Entreprise: Comment Safran choisit et investit dans des pépites technologiques - Airbus prévient qu'il pourrait quitter le Royaume-Uni s'il n'y avait pas d'accord. Brexit ' - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Comment Safran choisit et investit dans des pépites technologiques

07:20  16 octobre  2019
07:20  16 octobre  2019 Source:   latribune.fr

"Nous visons 50% de parts de marché mondial" (Franck Saudo, Safran Helicopter Engines)

  Avec l'entrée en service de nouveaux hélicoptères (H160, AW189K, WZ16 et LUH) équipés de moteurs de Safran Helicopter Engines (SHE), la filiale de Safran vise 50% de parts de marché mondial au milieu de la prochaine décennie. Flying Shame, nouvelles mobilités, diversifications, marché des hélicoptères le PDG de Safran Helicopter Engines, Franck Saudo, livre, dans une interview accordée à La Tribune, son analyse sur la filière hélicoptériste.FRANCK SAUDO - Il n'y a pas de reprise mais le marché s'est stabilisé grâce à des points d'appui, comme notamment la bonne tenue de l'activité EMS (évacuation médicale sanitaire, ndlr) en Europe et la bonne dynamique du marché militaire.

Nouveau - Investir dans des hôtels ! Comment choisir les bonnes solutions ? a été le sujet abordé avec Vincent Cudkowicz, co-fondateur et directeur général

en investissant financièrement dans un projet créateur de valeur Vous pouvez même proposer si vous le souhaitez votre expertise ou vos conseils au créateur

Safran investit de l'ordre de 600 millions d'euros par an dans en recherche et technologie (R&T), dont 500 millions d'euros en autofinancement. © Fournis par La Tribune Nouvelle Safran investit de l'ordre de 600 millions d'euros par an dans en recherche et technologie (R&T), dont 500 millions d'euros en autofinancement.

Krono-Safe (ingénierie logicielle) en 2015 ; Diota (logiciels de réalité augmentée) en 2016 ; Safety Line (optimisation du carburant), Kalray (processeurs intelligents), Prodways (fabrication additive), CaiLabs (technologie optique), Turbotech (turbopropulseur bas coût) en 2017 ; Oxis Energy (batterie) en 2018 ; et, enfin, EP Systems (batterie) et un investissement encore confidentiel en 2019. Ce sont toutes les prises de participations dans des startup réalisées par Safran Corporate Ventures, le fonds de Safran créé en mars 2015 et présidé par Florent Illat depuis juin.

La course à la taille critique vitale pour la PME Rafaut

  La course à la taille critique vitale pour la PME Rafaut Depuis 2015, Rafaut a pris du poids. La PME francilienne est passée de près de 30 millions d'euros en 2015 à 92 millions en 2019.Elle inaugure en présence de Florence Parly, un nouveau site près de Valenciennes, qui l'aider à croître.En quatre ans, Rafaut a triplé son chiffre d'affaires, passant de près de 30 millions d'euros en 2015 à 92 millions d'euros fin 2019 (400 salariés). Une croissance maîtrisée grâce au PDG, Bruno Berthet, venu en 2011 de la Direction générale de l'armement (DGA).

Chute du prix du lait oblige, Jean-Daniel Cavin s’est lancé dans la production d’«or rouge». Son prix? 45 francs le gramme!

Choisir des solutions technologiques adaptées. La technologie offre une vaste gamme d’outils, des plus simples au plus complexes. Investir dans une solution technologique nécessite du financement. Selon vos besoins et l’ampleur de votre projet, plusieurs avenues s’offrent à vous.

Avec quels objectifs pour Safran ? Doté de 80 millions d'euros (50 millions d'euros initialement), ce fonds "n'est pas un business financier mais le complément naturel de notre politique d'innovation dans un groupe technologique", a expliqué devant la presse le directeur financier de Safran, Bernard Delpit. Safran investit de l'ordre de 600 millions d'euros par an en recherche et technologie (R&T), dont 500 millions d'euros en autofinancement. En revanche, la question de la souveraineté des technologies convoitées par Safran Corporate Ventures ne fait pas partie des objectifs stratégiques prioritaires.

Investir dans la R&T

Très clairement, Safran Corporate Ventures n'investit que dans des sociétés qui amènent de nouvelles technologies pour le groupe dans cinq domaines : environnement, aviation connectée et autonome, nouveaux usages, expérience passager et industrie 4.0. "Safran ne pouvait pas être absent dans ce domaine-là", estime Bernard Delpit. Le principe de base de ce fonds, qui n'a pas d'objectif de retour sur investissement sur le court terme mais qui est rentable, est d'investir dans la R&T. "On regarde si on peut capturer des technologies uniques", confirme Florent Illat.

Et si finalement la PME Photonis était vendue à une entreprise française

  Et si finalement la PME Photonis était vendue à une entreprise française Le ministère des Armées a demandé à Thales et Safran de regarder le dossier Photonis mis en vente par le fonds Ardian.Les cabinets du ministère des Armées puis de Bercy, notamment la Direction générale des entreprises (DGE), qui s'est émue de la situation de Photonis, se sont également penchés sur le dossier ces derniers jours. Tout comme Bpifrance prêt semble-t-il à jouer les chevaliers blancs. Enfin, la toute nouvelle agence d'innovation de défense (AID) souhaite regarder ce dossier. Mais la direction générale de l'armement (DGA) n'a pas l'intention de lâcher ce dossier qu'elle veut garder sous son contrôle.

Une vidéo très utile pour vous aujourd'hui ! Je vous propose 10 phrases qui sont quotidiennement utilisées dans la vie de tous les jours par les Français.

Le safran est un produit agricole classé dans la famille des épices. Il est obtenu par la culture de crocus sativus et par prélèvement et déshydratation des trois stigmates rouges. citron en poudre Inscrit dans une gamme d'ingrédients culinaires qui permet de retrouver l'authentique goût du fruit.

Toutefois, le fonds de Safran, qui ne souhaite pas étouffer les startup sélectionnées, participe à des tours de table à hauteur de montants compris entre un et cinq millions d'euros. Pas plus, car "la bonne hygiène est d'investir avec d'autres partenaires dans ce domaine", estime le directeur général de Safran Corporate Ventures. Soit des participations qui n'excèdent pas 15% du capital d'une startup. "Nous avons un double intérêt : un alignement sur le développement de la startup et sa réussite", souligne-t-il. C'est pour cela que Safran Corporate Ventures investit dans un premier, puis un second tour de table pour financer la R&T de la startup.

In fine, Safran souhaite récupérer, au pire, le montant de son investissement. Ce n'est pas encore le cas, y compris pour Krono-Safe, spécialisée dans l'ingénierie logicielle et des systèmes temps réel pour électronique, qui est le premier investissement du fonds en 2015. "On va continuer à les accompagner", assure Bernard Delpit. Si l'objectif est de faire respirer le portefeuille des sociétés, Safran "n'en est pas encore là, estime le directeur financier de Safran. Nous sommes encore dans une phase de maturité". Par conséquent, pas de cession en vue. Safran Corporate Ventures souhaite garder en moyenne cinq à six ans ses participations.

Tic-tac, tic-tac, la vente de CLS (CNES) est imminente

  Tic-tac, tic-tac, la vente de CLS (CNES) est imminente Le fond britannique Charterhouse, le véhicule d'investissement européen Five Arrows de Rothschild Co, la holding industrielle et financière belge Cobepa et la société d'investissements belge, la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP) ont déjà déposé une offre de reprise non engageante. Ces informations ont été confirmées par La Tribune. Les offres déposées se tiendraient dans un mouchoir de poche autour de 400 millions d'euros, selon des sources industrielles, alors que le chiffre d'affaires de CLS s'est élevé à 128 millions d'euros en 2018.

Vous investissez aujourd’hui pour demain. Par exemple, en soutenant des entreprises qui cherchent des solutions aux défis majeurs qui nous attendent. De plus, les fonds durables offrent plus de potentiel, car ils investissent dans des entreprises qui ne cessent de chercher les solutions pour

Je te détaille ma méthode pour investir en bourse. Même si tu es débutant, tu peux avoir des meilleurs rendements que la grande majorité des investisseurs et des fonds d'investissement ! Cette technique s'est largement développée aux États-Unis et commence à se développer en Europe.

600 startup analysées par an

Chaque année, la petite équipe "extrêmement agile" (sic) de Safran Corporate Ventures analyse 600 startup. Elle en rencontre 200, puis examine une centaine de projets d'investissement avec l'aide de l'ensemble du groupe Safran. Au final, une vingtaine de dossiers sont complètement "désossés" en vue d'un possible investissement. "Nous sommes très sélectifs et très exigeants, assure Bernard Delpit. Nous avons une enveloppe fermée". Une enveloppe qui a été toutefois augmentée récemment : le plafond du fonds est passé de 50 à 80 millions d'euros. Safran Corporate Ventures devrait atteindre son plafond d'ici 18 à 24 mois, selon Bernard Delpit. Il est d'ailleurs en train de finaliser un investissement encore confidentiel dans le domaine du véhicule autonome (LIDAR). Cela pourrait être la startup française Outsight.

La croissance du fonds va permettre à Safran d'augmenter ses prises de participations à l'international. D'où la nomination de Florent Illat en remplacement de Grégoire Aladjidi début juin. Le fonds a déjà pris deux participations dans deux sociétés spécialisées dans les batteries, la britannique Oxis Energy (batterie lithium-soufre) et l'américaine Electric Power Systems (batterie lithium-ion). En 2019, il a également investi dans le fonds allemand btov pour internationaliser son portefeuille de façon à repérer plus efficacement les pépites allemandes, autrichienne et suisses.

Enfin, Safran étudie également un investissement dans un fonds américain. Outre l'internationalisation de son portefeuille, ces investissements dans des fonds étrangers pour un montant de 10 à 12 millions d'euros vont lui permettre d'accéder à un plus grand nombre de startup. "Cela va nous permettre d'augmenter le deal-flow (flux d'opportunités d'investissement, ndlr) et de passer de 600 à 800 dossiers supplémentaires grâce à ces fonds", estime Bernard Delpit. Et progressivement et prudemment, Safran prend goût à son nouveau métier.

Le ministère des Armées a demandé à Safran et Thales de se pencher sur Photonis en vente .
La Direction générale de l'armement a demandé à Thales et à Safran de s'intéresser à cette société spécialisée dans l'intensification de la lumière. C'est ce qu'a révélé le Délégué général pour l’armement début octobre au Sénat.Soit Thales et Safran "s'entendent et rachètent cette entreprise, soit Ardian la revend à un fonds et, si celui-ci est étranger, nous appliquerons la réglementation en vigueur", a souligné le Délégué général pour l'armement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 3
C'est intéressant!