Entreprise: Armement : accord entre Paris et Berlin sur le SCAF, le MGCS et les exportations d'armes - L'Allemagne réduit ses exportations d'armes par trimestre à la suite du scandale de Khashoggi. - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Armement : accord entre Paris et Berlin sur le SCAF, le MGCS et les exportations d'armes

20:35  16 octobre  2019
20:35  16 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Exportations d'armes : 7.030 dossiers examinés en un an par la France !

  Exportations d'armes : 7.030 dossiers examinés en un an par la France ! D'août 2018 à juillet 2019, la Commission interministérielle d'étude de l'exportation des matériels de guerre a examiné 7.030 dossiers, en hausse de 11 % par rapport à la période précédente.La très grande majorité des demandes fait l'objet d'un traitement par la procédure dématérialisée, dite en flux continu, via le logiciel Sigale, qui permet d'instruire les demandes de licence. Mais pour les dossiers les plus sensibles les quatre membres à voix délibérative du CIEEMG (SGDSN, ministère des Armées, ministère des Affaires étrangères et ministère de l'Economie), se réunissent une fois par mois.

Angela Merkel et Emmanuel Macron, aujourd'hui à Toulouse pour le Conseil ministériel franco-allemand. © Fournis par La Tribune Nouvelle Angela Merkel et Emmanuel Macron, aujourd'hui à Toulouse pour le Conseil ministériel franco-allemand.

C'était attendu mais pas gagné d'avance. La France et l'Allemagne avancent sur les trois dossiers sensibles dans le domaine de la défense, qui grippaient les relations entre les deux pays partenaires : programmes de l'avion du futur (SCAF) et du char du futur (MGCS) ainsi qu'un compromis sur les exportations d'armes. "Cela s'est bien passé, au-delà de nos espérances", explique-t-on dans l'entourage de Florence Parly à l'issue du conseil ministériel franco-allemand, qui se tenait à Toulouse mercredi. Un accord franco-allemand au niveau des gouvernements a été finalisé mais que va en faire le Parlement allemand, qui protège ses industriels de façon excessive parfois (MTU et Rheinmetall notamment) ? C'est désormais la principale interrogation.

Grâce à Rafaut, l'autonomie de la France prend un peu plus d'épaisseur

  Grâce à Rafaut, l'autonomie de la France prend un peu plus d'épaisseur Le ministère des Armées s'appuie sur la PME francilienne Rafaut pour retrouver son autonomie stratégique dans la fabrication de corps de bombe.Grâce aux contrats du ministère des Armées et avec le soutien de la région des Hauts-de-France notamment, Rafaut a investi plus de 20 millions d'euros consacrés à la construction et au développement de ce nouveau site de production. C'est dans cette usine que Rafaut va fabriquer entre autres des "bombes d'aviation de qualité au profit du ministère des Armées", a indiqué Florence Parly dans un discours courageux allant à contre-courant de l'opinion publique.

Le SCAF poursuit sa phase de décollage

Sur le système de combat aérien du futur (SCAF), les deux pays ont trouvé un accord pour poursuivre le programme. Il est prévu de lancer la notification des contrats de R&T (Recherche & Technologie) sur les cinq piliers du programme dès janvier 2020, affirme-t-on à l'Hôtel de Brienne : plateforme, système de système, propulsion, remote carrier (drones, missiles...) et simulation. Soit un contrat de 150 millions d'euros, qui financera notamment le lancement d'un démonstrateur très attendu par les bureaux d'études de Dassault Aviation et d'Airbus. Les deux pays ont réaffirmé leur volonté de le voir voler en 2026. Il n'en reste pas moins que les deux pays doivent encore régler d'ici à un mois les "frictions" entre les motoristes Safran et MTU, ce dernier étant soutenu mordicus par le Bundestag. Il est donc prévu de notifier un contrat en janvier 2020. Mais si cela n'était pas possible, Paris et Berlin ont convenu de poursuivre le programme SCAF sans attendre un accord entre les deux motoristes.

Armement : l'Allemagne et la France près de se rabibocher

  Armement : l'Allemagne et la France près de se rabibocher Sur les trois dossiers sensibles (programmes SCAF et MGCS et les exportations d'armements), la France et l'Allemagne devrait trouver un nouvel accord. Un vrai ?Selon nos informations, le dîner dimanche à l'Elysée entre Emmanuel Macron et Angela Merkel a permis de dégeler les positions de principe sur le dossier des motoristes même s'il y a encore beaucoup de résistances en Allemagne. Un accord franco-allemand au niveau des gouvernements semble être trouvé mais que va en faire le Parlement allemand ? C'est la principale interrogation.

Le MGCS prêt à passer la première

Après une négociation pied à pied de 2h30 entre les ministres des Armées, Florence Parly, et de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer, Paris et Berlin ont trouvé un accord. Un contrat sur l'étude d'architecture système du programme MGCS devrait être signé au premier trimestre 2020. Selon l'entourage de la ministre, une lettre d'intention (LoI) a été signée cette semaine par les trois industriels concernés (Nexter, Krauss-Maffei Wegmann et Rheinmetall).

Accord sur les exportations d'armes

Après près un an de travail en matière d'exportations d'armements, Paris et Berlin ont trouvé "une issue positive, explique-t-on dans l'entourage de Florence Parly. C'est un accord respectueux de la souveraineté de chaque Etat". Cet accord est considéré comme "très satisfaisant" pour la France sur les trois points qui divisaient Paris et Berlin : les programmes en coopération entre les deux pays comme le SCAF et le MGCS, les exportations d'un groupe franco-allemand comme KNDS, la société commune entre Nexter et Krauss-Maffei Wegmann (KMW), et, enfin, la problématique des équipements et des composants allemands équipant les systèmes d'arme français. Sur les deux premiers points, il n'y a pas de restrictions à l'exportation, explique-t-on à La Tribune. Sur ce dernier point, il a été confirmé qu'en dessous du seuil de 20% fournis par les industriels allemand dans un programme français, Berlin n'avait pas son mot à dire quelle que soit la destination de l'équipement militaire. Ce qui vaut pour la France, vaut également pour l'Allemagne. Un accord inespéré...

Le ministère des Armées a demandé à Safran et Thales de se pencher sur Photonis en vente .
La Direction générale de l'armement a demandé à Thales et à Safran de s'intéresser à cette société spécialisée dans l'intensification de la lumière. C'est ce qu'a révélé le Délégué général pour l’armement début octobre au Sénat.Soit Thales et Safran "s'entendent et rachètent cette entreprise, soit Ardian la revend à un fonds et, si celui-ci est étranger, nous appliquerons la réglementation en vigueur", a souligné le Délégué général pour l'armement.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 4
C'est intéressant!