Entreprise: Le risque climatique mal intégré par les banques et assureurs selon le superviseur - Les banques britanniques ont reçu jeudi trois mois pour expliquer comment elles pouvaient éviter des pannes informatiques dommageables et réagir à la menace croissante d'attaques informatiques. - PressFrom - France
  •   
  •   

Entreprise Le risque climatique mal intégré par les banques et assureurs selon le superviseur

19:35  27 octobre  2019
19:35  27 octobre  2019 Source:   latribune.fr

Face au réchauffement climatique, le FMI milite pour un taxe carbone internationale

  Face au réchauffement climatique, le FMI milite pour un taxe carbone internationale Le Fonds monétaire international estime que cette taxe serait suffisante pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris sur le climat.Des économistes du FMI ont calculé dans un rapport qu'une telle taxe instaurée dans tous les pays du G20, permettrait de réduire suffisamment les émissions pour limiter le réchauffement de la planète à 2°C d'ici 2100, qui est la limite supérieure fixée par l'accord de Paris. Le monde en est à +1°C par rapport à la fin du XIXe siècle, et est sur une trajectoire de +3°C.

Dans ce contexte, « les banques et les assureurs s'organisent de façon progressive» avec notamment une information régulière des instances de gouvernance et l'intégration du changement climatique dans le cadre existant de gestion des risques , relève la Banque de France qui salue des progrès

Aussi le superviseur des banques françaises a-t-il cherché à comprendre comment les établissements se préparaient au changement climatique . Après avoir interrogé les principaux groupes bancaires, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a remis son rapport, mercredi 10

Exposition des établissements bancaires et des organismes d'assurance français au risque de transition : encours exposé en milliards d'euros (en vert) et part de l'encours exposé en pourcentage (en bleu). © Fournis par La Tribune Nouvelle Exposition des établissements bancaires et des organismes d'assurance français au risque de transition : encours exposé en milliards d'euros (en vert) et part de l'encours exposé en pourcentage (en bleu).

La finance ne peut ignorer le dérèglement climatique, au-delà de son rôle clé dans le basculement vers une croissance plus durable et de la dimension de responsabilité sociale des entreprises : il peut aussi entraîner une forte dévalorisation de certains actifs. Or le secteur n'a pas encore pris toute la mesure des implications du changement climatique. C'est le constat dressé par la Banque de France dans une note publiée vendredi 25 octobre. L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France) a en effet décortiqué les données des établissements bancaires et d'assurance qu'elle supervise : elle est notamment chargée du contrôle de la mise en œuvre du reporting extra-financier par les assureurs en application de l'article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte.

Plafonnement des frais bancaires: le régulateur enjoint les banques de mieux faire

  Plafonnement des frais bancaires: le régulateur enjoint les banques de mieux faire Le gouverneur de la Banque de France demande aux établissements de mieux identifier les clients fragiles pouvant bénéficier de frais d'incidents restreints.La Banque de France, dont le gouverneur, François Villeroy de Galhau, préside l'OIB, a décidé d'accentuer la pression sur les établissements qui n'appliqueraient pas de façon claire les engagements de plafonnement des frais pour les clients en difficulté pris en septembre dernier à Bercy devant Bruno Le Maire (20 euros par mois et 200 euros par an) puis en décembre à l'Elysée (25 euros par mois pour les clients fragiles, même ceux n'ayant pas souscrit une "offre spécifique" de services bancaires de base à 3 euros par

Le parlement polonais dominé par les conservateurs a approuvé mardi soir l'introduction d'un nouvel impôt sur les banques et les assureurs , conçu pour contribuer à financer les promesses électorales du parti de Jaroslaw Kaczynski.

Un défi des superviseurs est de mieux connaître les risques liés au climat pour les banques et les assurances. Un des premiers défis des superviseurs est d'y voir plus clair dans les risques financiers liés au climat. D'autant que la meilleure façon de les appréhender reste encore débattue.

"Malgré des progrès certains, le changement climatique est encore intégré de façon partielle et hétérogène dans le processus de gestion des risques des établissements financiers" résument Sébastien Diot et Anne-Lise Bontemps-Chanel dans cette note.

Tous ne vont pas au même rythme. Il y a les établissements "avancés", généralement les grands groupes bancaires présents à l'international ainsi que certains établissements spécialisés, qui ont intégré les enjeux climatiques dans leur gestion des risques. Et il y a les "attentistes", des banques de détail présentes uniquement en France essentiellement, en retard faute de moyens accordés en interne à des "problématiques qui ne sont pas encore considérées comme prioritaires du fait de leur manque de matérialité immédiate". L'ACPR ne cite pas les noms des entreprises de chaque catégorie.

Le FMI va intégrer le risque climatique dans ses analyses économiques

  Le FMI va intégrer le risque climatique dans ses analyses économiques "Il est primordial de s'attaquer au changement climatique pour préserver la stabilité financière", estime la nouvelle directrice de l'institution."Le FMI se prépare rapidement", a-t-elle assuré au cours d'une conférence organisée à Londres, rapporte l'agence Bloomberg. "Quand nous travaillons avec des pays qui sont de gros émetteurs de carbone, et qui ont donc besoin d'effectuer leur transition, ou des pays qui sont fortement exposés aux chocs carbone, il n'y a aucun moyen de mesurer les fondamentaux de leur économie sans regarder les risques climatiques", a-t-elle justifié.

La Banque Postale – « Les services à la personne » Dans un délai maximum de 72 heures à compter de votre demande, la banque postale vous propose un intervenant et gère tous les aspects de son intervention (contrat de travail, planning) et de sa rémunération.

Les banques et à un degré moindre les assureurs ont mis en œuvre des politiques commerciales fondées sur la standardisation de l’offre, plus L’analyse des comportements montre que les moteurs de la fidélité sont de plus en plus fragiles à des degrés divers selon les segments de clientèle.

Faible exposition au risque physique

Le superviseur relève d'ailleurs que "l'actif des banques et des assureurs est peu exposé [au risque physique]" car localisé dans des zones jugées peu vulnérables aux catastrophes climatiques (France, Europe majoritairement) : moins de 2,5% de leurs actifs se situent dans des zones moyennement ou fortement vulnérables. Cependant, l'ACPR note que les informations sont "insuffisamment détaillées pour évaluer pleinement le risque physique" et que seuls "les assureurs non-vie et les réassureurs ont établi, pour les besoins de leur métier, des mesures très fines de localisation des personnes et des biens assurés."

"Les assureurs non vie disposent, de par la nature de leurs activités (fournir notamment des assurances contre les dommages générés par des catastrophes naturelles), d'une avance en matière de gestion des risques climatiques avec l'utilisation régulière de tests sévères de résistance" observe les auteurs de la note.

Procès en vue pour ExxonMobil, accusé d'avoir minimisé le risque financier lié au réchauffement

  Procès en vue pour ExxonMobil, accusé d'avoir minimisé le risque financier lié au réchauffement Le géant énergétique est accusé d'avoir trompé les investisseurs en assurant que ses activités seraient peu affectées au cas où les autorités décideraient de réduire drastiquement la production et la consommation de gaz et de pétrole pour limiter le réchauffement de la planète. Un juge new-yorkais vient de donner son feu vert à un procès inédit sur cette question. La plainte avait été déposée en octobre 2018 par le procureur général de l'État de New York, au nom de millions d'investisseurs américains lésés par la fraude présumée de la compagnie, cotée au New York Stock Exchange.

Les superviseurs sont appelés à gérer tant le personnel que les processus.La qualité de la supervision a un impact sur les résultats et le milieu de travail. Une bonne équipe de superviseurs contribue à l’instauration d’un milieu de travail positif et aide les employés à bien faire leur travail et à se sentir

Séminaire Eau et Changement Climatique de l'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse -- 19 septembre 2012, Lyon. Intervention de Yann BALOUIN, Ingénieur

Toutefois, ces tests ont un horizon très court, de cinq ans en moyenne, et les données historiques pour le calibrage des modèles sont sans doute en partie caduques du fait des modifications climatiques en cours.

Pas de scénarios d'impact du risque de transition

Le superviseur note en revanche "des progrès plus notables dans l'analyse du risque de transition", du fait d'une "exposition a priori plus significative" : 12,2% des encours des banques et 9,5% de ceux des assureurs, soit au total 862 milliards d'euros d'actifs exposés aux secteurs les plus carbonés, sur la base des données à fin 2017. Mais il reste là aussi des progrès à faire : l'analyse reste concentrée sur le risque de crédit, mesurant parfois l'empreinte carbone financée ou la sensibilité sectorielle, mais rien de plus.

"En définitive, ces méthodes ne permettent pas encore de quantifier l'impact de scénarios de transition énergétique sur les bilans bancaires" déplore la note.

Du côté des assureurs, l'analyse est davantage axée sur le risque de marché et d'allocation. Tous ont mis en place des notations en fonction des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), pour respecter le fameux article 173, et certains vont jusqu'à évaluer l'alignement de leur portefeuille avec la trajectoire de réchauffement climatique de 2°.

La France a le 2ème stock de créances douteuses en zone euro, faut-il s’en inquiéter ?

  La France a le 2ème stock de créances douteuses en zone euro, faut-il s’en inquiéter ? Les banques françaises ont en cumulé 124 milliards d’euros de « prêts non-performants », un peu moins que les italiennes mais quatre fois plus que les allemandes. Cependant, rapporté au total de leurs encours de crédit, leur taux de créances douteuses est meilleur que la moyenne européenne. Sous la pression réglementaire, les groupes français pourraient se mettre à se délester de portefeuilles de prêts au recouvrement incertain, comme d'autresQui sont les banques les plus exposées à ces créances douteuses ? Le cabinet Deloitte apporte une série de réponses dans une étude intitulée « Deleveraging Europe : Focus on France » publiée ce lundi 21 octobre.

Les banques commerciales ne peuvent octroyer autant de crédits, ni créer autant de monnaie qu'elles le veulent. En effet, si la situation financière d'un client est irrémédiablement compromise, le prêt que la banque lui a consenti risque de ne pas être remboursé.

Prendre en compte le risque climatique . Groupe des Superviseurs Bancaires Francophones. Instances financières internationales : Banque des Règlements Internationaux et Conseil de Stabilité Financière.

"En revanche, les organismes d'assurance n'évaluent pas l'impact des chocs de valorisation sur leur portefeuille" constatent les auteurs.

Autre motif de préoccupation : le risque juridique associé au changement climatique, le "risque de responsabilité", n'est "pas perçu comme potentiellement pertinent" par les établissements français. "Or ils y sont portant exposés" insiste le superviseur. De façon directe, s'ils sont attaqués pour leur apport en financement à des entreprises très polluantes, ou indirecte du fait de la dégradation du risque crédit d'entreprises clientes  condamnées à verser des dommages et intérêts par exemple.

L'ACPR rappelle qu'elle a lancé des travaux avec les acteurs de la place afin d'élaborer des scénarios de crise. L'Autorité bancaire européenne doit présenter d'ici à juin 2021 des propositions visant à inclure les risques liés au changement climatique dans les tests de résistance, afin de s'assurer que les fonds propres détenus par les banques sont suffisants pour couvrir les risques associés.

Taux bas : le soutien appuyé de Bruno Le Maire aux assureurs .
Selon le ministre de l'Economie et des Finances, la transformation de l'assurance vie est "inéluctable et irréversible" dans un contexte durable de taux bas. Elle doit toutefois se faire de manière progressive et collective. Il estime aussi que les règles actuelles de Solvabilité 2, auxquelles sont soumis les assureurs, sont "absurdes et contradictoires" avec l'objectif de réorienter l'épargne des Français sur le long terme. Bruno Le Maire"C'est la première fois dans l'histoire de notre profession, mais surtout dans l'histoire économique, que l'argent ne coûte rien - on s'enrichit en s'endettant", a rappelé Florence Lustman, la nouvelle présidente de la FFA, en ouverture de cette conférence.

—   Partager dans le Soc. Réseaux

Thématique de la vidéo:

usr: 1
C'est intéressant!