•   
  •   

Entreprise La France a le 2ème stock de créances douteuses en zone euro, faut-il s’en inquiéter ?

07:15  22 octobre  2019
07:15  22 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Stress tests : la BCE inquiète des risques de liquidités des banques de la zone euro

  Stress tests : la BCE inquiète des risques de liquidités des banques de la zone euro La Banque centrale européenne (BCE) a publié les résultats de ses tests de résistance lundi. Les réserves de liquidité sont "suffisantes" et la moitié des 103 banques scrutées tiendrait sur sa trésorerie plus de six mois en cas de choc, sans mise en place de plans de secours. Le superviseur pointe néanmoins des vulnérabilités, comme la dépendance de certaines banques aux marchés de swap de change.« Selon les résultats du test de résistance prudentiel de 2019, la situation de liquidité de la grande majorité des banques soumises à la surveillance prudentielle directe de la Banque centrale européenne (BCE) est globalement confortable, en dépit de certaines vulnérabilités nécessitant une attention prolongée », résume l

Les créances douteuses sont des créances certaines dans leur principe (non contestées par le débiteur) possédées par une entreprise à l ’encontre de clients qui présentent une solvabilité douteuse ou envers des clients avec lesquels elle est en litige. Lorsque l ’entreprise bénéficiaire de la créance

The € uro . L ’utilisation de l ’ euro . La production et les stocks de billets. Les banques doivent conserver un niveau minimal de créances douteuses si elles souhaitent prospérer sur le En quoi cela concerne-t- il la politique monétaire ? L 'économie de la zone euro dépend largement de l 'activité

Stock de prêts non-performants (NPL) en milliards d'euros et ratio rapporté aux encours par pays en Europe, selon les dernières données de l'Autorité bancaire européenne à fin juin 2019. © Fournis par La Tribune Nouvelle Stock de prêts non-performants (NPL) en milliards d'euros et ratio rapporté aux encours par pays en Europe, selon les dernières données de l'Autorité bancaire européenne à fin juin 2019.

Si l'on parle de créances douteuses massives, on pense illico Italie, Grèce, Chypre, Portugal. Et pourtant ce sont les banques françaises qui ont le deuxième stock le plus important de « prêts non performants » (NPL pour "non performing loans" en anglais) de la zone euro, avec près de 124 milliards d'euros à fin juin 209, juste devant les italiennes, à 140 milliards d'euros. C'est 50% de plus que les espagnoles et quatre fois plus que les allemandes ! Les banques de l'Hexagone représentent 22% du total des 561 milliards d'euros d'encours de prêts au recouvrement improbable dans les 19 pays de la zone euro à fin juin selon la Banque centrale européenne (BCE). Ces prêts sont déclarés « non performants » lorsque plus de 90 jours se sont écoulés sans que l'emprunteur ait versé les tranches ou les intérêts prévus.

Avec Extinction Rebellion, une nouveau type de combat écologiste émerge

  Avec Extinction Rebellion, une nouveau type de combat écologiste émerge Le mouvement partage son modèle d'organisation et action novateur avec d'autres nouveaux acteurs de la lutte pour l'environnement, tels que Youth for climate et Citoyens pour le climat.Par rapport au modèle associatif traditionnel des ONG, ces mouvements insistent en effet sur leur caractère "ouvert", permettant à toute personne motivée par leur combat et adhérente à leurs valeurs (parfois définis par des chartes) de les rejoindre librement lors d'événements partagés sur les réseaux sociaux.

Mais en Chine, les banques bénéficient de la mansuétude de l 'Etat, qui garantit leurs créances douteuses . Le système bancaire chinois pèse désormais plus lourd que le banques de la zone euro . Selon les chiffres compilés par le Financial Times, les actifs des banques chinoises ont atteint

Le 9 octobre 2019, l'entreprise Faits d'Armes spécialisée dans la vente en ligne, e-commerce, de matériel de sport spécialisé pour la pratique des Arts Martiaux Historiques Européens (AMHE). La France a le 2 ème stock de créances douteuses en zone euro , faut - il s ’ en inquiéter ?

Qui sont les banques les plus exposées à ces créances douteuses ? Le cabinet Deloitte apporte une série de réponses dans une étude intitulée « Deleveraging Europe : Focus on France » publiée ce lundi 21 octobre. Les six plus grosses banques françaises en détenaient pour 112 milliards d'euros à fin 2018, au premier rang desquelles BNP Paribas avec 34 milliards, Crédit Agricole 23 milliards, BPCE (Banques Populaires Caisses d'Epargne) 21 milliards, Société Générale 18 milliards, le groupe Crédit Mutuel 14 milliards et La Banque Postale avec seulement 1 milliard d'euros.

En termes de proportion de créances douteuses sur les encours de crédit, la BNP reste la plus exposée avec un ratio de 4,3%, suivie de la Soc Gen à 3,6%, de BPCE à 3,2%, Crédit Mutuel à 3%, Crédit Agricole à 2,6% et la filiale de la Poste à 1,5%. Un tiers de ces prêts douteux concerne des crédits aux ménages (immobiliers et personnels), un tiers des prêts aux PME, un tiers des prêts aux grandes entreprises.

Pour Lagarde, « la féminisation de la finance n’est pas une option, c’est une nécessité ! »

  Pour Lagarde, « la féminisation de la finance n’est pas une option, c’est une nécessité ! » Christine Lagarde prendra le 1er novembre la tête de la Banque centrale européenne (BCE). A 63 ans, l'ex-présidente du FMI est la briseuse de plafonds de verre par excellence. Cette militante de l’égalité femmes-hommes au franc parler qui détonne dans ce milieu compassé livre en exclusivité à La Tribune ses convictions sur les moyens de faire progresser la mixité dans la finance. Propos recueillis par Delphine Cuny. Cliquez sur l'image pour acheter le numéro spécial consacré aux femmes dans la finance et l'assurance.

La croissance de l 'activité privée en zone euro a de nouveau stagné en octobre, victime des incertitudes liées au Brexit et des tensions sur le commerce international, selon la première estimation de l 'indice PMI composite du cabinet Markit publiée jeudi.

Plus précisément, il s ’agit de ceux dont le retard de paiement dépasse 90 jours et que le prêteur Sur le moyen terme, les établissements français ont diminué leur stock de créances douteuses , qui En France , les six plus grandes banques possédaient, en décembre 2018, 112 milliards d’ euros de

--

[Exposition des banques françaises aux prêts non-performants. Répartition Crédit : Deloitte]

--

« Les banques françaises ont toujours affiché de très bonnes performances par rapport à leurs homologues européennes : leur taux de prêts non-performants s'est toujours placé sous la moyenne européenne, atteignant aujourd'hui 2,8 % (contre 3,1% UE) » a soutenu Denis Beau, le premier sous-gouverneur de la Banque de France, lors d'une conférence à Sciences Po Bordeaux vendredi 18 octobre.

« De plus, les banques françaises ont toujours affiché un ratio de couverture de ces prêts supérieur à 50% sur la période décembre 2009-juin 2019, soit bien au-dessus de la moyenne des banques européennes (45% dans l'UE) » a-t-il plaidé.

Le stock en valeur est malgré tout « élevé » relève Deloitte.

Pression réglementaire

Les groupes bancaires français ont réduit de 16 milliards d'euros en deux ans le total de leurs « prêts non performants », mais plutôt par le biais de cessions à l'étranger. Le montant des créances douteuses concernant des crédits contractés en France n'a guère diminué depuis cinq ans et a même augmenté depuis la crise de 2008 : il avoisine les 70 milliards d'euros. Près de la moitié porte sur des prêts aux entreprises (grandes et PME), un tiers sur des emprunts immobiliers de particuliers et le solde sur du crédit conso.

Le Libra est-il mort-né ? La France veut l'interdire, le G7 pose des conditions strictes

  Le Libra est-il mort-né ? La France veut l'interdire, le G7 pose des conditions strictes Les pays du G7 ont convenu qu’aucun projet mondial de « stablecoin », de monnaie numérique indexée sur des devises comme le Libra de Facebook, ne devait être lancé sans prise en compte préalable des risques liés au blanchiment ou à la supervision. Bruno Le Maire évoque des mesures de la France, l'Italie et l'Allemagne empêchant son utilisation en Europe. Après la défection de Visa, Paypal, eBay et Booking, l’association Libra s'est créée« Nous convenons qu'aucun projet mondial de « stablecoin » ne doit être lancé tant que les problèmes et les risques juridiques, réglementaires et de supervision ne seront pas correctement réglés » déclarent ministres et banquiers centraux dans ce communiqué final de la présidence française

Il soulignait qu'en l 'espèce, la banque avait commis une faute en répondant aux sollicitations et en envoyant sans s ' en rendre compte un code secret, pour Ma mésaventure c'est déroulé en janvier 2016 et le pirate est allé jusqu'a demandé mes coordonnées de carte bancaire ( qu' il ne faut jamais

Ce dispositif, issu de la dernière réforme du code du travail en 2017, permet de supprimer des postes via des départs volontaires, sans justification économique. La France a le 2 ème stock de créances douteuses en zone euro , faut - il s ’ en inquiéter ?

Si les pouvoirs publics s'inquiètent de la forte dynamique de l'endettement privé en France (grandes entreprises et ménages) dans son ensemble, ces emprunts, à des taux très bas, ne constituent pas pour autant un risque dans le bilan des banques. Dans son évaluation des risques du système financier français de juin dernier, la Banque de France soulignait que « le marché français du financement de l'habitat continue de bénéficier d'une faible sinistralité » avec un taux d'encours douteux de 1,3% au 31 décembre 2018, en baisse de 0,13 point en un an. Le taux de NPL est plus élevé, à 3%, dans le prêt aux entreprises, et plus encore dans le crédit à la consommation à environ 11%.

Même si leur bilan est sain, les banques sont « sous pression » des régulateurs pour céder plus activement ces créances douteuses selon le cabinet Deloitte, du fait des régulateurs, qui ont donné des règles et consignes plus strictes sur les conditions de passage de provision notamment.

« Résoudre le problème des NPL est une priorité » martelait la BCE dans son rapport annuel 2018, car « les NPL diminuent les bénéfices des banques, les rendent moins résistantes et réduisent leur capacité à financer l'économie ».

Menace pour Air France : Easyjet déploie son système de correspondances à Orly

  Menace pour Air France : Easyjet déploie son système de correspondances à Orly La compagnie britannique va lancer de manière imminente son système de correspondances à Orly avec deux compagnies françaises : Corsair et La Compagnie. Pour y arriver, elle a signé un partenariat avec la société d'assistance en escale G3S-Alysia pour organiser les correspondances. La duplication de ce système à Roissy est à l'étude.A Orly, EasyJet va commencer avec Corsair et La Compagnie, deux transporteurs avec lesquelles elle avait déjà signé un accord de distribution en proposant sur son site internet leur offre long-courrier (New York pour La Compagnie, les Caraïbes, l'Océan Indien, l'Amérique du Nord pour Corsair).

L 'ombre d'une nouvelle crise de la dette comme celle qui s'est produite en Grèce ressurgit. Et même s' il venait à être mis en application, «à court terme, les conséquences sur le remboursement de la La France championne du chômage de ces jeunes souvent mal orientés et aucun développement sur

Faut - il s ' inquiéter ? L'immobilier redémarre. La politique de la BCE solvabilise la demande, le taux de chômage décroît en zone euro . En France , l'assurance-vie soutient la dette publique. Ce qui se passe en ce moment vise à limiter ce risque de liquidité à l 'avenir.

En juin dernier, la Commission européenne a dressé un bilan et invité banques et Etats membres à poursuivre les efforts. « La poursuite de la réduction des prêts non performants est l'un des principaux facteurs de réduction des risques dans le secteur bancaire européen » soulignait le rapport, se félicitant que les actions concertées avaient facilité des transactions (la revente de portefeuilles de créances douteuses) qui « ont permis de rayer des bilans des banques quelque 112 milliards d'euros de  prêts non performants bruts au cours des trois dernières années (soit environ, 82 milliards d'euros en Italie, 24 milliards d'euros au Portugal et 6 milliards d'euros à Chypre). »

Si Unicredit en Italie et Commerzbank en Allemagne notamment ont vendu des milliards de prêts non performants à des spécialistes de la gestion de créances ou des fonds « distressed » spécialisés en actifs décotés comme Cerberus, quitte à accuser une perte de valeur, les banques françaises n'ont pas encore été très actives dans ce domaine. Le cabinet Deloitte, qui estime à 3,5 milliards d'euros les transactions portant sur des NPL en France en 2018 et à 4,5 milliards celles de 2019, sur un marché des portefeuilles de prêts de plus de 200 milliards en Europe, y voit un potentiel important.

« L'appétit des investisseurs pour les actifs « distressed » (décotés) français augmente à mesure que des investisseurs internationaux déploient du capital dans ce marché naissant » font valoir les analystes de Deloitte.

Les grandes banques centrales passent en mode d'attente .
© Reuters / Chris Wattie PHOTO DE FICHIER: Le bâtiment de la Réserve fédérale est représenté à Washington, DC Par Howard Schneider, Francesco Canepa et Leika Kihara WASHINGTON / FRANKFURT / TOKYO (Reuters ) - La détente vient. Assouplissement.

usr: 1
C'est intéressant!