•   
  •   

Entreprise Le FMI va intégrer le risque climatique dans ses analyses économiques

18:30  17 octobre  2019
18:30  17 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Née chez Orange, la Fintech Bizao s’attaque aux paiements mobiles en Afrique

  Née chez Orange, la Fintech Bizao s’attaque aux paiements mobiles en Afrique Désormais indépendante, la startup Bizao est née au sein d'un programme d'intrapreneuriat du groupe Orange. Elle a développé une plateforme facilitant l'acceptation des paiements mobiles en Afrique et traite déjà 100 millions de transactions par mois."Bien que le développement du paiement mobile soit un succès indéniable avec 400 millions de comptes ouverts en Afrique sub-saharienne et une progression de plus de 40% ces trois dernières années, cette solution se limite pour 90% des utilisateurs à transférer de l'argent entre particuliers.

conséquences économiques du changement climatique . La particularité du travail de cet ancien climatiques vont affecter lourdement les ressources. agricoles et la sécurité alimentaire ainsi que modélisation économique des risques . environnementaux –, des faiblesses quant à la robustesse.

Aller au contenu principal. Un rapport du FMI publié mercredi avant le sommet du G20 vendredi et samedi à Hambourg (Allemagne), met en avant les " risques négatifs" pour l'économie globale que peuvent représenter "l'incertitude sur les politiques dans les économies avancées, les vulnérabilités

  Le FMI va intégrer le risque climatique dans ses analyses économiques © Fournis par La Tribune Nouvelle

A peine arrivée à la tête du Fonds monétaire internationale (FMI), Kristalina Georgieva imprime déjà sa marque verte. Mercredi 16 octobre, la nouvelle directrice générale de l'institution - qui a succédé à Christine Lagarde, qui va prendre les commandes de la Banque centrale européenne - a annoncé son intention d'intégrer le risque climatique dans les futures analyses économiques.

"Le FMI se prépare rapidement", a-t-elle assuré au cours d'une conférence organisée à Londres, rapporte l'agence Bloomberg. "Quand nous travaillons avec des pays qui sont de gros émetteurs de carbone, et qui ont donc besoin d'effectuer leur transition, ou des pays qui sont fortement exposés aux chocs carbone, il n'y a aucun moyen de mesurer les fondamentaux de leur économie sans regarder les risques climatiques", a-t-elle justifié.

Cyber-menaces : qui attaque qui et comment ?

  Cyber-menaces : qui attaque qui et comment ? Dans le domaine du cyberespace, Thales et Verint ont mené une enquête de plus d'un an pour analyser et identifier les modes opératoires et les cibles des cyber-attaquants."Des scénarios de 'cyber-Pearl Harbor' portant sur les villes intelligentes de demain et sur leurs infrastructures clés par exemple sont tout à fait possibles", estime Thales.

Le FMI a réagi à la crise économique mondiale en mobilisant des ressources sur plusieurs fronts pour venir en aide à ses pays membres : il a augmenté Le FMI a fourni des analyses des risques et des conseils de politique générale pour aider les pays membres à surmonter les défis et les retombées de

WASHINGTON (Reuters) - Le Fonds monétaire international ( FMI ) a appelé mardi à surveiller avec attention l'évolution des facteurs de faiblesse financière, dont la montée de l'endettement, susceptibles d'accroître les risques auxquels est exposée la croissance mondiale en soulignant qu'un

Le Fonds tient déjà compte de ces aspects lorsqu'il analyse les pays les plus menacés par le réchauffement climatique, en particulier lorsque ses équipes d'économistes réalisent les consultations les plus poussées - menées au titre de l'article IV de ses statuts. L'ancienne patronne bulgare de la Banque mondiale souhaite désormais généralisé cette pratique.

Taxe carbone internationale

"Il s'agit désormais d'une catégorie de risques qui doivent être au centre de notre travail, a-t-elle poursuivi. Il est primordial de s'attaquer au changement climatique pour préserver la stabilité financière et s'assurer d'avoir une croissance soutenable. Il est évident qu'aujourd'hui plus aucune institution, plus aucun individu peut s'exonérer de la responsabilité d'agir".

Face au réchauffement climatique, le FMI milite pour un taxe carbone internationale

  Face au réchauffement climatique, le FMI milite pour un taxe carbone internationale Le Fonds monétaire international estime que cette taxe serait suffisante pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris sur le climat.Des économistes du FMI ont calculé dans un rapport qu'une telle taxe instaurée dans tous les pays du G20, permettrait de réduire suffisamment les émissions pour limiter le réchauffement de la planète à 2°C d'ici 2100, qui est la limite supérieure fixée par l'accord de Paris. Le monde en est à +1°C par rapport à la fin du XIXe siècle, et est sur une trajectoire de +3°C.

Pour contenir le risque climatique , les banques centrales donnent l’impression de placer tous leurs espoirs dans l ’introduction de scénarios de changement climatique dans les tests de résistance macroéconomiques des établissements financiers.

Prendre en compte le risque climatique . Réduire l’empreinte environnementale. Publications et décisions du HCSF. Rapport sur l'évaluation des risques . Revue de stabilité financière. Prix Banque de France « Jeunes Chercheurs en Finance Verte ».

Interrogée sur le rôle que pourraient jouer les grandes banques centrales, Kristalina Georgieva a reconnu l'existence d'un débat sur l'utilisation de leurs outils monétaires pour favoriser les investissements verts. La dirigeante veut cependant croire que la majorité des banquiers centraux s'accordent sur la nécessité d'intégrer les risques climatiques dans leurs évaluations.

La semaine dernière, des économistes du FMI ont recommandé la mise en place d'une taxe carbone internationale afin de limiter le réchauffement de la planète. Selon leur rapport, celle-ci devrait être fixée à 75 dollars la tonne de CO2 d'ici 2030 dans les pays du G20. Pour limiter l'impact social de cette taxe, ils recommandent également de redistribuer les recettes générées aux ménages.

Lire aussi : "C'est la première fois que l'humanité se considère comme une espèce en danger" Jeremy Rifkin (essayiste)

La tarification du carbone ne suffit pas pour arrêter le changement climatique .
Mentionnez le nom Solyndra ( ou saisissez-le dans Google ), et vous trouverez d'innombrables jérémiades contre les déchets du gouvernement. En 2009, le département américain de l'Énergie (DOE) a garanti des prêts au fabricant solaire aujourd'hui disparu, créant une perte de 528 millions de dollars en 2011. © Fourni par Atlantic Media, Inc. Mais comme tout bon investisseur, les gens derrière le Le programme d'innovation énergétique du gouvernement américain a fait beaucoup de paris.

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!