•   
  •   

Entreprise Pagaille à la SNCF : Edouard Philippe dénonce une "grève sauvage" et met en demeure les conducteurs

15:40  19 octobre  2019
15:40  19 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Gare du Nord et Europacity : Ceetrus pris dans le tourbillon des municipales

  Gare du Nord et Europacity : Ceetrus pris dans le tourbillon des municipales Depuis le début du mois, la filiale immobilière du groupe Auchan est régulièrement attaquée par ses détracteurs, que ce soit sur la gare du Nord qu'elle transforme avec Gares & Connexions, ou sur le projet Europacity, qu'elle développe à Gonesse dans le Val-d'Oise."La Ville ne sera pas aux côtés de la SNCF pour défendre le projet commercial", écrivaient, jeudi dernier, Jean-Louis Missika, adjoint à l'urbanisme, et Alexandra Cordebard, maire du Xème arrondissement. Paris "est prête à assumer sa part aux côtés de l'Etat et de la région Île-de-France.

Philippe Martinez est revenu sur l’accident impliquant un TER et un camion à hauteur de Comme le révélait Le Parisien, le mouvement lancé jeudi dans la soirée par les conducteurs , fait suite à La SNCF précise par exemple qu’aucun train n’a circulé sur la ligne B du RER entre gare du Nord et Evidemment, ce mouvement de grève sauvage est scandaleux et va impacter lourdement les

Mouvement social à la SNCF : la Région dénonce une " grève sauvage ", le trafic toujours très perturbé Photo Philippe Gallini. Grande pagaille ce matin, notamment à la gare Saint-Charles en raison d'un mouvement social inopiné de nombreux conducteurs et contrôleurs, à la suite de

  Pagaille à la SNCF : Edouard Philippe dénonce une © Fournis par La Tribune Nouvelle

Edouard Philippe soutient la direction de la SNCF. Le Premier ministre a dénoncé samedi un "détournement du droit de retrait" exercé par les agents SNCF perturbant fortement la circulation des trains, et une "grève sauvage à "l'impact inacceptable pour des dizaines et des dizaines de milliers de Français".

"J'ai demandé à la SNCF d'examiner toutes les suites, y compris judiciaires, qui pouvaient être données lorsque des gens ne respectent pas la loi", a déclaré le chef du gouvernement, qui visitait le Centre national des opérations ferroviaires à Paris, avec le PDG de la SNCF Guillaume Pepy et le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Agrandissement de la gare du Nord : la SNCF et Paris vont revoir la copie

  Agrandissement de la gare du Nord : la SNCF et Paris vont revoir la copie La Ville de Paris, qui avait d'abord soutenu le projet, s'y était ensuite opposé, le jugeant "trop commercial, dense, pas assez tourné vers les voyageurs". Trois architectes urbanistes conciliateurs seront nommés afin, notamment, de "dédensifier le programme", selon les mots de la mairie de Paris.La SNCF et la Ville de Paris se sont mises d'accord lors d'une réunion matinale entre Guillaume Pépy, président de la SNCF, Jean-Louis Missika et Alexandra Cordebard, maire du Xe arrondissement de Paris, où est située la Gare du Nord, à l'initiative du préfet de région Michel Cadot.

Photo Philippe Gallini. De source syndicale, à l 'issue de la réunion de négociation avec la direction régionale de la SNCF , les conducteurs et contrôleurs qui avaient exercé leur droit de retrait depuis ce matin pourraient Et aussi Mouvement social à la SNCF : la Région dénonce une " grève sauvage "

Mouvement social à la SNCF : la Région dénonce une " grève sauvage ", le trafic toujours très perturbé Toutes nos informations en direct. Grande pagaille ce matin, notamment à la gare Saint-Charles en raison d'un mouvement social inopiné de nombreux conducteurs et contrôleurs, à la suite

Le droit de retrait est "un droit syndical que je respecte parfaitement, mais qui n'est pas mis en oeuvre et s'est transformé en une grève sauvage", a insisté Edouard Philippe, critiquant vivement une "volonté de ne pas respecter la loi sur la grève dans les services publics, de la détourner pour avoir un impact maximal sur les Français".

"C'est évidemment inacceptable", a-t-il martelé dans un "message ferme". "Trois millions de Français doivent prendre le train un jour comme celui-ci", a rappelé le Premier ministre, évoquant une "situation inédite".

Mise en demeure des conducteurs

"Nous sommes en train de regarder toutes les solutions juridiques pour que les conducteurs" qui ont cessé le travail le "reprennent" et "nous les mettons en demeure", a ajouté le patron de la SNCF. S'ils ne le font pas, "ils vont évidemment s'exposer au droit disciplinaire".

La SNCF va aller devant les tribunaux pour dénoncer l'attitude des syndicats

  La SNCF va aller devant les tribunaux pour dénoncer l'attitude des syndicats Le président du directoire de la SNCF Guillaume Pepy a contesté la validité du droit de retrait exercé par les agents de l'entreprise qui perturbe fortement les départs en vacances. uillaume Pepy a annoncé son intention d'aller devant la justice pour faire reconnaître qu'il s'agit d'une grève "surprise". Alors que le trafic est très perturbé, Guillaume Pepy a annoncé son intention d'aller devant la justice pour faire reconnaître qu'il s'agitAlors que le trafic est très perturbé, Guillaume Pepy a annoncé son intention d'aller devant la justice pour faire reconnaître qu'il s'agit d'une grève "surprise".

"#Grève de la # SNCF , avec @cestrosi nous dénonçons une grève sauvage et une utilisation détournée et abusive du droit de retrait ! Le terrible accident des Ardennes ne doit pas prendre en otage les usagers de @MaRegionSud. Nous demandons à la @ SNCF un retour à la normale rapide

Pas une grève mais un droit de retrait en raison d'un accident survenu en Champagne-Ardenne avec un conducteur blessé et aucun conducteur dans le train. Résultat de cet arrêt de travail inopiné : aucun TER ne circulait ce matin et les TGV avaient beaucoup de retard.

Edouard Philippe s'est fait expliquer la gestion de ces perturbations par des agents du centre national, à qui il a dit "merci" et "bon courage".

Le trafic est très perturbé depuis vendredi. Cet arrêt de travail fait suite à un accident ayant fait plusieurs blessés, survenu mercredi soir: un TER reliant Charleville-Mézières à Reims a percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau à Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes).

La SNCF voit rouge

Edouard Philippe rejoint la position de Guillaume Pepy, le patron de la SNCF.

"C'est une grève. Nous avons donc fait des injonctions vis-à-vis des salariés grévistes de reprendre le travail et nous sommes en train d'étudier la voie judiciaire, c'est-à-dire la façon dont nous allons aller devant la justice pour faire juger qu'il s'agit bien d'une grève et pas d'un droit de retrait", a déclaré ce samedi Guillaume Pepy sur BFM-TV.

SNCF: la grève continue, les syndicats le gouvernement s'affrontent

  SNCF: la grève continue, les syndicats le gouvernement s'affrontent Le troisième jour de grève à la SNCF se fait sous le feu des critiques du gouvernement qui dénonce une action illégitime et veut des suites judiciaires. De leur côté, les syndicats accusent le gouvernement de jouer "le pourrissement"."La reprise est progressive, nette en Ile-de-France, sur les trains grandes distances et dans certaines régions", mais "très difficile" dans certaines régions, comme l'Occitanie ou la Champagne Ardenne, a indiqué à l'AFP la direction de la SNCF, qui soulignait notamment une amélioration "sur la ligne D où il y avait un train par heure hier et aujourd'hui nous avons un trafic normal".

Mouvement social à la SNCF : la Région dénonce une " grève sauvage ", le trafic toujours très perturbé La fermeture n'est plus à l 'ordre du jour, même si le site istréen va devoir opérer une mue. "C'est une victoire!, se réjouit Pierre Dharréville, très actif sur ce dossier.

Une grève "inopinée" à la suite d'un droit de retrait exercé par les conducteurs et les contrôleurs de train. En Vaucluse, très peu de bus ont été mis en place pour pallier le manque de train. "J'ai appris la grève à la radio en me réveillant. Je me retrouve en transit à Avignon alors que je dois aller

Et d'ajouter :

"Ce n'est pas aujourd'hui un droit de retrait, il n'y a aucun danger grave et imminent sur aucun train à la SNCF (...). Ce n'est pas admissible, c'est une grève surprise qui ne respecte pas la loi sur la grève dans les services publics", a-t-il ajouté. "Il faut d'abord faire une alarme sociale, elle n'a pas eu lieu. Ensuite, il y a des réunions de concertation. Ensuite, il faut que chacun déclare par écrit son intention de faire grève pour que nous puissions mettre en oeuvre un service minimum, cette loi n'a pas été respectée", a poursuivi le président du directoire de la SNCF, qui quittera ses fonctions à la fin du mois.

De leur côté, les syndicats contestent cette analyse.

"Ce n'est pas une grève inopinée, c'est un droit de retrait. La direction doit arrêter les déclarations mensongères", a réagi Julien Troccas, secrétaire confédéral de Sud-Rail.

Lire aussi : La SNCF va aller devant les tribunaux pour dénoncer l'attitude des syndicats

Pourquoi l'armée de l'air à dû mal à fidéliser ses aviateurs .
Le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne, doit faire face à "une recrudescence de départs non souhaités, dont le nombre a doublé depuis 2015". Il a mis en place le projet DRHAA 4.0 afin de moderniser les politiques d'attractivité et de fidélisation de l’armée de l'air."La loi de programmation militaire pour les années 2019-2025 a octroyé 1.246 postes à l'armée de l'air, alors que les besoins souhaités sont évalués à environ 3.000 postes, afin d'absorber l'apparition de nouveaux métiers. Nous faisons également face à une recrudescence de départs non souhaités, dont le nombre a doublé depuis 2015", a précisé le général Philippe Lavigne.

—   Partager dans le Soc. Réseaux
usr: 1
C'est intéressant!