•   
  •   

Entreprise Paiements en ligne : Lemon Way lève 25 millions pour renforcer son maillage européen

08:15  17 octobre  2019
08:15  17 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Cyberdéfense : la France continue de se cyber-muscler

  Cyberdéfense : la France continue de se cyber-muscler La ministre des Armées Florence Parly va inaugurer le premier bâtiment du Commandement de la cyberdéfense. Elle va lancer un nouveau fonds en partenariat avec ACE Management pour mieux protéger les PME de la menace cyber.Fin 2019, le ministère, qui a fait de la cyberdéfense une de ses grandes priorités, aura déjà recruté 3.200 cyber-combattants qui seront rejoints par près de 100 nouveaux éléments en 2020. Au total, le ministère devrait recruter 1.100 cyber-combattants et consacrer 1,6 milliard d'euros sur la période la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. Un appui cyber avec des effets démultiplicateurs accompagne aujourd'hui la plupart des opérations des armées françaises.

Lemon Way , qui gère les paiements de places de marché et collecte des fonds pour compte de tiers, officialise ce jeudi 17 octobre une levée de 25 Grâce à cet argent frais, Lemon Way entend accélérer son expansion européenne . Déjà présente en Espagne et en Italie, la fintech prévoit de renforcer

Sur le marché du paiement en ligne , Lemon Way fait face à des géants tels qu’Alipay, Apple Pay, PayPal, Stripe Ce dernier, justement, vient de lever 25 millions d’euros auprès du fonds britannique Toscafund Asset Elle entend en outre renforcer sa présence au Royaume-Uni et en Allemagne.

Antoine Orsini, directeur général de Lemon Way © Fournis par La Tribune Nouvelle Antoine Orsini, directeur général de Lemon Way

Lemon Way, qui gère les paiements de places de marché et collecte des fonds pour compte de tiers, officialise ce jeudi 17 octobre une levée de 25 millions d'euros auprès du fonds britannique Toscafund Asset Management. Il ne s'agit pas d'un fonds de capital-risque classique mais d'un fonds alternatif (hedge fund), qui finance des entreprises plus matures. Cette opération porte le montant total des fonds levés par cette "vieille" Fintech fondée il y a 12 ans à 35 millions d'euros. Après 11 années d'autofinancement, elle avait réalisé, en juillet 2018, un premier tour de table de 10 millions d'euros auprès du fonds tricolore Breega et de l'autrichien SpeedInvest.

Seule banque en ligne rentable, Fortuneo veut aussi rester la moins chère

  Seule banque en ligne rentable, Fortuneo veut aussi rester la moins chère La filiale de Crédit Mutuel Arkéa n’a que 740.000 clients mais enregistre des bénéfices et « la plus forte croissance des revenus et des encours » du secteur, selon son directeur général, Grégory Guermonprez. Son modèle rentable lui permet d’étendre la gratuité des frais à l’étranger, nouveau nerf de la guerre commerciale des néobanques. Alors que la nouvelle carte Visa Ultim de Boursorama a cartonné cet été sur ce créneau du zéro frais à l'international, Fortuneo dévoile ce lundi 7 octobre une nouvelle carte Fosfo (Mastercard), gratuite, sans condition de revenus, et sans commission sur les paiements et retraits à l'étranger.

La Fintech française Lemon Way annonce avoir levé 25 millions d'euros en Série B. Spécialisée dans les La Fintech française Lemon Way , spécialisée dans les solutions de paiement à destination des marketplaces et des sites d'e-commerce accélère son développement, en réalisant une levée de

Lemon Way nous fournit la technologie sûre et rapide pour transférer des fonds d'un compte bancaire à un compte de paiement d'investisseur. C'est l’élément clé de notre succès ! Et lorsque nous avons des questions, l'équipe est toujours disposée à nous répondre de façon clair et rapide..

"Cette transaction [sous réserve de l'approbation de l'ACPR, l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution adossée à la Banque de France, ndlr] constitue la première opération en capital-investissement de Toscafund en France. C'est aussi la première fois que ce fonds investit dans une Fintech, bien qu'il ait déjà investi dans des entreprises réglementées plus établies, comme des sociétés d'assurance", précise Antoine Orsini, directeur général et cofondateur de Lemon Way.

Attaquer le Royaume-Uni, l'Allemagne et les Pays-Bas

Lemon Way s'est spécialisée dans la gestion des paiements "complexes" des plateformes digitales et des sites marchands : elle compte parmi ses clients 1.400 places de marché en Europe, dont 200 plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) dont les français October, Wiseed et Hello Asso. Depuis 2012, date à laquelle elle a obtenu son agrément d'établissement de paiement, elle a ouvert 7 millions de comptes de paiement (e-wallets).

Aigle Azur : l'histoire trépidante d'un fiasco

  Aigle Azur : l'histoire trépidante d'un fiasco Après la disparition de la compagnie aérienne française, fin septembre, La Tribune revient sur son histoire méconnue et les raisons profondes qui l'ont conduite dans le mur. Enquête.Aigle Azur était, après Air France, la plus ancienne compagnie aérienne française encore en activité. Elle avait été créée en 1946, treize ans après Air France, par l'homme d'affaires Sylvain Floirat, connu pour avoir repris une décennie plus tard la radio Europe1.

Lemon Way , la fintech spécialiste du paiement sécurisé pour les places de marché en ligne , a annoncé lundi 16 juillet Lemonway veut s’imposer au Royaume-Uni et en Allemagne. Avec cette levée de fonds, Lemon Way compte renforcer sa dimension européenne et atteindre les 3 milliards

En effet, les solutions de paiement en ligne ne seront pas les mêmes pour des produits classiques et pour des produits de luxe, par exemple La solution de paiement néerlandaise est spécialiste dans la disruption des paiements en fournissant une API aussi simple que sécurisée à ses clients.

Grâce à cet argent frais, Lemon Way entend accélérer son expansion européenne. Déjà présente en Espagne et en Italie, la Fintech prévoit de renforcer ses équipes commerciales dans ces deux pays européens et d'ouvrir des bureaux en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas en 2020.

"Nous souhaitons également nous renforcer sur la partie produit et réglementaire car nous allons chercher des agréments d'initiation de paiement (PISP) et d'information sur les comptes (AISP) pour pouvoir proposer de nouveaux parcours de paiement aux clients de nos clients", précise le directeur général de Lemon Way.

Pour réaliser un investissement sur une plateforme de crowdfunding, un internaute n'aura, par exemple, bientôt plus besoin d'aller sur le site de sa banque pour réaliser un virement mais pourra le faire directement depuis le site de financement participatif en question.

Bpifrance investit pour la première fois dans une startup de la blockchain

  Bpifrance investit pour la première fois dans une startup de la blockchain La Fintech Acinq est une des rares entreprises à utiliser la technologie Lightning permettant de faciliter les paiements en bitcoin. Elle vient de lever 7 millions d'euros auprès des fonds Idinvest, Serena et de Bpifrance. Cet investissement en direct dans une startup du monde de la blockchain est une première pour la banque publique d'investissement.Une première donc pour la banque publique d'investissement qui, jusqu'à présent, avait uniquement investi indirectement (17 financements) dans les startups de la blockchain. Via ses dispositifs d'aide à l'innovation, elle avait aussi participé à plus de 150 financements dédiés à ces jeunes pousses.

C'est une nouvelle étape pour Lemon Way , qui a autofinancé sa croissance depuis dix ans. Spécialisée dans la collecte pour le compte de L'ambition est, d'abord, d'accroître son expansion en Europe, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni. La start-up, basée à Montreuil près de Paris

Depuis sa création en 2013, sa plateforme met en relation des travailleurs indépendants, en La start-up française vient de lever 25 millions d'euros auprès de Idinvest Partners et de ses investisseurs Outre les missions proposées, les freelance trouvent sur Malt une sécurité sur les paiements et sur la

Ralentissement en 2018

La Fintech, qui emploie actuellement 70 collaborateurs, prévoit d'en compter 110 d'ici la fin 2020, puis 130 en 2021. La société espère atteindre 3 milliards d'euros de flux traités en 2019, contre 1,9 milliard en 2018 et ainsi enregistrer une croissance proche de 60%.

Ambitieuse, la société a toutefois rencontré quelques difficultés au cours des derniers mois. En 2018, son chiffre d'affaires a été divisé par deux, passant de 11 millions d'euros en 2017 à 5,5 millions d'euros.

"Cette baisse s'explique par deux facteurs. En 2017, notre chiffre d'affaires a été dopé par la vente de notre licence produit à une grande banque française pour un montant de 4 millions d'euros. Nous n'avons pas répété cette vente l'année suivante. Ensuite, nous avons également pris la décision de concentrer notre activité sur les places de marché et les plateformes de financement participatif, où nous faisons de la collecte pour compte de tiers, et non plus sur les activités e-commerce", explique Antoine Orsini. "Nous sommes néanmoins parvenus à consolider notre chiffre d'affaires et nous visons 8 millions de revenus en 2019 et 14 millions en 2020", ajoute-t-il.

Le Libra est-il mort-né ? La France veut l'interdire, le G7 pose des conditions strictes

  Le Libra est-il mort-né ? La France veut l'interdire, le G7 pose des conditions strictes Les pays du G7 ont convenu qu’aucun projet mondial de « stablecoin », de monnaie numérique indexée sur des devises comme le Libra de Facebook, ne devait être lancé sans prise en compte préalable des risques liés au blanchiment ou à la supervision. Bruno Le Maire évoque des mesures de la France, l'Italie et l'Allemagne empêchant son utilisation en Europe. Après la défection de Visa, Paypal, eBay et Booking, l’association Libra s'est créée« Nous convenons qu'aucun projet mondial de « stablecoin » ne doit être lancé tant que les problèmes et les risques juridiques, réglementaires et de supervision ne seront pas correctement réglés » déclarent ministres et banquiers centraux dans ce communiqué final de la présidence française

Un marché très concurrentiel

Sur le terrain très vaste des paiements en ligne, Lemon Way est, en effet, confrontée à une vive concurrence avec notamment des acteurs comme l'américain Stripe et le néerlandais Adyen, mais aussi des Français comme Mangopay, créé par la Céline Lazorthes, la fondatrice de Leetchi, désormais détenu par Crédit Mutuel Arkéa, ou encore S-Money du groupe BPCE.

Pour tirer son épingle du jeu, Lemon Way mise sur son ouverture vis-à-vis des banques. « Stripe et Adyen ont le statut de banque acquéreuse tandis que Mangopay et S-Money dépendent d'une seule banque. De notre côté, nous avons une logique de partenariat et travaillons déjà avec une dizaine de banques, comme BNP Paribas, Milleis Banque et Banco Sabadell, auxquelles nous nous branchons. Cela peut être un avantage pour les entreprises qui ne souhaitent pas rompre la relation qu'elles ont avec leur banque », argumente Antoine Orsini.

Voici comment reprendre un bail auto .
© DepositPhotos.com Jeune femme au volant d'une voiture Si vous êtes à la recherche d'une nouvelle voiture, un bail peut vous permettre d'essayer quelque chose de nouveau sans engagement d'achat. Mais que se passe-t-il si un bail de plusieurs années vous semble trop long? Vous pouvez essayer quelque chose appelé un rachat de bail (également appelé un échange de bail ou une hypothèse de bail). Voici comment obtenir une reprise de bail et certaines choses à considérer avant de le faire.

usr: 1
C'est intéressant!