Entreprise: Bataille navale entre Naval Group et Fincantieri en Arabie Saoudite - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Bataille navale entre Naval Group et Fincantieri en Arabie Saoudite

07:30  09 octobre  2019
07:30  09 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Hervé Guillou devrait lâcher la barre de Naval Group en 2020 mais...

  Hervé Guillou devrait lâcher la barre de Naval Group en 2020 mais... Tout indique que l'actuel PDG de Naval Group devrait quitter le groupe en mars 2020. Mais Hervé Guillou a de la ressource. Les jeux sont faits, rien ne va plus.Rapidement une pré-liste de cinq à dix noms a été établie et testée par le ministère. Et parallèlement, au début de l'été, un chasseur de tête a été mandaté par l'Etat pour trouver la perle rare, qui doit avoir au moins ces trois qualités : un industriel, ayant une très bonne connaissance des grands programmes (cycles longs), et surtout prêt à endosser le costume de PDG pour 450.000 euros max. La rémunération d'Hervé Guillou, qui s'élève à 303.600 euros par an pour la part fixe, peut atteindre jusqu'à 450.

Désormais, les patrons de Naval Group et de Fincantieri , Hervé Guillou et Giuseppe Bono, semblent être les seuls à défendre leur projet. Et pour cause, la question d’une participation croisée entre les deux groupes de 5% à 10 % est abandonnée. Dès le départ, Thales, actionnaire de Naval Group à

Naval Group est un groupe industriel français spécialisé dans l'industrie navale de défense et les énergies marines renouvelables. Le groupe emploie près de 14 860 personnes en 2018 à travers dix-huit pays.

En dépit de leur rapprochement, le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri. © Fournis par La Tribune Nouvelle En dépit de leur rapprochement, le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri.

Décidément le meilleur concurrent de Naval Group sur les marchés export n'est autre que son partenaire... Fincantieri. Et ce au moment où on évoque à Paris l'importance de la loyauté entre les deux industriels au sein de la société commune. Après son double jeu au Brésil et en Roumanie, le chantier naval italien, certes à la demande de la marine saoudienne, a proposé en juin à l'Arabie Saoudite la vente de deux frégates FREMM dans le cadre d'une offre conjointe avec l'espagnol Navantia, qui a quant à lui soumis une offre portant sur trois corvettes Avante supplémentaires, selon des sources concordantes. Soit une alternative à l'offre de corvettes Gowind de Naval Group à la marine saoudienne pour équiper la flotte de l'Ouest, autrefois "monopole" des industriels français.

Début 2019, la société publique saoudienne Saudi Arabia Military Industries (SAMI) et Naval Group avaient signé un protocole d'accord en vue de créer une entreprise commune, qui produirait et développerait en Arabie saoudite des systèmes navals. Une procédure "obligatoire" pour toutes les sociétés étrangères - hors Etats-Unis -, qui souhaitent vendre du matériel militaire à l'Arabie Saoudite. Signer un tel accord ne donne pas pour autant des garanties sur des futurs contrats mais ne pas le faire élimine à coup sûr.

Clap de fin pour XL Airways : 570 salairiés licenciés .
Une semaine après la disparition d'Aigle Azur, le tribunal de commerce de Bobigny a prononcé ce vendredi la liquidation judiciaire de XL Airways. L'offre de dernière minute de Gérard Houa a été jugée irrecevable. Les 570 salariés vont être licenciés.Le tribunal de commerce de Bobigny a refusé l'offre déposée en dernière minute de Gérard Houa, actionnaire minoritaire d'Aigle Azur. Ce dernier avait proposé mercredi  "30 millions d'euros" pour la reprise de la compagnie et prévoyait conserver près de la moitié des effectifs.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!