Entreprise: CO2: les constructeurs veulent des normes plus strictes, Trump enrage - PressFrom - France
  •   
  •   

EntrepriseCO2: les constructeurs veulent des normes plus strictes, Trump enrage

13:45  22 août  2019
13:45  22 août  2019 Source:   latribune.fr

PSA-Dongfeng supprime la moitié de ses effectifs en Chine, le partenariat vieux de 27 ans menacé

PSA-Dongfeng supprime la moitié de ses effectifs en Chine, le partenariat vieux de 27 ans menacé Coup dur pour la coentreprise formée par Dongfeng et Peugeot Citroën Automobiles (DPCA), avec la suppression de milliers de postes et l'abandon de deux des quatre sites d'assemblage qu'ils détiennent en commun dans le pays. De nombreux constructeurs occidentaux sont en difficulté sur le marché chinois. SI cette dernière tentative en date de redresser la situation échouait, Carlos Tavares pourrait prendre des décisions définitives.

Les constructeurs automobiles Ford, Honda, Volkswagen et BMW ont annoncé avoir scellé un accord de principe avec la Californie pour réduire Depuis des décennies, la Californie a le droit d'imposer des normes antipollution plus strictes que le niveau fédéral. Donald Trump veut abolir cette

Donald Trump s’en est pris mercredi aux constructeurs automobiles qui ont ignoré ses avances et préféré conclure un accord avec la Californie sur des futures normes d’émission plus sévères. L’agence de protection de l’environnement de l’administration Trump a prévu d’assouplir les normes

CO2: les constructeurs veulent des normes plus strictes, Trump enrage © Fournis par La Tribune Nouvelle

Pas assez dures les normes CO2? Alors qu'en Europe, les constructeurs automobiles sont vent debout contre les objectifs imposés par Bruxelles, aux États-Unis, c'est le monde à l'envers. Les constructeurs automobiles se sont alliés afin d'adopter comme un standard au niveau national la réglementation très restrictive en vigueur en Californie, et ce, alors que le président américain est en passe d'annuler toutes les dispositions engagées sous le mandat d'Obama en matière de réductions d'émissions polluantes.

Une alliance qui s'élargit

D'après le New York Times, Mercedes Benz et un autre grand constructeur (General Motors si l'on en croit les sous-entendus twittés par le président) seraient sur le point de rejoindre Ford, Honda, BMW et Volkswagen qui ont signé fin juillet, un accord avec l'État de Californie qui a élaboré la réglementation la plus sévère des 50 États américains.

Explosion nucléaire en Russie: les médecins intervenus sur le site examinés à Moscou

Explosion nucléaire en Russie: les médecins intervenus sur le site examinés à Moscou L'explosion sur le site militaire, qui a été fatale à cinq scientifiques nucléaires russes, s'est produite jeudi dernier près de la ville de Severodvinsk. Le ministère de la Défense avait déclaré qu'aucune substance toxique n'avait été libérée dans l'atmosphère mais les services météorologiques ont observé des radiations 4 à 16 fois supérieures à la normale. L'ONG Greenpeace affirme qu'elles ont été 20 fois supérieures à la normale. Des experts américains pensent que l'accident s'est produit lors d'un tir d'essai du missile expérimental à propulsion nucléaire Bourevestnik (Skyfall dans la classification de l'Otan).

Les normes européennes d'émission, dites normes Euro sont des règlements de l'Union européenne qui fixent les limites maximales de rejets polluants pour les véhicules roulants. Il s'agit d'un ensemble de normes de plus en plus strictes s'appliquant aux véhicules neufs.

Les constructeurs comptent sur la France et l’Allemagne pour revoir cet objectif à la baisse. Dans les travées du Mondial de l’auto, à Paris, les constructeurs ont reçu une nouvelle difficile à avaler à l’heure du déjeuner : le résultat du vote organisé mercredi 3 octobre au Parlement européen.

En juin déjà, 17 constructeurs avaient demandé au président Trump de ne pas revenir sur toute une série de normes. Ils estiment que d'autres États s'apprêtent à faire cause commune avec l'État de Californie, notamment celui de New York, la Pennsylvanie ou encore le Massachusetts. Impossible dès lors de proposer deux typologies d'automobiles sans impacter les chaines industrielles, autant s'aligner sur le plus-disant en matière de normes.

« Nous sommes tous d'accord sur le fait qu'un cadre garantissant une solution nationale est la meilleure voie d'avenir », ont déclaré, en juillet, les quatre constructeurs à l'origine de cette initiative dans un communiqué.

Quelques aménagements à la loi Obama

L'accord prévu avec l'État de Californie reprend les objectifs du plan climatique de Barack Obama et qui prévoit un objectif de consommation équivalant à 4,7 litres par 100 kilomètres à horizon 2025. En réalité, l'accord passé avec le Golden State a permis d'alléger quelques contraintes. Ainsi, les constructeurs gagnent une année, et surtout, ils obtiennent une flexibilité dans les objectifs annuels puisque, désormais, ils devront réduire leurs émissions de CO2 de 3,7% par an, contre 4,7% dans le texte adopté sous la précédente administration fédérale.

Taux: Trump accable Powell (Fed) avant son discours crucial pour les marchés demain à Jackson Hole

Taux: Trump accable Powell (Fed) avant son discours crucial pour les marchés demain à Jackson Hole Le président de la Fed s'exprime vendredi à 14H00 GMT pour la première fois depuis la baisse des taux de fin juillet, devant le gotha des banquiers centraux et des économistes traditionnellement réunis chaque année dans la prestigieuse station de montagne du Wyoming. Les marchés, qui attendent la confirmation de leurs anticipations sur des baisses de taux, se sont encore montrés nerveux jeudi. Pour la 3e fois en huit jours, la courbe des taux d'intérêt sur les bons du Trésor américain s'est inversée, un signe souvent vu comme préfigurant une récession dans les 12 à 18 mois.

L'objectif des constructeurs , qui représentent environ 30% des ventes de véhicules neufs aux États-Unis, est d'avoir de la visibilité sur plusieurs années pour les normes CO 2 sur le marché américain, alors qu'une bataille judiciaire se profile entre le gouvernement Trump et les États, comme la

En déplacement à Ypsilanti, au Michigan, Donald Trump a donné aux constructeurs automobiles américains exactement ce qu’ils souhaitaient: le retrait des dernières normes anti-pollution afin de permettre la Pour le président américain, c’est une stricte mise en application de son programme.

Donald Trump de son côté enrage! Il a mis tout son poids dans la balance pour en finir avec la réglementation Obama. Et il tente désormais d'interdire à la Californie le droit d'avoir sa propre norme. Mercredi soir, il a ressorti son arme favorite, Twitter, pour critiquer les constructeurs automobiles.

« Henry Ford serait très déçu s'il voyait ses descendants vouloir construire une voiture beaucoup plus chère, beaucoup moins sûre et moins efficace, parce que leurs dirigeants ne veulent pas se battre contre les régulateurs californiens », a-t-il écrit.

Il estime que la fin de ces normes baisserait le coût par voiture d'environ 3.000 dollars, tout en améliorant, selon lui, leur sécurité. Il a également jugé que ses mesures auraient "très peu d'impact sur l'environnement", avant de traiter les constructeurs "d'insensés".

Un enjeu international

De son côté Gavin Newsom, le gouverneur démocrate de Californie, a interpellé tous les protagonistes:

« J'appelle le reste de l'industrie automobile à nous rejoindre, et l'administration Trump à adopter ce compromis pragmatique au lieu de leur projet régressif de changement de réglementation. »

En réalité, l'enjeu des constructeurs automobiles américains dépassent largement les frontières californiennes, voire américaines puisque, partout dans le monde, ils sont soumis à des objectifs CO2 extrêmement contraignants. Que ce soit en Europe, ou en Chine, partout les marchés ont largement sévi. Au point que le marché américain risque de prendre du retard et ainsi perdre un avantage compétitif sur un sujet aussi majeur que l'environnement, et dont le resserrement réglementaire à terme semble absolument inéluctable...

Après le Rafale, l'Eurofighter jette l'éponge à son tour au Canada.
Le Canada s'oriente de plus en plus vers l'achat de F-35 pourtant mis hors-jeu par le Premier ministre Justin Trudeau à son arrivée au pouvoir. Après le Rafale, l'Eurofighter n'a pas souhaité déposer une offre pour la fourniture de 88 avions de combat à l'Armée de l'air royale canadienne (RCAF). Prochainement, du 6 au 8 septembre 2019, cet avion sera la vedette du show aérien de Gatineau-Ottawa. En outre, Boeing pourrait être logiquement plombé par le bras de fer qu'il a eu en 2017 avec le gouvernement Trudeau.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!