•   
  •   

Entreprise Le sable, une ressource essentielle en voie de disparition

07:25  28 septembre  2019
07:25  28 septembre  2019 Source:   latribune.fr

Pourquoi on va bientôt remarcher sur la Lune

  Pourquoi on va bientôt remarcher sur la Lune La découverte de glace en grande quantité aux pôles lunaires stimule le projet d'une nouvelle économie autour de notre satellite. Et attise les convoitises dans le monde entier, publiques et privées.La mission vise à réaliser diverses expériences scientifiques sur place, dans le cadre d'un programme de recherche de la Nasa dont l'objectif est d'établir une colonie humaine sur notre satellite. À l'heure où l'on célèbre les cinquante ans de la mission Apollo, la Lune fait de nouveau rêver l'humanité. La Nasa s'est fixé l'ambitieux objectif d'y renvoyer des hommes d'ici à 2024, tandis que l'agence spatiale chinoise souhaite faire alunir ses taïkonautes pour 2030.

  Le sable, une ressource essentielle en voie de disparition © Fournis par La Tribune Nouvelle

De Bombay à la Bretagne en passant par Dubaï, Tanger ou les Maldives, cette passionnante enquête écologique dévoile une urgence planétaire : la menace qui pèse sur le sable, ressource vitale dont le pillage s'accélère pour les besoins de la construction en béton. Avec pour conséquence principale l'érosion des littoraux.

On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques... Ce sable que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts s'est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien. L'industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l'or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières. Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable catastrophe écologique.

Boursorama accentue le gratuit pour distancer les néobanques

  Boursorama accentue le gratuit pour distancer les néobanques La filiale de Société Générale a accéléré sa conquête de clients, dépassant le cap des 2 millions avec un an d'avance, notamment grâce à nouvelle carte bancaire gratuite même pour les opérations à l'étranger. Une stratégie payante sur le plan commercial mais coûteuse en rentabilité pour la "banque la moins chère" qui vise les 3 millions de clients en 2021.Cette poussée est liée notamment au succès de sa nouvelle carte bancaire appelée Ultim, complètement gratuite, y compris pour les paiements et retraits à l'étranger, sans condition de ressource, à la seule réserve d'une opération par mois (sinon, elle est facturée 15 euros par mois). Boursorama indique que cette carte « a déjà séduit plus de 125.

Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l'équilibre des écosystèmes marins. Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d'étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable. Disparition des poissons, impact aggravé de l'érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires ... : face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la "ruée vers le sable" s'est accélérée, sous l'égide d'entreprises multinationales et de mafias locales.

Et si finalement la PME Photonis était vendue à une entreprise française

  Et si finalement la PME Photonis était vendue à une entreprise française Le ministère des Armées a demandé à Thales et Safran de regarder le dossier Photonis mis en vente par le fonds Ardian.Les cabinets du ministère des Armées puis de Bercy, notamment la Direction générale des entreprises (DGE), qui s'est émue de la situation de Photonis, se sont également penchés sur le dossier ces derniers jours. Tout comme Bpifrance prêt semble-t-il à jouer les chevaliers blancs. Enfin, la toute nouvelle agence d'innovation de défense (AID) souhaite regarder ce dossier. Mais la direction générale de l'armement (DGA) n'a pas l'intention de lâcher ce dossier qu'elle veut garder sous son contrôle.

Marchands de sable

Par le biais d'une investigation méticuleuse, Denis Delestrac parvient à montrer une réalité connue alors uniquement des scientifiques et des défenseurs de l'environnement, mais aussi des professionnels des travaux publics - dont les explications accompagnent de saisissantes séquences tournées dans le monde entier. Ici, ce sont les "petites mains" des trafiquants de sable qui prélèvent leur butin, au vu et au su de tous, sur les plages de Tanger ou en plongeant dans l'eau transparente des Maldives, tandis que des marchands de sable réunis en congrès spéculent sur les juteux profits qu'ils vont engranger grâce à une ressource qui appartient à tous.

Là, c'est l'État de Floride, qui, à grand renfort de dragueuses offshore et de bulldozers, renfloue ses plages en voie de disparition, contribuant ainsi à déséquilibrer davantage l'écosystème maritime qui a fait sa renommée touristique. De leur côté, les élus et la population des Côtes-d'Armor, en Bretagne, se mobilisent contre un nouveau projet de dragage. Une exception. S'il n'est pas trop tard pour agir, plaident les chercheurs et les militants écologistes, l'opinion publique, dont le soutien est indispensable pour infléchir la tendance, reste, en grande partie, largement inconsciente du phénomène.

Documentaire de Denis Delestrac (France, 2013, 74min)

Bitcoin Bulls se rassure sur Twitter pour se rassurer après Crypto Crash .
(Bloomberg) - Alors que les prix du Bitcoin ont plongé cette semaine, les évangélistes de la crypto ont rapidement consulté Twitter pour apaiser les nerfs effilochés et expliquer pourquoi la baisse n'est rien à craindre . La rapidité des baisses en a surpris beaucoup et des dizaines de tweets ont été rapidement envoyés pour soutenir le marché naissant et très volatil. Il n'y a aucune raison de paniquer, ont-ils dit. Achetez maintenant et voyez-le passer à 50 000 $, ont-ils déclaré.

Thématique de la vidéo:

usr: 2
C'est intéressant!