre médiocre

Renault parie sur un rebond après un premier semestre médiocre Le constructeur automobile français a enregistré un premier semestre en demi-teinte. Mais la direction, elle, relativise et évoque une bonne résistance compte tenu d'un environnement de marché très hostile. Thierry Bolloré estime que le second semestre sera bien meilleur grâce à l'arrivée d'une nouvelle gamme de produits. Les marchés auront les yeux rivés sur cet exercice de l'après-Ghosn

L'agence nucléaire russe a indiqué lundi que les cinq spécialistes tués dans l ' explosion survenue jeudi sur une base de tir de missiles nucléaires dans le Grand Nord travaillaient sur de " nouveaux armements ", promettant de poursuivre les tests "jusqu'au bout".

La Russie est -elle vraiment en passe de mettre au point un missile à propulsion nucléaire à la « portée illimitée » ? C’est, en tout cas, ce qu’a sous-entendu l’agence nucléaire russe, Rosatom, lundi 12 août, en indiquant que les cinq spécialistes tués dans l ’ explosion jeudi dernier travaillaient sur

Oui l'explosion en Russie était bien nucléaire et les victimes travaillaient sur de © Fournis par La Tribune Nouvelle

L'agence nucléaire russe a indiqué lundi que les cinq spécialistes tués dans l'explosion survenue jeudi sur une base de tir de missiles nucléaires dans le Grand Nord travaillaient sur de "nouveaux armements", promettant de poursuivre les tests "jusqu'au bout".

Des experts américains ont estimé que l'accident, dont les autorités n'ont reconnu que samedi le caractère nucléaire, pourrait être lié aux tests du missile de croisière "Bourevestnik", l'une des nouvelles armes "invincibles" vantées par le président Vladimir Poutine en début d'année.

L'agence nucléaire russe Rosatom a célébré lundi la mémoire des cinq membres de son personnel tués dans l'explosion, assurant vouloir "continuer le travail sur les nouveaux types d'armes, qui sera dans tous les cas poursuivi jusqu'au bout".

A Tchernobyl, on distille de la vodka... non radioactive

A Tchernobyl, on distille de la vodka... non radioactive Une équipe de chercheurs britanniques a contribué à la production d'une vodka sans radioactivité baptisée "ATOMIK" à partir de récoltes effectuées près du site de Tchernobyl (Ukraine), contaminé par l'accident de la centrale nucléaire de 1986, a indiqué jeudi l'université de Portsmouth.

L'agence nucléaire russe a indiqué lundi que les cinq spécialistes tués dans l ' explosion survenue jeudi sur une base de tir de missiles nucléaires dans le Grand Nord russe travaillaient sur de « nouveaux armements », promettant de poursuivre les tests « jusqu'au bout ». Des experts américains ont

Les cinq ingénieurs décédés travaillaient pour l’agence nucléaire russe Rosatom. Les autorités russes sont restées assez floues sur les circonstances de l’accident pendant les jours qui ont suivi, avant de reconnaître lundi que l’accident était dû à des tests de « nouveaux armements », sans donner plus

"Nous remplirons les devoirs que nous a confié notre Patrie. Sa sécurité sera entièrement assurée", a ajouté le patron de Rosatom Alexeï Likhatchev, cité par les agences russes.

Selon Rosatom, ses spécialistes fournissaient de l'ingénierie et du support technique pour "la source d'énergie isotopique" du moteur du missile à l'origine de l'explosion, qui s'est produite sur une "plate-forme maritime" et qui a jeté plusieurs employés à la mer.

Immédiatement après l'accident, le ministère de la Défense avait seulement déclaré que les faits s'étaient produits au cours de l'essai d'un "moteur-fusée à ergols liquides", mais n'avait pas décrit l'accident comme impliquant du combustible nucléaire.

Il avait alors assuré qu'il "n'y a pas eu de contamination radioactive", mais la mairie d'une ville située près de la base avait dit avoir "enregistré une brève hausse de la radioactivité" avant de retirer sa publication.

Explosion nucléaire en Russie: les médecins intervenus sur le site examinés à Moscou

Explosion nucléaire en Russie: les médecins intervenus sur le site examinés à Moscou L'explosion sur le site militaire, qui a été fatale à cinq scientifiques nucléaires russes, s'est produite jeudi dernier près de la ville de Severodvinsk. Le ministère de la Défense avait déclaré qu'aucune substance toxique n'avait été libérée dans l'atmosphère mais les services météorologiques ont observé des radiations 4 à 16 fois supérieures à la normale. L'ONG Greenpeace affirme qu'elles ont été 20 fois supérieures à la normale. Des experts américains pensent que l'accident s'est produit lors d'un tir d'essai du missile expérimental à propulsion nucléaire Bourevestnik (Skyfall dans la classification de l'Otan).

Les autorités russes ont reconnu ce lundi que l ' explosion meurtrière à caractère nucléaire sur une base du Grand Nord était liée aux tests de " nouveaux armements ", promettant de les mener "jusqu'au bout".

Vous allez être redirigé vers le lien suivant : Oui l ' explosion en Russie était bien nucléaire et les victimes travaillaient sur de " nouveaux armements ".

Des experts ont lié l'accident aux tests du "Bourevestnik", missile à propulsion nucléaire dévoilé en grande pompe par Vladimir Poutine en février mais pas encore au point selon les spécialistes. D'une "portée illimitée" selon le président, il serait capable de surmonter quasiment tous les systèmes d'interception.

La base, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques, est située près du village de Nionoksak, dans le Grand Nord.

La ville fermée de Sarov, qui accueille le principal centre de recherches nucléaires russe, a décrété dimanche une journée de deuil et les cinq spécialistes tués seront décorés à titre posthume après leurs funérailles lundi.

Connu sous le nom de code "Arzamas-16" durant la Guerre froide, le centre de Sarov est à l'origine des premières armes nucléaires de l'Union soviétique.

Lire plus

Des avions plus intelligents : un danger ou une sécurité ?.
L'affaire du Boeing 737 MAX relance le débat sur les dangers d'une automatisation trop poussée, à l'heure où se préparent de nouvelles étapes.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 6
C'est intéressant!