•   
  •   

Entreprise Stress tests : la BCE inquiète des risques de liquidités des banques de la zone euro

07:50  08 octobre  2019
07:50  08 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Pour la Soc Gen, “les banques ont un rôle clé à jouer dans le développement durable”

  Pour la Soc Gen, “les banques ont un rôle clé à jouer dans le développement durable” À l'occasion de l'assemblée générale des Nations Unies, 130 banques dans le monde se sont engagées pour un secteur bancaire responsable en adhérant à six grands principes relatifs aux objectifs de développement durable de l’ONU, à l’inclusion bancaire, à la responsabilité employeur ou encore à la lutte contre le réchauffement climatique. Membre fondateur de cette initiative, le groupe Société Générale annonce débloquer 120 milliards d’eurosDans les détails, le premier principe est celui de l'alignement des pratiques commerciales avec les ODD définis par l'ONU. Le deuxième principe est la fixation d'objectifs en matière d'impacts positifs et de réduction des impacts négatifs.

Enfin, les banques de la zone euro sont sujettes à un taux négatif de 0,4 % sur leurs excédents de liquidités , qui leur a coûté 7 milliards d' euros l'an La politique de la BCE comporte des risques indéniables, à commencer par un excès de liquidités qui menace d'alimenter des bulles (immobilier.

Cette recommandation du superviseur des grandes banques de la zone euro concerne les dividendes dus pour les années 2019 et 2020, et doit Le superviseur au sein de la BCE rappelle qu'il a pris courant mars des mesures d'allègement temporaires concernant les exigences en capitaux propres

La dégradation de la position nette de liquidité des banques (en pourcentage du total des actifs, sur l'axe des ordonnées) fait apparaître une période de survie médiane de 6 mois (176 jours) en cas de choc adverse (courbe orange) et de 4 mois (122 jours) en cas de choc extrême (en rouge). En bleu, la courbe du scénario de base, sans choc. © Fournis par La Tribune Nouvelle La dégradation de la position nette de liquidité des banques (en pourcentage du total des actifs, sur l'axe des ordonnées) fait apparaître une période de survie médiane de 6 mois (176 jours) en cas de choc adverse (courbe orange) et de 4 mois (122 jours) en cas de choc extrême (en rouge). En bleu, la courbe du scénario de base, sans choc.

Des résultats « globalement positifs ». La Banque centrale européenne (BCE) a ainsi qualifié les conclusions des tests de résistance des banques de la zone euro en cas de choc, qu'elle a publiées ce lundi 7 octobre. Ces tests simulant un scénario noir ont porté sur 103 banques des 19 pays ayant adopté la monnaie unique.

Près de Rouen, une autre usine chimique classée Seveso "mise à l'arrêt"

  Près de Rouen, une autre usine chimique classée Seveso Cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen, le site Borealis de Grand-Quevilly, situé dans la zone portuaire de Rouen, spécialisé dans la production de fertilisants pour l'agriculture, a été mis à l'arrêt depuis 7h45 ce matin. À nouveau, la confusion semble régner dans la communication de crise, la CGT accusant la direction de minorer l'incident."L'usine Borealis (production d'engrais) (...) a déclenché son POI (Plan d'Organisation Interne) à la suite d'une perte d'alimentation électrique qui nécessite sa mise à l'arrêt pour mise en sécurité de l'installation", a indiqué la préfecture dans un communiqué, cinq jours après l'accident de l'usine chimique Lubrizol à Rouen.

Le stress test est une simulation de ce qui adviendrait en cas de problèmes importants. Au total, 25 banques de la zone euro n’ont pas réussi à cet examen sans précédent visant à restaurer la L’existence de banques systémique n’est plus acceptable. Face à ce risque , il est inutile de chercher

La BCE gère la politique monétaire de la zone euro et son objectif principal est de maintenir la stabilité des prix, préservant ainsi la valeur de la monnaie unique. Avant d'assurer cette nouvelle supervision bancaire, la Banque centrale européenne a décidé de lancer en octobre 2013 des tests de résistance.

« Selon les résultats du test de résistance prudentiel de 2019, la situation de liquidité de la grande majorité des banques soumises à la surveillance prudentielle directe de la Banque centrale européenne (BCE) est globalement confortable, en dépit de certaines vulnérabilités nécessitant une attention prolongée », résume le superviseur dans un communiqué.

Dans le détail, « près de la moitié des 103 banques [51 précisément, NDLR] ayant participé à l'exercice ont déclaré une "période de survie" de plus de six mois en cas de choc défavorable et de plus de quatre mois en cas de choc extrême. »

Cette période de survie correspond au nombre de jours pendant lesquels une banque « peut continuer à exercer ses activités avec la trésorerie et les garanties dont elle dispose, sans accès aux marchés de financement. » Les banques doivent détenir une réserve suffisante d'actifs liquides de haute qualité pour une durée de 30 jours calendaires.

Baisse du Livret A à 0,50% en février 2020 : Bruno Le Maire défend le choix du gouvernement

  Baisse du Livret A à 0,50% en février 2020 : Bruno Le Maire défend le choix du gouvernement Le ministre de l'Economie et des Finances a justifié l'adaptation nécessaire du taux de rémunération du placement préféré des Français, qui diminuera de 0,75% à 0,50% en février prochain, lors d'un colloque sur l'épargne utile organisé par la Caisse des dépôts ce mercredi."L'épargne réglementée est un modèle vertueux à beaucoup d'égards, mais il est mis sous pression par l'environnement de taux bas, probablement durable. Rémunérer le Livret A à 0,75% quand le placement sans risque, l'OAT à 10 ans [l'emprunt d'Etat] est à -0,3%, coûte donc 30 centimes, est un défi. L'application de la nouvelle formule de calcul du taux dès février 2020, avec un taux plancher de 0,50%, est bienvenue.

Les tests de résistance réalisés par la BCE sur 103 banques mettent ainsi au jour certaines faiblesses du système bancaire de la zone euro : ils montrent entre autres que quatre banques ne pourraient pas poursuivre leurs activités plus de six mois si elles perdaient tout accès aux marchés de financement

La BCE a, de son côté, déclaré qu'elle continuerait à alimenter le secteur bancaire grec, mena… • En France, le Premier ministre Manuel Valls a promis un vote de l 'Assemblée nationale en cas d'accord au sommet de la zone euro prévu dimanche pour trouver une solution concertée entre Athènes et ses

« Les longues périodes de survie dans le cas des chocs graves prévus par l'exercice laisseraient beaucoup de temps aux banques pour mettre en place leurs plans de financement de secours », tempère la BCE.

Des vulnérabilités

Le superviseur bancaire européen souligne dans son rapport détaillé que « 90% des banques rapportent une période de survie supérieure à deux mois, même en cas de choc extrême. Seules 11 banques sont à moins de deux mois » dans ce scénario extrême, où 26 banques maintiennent une période de survie de 6 mois. Les impacts  seraient « plus sévères » sur la position nette de liquidités des « banques universelles et des banques d'importance systémique mondiale » - qui font pourtant valoir qu'elles sont plus solides - « car elles dépendent habituellement de sources de financement moins stables, comme les dépôts de montants élevés et les dépôts des entreprises », relève la BCE. Les banques de détail "pures" ont quant à elles l'avantage de la stabilité des dépôts des particuliers.

Les assureurs : aimés des Français, mais (trop) absents de leur quotidien

  Les assureurs : aimés des Français, mais (trop) absents de leur quotidien Si les Français manifestent une grande confiance à l’égard des assureurs, ces derniers ne sont pas exempts de certaines menaces. Notamment celle venue des banques qui mettent le turbo dans l’assurance dommage. Pour tirer leur épingle du jeu, ils doivent capter de la donnée et miser sur des partenariats avec des startups.D'après cette enquête* réalisée auprès de 3.000 assurés de 25 ans et plus, 78% des Français ont confiance dans leur assureur principal, c'est-à-dire l'assureur chez qui ils détiennent le plus grand nombre de contrats, que ce soit une compagnie d'assurance, un mutualiste ou un bancassureur.

Les résultats de ces tests , les plus stricts conduits par l’EBA depuis la mise en place de cet exercice en 2009, permettront aux contrôleurs bancaires d’imposer aux établissements certaines améliorations. La BCE , superviseur bancaire en zone euro , a déclaré qu’elle s’en servirait pour fixer pour chaque

d’acheter les dettes de tous les pays selon des pondérations correspondant à leur poids dans le capital de la BCE . Mais de nombreuses voix se sont élevées pour proposer une autre solution : la mutualisation des déficits publics supplémentaires mis en place par les pays de la zone euro , qui

Le superviseur pointe d'ailleurs certaines vulnérabilités, notamment celles des banques qui ont recours au financement interbancaire à court terme libellé en devises et celles « excessivement dépendantes du bon fonctionnement du marché des swaps de change » (produits dérivés qui peuvent poser un risque de contrepartie). La BCE estime également que les banques « sous-estiment parfois l'incidence négative sur la liquidité que pourrait avoir un abaissement de la notation de crédit. »

Les résultats de ces tests vont être débattus avec chaque banque dans le cadre de leur supervision. Sans influencer directement les exigences prudentielles en matière de fonds propres nécessaires, ils peuvent cependant étayer l'évaluation des risques de liquidité des établissements.

Dans sa cartographie des risques 2020 auxquels le système bancaire de la zone euro est exposé, également publiée ce lundi, la BCE range parmi les trois principaux facteurs « les défis d'ordre économique et politique et la soutenabilité de la dette », la pérennité des modèles économiques des banques, dans une période de taux bas prolongée, et les cyberattaques et autres carences informatiques. Les autres risques sont le taux encore élevé de créances douteuses (587 milliards d'euros soit un ratio moyen de 3,7%), en baisse mais encore supérieur aux niveaux d'avant la crise et à celui des grandes économies industrialisées, mais aussi les conditions d'octroi de prêts, notamment immobiliers, de plus en plus souples.

L'UE fait griller Facebook sur les risques financiers et de confidentialité de Libra .
Ce n'est pas seulement les banques centrales qui interrogent Facebook sur sa crypto-monnaie Libra récemment. Le Financial Times a appris que la Commission européenne avait demandé à Facebook de répondre à une série de questions sur la Balance, y compris les risques pour la stabilité financière et la confidentialité des données ainsi que la capacité de l'entreprise à se conformer au financement contre le terrorisme et au blanchiment d'argent. règles.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!