Entreprise: Stress tests : la BCE inquiète des risques de liquidités des banques de la zone euro - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Stress tests : la BCE inquiète des risques de liquidités des banques de la zone euro

07:50  08 octobre  2019
07:50  08 octobre  2019 Source:   latribune.fr

La France a le 2ème stock de créances douteuses en zone euro, faut-il s’en inquiéter ?

  La France a le 2ème stock de créances douteuses en zone euro, faut-il s’en inquiéter ? Les banques françaises ont en cumulé 124 milliards d’euros de « prêts non-performants », un peu moins que les italiennes mais quatre fois plus que les allemandes. Cependant, rapporté au total de leurs encours de crédit, leur taux de créances douteuses est meilleur que la moyenne européenne. Sous la pression réglementaire, les groupes français pourraient se mettre à se délester de portefeuilles de prêts au recouvrement incertain, comme d'autresQui sont les banques les plus exposées à ces créances douteuses ? Le cabinet Deloitte apporte une série de réponses dans une étude intitulée « Deleveraging Europe : Focus on France » publiée ce lundi 21 octobre.

La zone euro , parfois appelée eurozone, est une zone monétaire qui regroupe les États membres de l 'Union européenne qui ont adopté l' euro ( EUR , €) comme monnaie ; sur les vingt-huit États membres de l 'UE, dix-neuf utilisent l' euro .

Enfin, les banques de la zone euro sont sujettes à un taux négatif de 0,4 % sur leurs excédents de liquidités , qui leur a coûté 7 milliards d' euros l'an La politique de la BCE comporte des risques indéniables, à commencer par un excès de liquidités qui menace d'alimenter des bulles (immobilier

La dégradation de la position nette de liquidité des banques (en pourcentage du total des actifs, sur l'axe des ordonnées) fait apparaître une période de survie médiane de 6 mois (176 jours) en cas de choc adverse (courbe orange) et de 4 mois (122 jours) en cas de choc extrême (en rouge). En bleu, la courbe du scénario de base, sans choc. © Fournis par La Tribune Nouvelle La dégradation de la position nette de liquidité des banques (en pourcentage du total des actifs, sur l'axe des ordonnées) fait apparaître une période de survie médiane de 6 mois (176 jours) en cas de choc adverse (courbe orange) et de 4 mois (122 jours) en cas de choc extrême (en rouge). En bleu, la courbe du scénario de base, sans choc.

Des résultats « globalement positifs ». La Banque centrale européenne (BCE) a ainsi qualifié les conclusions des tests de résistance des banques de la zone euro en cas de choc, qu'elle a publiées ce lundi 7 octobre. Ces tests simulant un scénario noir ont porté sur 103 banques des 19 pays ayant adopté la monnaie unique.

Taux bas, paiement à l’usage, transition écologique : le crédit conso se réinvente

  Taux bas, paiement à l’usage, transition écologique : le crédit conso se réinvente L’évolution des usages vers la location (auto, électronique), les nouveaux modes de mobilité et le contexte économique poussent les acteurs du crédit personnel à adapter leurs offres. Des tendances au cœur du nouveau plan stratégique de Crédit Agricole Consumer Finance, un des leaders en Europe.La croissance du crédit conso en France et en zone euro « se maintient à un rythme soutenu » souligne la Banque de France dans une note statistique du 27 septembre : les crédits aux ménages sont en progression annuelle de 5,4% à fin juin dans l'Hexagone et de 6,2% en zone euro.

Le stress test est une simulation de ce qui adviendrait en cas de problèmes importants. Au total, 25 banques de la zone euro n’ont pas réussi à cet examen sans précédent visant à restaurer la L’existence de banques systémique n’est plus acceptable. Face à ce risque , il est inutile de chercher

Les tests de résistance réalisés par la BCE sur 103 banques mettent ainsi au jour certaines faiblesses du système bancaire de la zone euro : ils montrent entre autres que quatre banques ne pourraient pas poursuivre leurs activités plus de six mois si elles perdaient tout accès aux marchés de financement

« Selon les résultats du test de résistance prudentiel de 2019, la situation de liquidité de la grande majorité des banques soumises à la surveillance prudentielle directe de la Banque centrale européenne (BCE) est globalement confortable, en dépit de certaines vulnérabilités nécessitant une attention prolongée », résume le superviseur dans un communiqué.

Dans le détail, « près de la moitié des 103 banques [51 précisément, NDLR] ayant participé à l'exercice ont déclaré une "période de survie" de plus de six mois en cas de choc défavorable et de plus de quatre mois en cas de choc extrême. »

Cette période de survie correspond au nombre de jours pendant lesquels une banque « peut continuer à exercer ses activités avec la trésorerie et les garanties dont elle dispose, sans accès aux marchés de financement. » Les banques doivent détenir une réserve suffisante d'actifs liquides de haute qualité pour une durée de 30 jours calendaires.

Plafonnement des frais bancaires: le régulateur enjoint les banques de mieux faire

  Plafonnement des frais bancaires: le régulateur enjoint les banques de mieux faire Le gouverneur de la Banque de France demande aux établissements de mieux identifier les clients fragiles pouvant bénéficier de frais d'incidents restreints.La Banque de France, dont le gouverneur, François Villeroy de Galhau, préside l'OIB, a décidé d'accentuer la pression sur les établissements qui n'appliqueraient pas de façon claire les engagements de plafonnement des frais pour les clients en difficulté pris en septembre dernier à Bercy devant Bruno Le Maire (20 euros par mois et 200 euros par an) puis en décembre à l'Elysée (25 euros par mois pour les clients fragiles, même ceux n'ayant pas souscrit une "offre spécifique" de services bancaires de base à 3 euros par

Les risques sont toujours les mêmes. 1/ Ralentissement mondial d’une croissance qui n’a jamais été fameuse et avant tout basée sur encore plus de dettes… La BCE va donc lancer un nouveau « TLTRO » pour alimenter le système bancaire européen en liquidités de la manière la plus généreuse

En plus de leurs traditionnelles activités de détail (distribution de crédits, récolte des dépôts et gestion des supports de transactions), les banques privées sont La crise financière fragilise le secteur bancaire de la zone euro qui peut être enclin à réduire ses expositions aux risques , ce qui pourrait

« Les longues périodes de survie dans le cas des chocs graves prévus par l'exercice laisseraient beaucoup de temps aux banques pour mettre en place leurs plans de financement de secours », tempère la BCE.

Des vulnérabilités

Le superviseur bancaire européen souligne dans son rapport détaillé que « 90% des banques rapportent une période de survie supérieure à deux mois, même en cas de choc extrême. Seules 11 banques sont à moins de deux mois » dans ce scénario extrême, où 26 banques maintiennent une période de survie de 6 mois. Les impacts  seraient « plus sévères » sur la position nette de liquidités des « banques universelles et des banques d'importance systémique mondiale » - qui font pourtant valoir qu'elles sont plus solides - « car elles dépendent habituellement de sources de financement moins stables, comme les dépôts de montants élevés et les dépôts des entreprises », relève la BCE. Les banques de détail "pures" ont quant à elles l'avantage de la stabilité des dépôts des particuliers.

Près de Rouen, une autre usine chimique classée Seveso "mise à l'arrêt"

  Près de Rouen, une autre usine chimique classée Seveso Cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, le site Borealis de Grand-Quevilly, situé dans la zone portuaire de Rouen, spécialisé dans la production de fertilisants pour l'agriculture, a été mis à l'arrêt depuis 7h45 ce matin. À nouveau, la confusion semble régner dans la communication de crise, la CGT accusant la direction de minorer l'incident."L'usine Borealis (production d'engrais) (...) a déclenché son POI (Plan d'Organisation Interne) à la suite d'une perte d'alimentation électrique qui nécessite sa mise à l'arrêt pour mise en sécurité de l'installation", a indiqué la préfecture dans un communiqué, cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen.

Les tests de résistance réalisés par la BCE sur 103 banques mettent ainsi au jour certaines faiblesses du système bancaire de la zone euro : ils montrent entre autres que quatre banques ne pourraient pas poursuivre leurs activités plus de six mois si elles perdaient tout accès aux marchés de financement

des opérations principales de refinancement permettent de fournir de la liquidité aux banques . Conçus par l'Autorité bancaire européenne (EBA), ces " stress tests " ont été réalisés pendant un an auprès de 130 banques de la zone euro pour mesurer les risques et leur capacité à résister à

Le superviseur pointe d'ailleurs certaines vulnérabilités, notamment celles des banques qui ont recours au financement interbancaire à court terme libellé en devises et celles « excessivement dépendantes du bon fonctionnement du marché des swaps de change » (produits dérivés qui peuvent poser un risque de contrepartie). La BCE estime également que les banques « sous-estiment parfois l'incidence négative sur la liquidité que pourrait avoir un abaissement de la notation de crédit. »

Les résultats de ces tests vont être débattus avec chaque banque dans le cadre de leur supervision. Sans influencer directement les exigences prudentielles en matière de fonds propres nécessaires, ils peuvent cependant étayer l'évaluation des risques de liquidité des établissements.

Dans sa cartographie des risques 2020 auxquels le système bancaire de la zone euro est exposé, également publiée ce lundi, la BCE range parmi les trois principaux facteurs « les défis d'ordre économique et politique et la soutenabilité de la dette », la pérennité des modèles économiques des banques, dans une période de taux bas prolongée, et les cyberattaques et autres carences informatiques. Les autres risques sont le taux encore élevé de créances douteuses (587 milliards d'euros soit un ratio moyen de 3,7%), en baisse mais encore supérieur aux niveaux d'avant la crise et à celui des grandes économies industrialisées, mais aussi les conditions d'octroi de prêts, notamment immobiliers, de plus en plus souples.

Certains Boeing 737 NG vont être inspectés pour risques de fissures .
L'autorité de l'aviation civile américaine (FAA) va demander aux exploitants du 737 NG de procéder à des inspections de leurs appareils, après que Boeing ait constaté des fissures sur un appareil qu'il modifiait.L'avionneur américain a notifié ce problème à la FAA après "avoir découvert des fissures alors qu'il effectuait des modifications sur un appareil très utilisé", a déclaré la FAA, précisant que les inspections ultérieures avaient révélé des "fissures similaires dans un petit nombre d'avions supplémentaires". Boeing a déclaré vendredi avoir été en contact avec les exploitants des 737 NG à ce sujet et qu'aucun problème de service n'avait été signalé.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 15
C'est intéressant!