•   
  •   

Entreprise Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français

10:40  16 octobre  2019
10:40  16 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Renault démet Thierry Bolloré de ses fonctions de directeur général avec effet immédiat

  Renault démet Thierry Bolloré de ses fonctions de directeur général avec effet immédiat Renault a annoncé vendredi que son directeur général Thierry Bolloré était démis de ses fonctions et remplacé immédiatement.Lire aussi : Renault: Thierry Bolloré sur la sellette, la crise de trop !

Vendredi 11 octobre, Renault a annoncé la démission de Thierry Bolloré, qui occupait le poste de directeur général. © Fournis par La Tribune Nouvelle Vendredi 11 octobre, Renault a annoncé la démission de Thierry Bolloré, qui occupait le poste de directeur général.

Le futur directeur général de Renault devra avoir de l'expérience dans la transformation des entreprises et dans le secteur de l'industrie, des atouts primant sur la question de sa nationalité, a déclaré à Reuters la secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher.

Le constructeur automobile a débarqué vendredi dernier Thierry Bolloré, qui avait succédé à Carlos Ghosn au poste de directeur général, afin de donner un nouveau souffle opérationnel au groupe au losange et à son partenariat avec Nissan, doté lui aussi depuis peu d'une nouvelle direction générale.

Pourquoi Renault se lance (prudemment) dans l'hydrogène

  Pourquoi Renault se lance (prudemment) dans l'hydrogène Le groupe automobile français a annoncé le lancement de sa première gamme de véhicules roulant à l'hydrogène. Cette technologie, extrêmement coûteuse, équipera d'abord des véhicules utilitaires. Renault veut s'installer sur son segment mais sans prendre de risques industriels et financiersPour Renault, l'hydrogène permet d'élargir les champs d'usage de sa gamme d'utilitaires grâce à une autonomie plus importante. Ainsi, le Kangoo passe d'une autonomie de 230 à 370 km de sa version électrique à batteries, à sa version hydrogène. Le Master, lui, atteint une autonomie de 350 km contre 120 km auparavant.

Lire aussi : Renault démet Thierry Bolloré de ses fonctions de directeur général avec effet immédiat

L'exemple Air France

L'État, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, aborde la question avec l'esprit très ouvert, a dit Agnès Pannier-Runacher. "Quand on a dû chercher le meilleur profil pour Air France, on a eu quelqu'un qui n'était pas français, très bien", a-t-elle déclaré, faisant référence à la nomination de l'ancien patron d'Air Canada Ben Smith à la tête du groupe Air France-KLM , dont l'État français est également actionnaire.

Lire aussi : Ben Smith, le nouveau patron canadien d'Air France-KLM, arrive en terrain miné

"C'est le meilleur profil [qui compte], qui est capable de porter Renault et de jouer son rôle dans l'alliance à un moment de transformation majeure", a-t-elle ajouté.

Fiat Chrysler et PSA de Peugeot seraient en pourparlers de fusion

 Fiat Chrysler et PSA de Peugeot seraient en pourparlers de fusion © Peugeot Le Wall Street Journal rapporte aujourd'hui que les deux fabricants pourraient se combiner, réunissant Fiats, Rams, Citroën et Opels sous un parapluie de 50 milliards de dollars. PSA, la société mère des voitures Peugeot , Citroën et DS, pourrait être sur le point de fusionner avec Fiat Chrysler Automobiles (FCA), rapporte le Wall Street Journal . Peugeot avait déjà annoncé à un plan de retour sur le marché américain d'ici 2023.

Confrontés à un nouveau tour de vis de la réglementation européenne sur les émissions polluantes conjugué à un ralentissement général des marchés automobiles, les constructeurs doivent plus que jamais faire jouer les économies d'échelle s'ils veulent pouvoir continuer à investir dans les nouvelles technologies.

Assurer l'intérim

Renault a confié à titre intérimaire la direction générale à la directrice financière Clotilde Delbos, entourée de deux directeurs généraux adjoints, le temps de trouver un successeur définitif à Thierry Bolloré. La recherche du nouveau directeur général - ou directrice générale - a commencé mais s'annonce difficile en interne.

Lire aussi : Renault : pourquoi l'éviction de Thierry Bolloré ne résout (presque) rien

Selon une source du constructeur, cette mission a été confiée au cabinet NB Lemercier & Associés, fondé en 2006 par la spécialiste du recrutement de hauts dirigeants Brigitte Lemercier.

Un an après le choc des nouvelles normes antipollution, embellie sur le marché automobile français

  Un an après le choc des nouvelles normes antipollution, embellie sur le marché automobile français Plus d'un an après la mise en place d'une nouvelle norme antipollution européenne des véhicules (WLTP), le marché automobile français repart à la hausse. Le mois dernier, les immatriculations de Renault (avec Dacia et Alpine) se sont envolées, mais elles avaient beaucoup chuté l'an dernier à la même période. PSA, quant à lui, poursuit sa progression, tiré par les bons résultats de Citroën.Le mois dernier, les immatriculations de Renault (avec Dacia et Alpine) se sont envolées de 21,8%, mais elles avaient chuté de 17,8% en septembre 2018, d'après les données du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Lors du dernier renouvellement de son mandat à la tête du groupe, début 2018, Carlos Ghosn s'était vu confier comme mission la préparation de sa succession pour garantir que l'alliance Renault-Nissan survive à la génération de ses fondateurs.

Le successeur ? "Probablement une personne externe"

Mais l'ancien homme fort de Renault a tardé à engager ce travail, qui n'avait pas encore été véritablement lancé lorsqu'il a été brutalement arrêté au Japon en novembre dernier pour des accusations de malversations financières qu'il dément. Carlos Ghosn s'était alors contenté de nommer Thierry Bolloré directeur général adjoint.

Lire aussi : L'avocat de Carlos Ghosn s'en prend frontalement au parquet de Tokyo

"Le successeur sera probablement une personne externe, car Carlos Ghosn n'a rien préparé et plutôt laissé la terre brûlée", a dit une source proche du processus de recrutement.

Selon une autre source proche du dossier, Renault compte bien au comité de direction plusieurs jeunes quinquagénaires prometteurs. Ceux-ci pourront aussi candidater au poste de directeur général mais la direction ayant tardé jusqu'ici à les promouvoir au comité exécutif, ils partent avec un réel handicap.

Armement : accord entre Paris et Berlin sur le SCAF, le MGCS et les exportations d'armes

  Armement : accord entre Paris et Berlin sur le SCAF, le MGCS et les exportations d'armes La France et l'Allemagne avancent sur les trois dossiers sensibles dans le domaine de la défense, qui grippaient les relations entre les deux pays partenaires : programmes de l'avion du futur (SCAF) et du char du futur (MGCS) ainsi qu'un compromis sur les exportations d'armesSur le système de combat aérien du futur (SCAF), les deux pays ont trouvé un accord pour poursuivre le programme. Il est prévu de lancer la notification des contrats de R&T (Recherche & Technologie) sur les cinq piliers du programme dès janvier 2020, affirme-t-on à l'Hôtel de Brienne : plateforme, système de système, propulsion, remote carrier (drones, missiles...) et simulation.

Aligner son équipe

Thierry Bolloré, qui incarnait depuis janvier le fil rouge opérationnel de Renault au côté du nouveau président Jean-Dominique Senard, a dénoncé sa révocation comme "un coup de force".

Lire aussi : Renault: Thierry Bolloré sur la sellette, la crise de trop !

"C'est un sujet où vous avez un patron qui arrive, qui met au point son équipe, qui l'aligne, rien que de très classique. [Jean-Dominique Senard] fait son travail, point", a commenté la secrétaire d'État.

Agnès Pannier-Runacher a également indiqué que le gouvernement n'était pas opposé à la relance possible du projet avorté de rapprochement entre Renault et Fiat Chrysler.

Lire aussi : Fiat Chrysler retire son offre de fusion avec Renault (qui plonge en Bourse)

"Encore une fois, tout est ouvert", a-t-elle poursuivi. "Dans l'ordre des facteurs, nous on est assez clairs, on veut un projet industriel, on veut une alliance renforcée au service de ce projet industriel."

Quant à la possibilité que l'État réduise sa participation dans Renault pour donner des gages à Nissan, ce n'est pas une priorité, a-t-elle précisé.

"On commence par une histoire industrielle, et après on en tire les conséquences éventuelles sur l'actionnariat", a dit Agnès Pannier-Runacher.

Le compostage des boues d'épuration en sursis .
Le ministère de la transition écologique et solidaire souhaite interdire le mélange des boues et des déchets verts. Selon les professionnels, cela signerait la mort d'une filière vertueuse de valorisation.Sur les dix millions de tonnes de boues d'épuration produites chaque année en France, trois millions sont aujourd'hui valorisées de cette manière. Riche en potassium, phosphates, azote et matière organique, ce compost est ensuite vendu aux agriculteurs pour nourrir leurs sols.

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!