Entreprise: Comment s’opère la valorisation énergétique de nos déchets ? - à Guelph fait du carburant "Retour vers le futur" une réalité - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Comment s’opère la valorisation énergétique de nos déchets ?

13:05  27 septembre  2019
13:05  27 septembre  2019 Source:   latribune.fr

Pollution de l'air: le marché séduit Veolia et Suez

Pollution de l'air: le marché séduit Veolia et Suez Problème majeur de santé publique, la pollution de l'air est aussi un marché estimé à 102 milliards de dollars au niveau mondial. Les spécialistes français de l'eau et des déchets l'investissent, en misant sur des synergies avec leurs métiers traditionnels.

La valorisation ou revalorisation des déchets est un ensemble de procédés par lesquels on transforme un déchet matériel en un autre produit, matériel ou énergétique . Dans ce deuxième cas, on parle de valorisation énergétique .

Dans la ville de demain, les plateformes énergétiques se multiplient à l'échelle locale, pour mettre en œuvre des cycles de flux au plus proche des besoins

  Comment s’opère la valorisation énergétique de nos déchets ? © Fournis par La Tribune Nouvelle

Quand la Loi de transition énergétique pour la croissance verte (TECV) prévoit une réduction de 50% de la mise en décharge des déchets à l'horizon 2025 et une diminution massive du nombre de sites d'enfouissement, la question de la valorisation du contenu non-triable et recyclable de nos poubelles prend tout son sens. Se débarrasser de nos déchets n'est donc plus concevable sans penser leur transformation. Grâce à leur valorisation énergétique par les procédés d'incinération, de gazéification ou de méthanisation, les ordures ménagères peuvent être transformées en chaleur, en électricité ou en biogaz, et devenir ainsi de nouvelles sources de production d'énergie.

Économie circulaire: au Sénat, le projet de loi déçoit

Économie circulaire: au Sénat, le projet de loi déçoit La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, qui l'a examiné mardi 17 septembre, dénonce un texte flou et ne permettant pas de réduire la production de déchets. Elle se montre particulièrement critique sur la consigne.

Exploitation du relief local Veolia a développé de multiples solutions pour la production d’énergie verte en mettant à profit le relief de certaines villes en installant des Méthanisation. Cogénération. Valorisation énergétique des boues. Récupération de calories dans les eaux usées en réseaux.

La valorisation énergétique regroupe l’ensemble des opérations subies par un rebut pour être rendu de nouveau utile - Tout sur Ooreka.fr. La valorisation des déchets s'appelle également revalorisation (« cycling » en anglais). Elle désigne l'ensemble des opérations effectuées sur un objet

Une solution de dernier recours

Selon la Fédération Nationale des activités de Dépollution de l'Environnement (Fnade), la valorisation énergétique permet d'utiliser les déchets qui n'ont pu être ni recyclés, ni valorisés sous forme de matière. Il s'agit donc bien d'une solution de dernier recours, lorsqu'aucun des procédés occupant une position plus élevée dans la hiérarchie de gestion des déchets (prévention, réemploi, réparation, recyclage) n'est possible. Leur réduction reste donc le premier pas vers une gestion plus responsable et se révèle indissociable de nos modes de consommation. Comme le mentionne Jean-Christophe Pouet, chef du service bioressources au sein de l'ADEME, l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie, « si nous voulons arriver à cette diminution de 50% des centres d'enfouissement, nous devons consommer mieux, moins, apprendre à ne pas jeter systématiquement, réparer, réutiliser, recycler et valoriser. Il est important que le consommateur maximise le recyclage et que la valorisation sous forme d'énergie n'arrive qu'en dernier recours. »

Territoires à énergie positive : quel bilan ?

  Territoires à énergie positive : quel bilan ? Les prochaines Rencontres nationales des Territoires à énergie positive ont lieu de mercredi à vendredi à Clamecy, dans la Nièvre. L’occasion de dresser un bilan sur la situation actuelle : qu’en est-il aujourd’hui des premiers projets ? Les territoires à énergie positive ont-ils su respecter les contraintes qu’ils s’étaient imposées ? Quel avenir pour les Tepos ?Parmi les initiatives très concrètes nées de la loi de Transition énergétique, on trouve des projets très avancés, à l'image d'Ener'GES en Bretagne et de l'OREGES en Auvergne-Rhône-Alpes : deux propositions de valeur désireuses de définir des profils énergie-climat pour les territoires intercommunaux.

De la collecte des déchets , jusqu’à l’approvisionnement en électricité et en chauffage, la valorisation énergétique des déchets expliquées en 2’50’’.

É'cogito te présente le fonctionnement du Centre de Valorisation Énergétique des Déchets ménagers situé à Vitré.

Lire aussi : Cinq chiffres sur les déchets urbains renouvelables

Des procédés mitigés

La chaleur, l'électricité ou le biogaz que permettent de générer les procédés de valorisation énergétique ne sont malheureusement pas toutes des solutions propres. Seule la méthanisation, processus qui vise à transformer les matières organiques en méthane et gaz carbonique, peut se targuer de cette qualité. Elle est à ce titre la solution la plus plébiscitée, ayant même un impact positif sur l'environnement, son digestat obtenu en fin de processus pouvant retourner à la terre au même titre que le compost.

L'incinération, coûteuse et polluante

Beaucoup moins propre, car polluante, l'incinération, dont la combustion produite génère de l'énergie récupérable sous forme de chaleur ou d'électricité, se révèle en plus être très coûteuse (plusieurs dizaines, voire centaines de millions d'euros qui engagent financièrement les collectivités sur plusieurs années). Les déchets qui y sont brûlés laissent en effet des traces : pour une tonne de déchets brulés ce ne sont pas moins de 230kg de déchets solides toxiques à traiter qui sont générés et plusieurs milliers de mètres cubes de rejets gazeux polluants émis.

Rénovation énergétique : les plus riches, grands perdants de la refonte des aides

  Rénovation énergétique : les plus riches, grands perdants de la refonte des aides Le gouvernement a tranché : au 1er janvier 2020, les ménages les plus aisés ne pourront pas bénéficier de la prime qui se substitue au crédit d'impôt sur la transition énergétique (CITE). Dans le même temps, l'exécutif se dit prêt à accepter des propositions lors de l'examen du projet de loi de finances au Parlement.A deux jours de la présentation du projet de loi de finances (PLF) en Conseil des ministres, l'exécutif a en effet acté la transformation du crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) en prime. Cela s'accompagne d'une baisse du budget dédié, qui sera de 800 millions d'euros en 2020 contre 900 millions l'an dernier.

Du fait de son potentiel énergétique , le biogaz est également valorisé au titre de : production de chaleur ou de vapeur ; production d’électricité ; cogénération Veolia est l'interlocuteur quotidien des particuliers pour l'évacuation et la valorisation de leurs déchets . A découvrir : nos solutions en ligne !

Spécialiste international du traitement et de la valorisation énergétique des déchets , CNIM accompagne les collectivités locales, les délégataires de services publics et les exploitants. Ses équipes conçoivent, construisent et exploitent des usines clés en main pour traiter les déchets

Les décharges, réservées uniquement aux déchets ultimes

De leur côté, les centres de stockage de déchets (décharges) produisent naturellement du biogaz sous l'effet de leur décomposition en anaérobie (sans air). Si le captage et la récupération de ce biogaz permet de limiter l'impact environnemental de la décharge au niveau des rejets toxiques, ils ont aussi des incidences néfastes sur l'environnement. Au-delà du méthane et du CO2 émis, leur décomposition entraîne des jus pollués qui risquent de s'infiltrer dans le sol et atteindre les nappes phréatiques au fil du temps, avec des effets potentiellement cancérigènes. Depuis 2002, ces installations ne sont d'ailleurs réservées qu'à l'accueil des déchets dits ultimes, soit, des ordures ménagères ne pouvant être ni recyclées, ni récupérées, ni valorisées.

De gros efforts à déployer

Chaque année en France, un habitant produit en moyenne 354 kg d'ordures ménagères. Un chiffre qui passe à 13,8 tonnes si l'on prend en compte les déchets professionnels (BTP, industrie, agriculture, activités de soin). Le traitement de ces déchets se faisant pour 30% par incinération, 36% par mise en décharges, 20% par le biais du recyclage, et 14% par la gestion biologique (compostage/ méthanisation des déchets organiques. Si l'ambition de la France est de réduire de moitié le nombre de ses sites d'enfouissement d'ici 2025, (230 actuellement) cela signifie que le pourcentage des déchets qui y sont traités doit passer de 30% à 15%. On ne sera alors plus très loin de l'objectif de la Commission européenne qui vise seulement les 10% de déchets enfouis.

O’Sol déploie l’énergie du soleil sur terre et dans l’espace .
Un pied dans l’espace et l’autre sur la terre, la start-up cannoise s’est inspirée des mouvements d’orientation naturels du tournesol pour donner vie à Kino, son générateur solaire mobile, déployable et intelligent.Conçu en 2016 comme une solution « tout en un », proposant un batterie intelligente mobile sur laquelle venaient automatiquement se greffer des panneaux photovoltaïques, Kito, c'est son nom, a été repensé en cours de parcours par ses fondateurs. « Nous nous sommes rendu compte que les besoins énergétiques sur le terrain sont variables.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 0
C'est intéressant!