•   
  •   

Entreprise BPCE appelle à revoir la politique du logement pour en améliorer l'efficacité énergétique

18:30  17 octobre  2019
18:30  17 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Baisse du Livret A à 0,50% en février 2020 : Bruno Le Maire défend le choix du gouvernement

  Baisse du Livret A à 0,50% en février 2020 : Bruno Le Maire défend le choix du gouvernement Le ministre de l'Economie et des Finances a justifié l'adaptation nécessaire du taux de rémunération du placement préféré des Français, qui diminuera de 0,75% à 0,50% en février prochain, lors d'un colloque sur l'épargne utile organisé par la Caisse des dépôts ce mercredi."L'épargne réglementée est un modèle vertueux à beaucoup d'égards, mais il est mis sous pression par l'environnement de taux bas, probablement durable. Rémunérer le Livret A à 0,75% quand le placement sans risque, l'OAT à 10 ans [l'emprunt d'Etat] est à -0,3%, coûte donc 30 centimes, est un défi. L'application de la nouvelle formule de calcul du taux dès février 2020, avec un taux plancher de 0,50%, est bienvenue.

  BPCE appelle à revoir la politique du logement pour en améliorer l'efficacité énergétique © Fournis par La Tribune Nouvelle

Le secteur du bâtiment est déjà le deuxième consommateur d'énergie et le deuxième plus gros émetteur de CO2 derrière les transports, et malheureusement son impact environnemental continue à croître d'année en année. Comme le relève le groupe BPCE ce 17 octobre, l'indicateur de résultats de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC) démontre, rien que pour le logement, que la consommation d'énergie finale augmente de 0,1% chaque année.

La métropolisation rend moins désirable la France périphérique

"C'est une situation extrêmement problématique", estime ainsi le directeur des études et prospective de la banque Alain Tourdjman. "Plus ça avance, plus c'est préoccupant. On n'arrive pas à mettre en œuvre alors que plus de la moitié des résidences principales ont un diagnostic E à G (considérées comme énergivores, Ndlr)."

O’Sol déploie l’énergie du soleil sur terre et dans l’espace

  O’Sol déploie l’énergie du soleil sur terre et dans l’espace Un pied dans l’espace et l’autre sur la terre, la start-up cannoise s’est inspirée des mouvements d’orientation naturels du tournesol pour donner vie à Kino, son générateur solaire mobile, déployable et intelligent.Conçu en 2016 comme une solution « tout en un », proposant un batterie intelligente mobile sur laquelle venaient automatiquement se greffer des panneaux photovoltaïques, Kito, c'est son nom, a été repensé en cours de parcours par ses fondateurs. « Nous nous sommes rendu compte que les besoins énergétiques sur le terrain sont variables.

En cause selon lui: la concentration des aides publiques sur les zones tendues, c'est-à-dire là où l'offre est inférieure à la demande, qui renforce la métropolisation et rend moins désirable la France périphérique. "Par le jeu des anticipations des acteurs, [cela] ôte toute perspective aux zones dont les besoins passent moins par la construction que par la restructuration de l'existant et dont l'attractivité décline progressivement par la perte ou la paupérisation de sa population", estime ainsi le groupe BPCE.

Le dispositif Denormandie dans l'ancien insuffisant

Quid du dispositif fiscal "Denormandie dans l'ancien" ? Depuis début 2019, il permet aux investisseurs de bénéficier d'une aide en contrepartie d'une acquisition dans les 222 communes du plan "Action cœur de ville" et dans les villes qui réalisent une opération de revitalisation du territoire. La condition: réaliser un montant de travaux d'amélioration représentant 25% du total de l'opération, dans la limite de 300.000 euros, avant de pouvoir déduire de l'impôt sur le revenu entre 12 et 21% des  investissements, selon que le bien est loué 6, 9 ou 12 ans.

Transition énergétique : la France peut-elle tenir ses engagements ?

  Transition énergétique : la France peut-elle tenir ses engagements ? Clément Le Roy, Senior Manager au sein du cabinet Wavestone, spécialisé dans la transformation des entreprises, fait le point.Constatant que sur les trois axes, le point de passage 2020 n'allait pas permettre d'atteindre les objectifs fixés en 2008, l'Europe a plutôt misé sur le fait de repousser l'échéance à 2030 ou 2050, selon les indicateurs, et de considérer 2020 comme une échéance intermédiaire. Sur le point énergies renouvelables (EnR) par exemple, Eurostat indique que leur part représentait 17,5 % de la consommation d'énergie en Europe en 2017, contre 8,5 % en 2004. On pourrait donc atteindre les objectifs de 20% en 2020, mais plutôt par le bas.

"Va-t-on développer suffisamment de confiance dans l'avenir ?" s'interroge Alain Tourdjman. "Cela peut fonctionner dans des zones actives et dynamiques, mais essayons d'abord de trouver d'autres solutions pour faciliter la mise en oeuvre."

L'interdiction à terme de la location ou de la vente des passoires

Dans le même temps, la loi énergie climat, déclinaison opérationnel de la programmation pluriannuelle de l'énergie, a établi un calendrier 2021-2028 quant à l'avenir des passoires thermiques, classées F ou G. En 2021, il sera en effet interdit pour le propriétaire d'un logement énergivore d'en augmenter le loyer sans l'avoir rénové. En 2022, viendront s'ajouter deux autres obligations en cas de location ou de vente d'un tel logement: celle de réaliser un audit énergétique qui contiendra des propositions de travaux et leur coût estimé et celle d'informer tout futur acquéreur ou locataire sur ses futures dépenses d'énergie.

Crédits immobiliers: les taux remontent très légèrement en septembre en France

  Crédits immobiliers: les taux remontent très légèrement en septembre en France Le taux d'intérêt moyen des crédits immobiliers est très légèrement remonté au mois de septembre, à 1,18%, après quatre mois de baisse consécutive, mais reste toujours "très bas", selon l'étude mensuelle de référence sur le sujet publiée mardi. "Les taux des crédits immobiliers qui étaient de 1,18% en septembre semblent pour l'instant à peu près stabilisés, à très bas niveau. Ils restent en outre inférieurs au rythme annuel de l'inflation pour"Les taux des crédits immobiliers qui étaient de 1,18% en septembre semblent pour l'instant à peu près stabilisés, à très bas niveau.

S'ajoute à partir de 2023, la qualification de "logement indécent" pour un logement extrêmement consommateur d'énergie, qui contraindra le propriétaire à le rénover ou à ne plus le louer. Le seuil d'acceptabilité reste toutefois encore à déterminer. Enfin, d'ici à 2028, tout propriétaire d'une passoire thermique devra avoir réalisé des travaux d'amélioration de performance énergétique, afin d'atteindre, au minimum, la classe E. De même, à cette date, celui qui souhaite vendre ou louer sans avoir opéré cette transformation aura l'obligation de le mentionner dans l'annonce, le bail ou l'acte de vente. Il pourrait également s'exposer à des sanctions.

Le risque de l'absence de retour sur investissement

Dans ces conditions, que propose BPCE pour informer, voire financer, ses clients et ainsi améliorer l'efficacité énergétique du parc résidentiel ? "Les acheteurs ont besoin d'être rassurés sur la rentabilité énergétique de leur investissement, et ce pour se mettre à l'abri de ces sanctions finales", estime le directeur des études et prospective de BPCE. "Pour que le marché fonctionne, on ne peut pas laisser un ménage faire un investissement important sans qu'il obtienne une contrepartie derrière."

En résumé, compte-tenu de la concentration des aides publiques, il vaut mieux acheter dans les grandes villes, où la valeur des logements va continuer à s'accroître, alors que dans le reste du pays, l'interdiction future de la location ou de la vente risque de décourager les Français d'investir dans la transition énergétique, faute de retour sur investissement sur leur achat initial.

Zuckerberg défend le projet de crypto-monnaie Facebook devant le comité de la Chambre .
WASHINGTON - Mark Zuckerberg, le directeur général de Facebook, est retourné sur la sellette mercredi pour défendre un projet de crypto-monnaie qui est devenu la dernière cible des critiques des législateurs frustrés par le géant des médias sociaux. © Pete Marovich pour le New York Times Mark Zuckerberg s'apprête à témoigner mercredi devant le House Financial Services Committee à Washington. Lors d'une audience devant le comité des services financiers de la Chambre, M.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!